AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Découvrez l'event d'Halloween ici ! •
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

Séparé par l'océan ▲ Douzième chapitre

avatar
Manoblack
Ex-Administratrice - Pastel Beauty
Zodiaque : Balance
Messages : 2410
Pikadollar : 2544
Vos j'aimes : 222
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 16
Localisation : Pas là
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Juin - 13:53
Séparé par l'océan

Douzième chapitre





PDV Keena


L'eau montait vite, et peut-être trop vite, justement. Actuellement, elle m'arrivait au niveau des cuisses, et ne cessait de monter. Mes mains, bien que gantées, trempaient, si je laissais mes bras le long de mon corps, dans ce liquide froid. Je me mouvais dans cette masse tout bonnement glaciale, en avançant le plus posément possible, restant aux aguets des gestes de chacun, et, plus que cela, des longs couloirs qui se déroulaient sous mes yeux.
En sortant une dague, je la tenais sans cesse devant moi, dans mon poing, prêt à découper le moindre chair ennemie s'offrant à ma portée.Car, oui, ce serait eux qui se feraient tuer, pas moi. En prenant un couloir à droite, toujours collée à la paroi noire et bleue derrière moi, je vis alors une silhouette sombre se profiler au bout de ce dernier, et, prenant ma dague près de mon oreille, m'apprêtais à tirer, pour le planter dans la nuque de l'être osant se dresser devant mes yeux.
Puis, lorsque celle-ci me fit face, je me figeai. Dans un mouvement, ce qui s'apparentait à un homme, fit un pas vers l'avant, alors que le soleil venait illuminer sa peau, enflammant la robe rousse qu'il portait, rayée de noir, dans une fourrure magnifique, étant en fait celle d'un tigre. Sous les rayons parvenant à traverser la vitre, il semblait presque qu'il était incandescent, et brillant. Le roux de ses poils semblaient tanguer au moindre de ses mouvements, au dessus de ses muscles roulant sous sa peau, donnant l'effet d'une vague dans cette étendue de rouge, créant une mer sans fin, dont les vagues viennent s'échouer contre la nuque du mi-homme. Il s'agissait de Fukano. Ses yeux semblaient refléter une ambre, dans laquelle une âme des plus réfléchies avait cristallisé, tandis qu'il se mettait à présent à quatre pattes, ayant apparemment décidé de laisser son côté félin prendre le dessus. Ses griffes laissaient un long crissement se propager dans les airs, dans un bruit strident, et plus qu'insupportable, qui venaient directement s'attaquer à mes tympans, pour tenter de les faire exploser. Ses dents étaient sorties, pointues, luisantes, et effrayantes, tandis que sa longue queue venait se balancer de droite à gauche dans son dos, comme cherchant à me déstabiliser.
Sortant d'une main habile une arme à feu que l'on m'avait confié, je le pointais sur l'animal, prête à tirer, alors que ses oreilles à l'air si douces se plaquèrent contre le haut de son crâne. J'eus alors un déclic.
En observant toute cette fourrure magnifique, un fin sourire se dessina sur mon visage. Mon regard brilla alors d'un air malicieux, et, rangeant ma dague, mes doigts se tendirent, alors que, du long de mon corps, mon bras se tendit vers l'avant, afin de mettre ma paume de face, et cacher la face enflammée de Fukano. Autour de moi, mes cheveux se mirent à voler, et, mon regard, se plantant dans celui du jeune homme, devint brillant. Dans une extrême concentration, je ne battis plus des paupières. Mes doigts tremblaient, devant l'effort dont je devais faire preuve, par rapport à cette âme très forte.
Mon don était de pouvoir contrôler les animaux, et, partant de ce principe, je m'étais dit que, tenter de le contrôler, étant donné qu'il possédait une brève partie animale, lui, je pourrais m'en servir comme d'une arme.
Il semblait se débattre de toute ses forces, comme refusant catégoriquement de me suivre, et de m'obéir. Je serrais les dents, sentant un fin filet de sang venir couler sur mes lèvres, et s'introduire entre elles, répandant un goût métallique dans ma bouche, et sur ma langue.
Enfin, je vis ses yeux se recouvrir d'un fin voile de soumission, avant que ceux-ci ne deviennent d'un rouge sang, partant de la pupille jusqu'aux extrémités de l'iris. Ses pattes se dirigèrent à elles seules vers moi, dans un mouvement lent, comme afin de me prouver que j'étais à présent son maître. Il arrive alors à mon niveau, et, en se relevant sur ses pattes arrière, sa tête vint sa nicher au creux de ma paume, prêt à m'obéir.
Alors, me baissant à sa hauteur, je vins lui chuchoter quelques paroles.

«Mène moi à la morgue.»

Il se retourna alors, tel un automate, alors que, dans un simple geste, j'essuyai le sang ayant coulé de mes narines. Dans les longs couloirs, il me menait à l'endroit que, depuis quelques instants, je recherchais, et, bien que cela soit non fructueux, je saurais bientôt où aller.
Ses griffes étaient à présent rentrée dans sa chair, se cachant, et se renforçant dans cette chaleur rassurante qui permettait de ne pas briser l'aiguisement parfait de leurs extrémités. Il marchait dans une parfaite insonorité, tous ses mouvements semblant être d'une légèreté sans pareille, et ses pattes volant presque au dessus du sol.
Il était sur le point de me mener tout droit à une arme des plus puissante... Quels étaient ces personnes à ce point insouciantes de ne pas brûler les corps des défunts...? Ils devraient pourtant savoir que même un corps sans aucune âme pouvait être extrêmement fort. Pourtant, ils avaient fait l'erreur suprême de ne pas supprimer une concentration de pouvoir, pensant celle-ci trop faible, très certainement. On aurait pu nommer cela des débutants. Un sourire malicieux alla donc se scotcher sur mes lèvres. Ils avaient perdu d'avance, si jamais il y avait des survivants. Et puis, même si c'était le cas, où iraient-ils? Nulle part. Sûrement, les terres libres seraient trop loin. Quoi que... Peut-être pas, finalement. Mais qu'est-ce qui affirmait que, si cela avait le bonheur d'arriver, ils survivraient? Rien du tout.
En regardant alors devant moi, je vis une porte grise, enfoncée dans le fond de ce mur trop noir, comme pour mener au pays des morts. La porte elle-même était repoussante, presque à l'aspect crasseux. Elle était brune, presque noir, se morfondant dans la paroi qui la contenait. Dessus, une pancarte se tenait, presque fière, et, dedans, une écritures semblant avoir dérapé, et dans un argenté qui avait perdu toute brillance, des lettres s'alignaient, formant le mot «morgue».
Je souris, c'était là, et j'en étais maintenant sûre. En avançant à présent, le mi-tigre suivit mon pas, comme fidèle serviteur qu'il était devenu. Je savais que, déjà, la teinte de sang qui avait attaqué ses iris perdait sa couleur, virant sur un rouge-orangé qui, bien que fondait, irait sur un dégradé de plus en plus vite, tel un coucher de soleil, et irait s'éteindre, pour revenir à l'ambre initial qu'il possédait. Si je me dépêchais, je serais capable de leur ramener à la fois le corps, et cette bête, que je pourrais guider à nos fins. Celle des Sorden.
En me positionnant en face de cette entrée morbide, je posais ma main sur la clenche, avant de l'abaisser, et d'entrer dans la pièce qu'elle renfermait. C'était sombre, et presque trop stressant comme endroit. Les murs étaient blancs, parfois tâchés de noir, ou d'autres couleurs, sans que je sache de quoi il s'agissait. Et, plus honnêtement, je n'avais pas envie de savoir de quoi il s'agissait... Mes yeux dérivèrent vers la table faite de métal qui se tenait en plein centre de la pièce. Sûrement était-ce ici que l'on étalait les cadavres pour les examiner. Au dessus, seul une lampe se tenait, en éclairant à peine l'étendue présente, ne permettant pas de bien voir. En regardant les alentours, je vis plusieurs tiroirs, tous portaient le prénom de personnes, et tous paraissaient avoir une aura incroyablement sombre. Ils étaient comme étiquetés, c'était pitoyable... On se croirait dans un pré, dans lequel les vaches venaient brouter, et dont, sur leurs oreilles, se tenaient fièrement un numéro. Un tas de bétail, rien de plus.
En observant tous les casiers, je passais mes yeux sur chaque prénom, tous plus étranges les uns que les autres, ou originaux. «Dynamik, Cannella...» Cette fille, je lui avais déjà parlé une fois... Je m'en souviens encore. Mais bon, ce n'était qu'histoire ancienne. Je soupirais un peu, avant de regarder un casier qui, lui, ne possédait pas de prénom. Je fronçais les sourcils, avant de poser ma main sur la poignée, et de la tirer lentement vers moi. Je vis alors un drap blanc, et, en le soulevant, mes yeux se posèrent sur un petit corps.
Je souris. Je l'avais trouvé.


PDV Black


J'ouvris soudainement les yeux, ma respiration étant saccadée. Je posais ma main sur ma gorge, sentant mon pouls accélérer, encore et toujours. Je me sentais mal, comme si une nausée c'était emparée de mon corps tout entier, et ma tête tournait toujours plus vite. Je posais ma main sur mon crâne, en fermant les yeux douloureusement. Qu'est-ce qui m'arrivait? En battant des paupières, je finis par m'adapter plus ou moins bien à la lumière qui tentait de me brûler la rétine.
En posant ma main au sol, je me rendis compte que, en dessous de moi, se tenait du tissus, et, fronçant les sourcils, je regardais où j'étais assise. Partout autour de moi, une longue étendue de draps roses pâles me gardait bien au chaud, alors que le sol se tenait à plus de trois mètres. Au dessus de mon corps, un fin voile blanc de satin me recouvrait, comme si quelqu'un avait eut peur pour ma peau aux allures blanchâtres face à l'éclairage si vif de la pièce. Au dessus de moi, un plafond d'un blanc magnifique me faisait face, m'éblouissant de plus en plus. Je me relevais lentement, faisant voler dans un froissement énervé les tissus en l'air, loin de moi.
Soudain, je découvris que mon corps n'était seulement recouvert que de vêtements d'une légèreté sans pareille. Je ne portait qu'un short bleu clair, qui s'arrêtait seulement à quelques centimètres en dessous du haut de ma cuisse, et surmonté d'une jupe rose dont le tissus était presque entièrement transparent, et descendait jusqu'à mes pieds, ouverte sur le devant. Une ceinture de même couleur que cette dernière, ornée de motifs en or m'entourait la taille. Pour haut, une sorte de débardeur qui s'arrêtait au niveau de mon nombril camouflait les quelques rondeurs que je possédais. Puis, en relevant la tête, je vis une couronne en or entourer ma tête, et un voile bleu flotter au dessus de mes cheveux bruns.
Je ne comprenais pas comment tout cela était arrivé. En me dirigeant vers le bout de ce qui semblait être un lit, je me hissais sur mes pieds nus, avant de tourner ma tête vers le miroir, découvrant avec surprise que mes yeux étaient devenus rouges, tel deux rubis.
Puis, je me dirigeais d'un pas plutôt lent, et peu sûr vers la porte qui s'illuminait contre ce mur semblant si parfait. Où étais-je? Mes fins doigts s'enroulèrent sur la poignet, afin d'ouvrir le battant, et ainsi de pousser de toute mes forces ce qui semblait être du bois plaqué d'or.
Une fois cela fait, je découvris un long couloir, dont le luxe était encore plus présent. De magnifiques fleurs se dessinaient, en plantes grimpantes, sur les murs, alors que, sur des étagères en bois, des vases sculptés divinement, et aux peintures magnifiques, étaient déposés en leurs plein centre.
Au bout, une douce boule bleue dont la lumière venait m'aveugler volait au-dessus du carrelage blanc et rose. Je courus vers elle, étant soudainement attirée vers cet objet suspect. Ma peau claquait contre le sol, alors que les bracelet en or qui tenaient mes poignets venaient caresser la paume de mes mains. Pourquoi voulais-je atteindre cet objectif? Parce que, étrangement, je sentais que, si jamais je l'atteignais, je pourrais voir ma jumelle, pouvoir la serrer dans mes bras. C'était instinctif.
Je posai alors mes deux mains sur la boule, avant que tout ne s'éteigne, et que je ne sois projetée contre un mur. Je gémis d'une légère douleur, mais, en relevant mes nouvelles prunelles rouges, je vis que je me trouvais actuellement dans la salle des armes du sixième grade. Puis, un long frisson parcouru mon échine, et je me rendis compte que je trempais actuellement dans une eau glaciale. Mon sang ne fit qu'un tour, et je me relevais brutalement, totalement surprise.
Qu'est-ce que de l'eau faisait ici?
J'entendis alors des cris venant de derrière la porte de la pièce où je me trouvais, et, déjà perdue dans tout ce que je vivais, sans qu'aucune réponse ne me parvienne, je pris le premier arc et carquois sur lequel je tombais, ainsi qu'un fouet et une dague. Si quelqu'un criait, et qu'il y avait de l'eau, quelqu'un était forcément en danger. Or, pour surmonter le danger, il faut se battre.
J'ouvris alors l'entrée, et, dans le couloir, je découvris un des plus grands chaos auquel je n'avais jamais eu affaire. Autour de moi, les hommes et les femmes couraient, fuyaient où la sécurité semblait présente, mais où la mort, sûrement, les attendait de pied ferme.
Je déglutis, et, en voulant sortir, je réussi à percevoir le froissement d'un tissus venant juste à côté de moi. Je tournais donc la tête, et y découvris un homme, à moitié camouflé. Je ne le voyais pas très bien, mis à part ses yeux saphir qui m'observaient, et semblaient m'obliger à faire comme s'il n'existait pas. Malheureusement pour cette personne, jamais je ne me fiais aux choix des autres, sauf les personnes dont j'étais proche. Il sembla bien vite remarquer mon entêtement, et, en se relevant, il sortit de la pénombre. Je pus alors mieux voir les traits de son visage blanc, la fine barbe qui s'étalait sur le bout de son menton, afin de remonter sur ses joues creuses. Son nez était très légèrement pointu, et ses cheveux châtains retombaient en quelques boucles dans le creux de sa nuque.

«Qui es-tu?, demandais-je sur la défensive.
-Appelle moi Bob. Mais je ne pense pas qu'il soit temps de se taper la discussion.
-Je ne te connais pas, et, tant que ce sera le cas, je ne te laisserais pas circuler ici.
-Très bien, je m'appelle Bob Lennon, j'ai vingt ans, et ne possède pas de don. Après avoir remarqué cela, Léo m'a permis tout de même de vivre tel que je le voulais, tant que je restais dissimulé aux yeux de tous. Alors, ça te va, ou bien tu veux un exposé sur ma vie à partir de ma naissance?»

Sans vraiment savoir pourquoi, je le croyais, et, ce fut pour cela que je ne répondis pas à sa dernière question. Il sembla comprendre que je ne comptais pas parler davantage, et opina du chef, comme pour consentir à ce manque de parole apparent dont je faisais preuve. Quelques instants après, je le vis me regarder de la tête aux pieds, l'air amusé. Ce fut ainsi que, soudainement, je me rappelais des vêtements étranges que je portais. Sans rien dire de plus, je sortais, en sentant le châtain me poursuivre. Je levais légèrement les yeux au ciel, ne comprenant pas pourquoi il faisait cela, après tout, nous ne nous connaissions pas, et, s'il n'avait pas de don, il n'avait pas pu suivre tout l'entraînement, et donc, était plus faible. Qu'es-ce que cela lui apporterait de me suivre? En lui coulant un regard en coin, je vis qu'il avait un regard déterminé, comme s'il refusait de voir tous ces gens souffrir. Pourtant, je ne pensais pas qu'il me suivait pour cela...
Soudain, je la vis. Et, sans plus réfléchir à la venue de l'homme que je venais tout juste de rencontrer, je fus un peu rassurée de voir sa belle chevelure. Elle se tenait entre deux monstres noirs, énormes, qui semblaient tenter de l'attraper. Mais, à chaque fois, Cékia reculait, sautant dans une agilité presque impossible en arrière. Je l'admirais, rien que pour cela. Pour toutes ses capacités d'esquive.
Je pris mon arc, avant de le bander, visant les yeux des deux colosses, qui se prirent deux flèches chacun, dans un bain de sang de même couleur que leurs peaux. Enfin, je me jetais sur ma jumelle, l'attrapant vivement, et la serrant dans mes bras de toutes mes forces.

«Black! T'étais où?! J'ai eu peur, moi!, me dit-elle en répondant à mon étreinte.
-Désolée... Je ne savais moi-même pas où aller, ni que faire...»

Elle me fit un sourire bienveillant, comme pour me rassurer, me dire que ce n'était rien, à l'aide de ses magnifiques yeux vairons. Elle regarda alors mes iris rouges sang, et, fronçant les sourcils, comme me posant une question silencieuse. Je n'eus même pas le temps de répondre, que je sentis une main attraper mon poignet, et me faire reculer, en voyant soudainement une énorme main griffue apparaître dans mon champ de vision. Les ongles de la bête se plantèrent dans le sol, là où je me tenais il y a quelque secondes à peine. Devant moi, Bob nous regardait, et je vis alors ma jumelle être surprise. Comprenant alors que ce n'était pas la première fois qu'ils se voyaient, mon esprit curieux s'activa.
Malheureusement, le temps aux questions n'était pas arrivé.

«Fuyez!»

Je ne me fis pas prier, et pris mes jambes à mon cou, tentant d'aller le plus vite possible au loin. Je savais ma jumelle rapide, et n'avais par conséquent pas de soucis, pour l'instant, à me faire. En la sauvant des griffes de ces horreurs, j'étais parvenue à m'éloigner de quelques bons mètres, ils ne pourraient pas nous rattraper trop rapidement.
En tournant dans ce dédale de couloir, je vis alors une scène qui me glaça le sang. Je me stoppai dans ma course, et, les yeux écarquillés, je fis un dernier pas vers l'avant, en observant le sang glisser le long du bras de cet homme inconnu. Tout ce que je voyais, en ce moment, c'était ses cheveux de couleur charbon, et la peau pâle de sa main, tenant une dague, qui se présentait à la gorge blanche d'un jeune homme, tremblant. Ce dernier tentait de faire reculer son agresseur, alors que ses cheveux semblaient retomber dans ses yeux gris, paniqués. Il s'agissait de Nocxx. Aucun des deux combattants ne m'avait vu.
Pourtant, cela ne dura pas bien longtemps, car, devant cela, la dague que j'avais attrapé avait glissé entre mes doigts, et, dans un bruit métallique qui résonna, tomba lourdement au sol, laissant un regard aussi noir que les cheveux de ce fameux inconnu se tourner vers moi.

«Qu'est-ce que tu fais là toi? Je t'avais pourtant... Oh. J'ai du oublier de fermer le portail...
-Je ne sais pas qui vous êtes, mais je vous conseille de le lâcher.»

Un ricanement sortit des lèvres du jeune homme, alors qu'il se fichait ouvertement de moi. Je ne supportais pas cela, et, ne faisant même pas attention à la deuxième partie de sa phrase, je serrais les poings.

«Je vois que tu n'as pas énormément de patience, très chère princesse.
-Je ne suis pas une princesse, et vous m'énervez rien qu'en maltraitant ce jeune homme.
-Tu te trompes, tu es bien une princesse. La couronne que tu as gardé le prouve. Et, ne t'inquiète pas, je ferais tout pour que tu m'apprécie.»

Portant ma main à ma tête, je me saisis vivement de l'anneau qui entourait mon crâne, avant de le jeter à terre, le voile qu'il supportait s'envolant dans le fond d'un corridor.

«Lâchez-le.
-Ne joue pas à cela... De toute évidence, un mort de plus ou de moins ne changera rien,dit-il en ricanant.»

L'inconnu promena lentement son doigt sur la plaie qu'il avait lui-même ouvert, s'amusant avec le liquide rouge et poisseux qui coulait. Il vint alors porter son doigt à ses lèvres, en léchant cela comme s'il s'agissait de la boisson la plus délicieuse existant. Un profond dégoût s'attaqua à mes entrailles, et je serrai les dents.
Sans tenir plus longtemps, je sortis mon arc de derrière mon dos, et, enfilant une flèche sur la corde, je visais le crâne de l'être aux cheveux noirs, tout en relevant le menton, et le fusillant de mon regard vermeille. Il rit un peu, en venant passer le châtain, tremblant, devant lui, avec un grand sourire malicieux.

«Allons, princesse, vous n'allez pas me tuer...
-Je n'hésiterais pas si vous ne le lâchez pas dans les quelques secondes qui suivent.
-Très bien... Dans ce cas...»

Il attrapa violemment les cheveux du jeune homme, en relevant ainsi son menton, lui faisant lâcher un gémissement de douleur.

«Sauras-tu penser à moi sans relâche, afin de ne pas le tuer?»

En serrant les dents, je renforçais ma prise sur la ficelle, avant de la tendre encore plus. Si je pensais trop à sauver Nocxx, la flèche risquait de se décocher et d'atteindre le cœur d'un allié. Ce n'était pas ce que je souhaitais... Si je me loupais... Il mourrait. J'inspirais à fond, laissant toutes mes pensées se guider vers l'inconnu, puis, dans une peur blanche, lâchai la flèche, qui siffla dans les airs.



PS: Niouky les Zorua!
Je ne sais comment commencer ce PS... Tout d'abord, je tiens à vous prévenir qu'il ne nous reste plus qu'environ deux chapitres (sans compter l'épilogue), avant la fin de cette histoire. C'est triste, je sais... Non? Bon, d'accord.
J'étais un petit peu inquiète par rapport au fait que je n'ai pas eu énormément de retours au dernier chapitre, je me suis un instant demandé s'il ne vous avait pas plus. Mais, après réflexion, je me suis dit que, finalement, tant que cela me plaisait à moi, si ce n'était pas votre cas, c'était dommage, mais tant pis.
NE ME TUEZ PAS POUR LE SUSPENS DE FIN :ccc
Alors, pas trop dégoûtés qu'il n'y ait pas de morts dans ce chapitre? Razz
Sachez que, à partir de maintenant, presque tout ce qu'il se passe aura un impact pour la saison deux de SPO!
Donc voilà, je me suis quelque peu rattrapée par rapport au manque de mots du dernier chapitre, et c'est là-dessus que je vais vous laisser partir.
Je suis contente, comme toujours que vous ayez lu, si vous avez aimé, merci de me laisser un commentaire, et d'appuyer sur le petit "+" en haut à droite!
Sur ce, à dimanche prochain, je vous aime, bisous les Zorua! :DD  :coeur:



(c) Blacksmoothie





___________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cékia
Sadique Régulier
Zodiaque : Poisson
Messages : 1549
Pikadollar : 2002
Vos j'aimes : 97
Date d'inscription : 17/06/2014
Age : 16
Localisation : je ne sais pas trop...
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Juin - 14:24
OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG COMMENT ÇA JE T'AI PAS SUIVI ? OU JE SUIS ?

QUE FAIS BOB ? LA FLECHE ? POURQUOI PRINCESSE ? T'ES SENCÉ ÊTRE MA JUMELLE NAN ?

LE PREMIER PDV OMG OMG OMG OMG

LE DEUXIÈME OMFG OMFG OMFG

majuscule powa pour faire comprendre que j'adore x)

___________________________________________________



SADIQUE mais kawaii AVANT TOUT !!!
Impératrice du kawaii
Déesse du dawa et du flood
Fanatique des cookies

SADIQUE FOREVER MA NATION MAGGLE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nizzy
Sadique en or
Zodiaque : Capricorne
Messages : 2714
Pikadollar : 3343
Vos j'aimes : 136
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 18
Localisation : Je me le demande moi-même...
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Juin - 14:29
Désolée de ne pas avoir laissé de commentaire la fois dernière. .. Avec les épreuves qui approchent à grand pas j'ai un peu la tête ailleurs et je n'ai pas eu le temps de commenter, mais ne doute pas de la qualité de tes chapitres, ils sont géniaux! 

Maintenang, commençons par la première partie de ce chapitre. Keena... Je ne l'aime pas. Elle doit avoir ses raisons mais elle nous trahit et participe à la destruction et à leur attaque contre nous! Il faudrait vraiment une très bonne raison pour lui pardonner (Grosse rancunière xD). Et en plus elle contrôle Fuka et veut l'emmener avec eux?! Xy ne va pas être contente! (Même si je dois l'avouer, c'est ingénieux de la part de Keena)
Sinon, le corps qu'elle cherche étant donné qu'il est petit, ce ne serait pas le corps du bébé de Nine et Frigiel? (Bon j'avoue que pour le coup il serait vraiment très petit) 

Pour le deuxième PDV, quand j'ai lu qu'ils avaient changé tes vêtements et que tu te retrouvais dans un endroit louche je me suis dit: "Mais WTF? Elle a été droguée ou quoi? Et si elle a changé ses vêtements, c'est que quelqu'un l'a vu nue?!". L'inconnu semble en savoir beaucoup sur toi, ça serait dommage dans un sens qu'il meurt parce qu'il pourrait répondre à certaines questions. Mais en même temps je préfère que Nocxx reste en vie alors, tu n'as pas intérêt à te planter avec cette flèche!!

Une fin de chapitre bien sadique comme toi! Et on peut sentir l'avancement dans la fiction et les éléments qui se construisent pour la saison deux, ça donne super envie de lire la suite! Wink
Bisous ♥️

___________________________________________________



Ma fiction: La faction avant les liens du sang

~Pour bien écrire le mot amour, il y faudrait plus d'encre qu'il n'y en a au monde.~
~Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves.~
~Au pays du rêve, nul n'est interdit de séjour.~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CrazyMurderer
Administratrice - Ministre des Vampires Sadiques
Zodiaque : Bélier
Messages : 1067
Pikadollar : 3161
Vos j'aimes : 85
Date d'inscription : 30/07/2014
Age : 18
Localisation : Unys
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Juin - 16:45
Tu as un réel talent pour l’écriture, tel qu'on n'est que absorbés par tes chapitres. J'adore beaucoup l'ambiance et l'action de ce chapitre. Princesse? Hum princesse de quoi? Du peuple de cet inconnu? donc des Sorden? Ou alors d'un troisième peuple pire que ce dernier? Si l'inconnu n'est pas trop bête il va se servir de Nocxx comme d'un bouclier humain, mais il dit qu'il veut que tu l’apprécie. C'est très contradictoire donc mais je suppose que c'est de l'ironie, peut être un peu involontaire. En tout cas c'est très flou et ça donne très envie de savoir la suite. Continue comme ça Very Happy

___________________________________________________



Merchi Blackeur :coeur: :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2654
Pikadollar : 3949
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Juin - 5:18
O_O
Que va-t-il se passer ensuite ? La flèche va-t-elle toucher Nocxx ou l'inconnuquej'aimepas ?
Raaah je veux savoir !!! TwT

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miss Otaku
Sadique Régulier
Zodiaque : Cancer
Messages : 1644
Pikadollar : 2912
Vos j'aimes : 107
Date d'inscription : 18/06/2015
Age : 15
Localisation : Dans ton c... Cadeau de Noël. J'étais en promo, on m'a achetée, voilà...
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 24 Juin - 12:47
Ah, tant de suspense! Ben, je vais lire la suite. Salut, salut!

___________________________________________________

Avant, j'étais une sadique active.
Mais ça c'était avant, laisse tomber.
Maintenant je suis une auteure qui n'a que des pages blanches, une dessinatrice qui fait sa vie pépère et une Otaku qui lit 40000 choses en même temps.
Mais coucou à toi, qui que tu sois.
 :huug:  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asallé
Sadique Présent
Zodiaque : Gémeaux
Messages : 2084
Pikadollar : 2457
Vos j'aimes : 63
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 16
Localisation : Dans l'AIN
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Juin - 13:58
"Pas trop dégouté qu'il n'y ai pas de mort dans ce chapitre "
Non Smile
PAR CONTRE TROP DE SUSPENS
QU'EST-CE QUE LE BÉBÉ MORT VIENT FOUTRE LA DEDANS
LE BÉBÉ
UN BÉBÉ
S'IL LUI ARRIVE ENCORE UN TRUC MAINTENANT D: ...
PIS TON SUSPEND DE FIN GNIAAAAAAAAAA
PIS J'AIME BIEN CRIER
PARCE QUE JE CRIS A L'ÉCRIT MOI
C'est un très bon chapitre :')

___________________________________________________

Bjr, jsuis gentille



be happy

Je suis une fan d'art, dans toutes ses formes, même passant par le maquillage et les tatouages
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dépôt du logo à l'INPI...sous quelle forme?
» demarches administratives
» Giovanni Pianori - 1855
» Religion...Coran:Le mystère du chiffre 19
» présentation à la con : Bruno des Baumettes vous salue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Manoblack-
Sauter vers: