AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Envie de refaire un vieux texte ou dessin ? Venez voir par ici !
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

Alésia

avatar
Nothingness
Bébé Sadique
Zodiaque : Verseau
Messages : 635
Pikadollar : 1030
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 18
Localisation : Ailleurs
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 18:17

Bonjoir ! Alors voici un petit OS. (Vraiment ?)
Donc pour l'écrire je me suis inspirée de cette chanson, qui elle-même est inspirée de la bataille d'Alésia, en 52 avant J.C.
Du coup, je tiens à préciser que je vais pas raconter exactement les même événements qu'il s'est passé lors de cette bataille.
Et pour le lolz, j'ai rajouté une musique, même si elle va pas durer tout le texte, mais comme elle est grave cool, bah voilà.
Enjoy !



Alésia



Ils étaient encerclés. Ils ne s'en sortiraient pas, il le savait très bien. A l'extérieur, ils n'attendaient que le moment où ils finiraient par craquer pour les massacrer.
Il n'était qu'un soldat, que pouvait-il faire ? Son impuissance l'irritait. Comment en étaient-ils arrivés là, déjà ?

**********

L'armée ennemie était au plus bas. C'était le moment parfait pour l'anéantir une fois pour toute. Cette pensée en tête, le chef des troupes décida de lancer une attaque surprise sur elle, il ordonna qu'on se cache derrière une colline pour leur tendre un piège, tandis que quatre-vingt milles autres hommes attendent derrière une rivière, prêts à attaquer. Comme prévu, ils virent leurs ennemis arriver, semblables à une nuée de mouches au loin.
Ils se divisèrent alors en trois groupes : Un s'attaquant au flanc gauche, l'autre à l'opposé, et le dernier leur fit face afin de leur barrer la route. Ils se voyaient déjà sortir victorieux de ce combat, étant en supériorité numérique et profitant de l'effet de surprise. Ils se sentaient invincibles, et bientôt les deux camps se rejoignirent, se faisant croiser le fer, et jaillir le sang. Rien ne pouvait les arrêter, ils tuaient, enchaînaient, faisaient tomber les cavaliers ennemis de leurs chevaux.
Mais leur enthousiasme fut bien vite atténué, et réduit à néant lorsque de nouvelles troupes rejoignirent le camp adverse. C'étaient des bêtes enragées, tuant tout sur leur passage. Ils n'étaient pas de la même origine, mais s'étaient apparemment alliés avec l'adversaire. La panique s'empara des rangs, les semant dans le chaos. Le doute germa dans leur esprit, comme une plante prenant possession de leur corps et rendant leurs mouvements confus et désordonnés.
A présent, leurs chances de gagner le combat venaient de s'évaporer sous le soleil tapant de ses rayons meurtriers. Là où l'armée fut unanime, était dans la décision de fuir. Ils se replièrent donc tous vers la ville d'Alésia, perchée sur une colline. Ils envoyèrent immédiatement une partie de la cavalerie aller chercher une armée de secours, qui pourrait prendre l'ennemi à revers. L'adversaire, étant moins nombreux qu'eux, renonça à un assaut et siégea la ville.

**********

Cela faisait maintenant des lustres qu'ils étaient coincés là, attendant que la mort vienne s'emparer d'eux. Dehors, les hommes qui patientaient avaient construit des fortifications, les empêchant de fuir la ville. L'homme vagabondait dans les rues sales, rongées par la misère. Il avait faim, tellement faim... Comme tout le monde ici, supposa-t-il. Les soldats comme les civils.
Il entra dans la petite bâtisse, où une généreuse famille l'hébergeait. Leurs deux enfants, eux, regorgeaient étonnement d'énergie. Il sourit tristement en voyant leurs parents les surveiller paisiblement. Il aurait pu être comme eux... Les jours défilaient, les mois s'enchaînaient, se ressemblaient... La nourriture manquait de plus en plus.
Puis ce sinistre jour vint. Ce jour où une décision fut prise. Ce jour où des milliers d'hommes et de femmes allaient devoir se sacrifier. Il se réveilla ce matin-là aux premières lumières du soleil. Les éclats de rire des enfants s'étaient transformés en un silence de glace. L'ambiance pesante lui provoqua des frissons dans le dos. Les parents ne dirent rien, le regard vide de toute émotion. L'ordre s'était répandu dans toute la cité, et avait atteint leur foyer.
Toute leur famille, excepté le père, fut emmenée aux portes de la ville. La mère essayait tant bien que mal de rassurer ses deux trésors. Mais des larmes trahissaient sa tristesse, aussitôt séchées par l'air brûlant. Les deux hommes les regardèrent disparaître au loin, impuissants.
Ça faisait mal, tellement mal. C'était injuste. Pourquoi ceux qu'ils étaient censés protéger devaient être sacrifiés pour eux ? Les personnes âgées, les enfants, et les femmes. Pourquoi devaient-ils être abandonnés hors de la cité, les laissant mourir à petit feu ? Certes, cela permettrait aux soldats d'avoir suffisamment à manger et de survivre... Mais survivre pour quoi ?
Il sentait dans sa bouche le goût amer de la trahison. Il avait trahit son peuple pour son propre bien-être. Cela lui donnait la nausée. Encore plusieurs jours passèrent, son cœur malmené, voyant la détresse d'un père ayant perdu sa famille, sa raison de vivre. Celui-ci aurait voulu mourir à leurs côtés, mais l'homme ne pouvait se résoudre à le laisser faire. Il ne voulait pas plus de sacrifice. Sa poitrine était déjà trop écrasée sous la culpabilité.

Mais enfin, au milieu de cet océan de tristesse, arriva la bonne nouvelle. L'armée de secours était arrivée. C'était maintenant qu'il fallait agir. Leur plan était de scinder deux troupes. Une qui attaquerait l'ennemi de front, et une d'élite qui le ferait de l'autre côté. C'est ainsi qu'il rejoignit le deuxième groupe.
Il marcha à leurs côtés, contemplant avec douleur la pleine lune qui régnait dans le ciel sombre, parsemé d'étoiles, aussi nombreuses que les vies qui avaient été perdues. Le doute s'installa en lui. Et si tout ce qu'ils faisaient était inutile ? Non. Il ne pouvait se permettre de penser ça. Pour eux. Leur sacrifice ne serait pas vain, se jura-t-il. Au matin, ils lancèrent l'assaut simultanément aux deux fronts. Il se jeta corps et âme dans les rangs ennemis, les décimant autant qu'il le pouvait. Sa conscience s'éteint pour ne laisser place qu'à la soif de sang, le transformant en machine à tuer. Son épée empalait, transperçait, tranchait, décapitait...
La bataille dura des heures et des heures. Malheureusement, de l'autre côté, où la première troupe faisait de son mieux pour faire tomber l'adversaire, les pièges étaient trop nombreux, et les fortifications trop résistantes. Essuyant de lourdes pertes, ils prirent retraite, laissant libre les cavaliers qui les affrontaient, et qui vinrent s'ajouter à ceux repoussant la troupe d'élite. Voyant le nombre d'ennemis croître en même temps qu'il les tuait, il comprit qu'il ne pouvait gagner. Chaque soldat tué était remplacé par deux autres, c'était sans fin.
Ses alliés se retournèrent pour prendre la fuite. Mais ils se firent intercepter par une troupe adverse qui les attendaient derrière eux. Ce fut une boucherie sans nom. Les soldats tombaient comme des mouches. Le sang couvrait le sol, se faisant absorber par la terre sèche. Archers et cavaliers se faisaient massacrer sous l'air lourd de la plaine aride.
Mais lui ne se laissait pas impressionner. Il continuait de se déchaîner, empalant un soldat par-ci, en découpant un par-là... Malgré la fatigue de ses muscles et les égratignures le piquant ici et là, il ne faiblissait pas. Son état physique lui importait peu, tuant ses ennemis à la force de sa volonté. Mais ce moment ne pouvait durer éternellement, et, encerclé par les ennemis, il tomba sous les coups de ceux-ci. Il s'écroula, dos au sol, incapable de se relever.
Il ouvrit faiblement les yeux, et regarda une dernière fois ce ciel, dont les étoiles semblaient lui rire au nez. Ses dernières pensées allèrent à ceux qui avaient injustement perdu la vie, à leur profit. Peut-être était-ce une fin logique ? Peut-être était-ce son châtiment, pour les crimes qu'il avait commis, et les vies qu'il avait arrachées ? Il tendit le bras, essayant de toucher le ciel vouté au-dessus de lui.

« Pardonnez-moi, étoiles... Pardonnez-moi, vous qui scintillez si haut, tandis que je me dirige vers les profondeurs de la Terre ».

___________________________________________________

:kappa:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Zodiaque : Cancer
Messages : 1058
Pikadollar : 1755
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 18:27
Je... Je...

Bon.

Je t'avoue que j'ai un un peu de mal à me mettre dedans au début. Mais à partir du moment où les ennemis siègent la ville, j'ai été totalement accaparée par le truc 0o

En plus, j'aime beaucoup la musique, qui a une petite pointe joyeuse assez ironique. 'Fin, j'me comprends... Et puis, qu'elle s'arrête avant la fin n'est pas si mal, ça laisse un silence pesant...

Mlle Ness a écrit:
Il tendit le bras, essayant de toucher le ciel vouté au-dessus de lui.
C'est légèrement incohérent de mon point de vue, mais je trouve que l'image est belle *_*

Uala.
Je t'ai dit (Hurlé) le reste par skype.

Je te nem <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nothingness
Bébé Sadique
Zodiaque : Verseau
Messages : 635
Pikadollar : 1030
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 18
Localisation : Ailleurs
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 18:30
Mlle Raly a écrit:
C'est légèrement incohérent de mon point de vue, mais je trouve que l'image est belle *_*
Comment ça incohérent ? x:

Y'a plus de description dans la partie du siège, le flashback c'est plus à titre informatif, on va dire, c'peut-être pour ça ^^
Sinon merci, moi aussi je te nem :3

___________________________________________________

:kappa:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mistakes
Super Fukanouille
Zodiaque : Lion
Messages : 750
Pikadollar : 570
Vos j'aimes : 69
Date d'inscription : 26/07/2015
Age : 17
Localisation : Pays de la Guimauve, bonsoir.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 18:57
Je... J'ai.. Que...
C'est trop tristoubeau .o. (invention d'un nouveau mot by Mista') Mais j'adore trop *-*

___________________________________________________

~Make your life a fairy tale~



♥️ Membre des Floodeurs Sadiques, de la SheepArmy et des Tinkettes ♥️
◄ Friends ►
Only her ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nothingness
Bébé Sadique
Zodiaque : Verseau
Messages : 635
Pikadollar : 1030
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 18
Localisation : Ailleurs
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 18:58
Merci :3

___________________________________________________

:kappa:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miss Otaku
Sadique Régulier
Zodiaque : Cancer
Messages : 1642
Pikadollar : 2908
Vos j'aimes : 107
Date d'inscription : 18/06/2015
Age : 15
Localisation : Dans ton c... Cadeau de Noël. J'étais en promo, on m'a achetée, voilà...
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 19:46
Moi j'ai dit fuck la musique et j'ai mis Requiem for a dream.
CHUIKUNETHUGCHUIKUNETHUGCHUIKUNETHUGCHUIKUNETHUG OUAIS!
Et ça le fait trop, c'est juste épique.
Sinon, l'OS est génial. J'ai pas l'habitude de ce genre de choses mais j'aime bien.
En plus c'est bien écrit, propre.
Eh bah voilà.

___________________________________________________

Avant, j'étais une sadique active.
Mais ça c'était avant, laisse tomber.
Maintenant je suis une auteure qui n'a que des pages blanches, une dessinatrice qui fait sa vie pépère et une Otaku qui lit 40000 choses en même temps.
Mais coucou à toi, qui que tu sois.
 :huug:  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nothingness
Bébé Sadique
Zodiaque : Verseau
Messages : 635
Pikadollar : 1030
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 18
Localisation : Ailleurs
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 20:00
Merci pour ces compliments :0
Voilà.

___________________________________________________

:kappa:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Flo Skyruner
Newbie Sadique
Zodiaque : Vierge
Messages : 51
Pikadollar : 113
Vos j'aimes : 0
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 17
Localisation : Dans tes pires cauchemars
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 20:39
J'ai eu un peu de mal à accrocher mais après c'est super, j'étais limite en train de pleurer à la fin. C'est très bien écrit, bravo.

___________________________________________________

"Il n'y a aucune honte à tomber mais il y en a une à ne pas se relever"
"La vie a cent raisons de te faire pleurer alors montre lui que tu en as un millier de sourire" Confucius
"Profitez du présent pour ne pas avoir à rougir du passé et avancer vers le futur"
Ouais j'adore les citations,elle résume ma philosophie de vie (la dernière est de moi)

Ma fiction à moi elle est là!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nothingness
Bébé Sadique
Zodiaque : Verseau
Messages : 635
Pikadollar : 1030
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 18
Localisation : Ailleurs
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Oct - 20:45
Carrément ?? xD
Merci beaucoup !

___________________________________________________

:kappa:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: