AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

L'enchanteur - 08/09/1811 (Chapitre 8 )

avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1294
Pikadollar : 2139
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Juil - 17:13
08/09/1811

La cloche sonna. On était dimanche, on n’était donc pas obligé de se lever. Seulement ceux qui voulaient aller en ville comme moi, mes amis et Ursus. Nyon et les jumelles venaient aussi donc mon voisin me criait dessus pour que je me lève. Je n’avais franchement pas envie mais je devais récupérer mes vêtement de plus à cause de lui je voulais aussi voir mes amis que je n’avais pas pu voir la vielle.

Comme tous les matins je prenais ma douche et je m’habillais avant de descendre pour déjeuner. Mais à la place d’aller en cour en avait rendez-vous dans le hall avec les deux éducateurs et le professeur chargé de nous surveiller lors de cette sortie. Dans ce hall, il y avait aussi les élèves ne vivant pas trop loin qui rentraient chez eux pour la journée. Conan aurait voulut être à leur place.

Le professeur nous accompagnant était monsieur Usjio. J’avais l’impression que le sort était contre moi. J’attendais mes amis car je mourais d’envi de les voir et que j’en avais marre qu’Amy me colle. Ça me gênais tellement que je rougissais.
Et je rougis encore plus lorsque mes amis arrivèrent et me regardaient bizarrement à cause d’elle mais j’étais vraiment content de les voire enfin.
-Antoine ! On ne t’a pas vu hier ! Dit Maximus
-Désolé Nyon me gardait en otage. Dis-je en souriant.
-Et c’est qui elle. Demanda Lucius.
-Je suis Amy ! Vous êtes les amis magiciens d’Antoine ?
-Oui.
Affirma joyeusement Lucius.
Ursus arriva discrètement dans mon dos avant de m’attraper l'épaule et de me retourner brusquement et de dire :
-Sur la place, on aura un temps libre. Va dans la rue entre le café et la bibliothèque.
Il s’arrêta et regarda mes amis avant de rajouter :
-Seul.
Il s’en alla, suite à cette phrase, rejoindre ses trois amis.
En me retournant je voyais que Lucius tenait fermement le bras droit de Maximus et que Conan semblait triste certainement car il avait peur.
Mélania, Mia et Nyon nous rejoignaient sans lâcher Ursus et ses amis des yeux comme des antilopes envers un groupe de lions. Mais Mia regardait Ursus avec de l’admiration contrairement a la peur des prunelles de Nyon et Mélania. Maximus devait l’avoir remarquait car il s’énerva :
-Arrêtez d’avoir peur de ce type ! Moi je le défonce !

Le professeur nous demanda de rejoindre le car dans lequel nous allions aller en ville.
Dans le car j’ai put fuir Amy et me mettre à côtés de Lucius. Conan était avec Maximus, Amy avec Mia et Mélania seule car Nyon s’était mis avec l’un de ses amis. L’éducateur féminin nous expliquait ceux que l’école avait prévus c'est-à-dire : Balade guidée, temps libre et restaurant pour le midi. Elle nous expliquait aussi les règles qui étaient banales.

La balade guidée était ennuyante même si c’était ma première balade en ville. Il ne se passait rien mais plus le temps libre était proche plus la boule dans mon estomac me faisait mal. La peur m’envahissait. Lorsqu’on est arrivé sur la place et de les éducateurs expliquaient les règles mon regard se jetait un peu partout autour de moi mais il s’arrêta sur la rue ou plutôt la ruelle entre la bibliothèque et le café. Puis je remarquais qu’Ursus et sa bande n’étaient pas la quand l’éducatrice dit :
-Rendez-vous ici à treize heures pour manger ensuite il y aura un autre temps libre !

Le groupe commençait à ce dispersé mais j’avais trop peur pour bouger. Sur la terrasse du café, les gens riaient et parlaient. Les serveurs couraient, les enfants couraient et criaient, les adultes étaient pressé, les voitures faisaient beaucoup de bruit et les pigeons s’envolaient à cause des chiens en laisse tenu par leur maitre et des chats errant. Je préfère de loin ma campagne tranquille. Comment Lucius faisait-il pour vivre dans un endroit pareil ? Toutes les villes sont-elles les même ?

Après avoir avalé ma salive je me dirigeais à pas décidé vers la ruelle. Je n’avais pas le choix. Je devais récupérer mes vêtements.

Une fois dans la ruelle je voyais la silhouette d’Usus me faire signe de me rapprocher. En me rapprochant je vis un petit sac à dos à côtés du pied droit de ce garçon que je n’apprécie vraiment pas.
-Maintenant Antoine… Bas toi ! Dit-il.
Sur ces mots, je me mis en position de combat comme dans les films. Jambes écartée et mes deux point en face de moi.
Il s’approcha de moi et lança son point en avant. Je réussis à l’esquiver. Il recommença deux fois et je l’esquivai deux fois de plus. Je lançai à mon tour mon point en avant, je visais sa tête mais il attrapa mon point avant de me tordre le bras ce qui me fit crier. Il me lança par terre et me donna un coup de pied dans les côtes gauches. Je me tordis de douleur et me mis donc sur le côté qu’il n’avait pas touché et il me donna un coup de pied dans le ventre. Par réflexe je mis mais de mains sur ma tête et je pliais mes jambes pour les coller sur mon ventre. Comme j’avais les yeux fermé je n’entendais rien mais je reconnu la voix de Conan dire :
-Laisse le méchant !
-On le tabasse aussi Urs’ ?
Dit une voix inconnue assez aigue.
-Ouai ! Disent la voix de Zenon et une autre qui m’est inconnue elle aussi.
-On s’en va les gars. Répondit la voix d’Ursus.

J’entendais les bruits de pas s’éloigner et quand je ne les entendis plus je sentis les mains de Conan en train de me relever en tirant sur mon bras.
-Ils sont partis Antoine. Debout s’il te plaît.
Je me relevais péniblement mais une fois debout je n’arrivais plus à contenir mes larmes et me mis a pleurer.
-Tes vêtements sont dans le sac qu’ils ont laissé. Le sac est ensorcelé, il peut donc contenir des choses à l’infinie. En parlant il me caressait le dos pour me consoler.
Comme j’essuyais mes larmes avec le pull de Lucius, Conan me dit :
- Il ne va pas être content si tu mets de la morve sur son pull.
Je ne pouvais pas m’empêcher de rire. Heureusement qu’il était venu. Je ne sais pas ce qu’il se serrait passé sinon.

On retournait sur la place pour trouver nos amis mais ils n’étaient pas la. Conan ne me disait pas un mot alors en voyant un magasin de musique je dis :
-Fin du mois c’est l’anniversaire de Maximus. Il adore pink floyd. Peut-être lui en acheter un album ?
-Le groupe d’enchanteur qui à fait fureur chez les humains ?
-Oui ! Celui-là.
-Je n’ai pas beaucoup d’argent donc une prochaine fois non ?
-Je n’ai pas d’argent du tout. Je l’ai oublié.
Dis-je en me grattant la tête.
Sur la place il y avait un magasin de bonbon et Conan en a profité pour faire le plein de sucrerie et de biscuit.

Lorsque l’heure approchait, nos amis sont enfin apparut et je fus bombardé de question.
-Alors, il a fait quoi cet enfoiré ? Me demanda Maximus.
J’avais honte d’avoir perdu et encore plus quand les trois filles me regardaient en attendant une réponse héroïque alors que je ne pouvais que dire : « Il m’a défoncé, je ne lui ai même pas donné un coup ». Mais Conan me sauva la vie en disant :
-Antoine à récupéré ses affaires et c’est tout. Conan était si sérieux comme si cette histoire l’affecté lui aussi. Je ne comprends rien.

Au restaurant on a mangé des plats typiquement Italien. L’Italie est un pays du monde des humains. C’était très bon et assez copieux. Lors du temps libre on est resté à huit. Nyon s’était apparemment disputé avec ses deux amis.
Lorsque nous somme rentré, à seize heures, on était très fatigué d’avoir marché et courut dans les rues de la ville lors du deuxième temps libre. Mais j’ai fait mon devoir de science à la bibliothèque avec toute notre bande de la journée car on avait tous le même devoir. Plus tard, On a soupé, on s’est lavé et mis en pyjamas et on était tous rassemblé dans la chambre de Conan et Maximus. J’ai dépassé mes craintes après ces évènements. J’ai tous raconté à mes amis et Maximus à juré qu’il me vengerait. Je compte bien me venger moi aussi.

Demain, j’ai cours. J’écris ces dernière ligne avant de m’endormir et de préparer des idées pour faire des blague à Ursus. La prochaine fois, je ne me laisserai pas faire. Cette nuit est calme car Nyon ne ronfle pas. (Pour une fois). C’est le calme avant la tempête.

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Religion...Coran:Le mystère du chiffre 19
» présentation à la con : Bruno des Baumettes vous salue
» collection dcg dunod manuel et applications + corriges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Histoires :: Nos auteurs :: lameufàlahache-
Sauter vers: