AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Envie de refaire un vieux texte ou dessin ? Venez voir par ici !
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

L'Azenet au bois dormant

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
M.S
Petit Sadique
Messages : 952
Pikadollar : 1540
Vos j'aimes : 83
Date d'inscription : 16/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Nov - 14:43
Bon je reprends la com...

« 1 ! » « - Aypierre, mon garçon ?- Oui, ma Reine ? » bien trouvé, agréable.

« 1 ! » Alors ce n'est pas une critique. Juste une constatation. Il faut dire que ce que j'écris est très très souvent sérieux. L'humour ou le ridicule ont une très très petite place dans mes textes. Mais cela ne tiens qu'à mes goûts. Par exemple, je n'aime pas Stendhal pour la liberté de sa langue et le grand ridicule attachants de ses personnage. Voilà, je suis plus genre Balzac, et ton texte est plus genre Stendhal. Avec une telle comparaison, tu vois bien que ce qui va suivre n'est pas une critique. Bref pour en revenir au fait, j'ai remarqué pas mal de ridicule dans ton texte. Un exemple parmi tant d'autre ; « La fée déchue sembla réfléchir quelques instants, et il se tourna à nouveau vers le souverain et son conseiller. - Très bien. Dans ce cas... » Imaginons que j'ai été l'auteur, je n'aurais jamais mis de comique dans une scène aussi dramatique. Je suis d'accord avec la pensée du XIX qui dit que le comique tue les autres registre, que cela soit le lyrisme ou le pathétique. Dans ton texte, tu suis le courrant de pensée qu'incarne Stendhal, c'est à dire que non, ce n'est pas le cas, le comique peut se marier à d'autre registre. Donc voilà, ce n'est qu'une question d'école littéraire. Je ne critique pas ton choix, loin de la, je le constate.

« 3 ! » « il regardait les étoiles qui parsemaient le ciel. La nuit était calme et aucun nuage ne venait cacher la voie lactée. » alors là si Nyal est toujours là, elle va se mettre à rire. Attention, on va parler de la DESCRIPTION. Ce qui me connaisse savent ce qui va suivre.
Je trouves qu'il y a un grand manque au niveau de la description et là par contre c'est une critique très grave. Déjà, il y en a très peu. IL y en a si peu que parfois il y a un vrai manque que l'on ressent bien. Et quand il y en a, elles sont superficielles. Elles manquent en force. Je vais t'expliquer ce que je reproches à tes descriptions, est ce que juste je peux te demander d'aller lire cela ( http://communautesadique.forumactif.fr/t5044-le-mouvement-litteraire-la-description ) c'est que j'y traite ce sujet et que j'ai la flemme de tous réécrire, déjà que les coms prennent pas mal de temps j'espère que tu comprendras.

Bref tu l'as lu ? C'est bon ? Non, pas encore ? Bon bas lit le car je m'appuie dessus pour la suite et que si non je parlerais dans le vide. Donc, maintenant c'est bon ? Aller on y va

D'abord une description qui ne tiens qu'en deux phrases ne te mènera nulle part. Il faut développer un peu. Une description, enfin celle là, sert à nous faire entrer dans une ambiance, comment veux tu que l'on puisse le faire si tu nous en donne pas le temps. Bien sur c'est la qualité qui compte et pas la quantité, mais la qualité ne peux pas être là si la quantité est aussi maigre. Après attention, je ne dis pas de mettre plein de détail inutile ! Non non ne dilue surtout pas ton texte, surtout pas !
Ensuite pour le contenue, ne te restreint pas qu'à la vue. Vraiment, ne fait pas cette erreur d'oublier les autres sens. La vue de fait pas tous, il faut recrer le décors sensitif, il faut que tu utilises les autres sens, ou qu'au contraire tu n'en utilise qu'un, mais il faut que cela soit voulu ai maîtrisé. Et la vue seule vraiment non.
Bon après il y a l'image poétique, mais j'en ai déjà parler.
Ensuite il y a « la vue magnifique » magnifique est fait partie de ces mots de jugement qui sont très dure à manier et qui sont très traître. Magnifique ne m'apprends strictement rien à moi lecteur, c'est un mot vide. Il faut que tu me fasses voir le ciel magnifique, ne dit pas qu'il est magnifique, cré le magnifique.
Mais vraiment, tes textes feraient un progrès incroyable en améliorant la description. ( et oui, je reconnais que c'est pas très sympa de te renvoyé quelque part comme je l'ai fait avec le lien, désolée, mais j'espère que tu comprends )

« 1 ! » « La lumière du soleil lui piquait les iris. » Alors oui bon, je me suis dit que quand même je n'avais pas l'infinie de temps. Donc j'ai décidé d'aller un peu plus vite. De laisser filler quelque petites remarques, je ne veux pas être encore dans deux semaines en train de commenter ton texte. Tu m'excusera XD. Bref j'ai laisser passer trois points de vue avec cette remarque au bout des doigts sans trouver d'exemple trop marqué pour que cela vaille la peine. Bon la j'en ai un. La remarque en elle même n'est pas très importante, mais bon. Je voulais te parler, à nouveau du vocabulaire. Je penses bien que tu sais où sont les iris dans l’œil. Je ne t'apprends donc vraisemblablement rien quand je te dis qu'il n'y a aucun photorécepteur sur l'iris et donc que la lumière ne peux pas faire mal à l'iris mais à la rétine. Voilà, il s'agissait juste un problème de précision du langage. On comprends très bien ce que tu veux dire. Par analogie, oui iris, œil, on fait la relation. Mais il n'en reste pas moins que les mots ont leur sens propre qui fait que l'on ne peut pas les substitué les uns aux autres. Tu peux utilisé des champs lexicaux, et c'est très bien, mais il est quand même très important que tu fasses attention à la précision de langage. Ce n'est pas cette phrase qui est importante, je veux que tu comprenne bien cela. C'est une remarque à appliqué à l'ensemble du texte. Il y assez souvent ce genre de petit saut, ce n'est pas grave en soit, mais c'est quand même un peu gênant et puis maintenant que tu le sais, c'est bon ^^

« 2 ! » « Ce dernier avait plongé ses yeux dans les siens » bon je repasse a l'assaut XD Ce genre de phrase ne te semble pas déjà très très utilisé ? Ce genre expression sont devenue tellement cliché. A force d'être utilisé a tous vent, elle s'est usée et devenue assez insipide. Elle a tellement peu d'originalité qu'elle n'a plus de goût. Cela décrédibilise le sentiment que tu tentes de faire naître. C'est dommage. Je ne te dis pas de ne pas utilisé ce genre d'image, mais il faut que tu sache quelle n'a aucune valeur tant que tu ne lui en donnes pas une en lui donnant quelque chose qui t'ai spécifique. Je sais c'est très très compliqué ; Mais ce n'est pas une raison pour ne pas commencer à chercher, si ? On ne peut pas tous inventer, c'est claire, mais il faut réinventer ce que tu utilise. Je ne te demande pas d'inventer tous les images poètiques que tu va utilisé, c'est impossible. Ni Rimbaud, Ni Hugo, Ni Ronsard, il n'y a pas un auteur qui ai été totalement nouveaux, mais ils ont tous réutiliser cela ne modifiant et c'est ce qui fait que leur style est extraordinaire.

« 3 ! » « Toujours en pleurs, il partit vers les appartements du roi. Il devait le prévenir. Il avait traversé tout le couloir, ses joues toujours baignées de larmes » Ai je besoin de préciser ce que je reproche dans le fait de trouver « toujours en pleurs » et a peine une ligne plus trad « toujours baigner de larme » ? Oh non, ne crois pas que ce soit la répétition de l'adverbe que je te reproche. Enfin si, mais ce n'est pas le plus important. C'est répétion, je me plais à croire que tu ne l'as pas vu à la relecture, j'espère que tu ne l'as pas laissais passé volontairement ^^ Ce dont je veux parler et plus grave. Il s'agit de ce que ma chère Nyal a relevé. Tous doit avoir une importance. Or là qu'est ce que ces mots m'ont apprit de nouveau ? C'est la même idée qui est redite. Il n'y a ps de progression. Il faut que chaque mot ai un but, qu'il amméne quelque part, qui apprenne quelque chose. Il est tellement dommage que j'ai à te faire ce reproche tant de fois.

Et je suis désolée du ton assez sec de cette deuxième partie de commentaire, qui est moins joyeux que la première partie.

« 2 ! » Ensuite je n'ai pas de citation précise. Mais j'ai bien aimé la scène entre Aypierre et Zerator après l'assoupissement d'Asenet. Elle est très douce, On sent bien le réconfort qu’apporte Zerator. C'est très agréable et pour une fois je trouves que ton style très simple apporte vraiment quelque chose. Cela donne de la sincérité à la scène. Voilà, elle est sincère, et cela tu l'as réussit par ton style et sa simplicité. Bravo, c'est réussit

« 1 ! » « Cinq jours. » petite ellipse, toujours très sympa. Tu nous a épargné la description de la douleur de l'annonce, je t'en suis reconnaissante. Ce n'était pas nécessaire de nous en parler et tu ne nous en à pas parler, c'est donc super !

« 2 ! » bah on fini par repasser dans le positif, c'est une bonne nouvelle ^^ « La reine, elle, s’était retirée dans son château de campagne, espérant que la distance l’aiderait à oublier le malheur qui s’était abattu sur son enfant. » C'est vraiment très bien réussit. Pour la réalité humaine, ce genre de réaction est très humaine, cela ajoute du réaliste. Cela fait vraiment du bien. Je n'ai strictement rien à reprocher à cette phrase. Il n'y a que des compliments à lui faire. Elle est très bien. Après j'aurais évité de mettre deux subordonnées imbriquée, mais bon ( XD je suis incorrigible )

« 3 ! » « Aypierre avait la main posée sur la poignée de la porte » alors là on va parler rythme du récit. Le rythme du récit est le rapport nombre de ligne / temps écoulé dans l'histoire. Il peux donc être très très rapide ( exemple le résumé : cela faisait 5 ans qu'il était arrivé dans la région, 5 ans qu'il travaillait dans les champs, 5 ans pour apprendre à connaître cette nouvelle vie qui serait désormais la sienne ) ou bien très lente ( exemple la pause descriptive : Et la main sur la porte de la poignée, il hésitait. Il sentait les rainures du bois que l'usure avant polie. Dans son dos, le dous soleil de printemps le poussait gentiment, comme un encouragement d'aller de l'avant ) dans le premier cas, c'est 5 ans qui se sont passé en 2 lignes , dans l'autre 2 secondes. Bien mes exemples ressemble beaucoup à ce que tu as fais, c'est voulu. Tu nous mets deux rythmes très différent cote à cote. Les sauts de 5 ans puis une longue pause avec notre ami Aypierre. Et c'est génial, j'adore ce contraste ! Cela rompt la monotonie de la narration, c'est super ! Cela donne de la vie au texte, du mouvement, c'est super bien. Bon encore je vais regretter que cette vie ne soit pas présente dans les autre point de vue, mais bon. En tous cas, là c'est super. Et puis reprendre sur « Relevant les yeux qu’il avait abaissés sur la poignée, » c'est a dire ce qui commença la pose, bref c'est bien continue ce genre de chose.

« 2 ! » « - Zerator m’a dit que tu souhaitais me parler de quelque chose d’important. Je t’écoute. » joliment dit. C'est agréable à lire. Et la réponse d'Aypierre est aussi très bien formuler. Bravo. Il es si rare que je n'ai que «  c'est bien » à dire. Toujours j'ai une petite citique, un petit « mais ». Il n'y en a pas là, donc bravo. Et je dois ajouter que la simplicité de ton style que je critiquais et que je critique encore pour certain passage, ici encore est un vrai avantage. Voilà, ton texte reflète énormément de sincérité et cela fait plaisir. C'est un des reproches que je fais à ma propre écriture, le manque de sincérité. Et ce reproche je ne peux pas te le faire.

« 3 ! » « Aypierre passa les dix années suivantes » quand on parle de résumé. Bref, tu fais vraiment varier le rythme de la narration, c'est génial. Tu ne le faisait pas au début, c'est dommage. Il y a un truc dans l'écriture, c'est la vie du texte. Qu'importe de qui est raconté, qu'importe comment cela est raconté avec quel style, le texte prends vie s'il n'est pas monotone. Il y a plein de moyen de le faire bouger, varier les perspectives narratives, les points de vue, analepse et prolepse, et bien sur le rythme du récit ( je dois en oublier ) bref, tu ne joue pas du tous sur ces cordes là et je trouve cela vraiment dommage. Jusqu'à maintenant les points de vue suivaient tous le même schéma. C'est incroyablement monotone. IL n'y avait pas cette vie et là tu commence à jouer sur le rythme de récit et tous à coup ton texte prends vraiment une autre tournure. OUI ! Il prends vie ! Quelle différence incroyable ! Quelle plaisir ! C'est incroyable ce que cela apporte. ET pourtant tu n'as touché qu'au rythme, touche aussi au reste, va s'y ! se serait tellement super ! Déjà que là l'effet est immédiat, alors quoi fait le encore plus. Donc bravo pour cette amélioration brutale vers le fin. Cela fait très plaisir à lire.

« 3 ! » « Elle avait brisé le cœur du brun. » ;( bon je sais, j'en ai déjà parler. Mais quand même, cela me fends le cœur après l'enthousiasme dont je fais preuve un peu plus haut. Tu n'as pas sentis à la relecture combien cette phrase était bancale à cause de ce complément du nom ?

« 1 ! » « Aypierre était un jeune homme droit et brave » bah je te fais pas mal de reproche sur le voc que tu emploie ( enfin c'est surtout sur la mainère dont tu l'emploie, mais quand même si les mots que tu choisi aussi ) et bien là je vais te faire un compliment. « Brave » est très bien trouvé. Avec toutes l'histoire que porte ce mot. Sa valeur symbolique. Bref, c'est une belle trouvaille.

« 1 ! » « qu’on essayait de lui faire porter. » cette violence de la part d'Aypierre. XD J'aime cela ! Et puis j'aime bien que tu manie un peu la rhétorique même si c'est un peu surprenant avec ton style. Cependant cela ne sera jamais moi qui te dira qu'il ne faut pas complexifier la manière de dire les chose. Bien au contraire, donc cela à tous pour me plaire.

« 2 ! » « - Voici donc le prince Azenet... dit timidement la voix » après une petite analepse nous revoilà au présent avec un retour à la réalité amorcé par du discours directe. Enfin ! Voilà, ton texte prends vie, je ne disait bien que j'avais oublié des trucs dans le liste non exostive que je faisait plus haut. Des moyens pour donner de la vie à ton texte, pour qu'il ne soit pas monotone il y a bien sur la manière de rapporter les paroles. Et là c'est très habilement placé. C'est réussit comme transition.

« 1 ! » « Il s’approcha de quelques pas, de façon à voir ses trais fins de plus près. » bon, je t'ai déjà parler de « le brun » maintenant je vais te parler de « trais fin » XD mettre « son visage » n'aurait pas été plus jolie ? Ne te laisse pas si influencer par le mode. Et puis il n'était pas forcé de mettre le but, il s'approcha tous court aurait été moins prosaïque. Plus habile et plus poétique, mais garde ton complément de but si tu veux, mais les « trais fins », s'il te plais...

« 1 ! » « des Plaignants à longueur de journée se Plaindre de Problèmes auxquels il ne Portait » wo ! On se calme, c'est quoi cette allitération ? Tu me fous 4 fois le son « p » dans ta phrase, qu'est ce qui se passe tous à coup ? À je sais, c'est cool de faire entendre le texte, en effet on entent les pleines avec ton allitération comme on entends les serpents dans Andromaque ( pour qui sont ces serpents qui siffle sur vos têtes ? ) mais je pas dire, c'est quand même un peu fort tous à coup, non ? Et plus plaignant, se plaindre, si tu vois ce que je veux dire... Mais enfin bref, c'est quand même une jolie tentative, refait la même chose, mais en plus subtile et la ce sera bien. ^^

«  Il ne possédait pas la patience de Zerator, ou la froideur réfléchie de Fukano. » et bien ma chère, je vois que tu utilise les figures de la rhétorique. C'est une jolie parallélisme ce que tu me fais là. Bref ton texte deviens agréable à lire. C'est pas que je n'ai pas aimé lire le début, mais quand même un peu XD Et la fin n'a rien à voir, absolument rien à voir. Bon il reste pas mal de chemin, mais quand même ^^.
et ah oui, cela contribue un peu à complexifier un peu ton style ce qui me plais aussi beaucoup.

tu as sûrement remarqué que je n'ai pas parler de pas mal de passage vers la fin. C'est que je garde le meilleurs pour la fin. Et maintenant que tu as répondu à ma réponse, je vais pourvoir te mettre cette deuxième partie ( oui j'attendais ta réponse ^^ ) tu n'auras pas la suite du com avant de m'avoir répondu ( ha ha ha rire machiavélique, j'ai la suite du com en otage, je demande la rançon de la réponse )

___________________________________________________



http://communautesadique.forumactif.fr/t411-et-si-la-chm-s-etait-passee-autrement

mon portrait fictif par Mad Démon:
 
Revenir en haut Aller en bas
M.S
Petit Sadique
Messages : 952
Pikadollar : 1540
Vos j'aimes : 83
Date d'inscription : 16/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Nov - 15:19
Floraly

Bon bah du coup, réponse à la réponse de la réponse de la réponse

"Elle sait que les commentaires longs ça me stresse" ah ? et bien tu n'es pas sortie d'affaire avec moi. Répétons son bon mot, RIP floraly

"ce n'est pas rien, quand tu commentes un texte !" XD C'est sûr, merci du compliment, je mets un certain point d'honneur à avoir du niveau.

"Par fait." bonne réponse. Tu n'aurais pas été sortie d'affaire si tu m'avais dit que tu faisait cela par philo. Tu te serais même taper un com plus grand que celui que je viens de t'écrire dans le quel j'aurais exprimé mon opposition à cette idée.

"par flemme" je comprends parfaitement, C'est pas un truc marrant la relecture...
"ou parce que je ne sais pas trop comment m'y prendre." Moi je peux t'en donner de la méthode. Il y en a plein avec toute des qualités différentes. Je penses que je peux tous d'abord te conseillé celle de Flaubert. LIt ton texte à haute voix. lis le fort. Flaubert criait, je crois que cela va être un peu compliqué de crier. Mais lit le à haute voix et de toi même tu entendras les problèmes principaux, la phrase te paraîtra étrange, un mot ne sonnera pas bien, la structure te semblera pas très française ou du moins bancale, enfin bref des que ta langue fourche ou que cela ne sonne pas bien à ton oreille, revois ce qui a causé problème et tu verras, cela apporte beaucoup. Après quand dans ta relecture, il y a des phrases en plus qui te vienne, n’hésite surtout pas à les ajouter ! Alors là, n'hésite vraiment pas.
Bon s'était la méthode la moins fatigante, après il y en a plein d'autre, je t'en parle quand tu auras tester cette première là.

"Mais je t'avoue que les cours de français, ça me gave un peu... Je sais qu'on apprend aussi en faisant de l'analyse, mais là je fais que ça en cours et je t'avoue que c'est un peu barbant..." première ? L, S, ES ?
Alors oui, je suis d'accord avec toi, moi aussi je me faisait un peu chier en cours de français ( un peu ) mais c'est qu'en première on ne nous donne pas de but. C'est comme un formule de math que l'on apprendrais sans jamais avoir à s'en servir. Cela semble très inutile, mais après l'on découvre à quelle point cela donne des outils et même des armes. Tu fais ce que tu veux quand tu sais parler.

pour le plan, cela viens avec le besoin. Il va venir lentement de lui même, au fur et à mesure que tu contrôlera ton écriture. Moi je fais un tableau avec des tirets, pour un seul événement, je mets ce qu'il se passe, ce que je veux faire avec le lecteur, quelle conduite je lui dicte, et surtout quels sens caché il y a derrière. et les tiret sont dans l'ordre chronologique. Rien ne très sorcier dit comme cela, mais enfin mes brouillons fond assez casse tête chinois. Enfin il y a une grande différence entre mes textes et les tiennes : la longueur. Si jamais tu as le courage un jour de tu mettre à ma CHM, Tu constateras comment ce plan était nécessaire, d’ailleurs tu constateras aussi que les petites remarques que je te fais ne sont que les brides d'une conception de l'écriture bien plus grande. Oui petites remarques, je me retiens sur certain thèmes de développer plus. Déjà que si l'on mets tous mes coms les uns à la suite des autres, cela sera plus long que le texte originale, alors voilà quoi.

"Je ne désespère pas !" Yes we can ! je suis avec toi !

"C'est vrai. J'aime ta façon de voir la chose !" reine de la philosophie pour vous servir

"C'était un moyen de te dire que je n'avais pas pris ton commentaire à la négative que je ne m'étais pas vexée ! ;D (Comment j'aurais pu, en même temps ! Quelle idée !)" <3

"Je suis surtout curieuse de savoir ce que tu en as pensé et quels sont les choses que tu vas me dire qui m'aideront à m'améliorer ! ;D" Pas mal de bien en fait, tu vera cela plus tard, il faut d'abord que je finisse avec le style.

Sur ceux je retourne à faire mon com, comme cela il sera près quand j'aurais ta réponse as celui que je viens de mettre en ligne.

___________________________________________________



http://communautesadique.forumactif.fr/t411-et-si-la-chm-s-etait-passee-autrement

mon portrait fictif par Mad Démon:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2654
Pikadollar : 3949
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Nov - 16:03
Mich a écrit:
Nyal, présente partout, j'admire.
Toujours présente ! *salue militaire et retourne dans l'ombre*

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Zodiaque : Cancer
Messages : 1057
Pikadollar : 1754
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Nov - 0:10
Bon, je ne pense pas avoir besoin de répondre à la partie concernant ton premier commentaire, tout est clair !

Venons-en donc au second commentaire !

Alors.

Mich a écrit:
« 1 ! » Alors ce n'est pas une critique. Juste une constatation. Il faut dire que ce que j'écris est très très souvent sérieux. L'humour ou le ridicule ont une très très petite place dans mes textes. Mais cela ne tiens qu'à mes goûts. Par exemple, je n'aime pas Stendhal pour la liberté de sa langue et le grand ridicule attachants de ses personnage. Voilà, je suis plus genre Balzac, et ton texte est plus genre Stendhal. Avec une telle comparaison, tu vois bien que ce qui va suivre n'est pas une critique. Bref pour en revenir au fait, j'ai remarqué pas mal de ridicule dans ton texte. Un exemple parmi tant d'autre ; « La fée déchue sembla réfléchir quelques instants, et il se tourna à nouveau vers le souverain et son conseiller. - Très bien. Dans ce cas... » Imaginons que j'ai été l'auteur, je n'aurais jamais mis de comique dans une scène aussi dramatique. Je suis d'accord avec la pensée du XIX qui dit que le comique tue les autres registre, que cela soit le lyrisme ou le pathétique. Dans ton texte, tu suis le courrant de pensée qu'incarne Stendhal, c'est à dire que non, ce n'est pas le cas, le comique peut se marier à d'autre registre. Donc voilà, ce n'est qu'une question d'école littéraire. Je ne critique pas ton choix, loin de la, je le constate.

Wooooow. Bon, déjà, honte sur moi, je ne connais pas Stendhal, ni les mouvements littéraires dont tu parles, mais j'en prends note. C'est vrai que j'évite de donner un côté trop dramatique à mes textes, parce que parfois c'est lourd à assumer. Je n'ai pas les épaules pour supporter trop de drama' et je ne pense pas avoir le talent pour créer une atmosphère aussi dramatique qu'elle est sensée l'être. Alors, je rajoute un peu d'humour dans la rédaction de mon texte, pour ne pas le rendre lourd. Enfin, je ne sais pas si tu vois. Ça relâche un peu la pression du lecteur, mais aussi la mienne... Ouais, bref, c'est peut-être juste dans mon cerveau tout ça ...

Mich a écrit:
D'abord une description qui ne tiens qu'en deux phrases ne te mènera nulle part. Il faut développer un peu. Une description, enfin celle là, sert à nous faire entrer dans une ambiance, comment veux tu que l'on puisse le faire si tu nous en donne pas le temps. Bien sur c'est la qualité qui compte et pas la quantité, mais la qualité ne peux pas être là si la quantité est aussi maigre. Après attention, je ne dis pas de mettre plein de détail inutile ! Non non ne dilue surtout pas ton texte, surtout pas !
Ensuite pour le contenue, ne te restreint pas qu'à la vue. Vraiment, ne fait pas cette erreur d'oublier les autres sens. La vue de fait pas tous, il faut recrer le décors sensitif, il faut que tu utilises les autres sens, ou qu'au contraire tu n'en utilise qu'un, mais il faut que cela soit voulu ai maîtrisé. Et la vue seule vraiment non.
Bon après il y a l'image poétique, mais j'en ai déjà parler.
Ensuite il y a « la vue magnifique » magnifique est fait partie de ces mots de jugement qui sont très dure à manier et qui sont très traître. Magnifique ne m'apprends strictement rien à moi lecteur, c'est un mot vide. Il faut que tu me fasses voir le ciel magnifique, ne dit pas qu'il est magnifique, cré le magnifique.
Mais vraiment, tes textes feraient un progrès incroyable en améliorant la description. ( et oui, je reconnais que c'est pas très sympa de te renvoyé quelque part comme je l'ai fait avec le lien, désolée, mais j'espère que tu comprends )

J'avais déjà lu ton post sur la description, mais je l'ai relu, ça m'a rafraîchit un peu la mémoire.
C'est vrai que les meilleurs textes sont ceux qui te font ressentir la chose à toi-même au lieu de te dire directement ce qu'il en est. J'y pense parfois, et je me dis que ça doit 'etre vraiment difficile à faire. Je vais vraiment essayer de plus appliquer les conseils que tu donnes dans ton post, parce que je t'avoue que ça m'a donné envie rien qu'en le lisant !

Mich a écrit:
« 1 ! » « La lumière du soleil lui piquait les iris. » Alors oui bon, je me suis dit que quand même je n'avais pas l'infinie de temps. Donc j'ai décidé d'aller un peu plus vite. De laisser filler quelque petites remarques, je ne veux pas être encore dans deux semaines en train de commenter ton texte. Tu m'excusera XD. Bref j'ai laisser passer trois points de vue avec cette remarque au bout des doigts sans trouver d'exemple trop marqué pour que cela vaille la peine. Bon la j'en ai un. La remarque en elle même n'est pas très importante, mais bon. Je voulais te parler, à nouveau du vocabulaire. Je penses bien que tu sais où sont les iris dans l’œil. Je ne t'apprends donc vraisemblablement rien quand je te dis qu'il n'y a aucun photorécepteur sur l'iris et donc que la lumière ne peux pas faire mal à l'iris mais à la rétine. Voilà, il s'agissait juste un problème de précision du langage. On comprends très bien ce que tu veux dire. Par analogie, oui iris, œil, on fait la relation. Mais il n'en reste pas moins que les mots ont leur sens propre qui fait que l'on ne peut pas les substitué les uns aux autres. Tu peux utilisé des champs lexicaux, et c'est très bien, mais il est quand même très important que tu fasses attention à la précision de langage. Ce n'est pas cette phrase qui est importante, je veux que tu comprenne bien cela. C'est une remarque à appliqué à l'ensemble du texte. Il y assez souvent ce genre de petit saut, ce n'est pas grave en soit, mais c'est quand même un peu gênant et puis maintenant que tu le sais, c'est bon ^^

Oui, non, alors pour ça, je t'avoue que c'est totalement ma faute. Quand j'ai vu la phrase, j'ai aussi tout de suite remarqué l'erreur. C'est vrai, je devrais faire plus attention au vocabulaire que j'emploie, j'ai trop tendance à partir du principe que les gens comprendront et de négliger l'exactitude des mots que j'emploie.

Mich a écrit:
« 2 ! » « Ce dernier avait plongé ses yeux dans les siens » bon je repasse a l'assaut XD Ce genre de phrase ne te semble pas déjà très très utilisé ? Ce genre expression sont devenue tellement cliché. A force d'être utilisé a tous vent, elle s'est usée et devenue assez insipide. Elle a tellement peu d'originalité qu'elle n'a plus de goût. Cela décrédibilise le sentiment que tu tentes de faire naître. C'est dommage. Je ne te dis pas de ne pas utilisé ce genre d'image, mais il faut que tu sache quelle n'a aucune valeur tant que tu ne lui en donnes pas une en lui donnant quelque chose qui t'ai spécifique. Je sais c'est très très compliqué ; Mais ce n'est pas une raison pour ne pas commencer à chercher, si ? On ne peut pas tous inventer, c'est claire, mais il faut réinventer ce que tu utilise. Je ne te demande pas d'inventer tous les images poètiques que tu va utilisé, c'est impossible. Ni Rimbaud, Ni Hugo, Ni Ronsard, il n'y a pas un auteur qui ai été totalement nouveaux, mais ils ont tous réutiliser cela ne modifiant et c'est ce qui fait que leur style est extraordinaire.

J'ai utilisé cette tournure simplement en ne voulant pas ressortir l'éternel "ils se regardèrent dans les yeux", après, il est vrai que ta remarque est pertinente. J'aurais pu donner du relief à la chose, la tourner d'une autres manière, essayer de me l'approprier un peu plus. Mais sur le moment, j'essayais juste de dire qu'ils se regardaient dans les yeux.
Toujours l'idée du "j'essaie juste de décrire ce qu'il se passe au lecteur", sans trop penser à une manière intéressante de procéder. Je pense que c'est une point global auquel il faut que je prête plus d'attention.

Mich a écrit:
« 3 ! » « Toujours en pleurs, il partit vers les appartements du roi. Il devait le prévenir. Il avait traversé tout le couloir, ses joues toujours baignées de larmes » Ai je besoin de préciser ce que je reproche dans le fait de trouver « toujours en pleurs » et a peine une ligne plus trad « toujours baigner de larme » ? Oh non, ne crois pas que ce soit la répétition de l'adverbe que je te reproche. Enfin si, mais ce n'est pas le plus important. C'est répétion, je me plais à croire que tu ne l'as pas vu à la relecture, j'espère que tu ne l'as pas laissais passé volontairement ^^ Ce dont je veux parler et plus grave. Il s'agit de ce que ma chère Nyal a relevé. Tous doit avoir une importance. Or là qu'est ce que ces mots m'ont apprit de nouveau ? C'est la même idée qui est redite. Il n'y a ps de progression. Il faut que chaque mot ai un but, qu'il amméne quelque part, qui apprenne quelque chose. Il est tellement dommage que j'ai à te faire ce reproche tant de fois.

Oh oui. C'est vraiment une catastrophe ces trois petites phrases ! 0o
Non, c'est clairement une erreur de relecture de ma part ! C'est moche et ça sert à rien. Désolée pour tes yeux ! x)

Mich a écrit:
« 2 ! » Ensuite je n'ai pas de citation précise. Mais j'ai bien aimé la scène entre Aypierre et Zerator après l'assoupissement d'Asenet. Elle est très douce, On sent bien le réconfort qu’apporte Zerator. C'est très agréable et pour une fois je trouves que ton style très simple apporte vraiment quelque chose. Cela donne de la sincérité à la scène. Voilà, elle est sincère, et cela tu l'as réussit par ton style et sa simplicité. Bravo, c'est réussit

Comme quoi, la simplicité a aussi son charme !
L'idéal serait de parvenir à jongler entre cette simplicité et quelque chose de plus complexe. Pour différents personnages par exemple. J'ai toujours trouvé incroyables les auteurs qui arrivent à changer légèrement leur style d'écriture lorsqu'il passe d'un personnage à un autre, pour qu'on ressente la différence de caractère et de but. Enfin, je m'égare.
Merci.

Mich a écrit:
« 1 ! » « Cinq jours. » petite ellipse, toujours très sympa. Tu nous a épargné la description de la douleur de l'annonce, je t'en suis reconnaissante. Ce n'était pas nécessaire de nous en parler et tu ne nous en à pas parler, c'est donc super !

Oui. Petit un, je n'avais pas envie de devoir écrire une scène ultra dramatique qui aurait probablement fait très lourd et de deux, je trouve ça bien plus fluide de cette manière, puisque le lecteur n'a pas besoin de se taper une scène triste, alors qu'à ce moment-là il peut très bien imaginer les sentiments que ressent Aypierre.

Mich a écrit:
« 2 ! » bah on fini par repasser dans le positif, c'est une bonne nouvelle ^^ « La reine, elle, s’était retirée dans son château de campagne, espérant que la distance l’aiderait à oublier le malheur qui s’était abattu sur son enfant. » C'est vraiment très bien réussit. Pour la réalité humaine, ce genre de réaction est très humaine, cela ajoute du réaliste. Cela fait vraiment du bien. Je n'ai strictement rien à reprocher à cette phrase. Il n'y a que des compliments à lui faire. Elle est très bien. Après j'aurais évité de mettre deux subordonnées imbriquée, mais bon ( XD je suis incorrigible )

Hum, baaah... Merci ? Very Happy
Pour les subordonnées imbriquées... Mauvaise habitude ? x)

Mich a écrit:
« 3 ! » « Aypierre avait la main posée sur la poignée de la porte » alors là on va parler rythme du récit. Le rythme du récit est le rapport nombre de ligne / temps écoulé dans l'histoire. Il peux donc être très très rapide ( exemple le résumé : cela faisait 5 ans qu'il était arrivé dans la région, 5 ans qu'il travaillait dans les champs, 5 ans pour apprendre à connaître cette nouvelle vie qui serait désormais la sienne ) ou bien très lente ( exemple la pause descriptive : Et la main sur la porte de la poignée, il hésitait. Il sentait les rainures du bois que l'usure avant polie. Dans son dos, le dous soleil de printemps le poussait gentiment, comme un encouragement d'aller de l'avant ) dans le premier cas, c'est 5 ans qui se sont passé en 2 lignes , dans l'autre 2 secondes. Bien mes exemples ressemble beaucoup à ce que tu as fais, c'est voulu. Tu nous mets deux rythmes très différent cote à cote. Les sauts de 5 ans puis une longue pause avec notre ami Aypierre. Et c'est génial, j'adore ce contraste ! Cela rompt la monotonie de la narration, c'est super ! Cela donne de la vie au texte, du mouvement, c'est super bien. Bon encore je vais regretter que cette vie ne soit pas présente dans les autre point de vue, mais bon. En tous cas, là c'est super. Et puis reprendre sur « Relevant les yeux qu’il avait abaissés sur la poignée, » c'est a dire ce qui commença la pose, bref c'est bien continue ce genre de chose.

Je vois l'idée du rythme. Après, souvent, c'est difficile de faire durer un moment. On aimerait faire sentir au lecteur qu'un tel moment se passe très lentement, sans pour autant avoir les mots pour remplir le nombre de lignes nécessaire à le faire ressentir. Enfin, tu vois ce que je veux dire ?
Mais j'aime bien cette idée de rythme, dont je t'avoue que je n'avais aucune notion avant que tu m'en parles.

Mich a écrit:
« 2 ! » « - Zerator m’a dit que tu souhaitais me parler de quelque chose d’important. Je t’écoute. » joliment dit. C'est agréable à lire. Et la réponse d'Aypierre est aussi très bien formuler. Bravo. Il es si rare que je n'ai que «  c'est bien » à dire. Toujours j'ai une petite citique, un petit « mais ». Il n'y en a pas là, donc bravo. Et je dois ajouter que la simplicité de ton style que je critiquais et que je critique encore pour certain passage, ici encore est un vrai avantage. Voilà, ton texte reflète énormément de sincérité et cela fait plaisir. C'est un des reproches que je fais à ma propre écriture, le manque de sincérité. Et ce reproche je ne peux pas te le faire.

Merci beaucoup !
Je te l'ai dit, le charme de la simplicité ! Tu devrais essayer de temps en temps, c'est relaxant ! ;D

Mich a écrit:
« 3 ! » « Aypierre passa les dix années suivantes » quand on parle de résumé. Bref, tu fais vraiment varier le rythme de la narration, c'est génial. Tu ne le faisait pas au début, c'est dommage. Il y a un truc dans l'écriture, c'est la vie du texte. Qu'importe de qui est raconté, qu'importe comment cela est raconté avec quel style, le texte prends vie s'il n'est pas monotone. Il y a plein de moyen de le faire bouger, varier les perspectives narratives, les points de vue, analepse et prolepse, et bien sur le rythme du récit ( je dois en oublier ) bref, tu ne joue pas du tous sur ces cordes là et je trouve cela vraiment dommage. Jusqu'à maintenant les points de vue suivaient tous le même schéma. C'est incroyablement monotone. IL n'y avait pas cette vie et là tu commence à jouer sur le rythme de récit et tous à coup ton texte prends vraiment une autre tournure. OUI ! Il prends vie ! Quelle différence incroyable ! Quelle plaisir ! C'est incroyable ce que cela apporte. ET pourtant tu n'as touché qu'au rythme, touche aussi au reste, va s'y ! se serait tellement super ! Déjà que là l'effet est immédiat, alors quoi fait le encore plus. Donc bravo pour cette amélioration brutale vers le fin. Cela fait très plaisir à lire.

Tu voix, c'est marrant parce que tu me fais des compliments sur des choses dont je n'ai pas conscience moi-même. J'ai toujours du mal à me rendre compte de l'effet de mon texte sur le lecteur. Des fois, j'aimerais être une autre personne, juste pour pouvoir découvrir mes propres textes, réagir aux surprises qui y sont glissées, rires au blagues, et avoir un meilleur œil critique sur moi-même.
Mais je n'en ai pas la capacité. Je me lasse très vite de mes propres textes, et étonnement, ce texte, je l'ai très peu relu parce que j'en ai vite eu marre de le relire. Je lisais le début et puis ça m'énervait. Je ne sais pas si tu connais aussi ce sentiment...
Enfin bref, merci du compliment, je vais essayer de prendre plus conscience des choses dont tu me parles en général pour pouvoir mieux savoir l'effet que je peux produire sur le lecteur.

Mich a écrit:
« 1 ! » « qu’on essayait de lui faire porter. » cette violence de la part d'Aypierre. XD J'aime cela ! Et puis j'aime bien que tu manie un peu la rhétorique même si c'est un peu surprenant avec ton style. Cependant cela ne sera jamais moi qui te dira qu'il ne faut pas complexifier la manière de dire les chose. Bien au contraire, donc cela à tous pour me plaire.

Il fallait qu'on sente qu'Aypierre n'en avait pas envie !
Quand tu dis, "c'est surprenant", est-ce que tu sous-entend que ça choque/fait un contraste avec le reste, ou au contraire que c'est une bonne chose ? Juste pour être sûre d'avoir bien compris Wink

Mich a écrit:
« 2 ! » « - Voici donc le prince Azenet... dit timidement la voix » après une petite analepse nous revoilà au présent avec un retour à la réalité amorcé par du discours directe. Enfin ! Voilà, ton texte prends vie, je ne disait bien que j'avais oublié des trucs dans le liste non exostive que je faisait plus haut. Des moyens pour donner de la vie à ton texte, pour qu'il ne soit pas monotone il y a bien sur la manière de rapporter les paroles. Et là c'est très habilement placé. C'est réussit comme transition.

Bah, euh, merci mais... Comme presque tout le reste... J'ai pas fait exprès... :/

Mich a écrit:
« 1 ! » « Il s’approcha de quelques pas, de façon à voir ses trais fins de plus près. » bon, je t'ai déjà parler de « le brun » maintenant je vais te parler de « trais fin » XD mettre « son visage » n'aurait pas été plus jolie ? Ne te laisse pas si influencer par le mode. Et puis il n'était pas forcé de mettre le but, il s'approcha tous court aurait été moins prosaïque. Plus habile et plus poétique, mais garde ton complément de but si tu veux, mais les « trais fins », s'il te plais...

C'est vrai, c'est vrai.
Mais par "ses traits fins", j'essayais de souligner la beauté d'Azenet. Son visage, c'est trop neutre, "ses traits fins", ça donne une image un peu plus enjolivée... Après ce n'est peut-être que moi qui le perçois comme ça.

Mich a écrit:
« 1 ! » « des Plaignants à longueur de journée se Plaindre de Problèmes auxquels il ne Portait » wo ! On se calme, c'est quoi cette allitération ? Tu me fous 4 fois le son « p » dans ta phrase, qu'est ce qui se passe tous à coup ? À je sais, c'est cool de faire entendre le texte, en effet on entent les pleines avec ton allitération comme on entends les serpents dans Andromaque ( pour qui sont ces serpents qui siffle sur vos têtes ? ) mais je pas dire, c'est quand même un peu fort tous à coup, non ? Et plus plaignant, se plaindre, si tu vois ce que je veux dire... Mais enfin bref, c'est quand même une jolie tentative, refait la même chose, mais en plus subtile et la ce sera bien. ^^

Bon. Alors là...
Déjà les plaignants qui se plaignent, je n'ai rien d'autre à dire que "oups" et après, pour l'allitération et baah... C'était vraiment pas voulu. Je testerai ta technique de lire mes textes à voix haute, ça m'évitera peut-être de faire des phrases pareilles !
Donc en réalité, c'était une tentative de rien du tout, puisque je ne m'en étais même pas rendu compte !
(Plus j'avance, et plus j'ai l'impression que tu me surestimes. Tu me complimentes sur des choses que je n'ai pas voulu/fait exprès... Je ne sais pas trop comment le prendre en fait. C'est plus de la gêne, j'imagine, parce que j'ai l'impression d'être félicité pour un truc que je n'ai pas fait :/)

Mich a écrit:
«  Il ne possédait pas la patience de Zerator, ou la froideur réfléchie de Fukano. » et bien ma chère, je vois que tu utilise les figures de la rhétorique. C'est une jolie parallélisme ce que tu me fais là. Bref ton texte deviens agréable à lire. C'est pas que je n'ai pas aimé lire le début, mais quand même un peu XD Et la fin n'a rien à voir, absolument rien à voir. Bon il reste pas mal de chemin, mais quand même ^^.
et ah oui, cela contribue un peu à complexifier un peu ton style ce qui me plais aussi beaucoup.

Je t'avoue que j'aimais bien cette phrase.
Il y a une si grosse différence que ça entre le début et la fin, tu trouves ?

Mich a écrit:
tu as sûrement remarqué que je n'ai pas parler de pas mal de passage vers la fin. C'est que je garde le meilleurs pour la fin. Et maintenant que tu as répondu à ma réponse, je vais pourvoir te mettre cette deuxième partie ( oui j'attendais ta réponse ^^ ) tu n'auras pas la suite du com avant de m'avoir répondu ( ha ha ha rire machiavélique, j'ai la suite du com en otage, je demande la rançon de la réponse )

Voilà, tu as ta réponse ma chère !  
Je te donne la rançon !
Revenir en haut Aller en bas
M.S
Petit Sadique
Messages : 952
Pikadollar : 1540
Vos j'aimes : 83
Date d'inscription : 16/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Déc - 15:00
« Tu voix, c'est marrant parce que tu me fais des compliments sur des choses dont je n'ai pas conscience moi-même. » Oh je le sais bien. Ton Style n'est pas du tous maîtrisé. Cela se sent est c'est un point toujours désagréable chez ceux qui commence à écrire, seulement cela n'aide pas de dire que tu ne maîtrise pas ton style. En te disant ce qui est bien, j'essaye de t'expliquer commence cela marche pour que tu puisse t'amméliorer. C'est un moyen de te faire prendre conscience. C'était juste la petite réponse.

« Mais par "ses traits fins", j'essayais de souligner la beauté d'Azenet. Son visage, c'est trop neutre, "ses traits fins", ça donne une image un peu plus enjolivée... Après ce n'est peut-être que moi qui le perçois comme ça. » Alors là, je reviens dessus mais non vraiment. Ce n'est même pas une faute de style, c'est une faute de langue que tu fais. Ce n'est pas une histoire que « qui perçois comment » C'est une histoire de registre. On n'écris pas comme on parle ( sauf s'il y a un effet particulier voulu, mais dans ce cas c'est très compliqué ) Tu as bien sentis ce décalage, tu as essayé ( sans réussir, mais cela c'est pas grave ) à l'appliqué. Cela te semble plus poétique « traits fins » parce que c'est plus soutenus, mais cela ne va vraiment pas. Cela ne veux pas dire la même chose.
Ce problème vient du fait que la langue n'est pas innée et qu'en écrivant on s'heurte au barrière de sa compétence. Seul lire te permettra de t'amméliorer sur ce point là.

Bon revoila la suite, j'espère que ce sera le dernier com parlant du style, j'aimerais passer à la suite quand même

« 1 ! » « Aypierre n’entendit pas la voix qui l’appelait faiblement, non loin de lui. » Bon on a fini le dernier com de façon très positive, on va commencer celui là d'une manière qui l'est moins. Je veux parler du « non loin de lui »... Vraiment, ce n'est pas nécessaire, c'est bien le contraire. Cela ramène à une réalité prosaique qui casse l'ambiance. Dire que cela m'a écorché les yeux serait un peu fort ? Mais vraiment, là.

« 3 ! » « Son matelas se redressa » je vais te faire chier avec le vocabulaire. Mais là ! Quoi ? Matelas ? Azenet est le MATELAS d'Aypierre ? Non, non. Évite de désigner quelqu'un par un objet si cela n'a pas un but très précis et puis même fait très attention ce genre de métaphore sont très très souvent péjorative. Or je ne crois pas que le but ici soit de rabaissé Azenet, non ? Mais enfin là cela ne produit pas cette effet, juste un retour brutale à la réalité et un gros point d'interrogation après la question « qu'est ce que je suis en train de lire là ? »

« 2 ! » souvent durant le petit discourt d'Azenet, tu introduit ce genre de phrase « Les larmes d’Aypierre s’étaient légèrement calmées. Il écoutait avec attention ce que le châtain lui disait. » je ne trouve vraiment pas nécessaire d'être ramener à la réalité. Cela casse un peu l'ambiance.

Bon voilà pour Le style. On passe au deuxième point. Aller op, retour au début. Mon dieu je ne suis pas sortie d'affaire...

II ) L'intrigue

Commençons avec l'enfance d'Aypierre, la perte de ses parents, la rencontre avec Zerator... Je vais dire pourquoi pas. Mais sans plus et sans grand enthousiasme.

«  Skillnez avait accentué les paroles « amour sincère ». Qu’est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? » heu tu es consciente qu'il en se serait pas dit les choses comme cela, et que ce n'est pas si difficile comme énigme ? Donc c'est un peu beaucoup maladroit, mais bon...

La scène de l'entrainement, bien dans l'idée, mais mal réalisée

« Et cette chose, c’était qu’il en était tombé amoureux. » oulala Tu ne trouve pas cela un peu brutal comme annonce ? Tu enlèves toute la magie que peu avoir l'amour en le résumant en une phrase. C'est très réducteur pour lui, cela ne cré aucun attachement pour Aypierre comme cela aurait du le faire. Bref c'est vraiment dommage et même décevant.

« 1 ! » « - Non ! hurla Fukano en voulant lui bondir dessus. Les bras de Zerator l’en empêchèrent. » pourquoi ? Pourquoi Zerator le retient ?
« 1! » « Aypierre avait supplié Zerator, au départ réticent, » Pourquoi ? Pourquoi réticent ?
Cela fait deux point incohérents, ou du moins dont l'on ne comprends pas l'origine, et c'est génant.

« pensant que la fin n’avait aucune importance, puisque de toute façon rien n’allait changer pour eux. » Pour moi, il y a quand même un problème de réalisme là. La mort d'un souverain est un événement majeur pour le royaume, les gens ne peuvent pas se comporter ainsi. Ce n'est tous simplement pas possible. Bien sur je comprends ce que tu veux dire et tu as parfaitement raison, mais la manière dont tu l'exprime n'est pas... Comment dire, assez précise. Tu as parfaitement raison de parler de cela, mais il faut faire attention à ne pas atteindre au cadre de ton histoire, ce serait dommage.

« Un magnifique bouquet de roses blanches, redoutables, y trônait fièrement. » Bon, voilà, jusqu'à ce point. On va dire gentiment, que ce n'est pas très réussit. Là cependant, je trouve cela très bien que tu n'ais pas tenter d'expliquer la présence du bouquet. Tu n'aurais jamais pu trouver aucun explication satisfaisante, alors c'est bien d'avoir laisser le mystère.

«  Azenet n’essayait plus de parler, mais Aypierre pouvait voir dans son regard à quel point il était désolé. » C'est pas mal. Pas dans la formulation de la phrase, je crois que pour la formulation des phrases, rare sont celle sur les quelles je n'aurais rien à dire, Donc non, ce n'est pas pour le style, c'est pour l'idée. « l'esprit d'Azenet » prisonnier de son corps. J'aime cette idée d'enfermement. A vrai dire je l'utilise assez souvent. Mais cette distance qui l'esprit prends par rapport à son corps est toujours super intéressant. Bergson a raison quand il dit que l'esprit est le corps sont si lier, si collé l'un à l'autre que la distinction ne se fait pas dans la détermination de son être. L'on est son corps, mais cependant l'enveloppe et la conscience ne sont pas les même choses, Platon ne le dis que trop bien et c'est la seule chose que je lui concède. Il y a quelque chose en nous qui sent le corps et qui ainsi peu a certain moment prendre sa distance. Bref fini la parenthèse métaphysique, j'aime beaucoup l'idée. Après oui, encore un petit travaille de formulation à faire, comme pour toute tes autres idées, mais je veux te dire, avoir déjà l'idée c'est cool.

« Le châtain posa doucement ses mains des deux côtés de la tête du plus âgé, essuyant les traces de larmes encore présentes sur les joues d’Aypierre avec ses pouces. » ce n'était pas necessaire de revenir au présent matériel. Je crois qu'il aurait été préférable de ne pas couper l'analepse.

« Aypierre s’était adossé au mur, en retrait, et regardait la scène, comme à chaque fois. » en mode beau gosse quoi XD jolie détaille très chère.

« - C’est de moi dont vous êtes amoureuse, n’est-ce pas ? » cette froideur XD C'est bien! Enfin tes personnages commence à être attachant ! Enfin ils ont une personnalité qui ressort dans leur parole. On est dans la partie ce que qui m'a fait aimé ton histoire, de ce qui m'a fait passer tant de temps à te la détaillé dans ces commentaires. D'ailleurs j'aime aussi l'attitude de la jeune fille qui est bien faite !

« - Moi aussi, je t’aime... » Comme si on ne l'avais pas comprit … Je crois qu'il aurait été plus poétique de ne pas lui faire répondre. Surtout pour dire une évidence.

« Ils finirent par s’endormir là » hum, Cela fait Dix ans qu'il dort l'autre ? Tu es sûre qu'il est vraisemblable de lui donner encore envie de dormir ? Pas vraiment non... Et puis Aypierre cela fait Dix ans qu'il fait tous pour que l'autre se réveille, tu es sûr qu'il a envie de dormir maintenant qu'il est enfin réveillé ?

Bon je suis fatigué, j'aimerais finir ce commentaire. Donc je vais l’abréger. Les trois derniers points que je vais abordé sont la réussite de ton histoire. Si parfois je t'ai complimenter pour telle ou telle phrase. C'est plus a valeur d'encouragement. Mais c'est trois point là sont très bien. Je ne lis pas d'histoire sur ce forum pour le style, je lis pour m'amuser. Mais souvent le manque de style est trop gênant pour cela, cela aurait peut être été le cas pour ce texte, s'il n'y avait pas eut ces trois points.

Aypierre embrasse As. Je trouve cela très bien que tu ais fait ce choix là. Qu'il tente et que cela ne marche pas, plus tot que de nous faire patienter dix ans avant qu'il tente et que l'on se rendent compte que c'était la bonne solution ( cela aurait été trop attendu )

Après il se passe dix années. Ce lapse temporelle est une très bonne chose. Tous d'abord pour la différence d'âge que cela introduit entre les deux protagonistes qui est très intéressante. Sur la quelle je devrais revenir. Et puis pour toute la philosophie de la perception. Aypierre n'as pas du tous vécu ces dix années comme les a vécu As. Le personnalité a changé, c'est impossible que cela soit autrement, Asenet a vu évolué Aypierre, Aypierre n'as pas vu évoluer Asenet. Leur relation est donc très différente. Et ça c'est génial. Mais ce qui est mon génial, c'est que tu as totalement survolé ce fait et que tu ne l'a pas du tous mit en valeur. Par exemple ( et je reviens sur ce que je disais plus tot ) Quand Asenet découvre à nouveau Aypierre, qu'il le voit de dix ans plus vieux ; il aurait fallu une description. Il n'y en a pas, il n'y en a jamais dans ton texte. Et là le manque devenait très très dure. Donc oui, c'est un reproche que je te fais. Tu tenais quelque chose de super. Tu ne l'as pas développer. Cependant cela n’empêche pas que cela ai été super, et quand à le développer, j'ai du le faire toute seule dans ma tête comme je le fais toujours ^^
Mais bref, c'est le meilleurs point de ton histoire, la relation au temps.

Enfin le dernier point est le désespoir parallèle est très différente d'Aypierre et de l'autre ; Aypierre qui n'arrive pas à le réveillé et As qui voit Aypierre consumé ses jours en vain et pour lui. J'ai beaucoup aimée cela.

Voilà ce sont les trois points forts de ton histoire. A vrai dire au début je m'étais dit que je les développerais plus, par ce que la je en fais que survoler. Mais je suis vraiment fatigué, deux semaines de concours blanc, et ce com qui trainait, cela m'énervait. Je voulais le finir, au prix de l'abrégé. Donc voilà, il est fini. ^^ Et bonne vacances ( mais vraiment très bien, grand bravo pour ces trois dernier points qui m'ont occupé l'esprit un peu de temps après les avoir lu, ce qui est toujours ce que je fais quand cela me plais vraiment )

Ah oui, P.S, c'est cool qu'As finalement ai été dans le comas. C'est ça le comas, on est conscient, mais l'on ne peut pas bouger. Le faire dormir simplement aurait été très chiant. Les trois points que j'ai relevé tienne en place par ce que justement il est conscient.

Ah oui, P.S 2 : J'ai toujours pas comprit pourquoi Asenet se réveillais à la fin. Oui, ok, il est tombé amoureux de Aypierre, certes. Mais pourquoi à cette instant là il ce réveille et pas à un autre ? L'amour qui né en As est très réaliste et ce qu'il arrive petit à petit. Donc il aurait du se réveillé petit à petit. Oui, je sais, c'est pas la même chose. Moi bien je ne sais pas, mais c'est sûre que l'on pert l'effet que tu voulais faire qui est bien aussi. Seulement il faudrait une cause à son réveille.

Et P.S 3 le dernier passage avec Zerator est très bien aussi. Bref je n'ai pas aimé ton histoire avant l'ellipse de dix ans, et elle s'est totalement transformé après gagnant une qualité dans l'intrigue incroyable. La seconde partie est vraiment bien.

___________________________________________________



http://communautesadique.forumactif.fr/t411-et-si-la-chm-s-etait-passee-autrement

mon portrait fictif par Mad Démon:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Zodiaque : Cancer
Messages : 1057
Pikadollar : 1754
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Déc - 14:59
Mich a écrit:
Ton Style n'est pas du tous maîtrisé. Cela se sent est c'est un point toujours désagréable chez ceux qui commence à écrire, seulement cela n'aide pas de dire que tu ne maîtrise pas ton style.
Je vais me rouler en boule dans un coin ! ♪
Nan, c'est pas vrai ! Je ne fais effectivement pas très attention au style quand j'écris, puisque je suis encore et toujours dans l'optique de simplement raconter mon histoire.
Mais il n'empêche que tes commentaires sont vraiment intéressants, du coup, parce que comme tu l'as dit, tu me donnes ce qui est négatif et à améliorer pour que je comprenne l'idée. Du coup, moi ça me va ! Very Happy

Mich a écrit:
Ce problème vient du fait que la langue n'est pas innée et qu'en écrivant on s'heurte au barrière de sa compétence. Seul lire te permettra de t’améliorer sur ce point là.
Je lisais beaucoup avant, mais je t'avoue que je n'ai plus vraiment le temps depuis quelques années. Enfin, non, soyons corrects, je ne le prends plus. Mis à part les livres de l'école, bien évidemment, mais le dernier qu'on a lu, c'était un oeuvre traduite :/

Mich a écrit:
Je veux parler du « non loin de lui »... Vraiment, ce n'est pas nécessaire, c'est bien le contraire.
Maintenant que tu le dis...

Mich a écrit:
« 3 ! » « Son matelas se redressa » je vais te faire chier avec le vocabulaire. Mais là ! Quoi ? Matelas ? Azenet est le MATELAS d'Aypierre ? Non, non. Évite de désigner quelqu'un par un objet si cela n'a pas un but très précis et puis même fait très attention ce genre de métaphore sont très très souvent péjorative. Or je ne crois pas que le but ici soit de rabaissé Azenet, non ? Mais enfin là cela ne produit pas cette effet, juste un retour brutale à la réalité et un gros point d'interrogation après la question « qu'est ce que je suis en train de lire là ? »
Oups ! J'aimais bien l'idée, mais puisque tu le soulèves, je dois bien avouer c'est vrai. C'est une expression à utiliser dans des blagues ou pour embêter quelqu'un.
Ça ne passe pas trop dans un texte supposé être un "conte de fée".

Mich a écrit:
« 2 ! » souvent durant le petit discourt d'Azenet, tu introduit ce genre de phrase « Les larmes d’Aypierre s’étaient légèrement calmées. Il écoutait avec attention ce que le châtain lui disait. » je ne trouve vraiment pas nécessaire d'être ramener à la réalité. Cela casse un peu l'ambiance.
Tu trouves ? J'aimais bien l'idée que le lecteur puisse connaître les réactions des personnages durant les dialogues. C'est toujours difficile de tout faire passer par la parole, je trouve...
Après, effectivement, peut-être que c'est une chose à ne faire que si la réaction est "choquante" ou différente de ce à quoi le lecteur pourrait s'attendre...
Ouais ouais ouais, je note, merci !

*-*-*-*-*

Mich a écrit:
« Et cette chose, c’était qu’il en était tombé amoureux. » oulala Tu ne trouve pas cela un peu brutal comme annonce ? Tu enlèves toute la magie que peu avoir l'amour en le résumant en une phrase. C'est très réducteur pour lui, cela ne cré aucun attachement pour Aypierre comme cela aurait du le faire. Bref c'est vraiment dommage et même décevant.
Hmm... Hmmm... Hmmm...
Brutal... Oui, c'est vrai que je dis clairement la chose, sans trop trop de préliminaires, je te l'accorde...
Qu'est-ce que tu m'aurais conseillé de faire à la place ? Sous entendre que ses sentiments n'étaient pas uniquement amicaux sans jamais le dire, jusqu'à ce qu'il essaie de l'embrasser ?
Enfin, personnellement, j'aimais bien l'idée de le dire clairement, comme si la nouvelle tombait un peu du ciel. Ça reflète bien le soucis d'Aypierre quand il s'est rendu compte qu'il était amoureux. On peut s'imaginer qu'il est un peu déstabilisé : ils sont comme frères jusqu'au moment où il se rend compte que pour lui, c'est plus que ça...
Mhhh... Je sais pas :/


Mich a écrit:
« 1 ! » « - Non ! hurla Fukano en voulant lui bondir dessus. Les bras de Zerator l’en empêchèrent. » pourquoi ? Pourquoi Zerator le retient ?
1. Danger potentiel pour Fukano s'il se jette sur ce type qui a l'air dangereux.
2. Un roi n'est pas supposé bouger sur tout ce qui bouge.
3. La malédiction de Fukano pourrait lui jouer un mauvais tour sous l'action de la colère.
Il est énervé, mais raisonnable.

Mich a écrit:
« 1! » « Aypierre avait supplié Zerator, au départ réticent, » Pourquoi ? Pourquoi réticent ?
Zerator est plutôt pacifiste. Laisser son fils entrer dans la garde d'élite ne l'enchantait pas trop. Et puis, qui dit garde d'élite, dit aux premières loges pour mourir s'il y a un soucis. Donc...

Ces deux points sont liés avec le caractère de Zerator. Je ne sais pas si tu avais lu "Zer'haillon", mais à l'intérieur, il est plutôt réfléchi et calme. Il est attachant parce qu'il fait attention aux autres.
Dans cette histoire-là, c'est la même chose.

Mich a écrit:
Là cependant, je trouve cela très bien que tu n'ais pas tenter d'expliquer la présence du bouquet. Tu n'aurais jamais pu trouver aucun explication satisfaisante, alors c'est bien d'avoir laisser le mystère.
C'est le côté "magique" du conte ~

Mich a écrit:
«  Azenet n’essayait plus de parler, mais Aypierre pouvait voir dans son regard à quel point il était désolé. » C'est pas mal. Pas dans la formulation de la phrase, je crois que pour la formulation des phrases, rare sont celle sur les quelles je n'aurais rien à dire, Donc non, ce n'est pas pour le style, c'est pour l'idée. « l'esprit d'Azenet » prisonnier de son corps. J'aime cette idée d'enfermement. A vrai dire je l'utilise assez souvent. Mais cette distance qui l'esprit prends par rapport à son corps est toujours super intéressant. Bergson a raison quand il dit que l'esprit est le corps sont si lier, si collé l'un à l'autre que la distinction ne se fait pas dans la détermination de son être. L'on est son corps, mais cependant l'enveloppe et la conscience ne sont pas les même choses, Platon ne le dis que trop bien et c'est la seule chose que je lui concède. Il y a quelque chose en nous qui sent le corps et qui ainsi peu a certain moment prendre sa distance. Bref fini la parenthèse métaphysique, j'aime beaucoup l'idée. Après oui, encore un petit travaille de formulation à faire, comme pour toute tes autres idées, mais je veux te dire, avoir déjà l'idée c'est cool.
Hmm... Compliqué la métaphysique ! xD
Mais merci Wink

Mich a écrit:
« Aypierre s’était adossé au mur, en retrait, et regardait la scène, comme à chaque fois. » en mode beau gosse quoi XD jolie détaille très chère.
Que veux-tu ? On ne peut rien face à la bogossitude d'Aypierre ! ;P

Mich a écrit:
« - C’est de moi dont vous êtes amoureuse, n’est-ce pas ? » cette froideur XD C'est bien! Enfin tes personnages commence à être attachant ! Enfin ils ont une personnalité qui ressort dans leur parole. On est dans la partie ce que qui m'a fait aimé ton histoire, de ce qui m'a fait passer tant de temps à te la détaillé dans ces commentaires. D'ailleurs j'aime aussi l'attitude de la jeune fille qui est bien faite !
Very Happy

Mich a écrit:

« - Moi aussi, je t’aime... » Comme si on ne l'avais pas comprit … Je crois qu'il aurait été plus poétique de ne pas lui faire répondre. Surtout pour dire une évidence.
Ça a beau être des évidences, parfois le fait de les prononcer à voix hautes fait un immense bien ~
Mais tu as raison, il n'aurait pas eu besoin de le dire Wink

Mich a écrit:
« Ils finirent par s’endormir là » hum, Cela fait Dix ans qu'il dort l'autre ? Tu es sûre qu'il est vraisemblable de lui donner encore envie de dormir ? Pas vraiment non... Et puis Aypierre cela fait Dix ans qu'il fait tous pour que l'autre se réveille, tu es sûr qu'il a envie de dormir maintenant qu'il est enfin réveillé ?
Hey, c'est fatigant de se réveiller d'un sommeil de dix ans, d'accord !? Oh attends... x)
Oui, tu as raison, c'est assez contradictoire.
Mais pour l'explication, le "sommeil" d'Azenet n'était peut-être pas un vrai repos, puisqu'il était conscient durant tout ce temps...
Et c'est fatigant de chercher des jolies filles ! ;P

Mich a écrit:
Aypierre embrasse Aze. Je trouve cela très bien que tu ais fait ce choix là. Qu'il tente et que cela ne marche pas, plus tot que de nous faire patienter dix ans avant qu'il tente et que l'on se rendent compte que c'était la bonne solution ( cela aurait été trop attendu )
D'accord avec toi !

Mich a écrit:
Après il se passe dix années. Ce lapse temporelle est une très bonne chose. Tous d'abord pour la différence d'âge que cela introduit entre les deux protagonistes qui est très intéressante. Sur la quelle je devrais revenir. Et puis pour toute la philosophie de la perception. Aypierre n'as pas du tous vécu ces dix années comme les a vécu As. Le personnalité a changé, c'est impossible que cela soit autrement, Asenet a vu évolué Aypierre, Aypierre n'as pas vu évoluer Asenet. Leur relation est donc très différente. Et ça c'est génial. Mais ce qui est mon génial, c'est que tu as totalement survolé ce fait et que tu ne l'a pas du tous mit en valeur. Par exemple ( et je reviens sur ce que je disais plus tot ) Quand Asenet découvre à nouveau Aypierre, qu'il le voit de dix ans plus vieux ; il aurait fallu une description. Il n'y en a pas, il n'y en a jamais dans ton texte. Et là le manque devenait très très dure. Donc oui, c'est un reproche que je te fais. Tu tenais quelque chose de super. Tu ne l'as pas développer. Cependant cela n’empêche pas que cela ai été super, et quand à le développer, j'ai du le faire toute seule dans ma tête comme je le fais toujours ^^
Mais bref, c'est le meilleurs point de ton histoire, la relation au temps.
C'est vrai que j'aurais pu m'arrêter sur ce point. Après, comme toute l'histoire à été faite plutôt du point de vue d'Aypierre, je n'ai pas pensé à en faire d'Azenet à ce moment-là, peut-être que j'aurais dû, effectivement.
Mais finalement, je ne sais pas ce que ça aurait apporté...
Puisque le but, c'est qu'ils finissent heureux avec beaucoup d'enf... Ouais, enfin ... x)
Mmmmh... A creuser, tu as raison !

Mich a écrit:
Enfin le dernier point est le désespoir parallèle est très différente d'Aypierre et de l'autre ; Aypierre qui n'arrive pas à le réveillé et Aze qui voit Aypierre consumé ses jours en vain et pour lui. J'ai beaucoup aimée cela.
Ça a un côté dramatique ~

Mich a écrit:
Voilà ce sont les trois points forts de ton histoire. A vrai dire au début je m'étais dit que je les développerais plus, par ce que la je en fais que survoler. Mais je suis vraiment fatigué, deux semaines de concours blanc, et ce com qui trainait, cela m'énervait. Je voulais le finir, au prix de l'abrégé. Donc voilà, il est fini. ^^ Et bonne vacances ( mais vraiment très bien, grand bravo pour ces trois dernier points qui m'ont occupé l'esprit un peu de temps après les avoir lu, ce qui est toujours ce que je fais quand cela me plais vraiment )
Pas de problème, je comprends très bien ! Et puis, tu as mis l'accent sur le style, du coup, et je pense que c'est ce dont j'ai le plus besoin si je veux faire des textes d'une qualité supérieure.
Un grand merci à toi d'avoir pris de ton précieux temps pour me rédiger ces commentaires, ça m'a fait réellement plaisir et j'ai appris tout un tas de trucs !

Mich a écrit:
Ah oui, P.S 2 : J'ai toujours pas comprit pourquoi Asenet se réveillais à la fin. Oui, ok, il est tombé amoureux de Aypierre, certes. Mais pourquoi à cette instant là il ce réveille et pas à un autre ? L'amour qui né en As est très réaliste et ce qu'il arrive petit à petit. Donc il aurait du se réveillé petit à petit. Oui, je sais, c'est pas la même chose. Moi bien je ne sais pas, mais c'est sûre que l'on pert l'effet que tu voulais faire qui est bien aussi. Seulement il faudrait une cause à son réveille.
Je ne sais pas si tu connais le film "Raiponse", mais dedans, à la fin, c'est une larme de la fille qui sauve la vie du "prince" ! Du coup, c'était dans cette idée-là. Mais aussi parce : "J’ai tellement besoin de toi... "
Peut-être que c'est le déclic qui fait qu'Aze se rend compte. Il se rend compte que l'amour qu'il a petit à petit commencé à éprouver pour Aypierre durant ces longues années est réciproque, et ça brise une barrière.
Enfin, tout un tas d'explications possibles ! ;P

Mich a écrit:
Et P.S 3 le dernier passage avec Zerator est très bien aussi. Bref je n'ai pas aimé ton histoire avant l'ellipse de dix ans, et elle s'est totalement transformé après gagnant une qualité dans l'intrigue incroyable. La seconde partie est vraiment bien.
Merci ! <3

Encore une fois un grand merci pour tout !
Si tu ne veux pas répondre à ce commentaire-ci, je ne t'en voudrai pas, tu as déjà fait beaucoup !
Au plaisir de te recroiser !
Flo'
Revenir en haut Aller en bas
M.S
Petit Sadique
Messages : 952
Pikadollar : 1540
Vos j'aimes : 83
Date d'inscription : 16/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Déc - 21:05
Floraly

"mais le dernier qu'on a lu, c'était un oeuvre traduite :/" oh les livres traduits ne sont vraiment pas une mauvaise choses. La littérature étrangère est très riche et nous avons beaucoup à en apprendre. Je suis sûre que si l'école te l'a donner à lire, c'est qu'il y a autre chose à en tirer que l'intrigue.

"C'est une expression à utiliser dans des blagues ou pour embêter quelqu'un." ouais parfaitement, là cela aurait été très bien. Dans notre contexte, pas vraiment XD

"Après, effectivement, peut-être que c'est une chose à ne faire que si la réaction est "choquante" ou différente de ce à quoi le lecteur pourrait s'attendre..." Non pas forcément, ce n'est a faire que si la réaction est intéressante si elle nous apporte quelque chose ( par exemple sur la connaissance du personnage) en l’occurrence, ce n'est pas intéressant, mais ce n'est pas ce que je te reprochais là. Ce qu'il n'allait était que tu interrompais quelque chose d’intéressant pour une futilité. Tu aurais pu l'expliquer plus tard. Un phrase du genre " et tandis qu'il parlais Aypierre s'était lentement écarté de lui ..." ou je ne sais quoi.

"Qu'est-ce que tu m'aurais conseillé de faire à la place ? Sous entendre que ses sentiments n'étaient pas uniquement amicaux sans jamais le dire, jusqu'à ce qu'il essaie de l'embrasser ?" et ne même jamais le dire. toujours le sous entendre. le silence est très belle et souvent ce qui n'est pas exprimé directement bien plus puissant que ce qui est dit en face. J'aurais vraiment bien aimé cela. Bien plus subtile et recherché, mais plus dur à manier aussi

"si la nouvelle tombait un peu du ciel." Ça tombe un peu beaucoup du ciel, non ? Mais enfin, c'est toi l'auteur, prenons ce que tu dis.
En effet il aurait été intéressant de voir la gène d'Aypierre, seulement celle ci n'est jamais développée... Donc oui, pourquoi pas, mais un peu mieux formuler peut être et surtout plus approfondis

" Un roi n'est pas supposé bouger sur tout ce qui bouge." le problème c'est qu'il a déjà fait le mouvement et que c'est Zerator qui l'a retenu donc, il a été vu de la cours. Pour son rang, qu'il l'ai fait ou non revenait au même, il avait l'intention de le faire. Qu'importe que Z. L'ai retenu...

"Zerator est plutôt pacifiste. Laisser son fils entrer dans la garde d'élite ne l'enchantait pas trop. Et puis, qui dit garde d'élite, dit aux premières loges pour mourir s'il y a un soucis. Donc..." OK c'est une très bonne réponse. Seulement il aurait été bien qu'on puisse le savoir en lisant le texte et non en ayant besoin de te le demander, non ?  Very Happy

"Je ne sais pas si tu avais lu "Zer'haillon"" tu me l'avais envoyé par PM quand tu l'écrivais, deux jours avant que tu ne le postes. je l'ai relue après celle là. Mais si je n'en ai pas parler tu dois te douter de ce que j'en pense. Même si je ne fais que des critiques négatives sur un texte, c'est toujours mieux qu'aucune remarque, lorsque je me tais.

"Que veux-tu ? On ne peut rien face à la bogossitude d'Aypierre ! ;P" XD n'importe quoi. Quoi ? Tu veux que l'on parle de mon personnage, l'Aypierre de la CHM. OK OK je ferais mieux de me taire, je n'ai rien à dire pour ma défense.

"A creuser, tu as raison !" et je dois dire chapeau pour cette expression. Je suis plier en deux de rire, Je ne l'avais jamais entendu.

"c'est une larme de la fille qui sauve la vie du "prince"" OK cela me va très bien, mais il aurait fallu précisé alors que les larmes d'Aypierre n'avais jamais touché Asenet. Que par exemple "il s’asseyait à même le sol et pleurait, mais que par honte de son échec ou par dégoût envers lui même, refusant de toucher quelqu'un qui ne l'aimait pas, il restait toujours au pied du lit" et que là " accablé de chagrin par le fait que cela faisait dix ans, il n'avait réussit à se priver du contacte de celui qu'il aimait. Exceptionnellement, ... " Et là les larmes le touche et il se réveille. Cela aurait paru moins extravaguant.
ensuite même cela aurait été une très bonne idée. L'acharnement à le sauver et les larmes qui en sont le témoignent sont une bien plus belle preuve d'amour que le baisé du début. Voilà la véritable preuve d'amour. Là cela aurait été magnifique. Dommage que tu n'ais pas développé cette idée.

"le déclic qui fait qu'Aze se rend compte." IL n'y a pas de déclic comme cela en amour. IL a du se poser la question lui même intérieurement au fur et à mesure qu'il sentait l'amour grandir en lui. D'ailleurs cela aurait pu être intéressant de savoir plus sur ce qu'il se passe de ce point de vue là dans la tête d'AS. La première explication est bonne, celle là non, mais il aurait fallu que tu l'as donne la première

"Si tu ne veux pas répondre à ce commentaire-ci" JE RÉPONDS TOUJOURS AUX COMMENTAIRES !!! XD

___________________________________________________



http://communautesadique.forumactif.fr/t411-et-si-la-chm-s-etait-passee-autrement

mon portrait fictif par Mad Démon:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miss Otaku
Sadique Régulier
Zodiaque : Cancer
Messages : 1642
Pikadollar : 2908
Vos j'aimes : 107
Date d'inscription : 18/06/2015
Age : 15
Localisation : Dans ton c... Cadeau de Noël. J'étais en promo, on m'a achetée, voilà...
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Déc - 9:18
Je passe par ici pour lire enfin le texte et je vois Mich qui parle des serpents d'Abdromaque? Allitération powaaaaaaa!
J'adore vraiment les figures de style!
Le texte est bien je trouve.
Il y a quelques petits détails que je n'ai pas aimé mais si tu veux la liste des trucs que j'aime ou pas, lis le com de Mich! La flemme...
SOULS LA BONNE FÉE! ANANAS! ANANAS! *crie ANANAS de partout*

___________________________________________________

Avant, j'étais une sadique active.
Mais ça c'était avant, laisse tomber.
Maintenant je suis une auteure qui n'a que des pages blanches, une dessinatrice qui fait sa vie pépère et une Otaku qui lit 40000 choses en même temps.
Mais coucou à toi, qui que tu sois.
 :huug:  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Un Boeing Stearman fait un cheval de bois sur l'aéroport Washington National le 8 juin 2010
» Vends lit bois mezzanine ikea modèle hemnes
» SCULPTURE KABYLE SUR BOIS....UN ART OUBLIE
» Plans gratuits pour meubles en bois
» Les meubles en bois à fabriquer soi-même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: