AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Envie de refaire un vieux texte ou dessin ? Venez voir par ici !
• Suivez nous sur Twitter ! •

La Flamme Des Souvenirs - Chapitre 16

avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Messages : 2653
Pikadollar : 3948
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Mar - 19:29
Il y a des jours qu'on préférerait passer en accéléré. Des souvenirs qu'on adorerait effacer. Des liens qu'on aimerait abandonner plus facilement. Des faits et gestes qu'on souhaiterait refaire, en meilleure connaissance de cause.
Et des sentiments qu'on voudrait ignorer.

« La vie est un long fleuve tranquille, l'amour une rivière. »


Je crois.. que j'aurais dû faire cela autrement.
Voilà la conclusion à laquelle j'étais arrivée, après de longues minutes passées à réfléchir, dans la tente d'observation que j'avais finalement rejointe. Ma demi-sœur m'avait longuement questionnée du regard. Sans réponses de ma part, elle avait fini par venir s'asseoir à côté de moi, et avait passé son bras autour de mes épaules.  J'avais alors baissé les yeux, ne sachant que dire.
Le combat entre les deux filles de la dernière fois s'était terminé il y a un bout de temps et d'après ce que j'en voyais, celui qui avait suivi était bientôt terminé.
Mon temps était compté.

Je frissonnais. Quelle idiote j'étais ! En rentrant à la tente, je n'avais pas pensé à prendre une couverture, et cette oubli se faisait désormais ressentir, et plutôt fortement. Je frottai mes mains dans l'espoir que ça allait les réchauffer, mais je ne fis que constater à nouveau à quel point j'avais froid. La température de mes mains ressemblait à celle du glacier qui avait coulé le Titanic, à quelques degrés près, ce qui me donnait une idée.
Je regardai ma sœur.
Puis recentrai mes yeux sur mes mains.
Avant de les poser à nouveau sur ma demi-sœur, qui m'interrogeait de son regard aux reflets dorés.
Un sourire étira mes lèvres, et je fourrai brusquement mes mains glacées dans le col chaud de la veste noire que portait Jade. Aussitôt, elle poussa un cri de surprise, et, me regardant avec tout le sérieux du monde, me déclara avec un accent mafieux et un regard foudroyant :

« Tou va mourrrrrir. »

Mon rire résonna dans la pièce bien trop sérieuse à mon goût, et je vis les yeux de ma demi-sœur briller de plaisir, ce plaisir si chaleureux de faire rire quelqu'un à qui l'on tient. Alors, se joignant à moi, elle sourit et se mit à trouver des phrases les plus abracadabrantes qu'il soit avec le plus de « r » possible, empirant de plus en plus dans son imitation de mafieux. Après quelques rires, je choisis à mon tour un accent qui tirait sur l'espagnol et le marseillais, et répliquai :

« Machéé, yé né comprrrends pas pourrrquoi tou n'aimés pas l'espagnolé ! »

Elle explosa de rire et se mit à m'imiter. Nous rivalisions de « machés » lorsque la main de mon amie aux cheveux noirs se posa sur mon épaule. Je me retournai vers elle et elle me fit signe de regarder le grand écran, ce que je fis avec curiosité. Un garçon brun avec une mèche qu'il ne cessait de rejeter en arrière venait de mettre à terre son adversaire, une jeune fille rousse, qui avait l'air d'être très furieuse d'elle-même. Mon cœur se serra. Si ce combat venait d'être fini, cela voulait donc dire qu'il ne restait qu'un seul « match » avant le mien.. Ignorant quelques secondes ma demi-sœur, je penchai la tête vers les hauts-parleurs et tentai d'écouter le commentateur.

« Et c'est donc avec une victoire littéralement ÉCRASANTE que le jeune Siphano vient de remporter son passage pour le quart de final de la compétition ! Vous pouvez aussi applaudir la perdante, qui s'est courageusement battue ! », fit la voix enjouée et survoltée d'un homme mûr à l'extérieur, mais probablement encore gamin à l'intérieur. Il semblait totalement captivé par la fin du combat, et s'appliquait à décrire chaque fait et geste des deux combattants.
« Nous allons donc faire une petite pause, comme convenu tous les deux combats, et j'encourage nos chers spectateurs à aller manger un petit en-cas dans les échoppes qui sont situées à chaque bout du stade ! Quant à nous, on se retrouve dans quelques minutes pour le prochain combat, qui confrontera l'école de Maître Aypierre et celle de Maîtresse Bénédicte ! », finit-il, surexcité.

Je fronçai les sourcils, surprise. Un nouveau délai m'était offert. Cette entracte ne devrait pas durer longtemps, certes, mais c'était suffisant pour rallonger un peu plus mon temps d'attente et pour augmenter mon stress. Constatant que je pourrais pas rester bien longtemps ici, assise dans cette tente avec le corps glacé, je me levai et décidai d'aller me chercher une veste ou un connerie du genre pour me réchauffer un peu. Jade me jeta un regard inquiet, mais n'insista pas et ne me suivit pas. Parcourant la pièce en quelques grandes enjambées, je sortis de la salle d'attente et respirai une bouffée d'air frais. Le crépuscule n'allait pas tarder à couvrir le ciel, ce qui signifiait donc que je devrais me battre avec moins de visibilité que les précédents combattants. Je soupirai en pensant à ma malchance. Mais qu'importe, il faudrait bien faire avec, pas question de repousser encore plus le dernier moment.

Sortant de mes pensées, je me mis en marche vers notre propre tente, et frissonnai à nouveau en ressentant une brise froide sur mes bras dénudés. Tirant sur mes manches vertes, je tentai vainement de les allonger, dans l'espoir futile de couvrir plus de surface de peau. Me rendant bien compte que je ne pouvais évidemment pas étirer le tissu, je me frictionnai rapidement les avant-bras pour essayer de les réchauffer.

Quelques instants après, je soupirai en cherchant ma veste du regard.
En effet, il avait bien fallu que quelqu'un se mette en tête de la ranger à un endroit inhabituel, ce qui faisait que je n'arrivais plus à la retrouver. Je jurai entre mes dents en farfouillant une énième fois dans le sac noir que j'avais utilisé pour emporter mes affaires. Rien. Je regardai dans le sac bleu marine de ma petite demi-sœur, au cas où. Rien non plus. Je commençais sérieusement à désespérer. J'allais me résigner à enfiler plusieurs couches de vêtements lorsque je reçus quelque chose dans la tête alors qu'une voix mature tirant sur le sarcasme me demandait d'un ton amusé :

« C'est ça que tu cherches ? »

Je me retournai vivement, jetant un rapide regard à ma veste noire qui reposait maintenant que le sol. Je souris à la vue de l'homme brun qui me faisait face. Ses yeux bleus restaient toujours aussi paisibles, prenant quelques fois, comme pour ce cas-là, une teinte joyeuse.

« Dépêche-toi, ce serait quand même triste d'arriver en retard pour ta première compétition ! »

J'acquiesçai vivement et sortis presque en courant, enfilant maladroitement ma veste sous la fraîcheur extrême du soir. Un rire retentit derrière moi, et je saluai rapidement mon mentor avant de me rediriger dehors.
Je courus vers la tente d'observation, espérant ne pas avoir trop raté le match qui précédait le mien.



***


« Bonne chance ! »
« Défonce-les tous ! »
« Courage grande-sœur ! »
« Je suis sûr que tu va la battre à plate couture. »


J'avais reçu bien des encouragements pour ce premier combat.

« On se retrouve en finale, pas vrai ? »

J'avais souri à cette remarque que m'avait lancé mon ami châtain.

« Bien sûr ! »

Maintenant, je commençais à me dire que la finale ne serait vraiment pas si difficile que cela à atteindre. En effet, comme l'avait prédit Aypierre, mon adversaire, une jeune fille aux cheveux blonds comme les blés, était désormais à moitié accroupie, ses mains s'appuyant avec force sur ses genoux. Son dos était à ma merci, mais frapper une personne par derrière n'était pas franchement autorisé dans le code d'honneur des escrimeurs. Je grimaçai lorsque je sentis une perle de sang couler d'une des quelques égratignures que la fille avait réussi à m'infliger.
La frêle combattante qu'on m'avait opposé se releva et pointa le menton vers moi avec détermination. Je fis quelques moulinets avec l'épée que l'on m'avait donnée. La lame aiguisée effleura la sol couvert de sable. L'arène que j'avais découverte il y a tout juste quelques instants plus tôt était assez grande d'un point de vue extérieur, mais à l'intérieur, tout changeait. Les gradins paraissaient immenses, surtout lorsqu'ils étaient remplis de spectateurs enthousiastes et captivés par le spectacle qui se déroulait sous leurs yeux !

La jeune fille dont je n'avais pas retenu le nom fonça sur moi avec l'allure d'un taureau, cherchant probablement à me faire peur ou autre. Au dernier moment, j'esquivai et tendis le pied gauche à l'endroit exact où je me trouvais auparavant. La blonde, n'ayant pas remarqué ce que j'avais fait, continua sa route lancée par son élan, et trébucha sur le croche-pied que je lui avais préparé. Elle s'écrasa par terre et se releva prestement, mais j'avais déjà eu le temps de me remettre en place et je m'avançais en sa direction pour lui mettre un « coup fatal ».

Elle serra son épée à deux mains, mais ne retenta pas l'assaut type taureau.

Je l'observai attentivement. Ses épaules tressautaient et la lueur de détermination vacilla un instant dans ses yeux quand elle vit que je la fixais. Je basculai mon épée la pointe vers elle, et fis un brusque écart vers elle. Aussitôt, son corps réagit à la menace et recula de quelques pas. Satisfaite de cette réaction, je mis à marcher de plus en plus vite en maintenant ma lame dans la direction de mon adversaire. Celle-ci comprit rapidement mon manège et tenta de se décaler vers la droite mais je fis un petit bond et atterris devant elle. Elle s'écarta à nouveau, et s'éloigna en arrière, sans se douter une seule fois de ce que je tramais. Je la poussai à nouveau du bout de mon arme et en tentant de reculer elle se heurta au mur de l'arène.

Les cris de la foule se firent plus insistants lorsqu'elle vit que l'une des deux combattantes était acculée contre un obstacle.

La jeune fille tourna frénétiquement la tête de droite à gauche, à la recherche d'une issue. Ses yeux bruns s'agrandirent de frayeur lorsqu'elle comprit qu'elle n'aurait pas le temps de s'échapper, cette fois-ci. Plusieurs émotions passèrent dans ses prunelles affolées. De la peur, bien évidemment, de la rage, de l'impuissance et beaucoup de déception. Jetant un dernier regard probablement en direction de sa mentore, elle se laissa délibérément tomber à genoux en signe de reddition alors que les spectateurs hurlaient, déçus ou heureux par le résultat final du combat. La saveur suave et agréable de la victoire se porta à moi tandis que j'appréciais les cris excités du commentateur.


Un sourire étira mes lèvres séchées.



☼-☼-☼



Note laissée en plein milieu de la Table Ronde :

Bonjour.
Pas de coups de règle cette fois - du moins je crois haha - donc j'espère que ça vous a quand même plu, et je vous dis à la prochaine pour le chapitre 17 de La Flamme Des Souvenirs ! ;D
Nyal.



___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Messages : 1052
Pikadollar : 1750
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Mar - 10:50
Saluuuuuuuuuuuuut !
J'ai pas de retard CPASVRAICPASMOI !

Nyaaal a écrit:
Il y a des jours qu'on préférerait passer en accéléré. Des souvenirs qu'on adorerait effacer. Des liens qu'on aimerait abandonner plus facilement. Des faits et gestes qu'on souhaiterait refaire, en meilleure connaissance de cause.
Et des sentiments qu'on voudrait ignorer.

« La vie est un long fleuve tranquille, l'amour une rivière. »

Je crois.. que j'aurais dû faire cela autrement.

Un début tout en poésie, en lyrisme, en réflexion sur la vie et en monologue interne ~
Franchement, j'aimais bien. Je me suis demandé au début si par hasard c'était pas Unster qui parlait en disant qu'il regrettait sa faute, mais non ! On est toujours dans la fidèle petite caboche de la pôtite Nyal !
Du coup, j'ai beaucoup aimé ce début un peu mystérieux et qui plonge dans une ambiance limite mélancolique. Par contre, la transition est super brusque. C'est pas vraiment le retour à la réalité qui gêne, c'est plutôt le fait que pour nous faire revenir à la réalité, tu nous balances directement à la figure toute les dernières info's. Enfin, je sais pas si tu vois, mais quoiqu'il en soit, je trouvais la transition "Pensées internes"/"réalité" un peu brusque.

Nyal a écrit:

Mon temps était compté.

Là, j'imagine que tu parlais des combats ? Enfin, si c'est le cas, je n'aurais pas utilisée cette expression pour dire qu'elle va bientôt combattre. Quand tu dis "mon temps était compté", c'est parce qu'on a peu de temps pour encore réaliser quelque chose. Sauf que là, elle n'a rien à faire avant le combat, du coup, ça paraît un peu bizarre.
Après, tu parlais peut-être d'autre chose que du combat et dans ce cas-là, ça ajouterait du suspense et attiserait la curiosité du lecteur. Sauf que je n'ai toujours pas compris ce qu'elle devait faire x)

Ensuite, elles se battent, et franchement, je commence à me demander comment leurs adversaires peuvent encore les prendre au sérieux ! Elles font tout le temps n'importe quoi ! xD

NyaaaaaaAaal a écrit:
Si ce combat venait d'être fini, cela voulait donc dire qu'il ne restait qu'un seul « match » avant le mien.. Ignorant quelques secondes ma demi-sœur, je penchai la tête vers les hauts-parleurs et tentai d'écouter le commentateur.
[...]
« Nous allons donc faire une petite pause, comme convenu tous les deux combats, et j'encourage nos chers spectateurs à aller manger un petit en-cas dans les échoppes qui sont situées à chaque bout du stade ! Quant à nous, on se retrouve dans quelques minutes pour le prochain combat, qui confrontera l'école de Maître Aypierre et celle de Maîtresse Bénédicte ! », finit-il, surexcité.
[...]
J'acquiesçai vivement et sortis presque en courant, enfilant maladroitement ma veste sous la fraîcheur extrême du soir. Un rire retentit derrière moi, et je saluai rapidement mon mentor avant de me rediriger dehors.
Je courus vers la tente d'observation, espérant ne pas avoir trop raté le match qui précédait le mien.

Là, je t'avoue que tu m'as perdu. Ok, elle a froid, elle veut sa veste. Soit. Elle pourrait pas demander à sa sœur d'aller lui en chercher une ou à quelqu'un de lui prêter quelque chose ? Bon, au pire, je peux comprendre qu'elle ne veuille pas déranger, même si ça m'a fait bizarre Wink
En vrai, ce qui m'embête dans ce passage, c'est que j'ai l'impression qu'il y a une petite incohérence. Le commentateur dit qu'il va y avoir une entracte et qu'ensuite, on aura le match avec quelqu'un de l'école d'Aypierre. Hors, il reste encore un match avant celui de Nyal. Qu'est-ce qu'on doit comprendre ? Que le match d'avant est tellement inintéressant qu'on l'oublie, ce qui n'est vraiment pas correct, ou que le prochain match est celui de la sœur ou de l'amie de Nyal qui du coup devrait rester pour y assister et pour l'encourager. Enfin, je sais pas si tu voix, mais dans tous les cas, je pense que tu n'aurais pas du faire l'annonce de ce match, puisqu'elle n'a pas lieu d'être. Le commentateur annonce le match suivant, pas ceux d'après.
Enfin, arrête-moi si je te semble impertinente, mais c'est ce qu'il m'a semblé en lisant ;D

Nyal a écrit:
Je me retournai vivement, jetant un rapide regard à ma veste noire qui reposait maintenant que le sol.
Bhdflsahs... Hein ? x)

Bon, Aypierre, je me demande encore ce qu'il pouvait bien faire là ~
Mystèèèèère

Nyal a écrit:

J'avais souri à cette remarque que m'avait lancé mon ami châtain.
Frigiel ? Very Happy
(Je savais pas qu'ils étaient autant potes !)

Nyal a écrit:

Elle serra son épée à deux mains, mais ne retenta pas l'assaut type taureau.
J'avoue, j'ai ri ! xD

Voilà voilàà !!
Hâte d'avoir la suiiiiiite !
Je t'avoue que j'ai toujours pas l'impression que ça avance, malgré le combat ! Mais c'est déjà mieux ! x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Messages : 2653
Pikadollar : 3948
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Mar - 11:22
Flora-lit-tous-les-chapitres-mais-commente-en-retard :

Aiiie, mon petit kokoro souffre de voir que mes erreurs ne sont évidemment pas passées inaperçues XD
Bon, allons-y.

Floraly a écrit:
[...] Franchement, j'aimais bien.

Contente que ça t'ait plu ! :3

Floralyyyy a écrit:
Enfin, je sais pas si tu vois, mais quoiqu'il en soit, je trouvais la transition "Pensées internes"/"réalité" un peu brusque.

Je vois, je vois..

Flora-lit (j'adore ce jeu de mots, me frappe pas) a écrit:
Là, j'imagine que tu parlais des combats ?

Eyup, mais effectivement j'ai mal formulé ce que je voulais dire >.<

Flora-lue a écrit:
Ensuite, elles se battent, et franchement, je commence à me demander comment leurs adversaires peuvent encore les prendre au sérieux ! Elles font tout le temps n'importe quoi ! xD

"N'importe quoi" ? :0 Qu'est-ce que tu entends par là ?

Flora-lira a écrit:
Elle pourrait pas demander à sa sœur d'aller lui en chercher une ou à quelqu'un de lui prêter quelque chose ?

Nop, ce n'est pas une flemmarde, non mais oh >O< Puis sa sœur ne porte pas trente-six vestes sur elle, ce serait pas très gentil ni intelligent de lui demander sa propre veste xD

Flora-j'ai-plus-de-jeu-de-mots a écrit:
[blablabla]Le commentateur annonce le match suivant, pas ceux d'après.
Enfin, arrête-moi si je te semble impertinente, mais c'est ce qu'il m'a semblé en lisant ;D

Eh bien non ! ;D Voilà la chronologie :

1er match ----> 2e match ----> 3e match -----> Match de Nyal
Vu dans les précédents chapitres ---> Zappé puisque Nyal était dans le jardin ---> Celui qu'on vient de voir finir ----> La fin du chapitre 16 ! ;D

Donc effectivement, on a zappé un match mais c'était tout simplement car Nyal n'était pas présente à ce moment-là ! :3

Flor'incomprise a écrit:
Bhdflsahs... Hein ? x)

Bah Apierre lui a jeté sa veste à la tête ? ._.

Flora-la-curieuse a écrit:
Bon, Aypierre, je me demande encore ce qu'il pouvait bien faire là ~
Mystèèèèère

Et boule de goooomme

Flora-la-psychologue ? a écrit:
Frigiel ? Very Happy
(Je savais pas qu'ils étaient autant potes !)

o/
Humpf, pourtant j'ai relativement beaucoup multiplié ses apparitions et les dialogues xD

Flora-la-rieuse \o/ a écrit:
J'avoue, j'ai ri ! xD

Ouiiiii o/

Flora-la-magnifique a écrit:
Voilà voilàà !!
Hâte d'avoir la suiiiiiite !
Je t'avoue que j'ai toujours pas l'impression que ça avance, malgré le combat ! Mais c'est déjà mieux ! x)

Merci <3
Raaaah ;-;

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Souvenirs, souvenirs - L'école autrefois...
» QUE DE BEAUX SOUVENIRS..
» Jean Zay - souvenirs et solitude
» Religion...Coran:Le mystère du chiffre 19
» présentation à la con : Bruno des Baumettes vous salue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Nyal27-
Sauter vers: