AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Halloween c'est fini Résultats ici ! •
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

[Zerano] Rockeur dans l'âme

avatar
Silen
Sadique Régulier
Zodiaque : Bélier
Messages : 1534
Pikadollar : 2860
Vos j'aimes : 152
Date d'inscription : 07/06/2015
Age : 14
Localisation : La tête dans les nuages
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Avr - 16:46
Tous les jours, sur la scène d'un vieux café, veste en cuir sur le dos, un homme chantait. Ses cheveux bruns dansaient au rythme de ses mouvements de tête. À dix-huit heures, chaque fois, son public arrivait. Une demi-dizaine de personnes seulement. Ils étaient peu mais l'homme les aimait presque autant qu'il aimait le rock. Son répertoire ne se limitait jamais aux chansons de Elvis ou des Beatles. Il chantait aussi des chansons de groupes moins connus comme 12 Stones ou encore Sixx:A.M. Il chantait de tous les styles de rock, parfois même du blues, d'autres fois du hard rock. Sa voix allait si bien avec chacun de ces styles. Un soir, alors que les paroles de Dani California s'élevaient, les yeux du chanteur observaient les têtes dans la salle. Elles lui semblaient toujours familières, pas là. Il ne reconnaissait pas un homme, assis au fond. Il paraissait perdu, un peu éméché et triste.

« Shoulda seen her coming when it got a little brighter with a name like Dani California, chantait le brun de sa voix cassé. Day was gonna come when I was gonna mourn ya. A little loaded, she was stealin' another breath. I loved my baby to death. California, rest in peace. Simultaneous release. California, show your teeth. She's my priestess, I'm your priest. Yeah, yeah. Who knew the other side of you ? Le chanteur monta dans les aigus. Who knew what others died to prove? Too true to say good bye to you. Too true to sad sad sad... Sa voix put redevenir normale. Push the fader, gifted animator. One for the now and eleven for the later. Never made it up to Minnesota. North Dakota man was a-gunnin for the quota. Down in the badlands she was savin' the best for last. It only hurts when I laugh. Gone to fast ! »

Sa voix allait crescendo. Le chanteur jeta un coup d'œil vers le jeune homme qui semblait boire ses paroles, ce qui le fit sourire. Il continua sa chanson d'une voix plus forte encore. Il semblait la vivre, il y mettait toute l'émotion qu'il pouvait.

« California, rest in peace. Simultaneous release. California, show your teeth. She's my priestess, I'm your priest. Yeah, yeah ! California, rest in peace. Simultaneous release. California, show your teeth. She's my priestess, I'm your priest. Yeah, yeah ! »

La chanson se finit. Le brun recula un peu, se mettant hors des projecteurs brûlant, et essuya son front en sueur. Il revint presque immédiatement en annonçant la chanson My little baby love. Les musiciens commencent à jouer la mélodie. Quelques secondes s'écoulent avant que l'homme n'empoigne le micro. Son regard se changea en un voile de tristesse reflété par les paroles de la chanson.

« I don't know... I don't know why I can't finish like that. Oh, I don't know... I don't know why I can't finish like that...And I am feeling hurts 'cause you won't become my little, little baby love... »

Il y eut une courte pause musicale avant que les paroles ne reprennent.

« I don't know why... I don't know why you're always on my mind... We spent an evening together and I ask myself if you wanna spend all night with me... Ooh and I am feeling hurts 'cause you won't become my little, little baby love... »

Encore un blanc musical. La chanson se termina après une longue mélodie lente et harmonieuse. Le jeune homme sur la scène enchaîna sur encore bien d'autres chansons jusqu'à vingt-deux heures et un peu plus tant il ne voulait pas quitter la scène, le micro et son public.

Mais il fut bien obligé lorsque le patron du café voulut fermer. Il partit alors dans sa petite loge.

« Un véritable placard à balais, pensa-t-il. »

Mais il ne se plaignait pas. Il ne se plaignait pas car il y passait peu de temps. Et surtout, après son passage à la loge pour se préparer, il pouvait enfin remonter sur les planches, sous les projecteurs, et chanter pour les quelques personnes qui souhaitaient bien tendre l'oreille. Et ça, pour lui, ça n'avait pas de prix. Il monta ensuite dans son petit appartement, un vingt mètres carrés simplement meublé et quelque peu crasseux. Il se doucha et partit ensuite se coucher.

Sur le chemin du retour, le jeune garçon du fond de la salle était pensif. Il repensait à sa journée, le moment qu'il venait de passer dans ce vieux café et finalement le reste de sa vie.

« Ces quatre dernières heures, se dit-il, étaient simplement magiques. »

Et il le pensait réellement. Cet homme, sur cette scène, si talentueux, l'avait transporté dans son monde, sa bulle. Sa voix était à la fois mélancolique et enraillée. Son large répertoire était magnifique. Il comptait bien revenir le lendemain, et tous les autres jours peut-être...

C'est ainsi que le lendemain, le jeune garçon se rendit dès dix-huit heures au café. Il commanda une bière et, lorsque le serveur repartit, il tourna son regard vers la scène. Là, le chanteur discutait avec ses musiciens, sûrement pour préparer le programme de la soirée. Après de longues minutes, sa bière arriva. Il remercia le serveur et en but une gorgée, regardant toujours lascène. Un hochement de tête et tout le monde se mit en place.

« Bonjour tout le monde, salua l'homme sur scène dans le micro. Aujourd'hui, nous allons commencer par Worlds collide ! »

Et les musiciens se mirent à jouer. Le jeune homme les écouter, rêveur, jusqu'à ce que le brun se mette à chanter. Ils se concentra alors plus sur les paroles et la voix qui parvenait à ses oreilles.

Il y avait peu de bruit dans la salle. Peu de gens allaient et venaient et encore moins de gens parlaient. Ils préféraient écouter le chanteur. Ce dernier, d'ailleurs, au fil du temps, se mit à fixer le nouveau en souriant. Par moment, il jetait un regard circulaire à l'assemblée mais il revenait toujours au jeune rouquin.

La représentation touchait à sa fin. Pourtant, le garçon resta là, assis. Il regardait toujours le chanteur remballer un peu de matériel, discuter avec son groupe, et cetera... Tous se turent à l'arrivée du patron du café.

« Alors ! S'exclama-t-il. Adrien, ça va mieux ?

-Oui, merci, sourit le susnommé.

-J'espère bien... Enfin, tu reviens bien demain ?

-Évidemment !

-Bien, messieurs ? »

Il se tourna vers les musiciens.

« Vous pouvez disposer, je suis certain que monsieur Nougaret doit se reposer. »

Alors c'est comme ça qu'il s'appelle... pensa l'homme au fond du café. Il se leva, paya rapidement et partit, tout sourire, pour aller dormir dans un meilleur état d'esprit que ses dernières nuits. Adrien fit de même, épuisé.

Tous les jours, pendant deux mois, le jeune homme revenait écouter le chanteur. Celui-ci, dès le début, l'avait remarqué. Et il avait également remarqué que, chaque semaines, il se rapprochait un peu plus de la scène jusqu'à être à la fin au premiers rang.

Alors, un soir, après sa représentation, il décida de l'aborder, tout sourire :

« Bonjour ! »

Le garçon sursauta.

« Oh, bonjour ! Comment allez-vous ? »

Le brun ria alors que son cadet lui lança un regard interrogateur.

« Ne me vouvoie pas, je t'en prie... J'ai l'impression d'être vieux ! Répondit-il, ce qui provoqua un petit rire nerveux chez son interlocuteur.

-Désolé... Alors comment vas-tu... Mmh.. Adrien si je me souviens bien ?

-C'est ça ! Je vais bien, tant que je peux continuer à chanter ça ira toujours ! Et toi ?

-Et bien depuis que je t'écoute chanter, ça va. »

Cette phrase, sans que le rouquin ne le sache, fit chaud au cœur du chanteur. Il aimait se sentir ne serait-ce qu'un peu important, savoir qu'il redonne le sourire au peu de personnes qui viennent, juste changer un peu la vie des gens et la rendre meilleure...

« D'ailleurs, comment tu t'appelles, toi ? »

La question surprit l'intéressé qui se contenta de sourire et d'articuler simplement :

« Thomas.

-Mmh, d'accord, je vais tâcher de m'en souvenir ! Ça fait un moment que je te vois tous les soirs ici mais j'ai remarqué que tu restais dans ton coin...

-Oui, je viens juste t'écouter. Si je veux faire des rencontres, autant aller au bar PMU du quartier...

-Mmh, certainement... »

La conversation entre les deux hommes poursuivit pendant un long moment si bien que minuit sonna. Mais ça ne les arrêta pas et ce n'est qu'à deux heures qu'ils partirent chacun de leur côté pour un court repos.

Depuis ce soir là, Adrien et Thomas restaient longtemps à discuter de tout et de rien en se baladant dans les rues de la ville. Jusque une heure du matin, généralement.

Ils se rapprochèrent tant que, le jour du terme de son contrat pour son logement étudiant, le chanteur aida son ami en désarroi à en trouver un autre. Cela n'avait même pas pris un mois. Il l'avait chaleureusement remercié. Leur amitié était si forte... Un peu trop... Petit à petit, les sentiments de Thomas grandirent et dépassèrent le stade de l'amitié. Au fond de lui, il le savait. Il savait que ça allait arriver. Tout simplement parce qu'il avait déjà était charmé par sa voix, son charisme, son jeu de scène et son corps et apprendre à le connaître n'a fait que confirmer ses premières impressions. Il trouvait cet homme génial. En tout point.

L'hiver s'installa bientôt et ils ne purent alors passer leurs nuits dehors comme ils le faisaient, le froid était trop présent. Alors Adrien avait invité son cadet dans son appartement. Il décida de lui montrer un premier soir ce qu'il valait avec une guitare sèche. Il lui joua les seuls morceaux qu'il connaissait, et il y en avait peu. Captivé par l'instrument, son ami lui demanda de le lui apprendre. Ce que le chanteur fit avec plaisir. Alors, durant tout l'hiver, ils jouaient de la guitare. L'aîné a d'abord transmis à Thomas tout ce qu'il savait mais, très vite, ils durent apprendre tous les deux, en même temps.

Bientôt, le printemps fut de retour. Et cela faisait donc un an qu'ils se connaissaient maintenant. Et en un an, ils en ont appris beaucoup sur l'autre. Son enfance, sa situation actuelle, ses fréquentations, sa famille, ses ambitions. Tout deux s'étaient si bien entendu que, très vite, ils n'avaient plus eu de tabous entre eux. Le courant était instantanément passé, un peu trop. Sans vraiment le savoir, car au début, ils le reniaient ou ne s'en doutaient pas, ils étaient victime du coup de foudre. Lorsqu'il l'eut accepté, Adrien comprit alors pourquoi il avait du mal à détacher ses yeux de son corps, pourquoi ses gestes suivaient toujours les siens comme si ses mains tentaient désespérément d'attraper celles du rouquin, pourquoi il voulait passer toujours plus de temps avec lui, quitte à faire des nuits blanches. Mais il n'espérait pas trop. Enfin, il ne voulait pas trop espérer. Et pourtant...

Une belle soirée d'été, aux alentours de vingt-deux heures, les deux amis avaient décidé de rester en intérieur et était donc allé dans l'appartement du plus vieux. Thomas n'aimait pas recevoir dans son propre appartement. Ils passèrent une bonne partie de la nuit éveillé à parler de tout et de rien. Jusqu'à ce que le cadet ne tienne plus.

« Adrien... Je dois te dire... déclara-t-il, la voix tremblante d'hésitation.

-Oui ?

-Hé bien... commença-t-il. La première fois que je t'ai vu et entendu surtout, je t'ai trouvé... Plus que génial, vraiment. Et je voulais en savoir plus sur toi. Mais dans ma tête, j'étais juste triste et un peu malade... Mais maintenant que je te connais, je sais quel homme tu es vraiment.

-Hein ? »

Le brun était perdu. Il n'avait pas compris où voulait en venir son interlocuteur.

« Tu es la seule personne avec qui j'ai envie d'être maintenant et... Tout me paraît plus logique maintenant... Je veux pas vraiment m'embarquer dans de longs discours pour retarder l'échéance mais j'y arrive pas. J'arrive pas à te le dire. »

Et là, le chanteur comprit. Alors il s'approcha doucement de Thomas et ses lèvres se posèrent avec lenteur et douceur sur les siennes. Le rouquin répondit presque immédiatement au baiser, dès que sa surprise fut passée. L'échange devint plus sensuel et pressant et leur nuit fut plutôt courte.

Ils étaient heureux désormais. Adrien Nougaret, chanteur recyclé dans un vieux café peu fréquenté qui perdait tout espoir d'aimer et Thomas, étudiant sans argent et au destin hésitant qui en rêvait simplement avaient trouvé ce qu'il leur manquait, en toute musicalité.

Je suis de retour avec un gros OS (+2000 mots) Zerano. Désolée pour mon absence mais je n'avais pus l'envie d'écrire vriament, j'arrivais plus à me concentrer :c
Bisous ! <3

___________________________________________________

"La vie est courte. Riez fortement, embrassez longuement, aimez véritablement et pardonnez rapidement."

PP : ''Portrait de mademoiselle Charlotte du Val d'Ognes", Marie Denise Villers

Music is love, writing is life, art is everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Princesselatueuse
Bébé Sadique
Zodiaque : Capricorne
Messages : 560
Pikadollar : 885
Vos j'aimes : 12
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 15
Localisation : sur une planète perdu dans l'espace
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Avr - 14:03
Woah !
Je trouve cela vraiment génial !
Et je reconnais que cela m'avais manquée, ce genre d'écrit.

___________________________________________________

Je ne viens peut-être pas souvent mais je vous adore malgré tout. J'ai fait des rencontre je ne n'oublierai jamais et qui ont changé ma vie. Very Happy

Merci ! :coeur:




PS : l'avatar est de pandaandpotato's trouver sur internet
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silen
Sadique Régulier
Zodiaque : Bélier
Messages : 1534
Pikadollar : 2860
Vos j'aimes : 152
Date d'inscription : 07/06/2015
Age : 14
Localisation : La tête dans les nuages
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Avr - 16:26
Merci beaucoup <3

___________________________________________________

"La vie est courte. Riez fortement, embrassez longuement, aimez véritablement et pardonnez rapidement."

PP : ''Portrait de mademoiselle Charlotte du Val d'Ognes", Marie Denise Villers

Music is love, writing is life, art is everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sohuna
Voltali électrisant
Zodiaque : Lion
Messages : 692
Pikadollar : 375
Vos j'aimes : 28
Date d'inscription : 01/05/2015
Age : 16
Localisation : Le ch'Noooord
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Mai - 21:11
Nyuuu, My little baby love, qu'elle est bien cette chansooon *-* Un très très bon OS ! La mignonne petite romance se démarque pas mal du genre de yaoi que je lis en ce moment x)
{ Sale perverse. }
Shhht, au moins ça change et ça fait du bien !
J'avais vu que tu avais publié un Zerano, mais j'avais pas le time x) Enfin bref, continue comme ça ! Et puis #ZeranoIsTheLife ( Par contre, je n'adhère toujours pas au fait d'appeler les Tutubers par leurs prénoms Mad )

___________________________________________________

" Every man dies,
but not every man lives."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» DSA obligatoire dans les ASSU ?
» Cherche stage en entreprise dans le cadre d'une reconversion
» PARKER fait la Chasse à l'eau dans le kérosène !
» changement dans les conditions de travail
» les collectivités locales dans la tourmente des préts à tx variable et autres gadgets pourris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: