AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
•Les résultats du concours RP de l'été sont juste ! •
• L'event de Noël C'est juste ici ! •

Une année au lycée - Chapitre 4

avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1095
Pikadollar : 1788
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 11:44
Hey !

Pour ce nouveau chapitre, j'ai mis en avant certains personnages secondaires qui auront eux-aussi leur importance dans l'histoire ! J'espère que ça ne vous posera pas de problème qu'on s'écarte un poil de l'intrigue principale le temps d'un chapitre ♪

Concernant le rythme de parution, j'ai une fin d'année plutôt chargée, alors je vais faire de mon mieux pour que vous ayez le chapitre 5 dans deux semaines, mais je ne garantis rien !

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture et j'attends vos retours avec impatience !
Flo'

***************************************************    

Azenet essayait tant bien que mal de se frayer un chemin dans la foule à la recherche du reste des Patricks. Toute l'école était pacquée devant les portes de la salle de sport et le jeune homme ne parvenait pas à apercevoir ses amis dans le tas. Il se sentait étouffer au milieu de tout ce monde mais n'ayant pas spécialement envie d'être assis seul pour assister au concert de Noël, il devait continuer à avancer. Il déboucha dans une sorte de couloir entre les groupements d'élèves et en profita pour inspirer profondément. Il n'avait jamais été très à l'aise au milieu des attroupements et il fallait bien avouer que celui-ci était plutôt impressionnant. Alors qu'il se remettait en marche, il sentit une pression sur son capuchon le retenir en arrière. Sa fermeture éclair appuya contre sa gorge, lui coupant brièvement le souffle. Il se tourna brusquement, paniqué.
- Hey Azenet. Je cherche Pierre, tu saurais pas où il est ?
Le garçon secoua la tête en se massant la gorge. Il soupira doucement en reconnaissant son camarade qui se tenait devant lui.
- Non, mais il doit être avec le reste des Patricks. Je les cherche aussi.
L'autre se hissa sur la pointe de pieds en se tenant aux épaules d'Azenet pour rester en équilibre. Typique de Bboy. C'était le genre de personne qui ne craignait pas le contact, quoique son vis-à-vis puisse en penser. Ses yeux sombres parcoururent la foule.
- Là-bas ! annonça-t-il en retombant sur ses pieds.
Il fit signe à Azenet de le suivre et partit devant. Le jeune homme s'efforça de pister son ami, perdant parfois son sweat-shirt gris de vue parmi les étudiants. Ils finirent par parvenir à un coin un peu plus dégagé où discutaient des jeunes hommes aux visages familiers. Bboy salua vaguement les autres avant de se diriger vers Aypierre. Azenet s'attarda un peu plus. Ses amis étaient devenus plus attentionnés à son égard depuis son malaise en classe, ce qui ne lui plaisait pas plus que cela. En général, il se contentait de les rassurer et se faisait le plus petit possible pour se faire oublier, ce qu'il s'empressa de faire. Il écoutait distraitement une conversation entre Fukano et Thaek, quand une tornade rousse lui bondit sur le dos, déclenchant l'hilarité générale parmi les Patricks lorsqu'il faillit tomber sur le sol.
- Aze, je stresse trop, c'est horrible !
- Harry lâche-moi, grogna la pauvre victime en essayant de le déloger.

Son ami finit par lui obéir et Azenet se tourna vers lui avec une petite grimace. Le monde avait décidé de lui en faire voir de toutes les couleurs, décidément.
- Pourquoi tu stresses, Harry ? Tu fais du saxo depuis que je connais, ce qui remonte à... Aypierre, qui s'était avancé vers eux à la vue de son ami, dut s'interrompre pour compter.
- Ça m'empêche pas d'avoir peur ! Surtout que si je fais une fausse note, je coule tout !
- Au moins, le Jazz band passe en deuxième. Imagine Jiraya et Zerator, c'est les derniers à passer, intervint Fukano.
- Ils avaient qu'à pas assurer autant l'année passée, rit Thaek.
- La légende raconte que la direction les a mis en dernier pour être sûr que tout le monde restera jusqu'à la fin, c'est fourbe, grogna Harry en regardant sa montre, bon je dois vous laisser, on se voit tout à l'heure !
Il frappa dans les mains de tous ses camarades avant de partir en trombe dans la foule. Azenet le regarda en souriant et sursauta lorsqu'il sentit qu'on lui tapotait l'épaule.
- Heureusement que t'as pas continué le piano, tu serais dans un état pire que lui, le chambra Aypierre.
- J'aurais jamais participé à un concert, surtout.
Leur discussion fut interrompue par l'ouverture des portes et ils se mirent tous en mouvement pour essayer de décrocher des places bien situées.

Ils se trouvèrent une portion de sol libre dans les gradins. Les places n'étaient pas définies par des sièges ce qui rendait la salle un peu bordélique, mais avait l'avantage de permettre à tous les élèves s'asseoir à quelque part. Azenet se retrouvait entre Aypierre et Soulsstealer. Fukano s'était assis en arrière avec Theak et gardait une place pour Harry qui les rejoindrait après son passage. Tous les élèves chahutaient joyeusement, créant un capharnaüm quasi insoutenable dans la salle. De plus, malgré les températures plutôt basses de l'hiver, Azenet se doutait qu'au bout des quatre heures de concert, la chaleur risquait de devenir étouffante. Il retira sa veste en prévision pour ne pas avoir à déranger tout le monde en plein milieu d'une chanson ou d'une danse. La manifestation avait beau s'appeler « concert », le spectacle était ouvert à tous les jeunes talents du lycée, si bien qu'on y retrouvait autant de groupes de musiques que de danseurs ou même quelques magiciens. Il s'y déroulait un grand nombre de prestations très impressionnantes, même si pour quelques unes, Azenet se demandait s'il n'aurait pas valu la peine d'y avoir des auditions.
Les derniers arrivants entraient encore dans la salle bondée et le jeune homme reporta son attention sur Aypierre qui semblait lui-même observer Bboy, assis de l'autre côté.
- Va les voir, soupira Aypierre en frappant l'épaule de son voisin qui sursauta brusquement.
- Non, pas question. Je suis là pour Jiji et pour personne d'autre.
Curieux, Azenet tordit le cou pour voir de qui ils parlaient. Il hocha la tête en reconnaissant Xari et DarkFunéral assis quelques rangs plus haut, visiblement en pleine discussion. Il avait remarqué la tension dans le groupe des génies depuis quelques temps, mais n'en connaissait pas la cause.
- Te laisse pas avoir, Bib, Nems ne vaudra jamais tes autres amis.
- Qu'est-ce que t'en sais, Pierre ? Fais pas semblant que tu sais ce qui m'arrive. On est différent.
Aypierre soupira de découragement. Il tourna la tête et sourit faiblement à Azenet lorsqu'il remarqua son attention. Il le bouscula doucement avec son épaule.
- J'espère qu'ils font une pause cette année, parce que le sol est vraiment pas confortable.
- Le pauvre petit Aypierre aimerait un coussin ?
- Oh la ferme Aze !
Ce dernier se mit à rire en levant machinalement les yeux vers le plafond. Les lumières venaient de s'éteindre, plongeant la salle dans l'obscurité. Il se redressa et essaya de se caler confortablement. Aypierre n'avait pas tort, rester assis sur le sol dur des gradins durant quatre heures n'allait pas être une partie de plaisir. Il allait devoir faire preuve d'imagination pour changer de position toutes les dix minutes.

Sur la scène, les membres du chœur du lycée s'étaient alignés et commencèrent une version de « Jingle Bells » à quatre voix. L'année précédente, Azenet avait fait partie de l'ensemble. Pendant deux mois. Il avait bien vite arrêté lorsqu'on leur avait annoncé des représentations publiques. Pas question pour lui de s'afficher, même protégé par la masse. Il n'avait jamais aimé être le centre d'attention. Même au milieu de ses amis, Aypierre remplissait très bien le rôle du leader et Harry celui du déconneur. Il n'avait pas besoin de se faire remarquer et il s'en passait très bien.
Le chœur les gratifia de cinq chansons toutes assez ennuyeuses mais Azenet s'abstint tout commentaire, contrairement à Souls qui ne se gênait pas pour discuter avec les autres, affichant son désintérêt.
Vint ensuite le Jazz Band et l'attention de tous les Patricks se reporta à nouveau sur la scène pour applaudir leur ami qui n'en menait pas très large parmi les autres musiciens. Il les repéra dans le public et leur adressa un léger signe de main avant que leurs morceaux ne commencent. Quelques solistes du chœur vinrent prêter leurs voix lorsque les chansons nécessitaient des prestations vocales. Les musiques étaient un peu vieillottes, mais le tout restait écoutable. Ils furent applaudis à tout rompre à la fin de leur apparition, plus pour leur popularité que pour la prestation en soi. Harry s'était vraiment bien débrouillé, et même s'il n'avait pas l'oreille musicale, Azenet n'avait pas l'impression d'avoir entendu d'erreur.

Les différents groupes s'enchaînaient et le temps commençait à paraître vraiment long. Même la troupe de danseuses orientales qui avait fait baver Souls et Thaek (et probablement Bboy même s'il ne paraissait pas très loquace depuis le début du concert) ne l'avait pas vraiment distrait. Il s'ennuyait un peu et espérait que les prestations allaient aller en s'améliorant. L'arrivée d'Harry dans les gradins leur offrit un précieuse distraction alors que la troupe suivante préparait la scène. Les Patricks le félicitèrent et se serrèrent un peu plus pour lui faire de la place. Il était devenu encore plus difficile d'être convenablement assis et Azenet sentit la mauvaise humeur poindre en lui. Il tenta de la réprimer, mais un coup de coude involontaire de Souls dans ses côtes l'encouragea de plus belle. Il en vint à hésiter à rentrer chez lui en se demandant ce qu'il faisait encore là. Maintenant qu'il avait vu Harry, ce concert ne servait plus à rien et il n'avait pas le courage d'attendre encore trois heures pour voir Zerator et Jiraya. Sauf que le reste de public compact autour de lui et la volonté de ne pas faire quelque chose de proscrit l'empêchaient de s'en aller. Frustré, il se mit à gigoter sur place. Il remonta ses genoux vers lui et les entoura de ses bras pour se faire le plus petit possible. Il étendit ses jambes devant lui en les posant sur les sacs que les Patricks avaient empilés devant eux . Il se mit à genoux, les mains posées sur ses cuisses. Puis il en revint à la position initiale. Il avait chaud à force de bouger. Il allait encore changer de position, mais Aypierre posa une main sur son épaule pour l'arrêter.
- Aze, ça va pas ?
Le concerné s'immobilisa, comme un coupable pris sur le fait.
- Pas assez de place... grogna-t-il.
Aypierre soupira.
- Ouais, ils assurent pas pour le partage de l'espace. Tu voudrais te mettre comment ?
Azenet secoua la tête. Il n'en avait aucune idée. Il voulait juste être à un autre endroit qu'assis sur ce sol sale et coincé au milieu de ces centaines de personnes. Son ami attendit une réponse durant quelques secondes et finit par entourer ses épaules d'un bras pour le faire basculer. Déséquilibré, Azenet chercha quelque chose auquel se raccrocher, mais il ne trouva rien. Sa tête heurta brusquement la jambe d'Aypierre et il entendit une vague excuse qu'il n'accepta pas. Il se tortilla un peu pour essayer de se relever mais son ami avait posé son coude sur ses côtes ce qui lui coupait toute possibilité.
- Fous tes jambes sur Souls, lui conseilla Aypierre avec un air mi-sérieux, mi-amusé.
Azenet tendit timidement ses jambes et Souls sembla remarquer leur manège. Avec ce qu'il sembla être du soulagement, il se décala pour se trouver plus près d'Aypierre. La rangée se desserra petit à petit et le jeune homme se trouva allongé sur pas moins de trois Patricks, les joues rosies par la gêne.
- Mieux ? demanda son meilleur ami.
- Ouais. Mais j'aurai de nouveau envie de bouger dans vingt minutes.
Aypierre lui ébouriffa les cheveux en le traitant d'enfant gâté.

Azenet sourit vaguement ferma les yeux. Il écoutait ce qu'il se passait sur scène, les réactions du public, mais tout paraissait très, très loin. Au bout de quelques minutes, il sentit une main remettre en place sa mèche récalcitrante qui lui avait glissé sur le visage. La main resta posée sur le sommet de son crâne et puis, légèrement hésitante, elle passa entre ses cheveux, caressant délicatement sa tête. Azenet ronronna doucement sans vraiment s'en rendre compte, et sa main posée sur la cuisse d'Aypierre se crispa un peu plus. Il sentit un léger souffle lui balayer la nuque, comme un rire. Il ouvrit les yeux pour apercevoir la scène devant lui. C'était au tour d'une troupe de danse dont les membres virevoltaient et faisaient des pirouettes au rythme lent de la musique. Il apprécia le spectacle en souriant. Son mal-être au milieu de toute cette foule semblait avoir disparu. Il se laissa porter par les mouvements impressionnants de élèves devant lui et par cette main qui glissait inlassablement entre ses mèches claires.

***************************************************

Le garçon contemplait la légère ondulation de l'eau sous ses yeux. Il s'était installé à genoux sur le carrelage de la salle des WC, ses fesses appuyées sur ses talons, ses mains sagement posées sur ses cuisses. Il avait fermé les yeux en essayant de faire passer la nausée qui menaçait de le faire régurgiter son petit déjeuner depuis un peu moins d'une heure.
Lui, Zerator, leader d'un groupe depuis maintenant quatre ans, musicien depuis ses six ans, délégué de classe et incorrigible moulin à parole, avait le trac. Il s'esclaffa sans pouvoir se retenir mais fut bien vite rattrapé par son estomac qui lui envoya un haut-le-cœur pour le punir de son hilarité. Ses mains vinrent appuyer sur son ventre dans l'espoir de faire passer la douleur qui le lui tordait, mais rien ne semblait y faire. Pour la première fois depuis son tout premier examen de guitare à ses neuf ans, il stressait. Il se sentit ridicule mais retint son rire pour ne pas malmener encore plus son pauvre petit corps qui avait décidé d'être fragile pour une raison inconnue. Il n'avait absolument aucune raison d'avoir peur. Ses compagnons étaient tous exceptionnels, le public était d'enfer et leurs morceaux avaient été finement préparés. Un frisson lui parcourut l'échine et il grimaça de dégoût en sentant une goutte de sueur couler le long de sa tempe.

Il se servit d'une main pour se relever, l'autre étant toujours fermement appuyée contre son nombril, et s'accrocha à la poignée du cabinet pour s'empêcher de perdre l'équilibre. Voilà qu'en plus des nausées il commençait à avoir des vertiges.
- Allez mon gros, t'as déjà vécu pire, s'encouragea-t-il en se dirigeant vers le lavabo.
Il se laissa tomber en avant, ses mains se déposant de chaque côté du robinet. Il garda les yeux baissés, fixés sur le siphon argenté. Il souffla par la bouche et inspira par le nez, mais ça n'eut aucun effet notable. La sensation désagréable qui lui tordait les entrailles refusait de s'en aller. Il releva lentement son regard vers le miroir en face de lui. Il pouffa en apercevant son reflet piteux dans la glace.
- Eh bah Zerator, si tu crois que tu vas faire un carton comme ça...
Il ouvrit le robinet pour se passer de l'eau sur le visage. La fraîcheur du liquide le soulagea un peu. Il essuya ses yeux d'un revers de manche et se regarda à nouveau dans le miroir.
- Allez bordel... Ça va bien finir par passer...
Il quitta son reflet pour regarder plus haut, vers le plafond. Les néons l'aveuglèrent légèrement mais il n'y fit pas attention. Ses yeux s'étaient fermés d'eux-même et il murmura doucement :
- Un peu d'aide ? S'il te plaît ?
Il attendit quelques secondes, comme s'il allait recevoir une réponse, puis il souffla un petit rire avant de secouer la tête.
- Je deviens complètement taré, c'est officiel.
Il ouvrit à nouveau le robinet, laissant l'eau couler entre ses doigts fins, tremblants. Il se pencha pour boire et dut s'accrocher de toutes ses forces pour ne pas terminer la tête la première dans l'évier. Il essaya de chanter quelques notes mais sa voix était pire que celle d'un enfant sur le point de pleurer. Il grimaça.

Il recula d'un pas et se laissa glisser contre le mur. Ses jambes étaient trop flageolantes pour pouvoir le soutenir encore longtemps et il se demandait comment il allait bien pouvoir tenir sur scène pendant au moins dix minutes. Sans voix, sans jambes, sans assurance. Il replia ses genoux contre son torse et inspira longuement. Il fallait à tout prix qu'il parvienne à se ressaisir, sinon il était fichu. La poignée principale de la pièce s'abaissa alors qu'il jouait avec ses pieds sur le sol en espérant de toute ses forces que son malaise allait s'envoler.
- Hey, Zera ! Tu campes les toilettes frérot ? Sérieux, les autres commencent à se faire du soucis...
L'interpellé détourna le regard, gêné. Il hésita sur la réponse à donner et puis son visage se fendit d'un léger sourire rassurant.
- C'est rien Jiji. Juste un peu le trac, ça va passer.
Son ton calme ne parvint pas à rassurer son ami et il vit le visage de ce dernier se décomposer.
- Wow, tu veux que j'appelle un médecin ? Mec, c'est pas normal ! Le grand Zera a le trac !
Les épaules de Zerator se soulevèrent légèrement dans un rire faiblard.
- Non, t'inquiète ça va aller. Je crois que c'est juste...
Sa voix s'éteint d'elle-même, comme s'il ne devait pas dire la suite. Jiraya s'avança et s'accroupit devant lui, l'encourageant d'un regard à continuer.
- C'est la première fois que je remonte sur scène depuis qu'elle... est partie, tu sais ?
Il se mit à jouer avec ses doigts, nerveusement, la mine contrariée.
- Je suis ridicule, hein ?
- Non ! Zera, pas du tout. Je comprends que ça puisse faire bizarre...
- C'est juste... Elle a toujours été là depuis que je fais de la musique et là...
- Hey, je sais frérot. C'est elle qui t'a toujours dit que t'allais assurer, hm ?
Zerator hocha la tête, des larmes perlant au bord des yeux. Sa respiration était devenue saccadée depuis qu'il l'avait évoquée. Il se mordit la lèvre, pas très fier de lui. Il s'était juré que ça n'influerait pas. Les gens n'avaient pas besoin de savoir après tout. Il l'avait dit à quelques personnes, dont Jiraya parce qu'il le voyait trop souvent pour pouvoir le lui cacher.

Une main se posa contre la partie latérale de son cou, mais il n'y fit pas attention. Perdu dans ses pensées, ses souvenirs. Le conservatoire, ses premiers concerts, ses auditions... Une légère pression sous son menton le fit revenir à la réalité.
- Zera, regarde-moi. (Zerator rechigna un peu mais finit par obéir) Elle ne peut peut-être plus te le dire, mais il y a bien quelqu'un que tu croiras s'il te le dit, hein ?
Le concerné s'apprêta à secouer la tête pour nier, mais il s'interrompit brusquement. Une image s'était imposée à son esprit. Sa tête s'inclina doucement et il trouva le courage de parler.
- Il me reste combien de temps ?
- Encore au moins sept groupes. Prends pas trop de temps.
Il l'aida à se relever et Zerator le prit dans ses bras.
- Merci Jiji.
Il s'élança à la course à l'extérieur de la pièce, sans une seule pensée pour son petit déjeuner qui avait toujours envie de défier les lois de la gravité.

***************************************************

Fukano fut tiré de son ennui par des grognements agacés étouffés à sa gauche. Il aimait bien le spectacle, mais une distraction était bienvenue au bout de trois heures de show -il fallait bien l'avouer- un peu répétitives. Visiblement, le gêneur de la rangée venait vers eux car les bruits de consternation se rapprochaient de plus en plus. Thaek tourna lentement la tête vers leur provenance, un peu distrait.
- Hey, Zera ! appela-t-il, un peu trop fort pour certaines personnes de la rangée de derrière qui lui intimèrent de se la coincer.
Fukano avait sursauté à l'entente du prénom de son meilleur ami. Il se serait attendu à le voir devant lui, sur la scène, pas ici dans les gradins. Ils se décalèrent tous un peu pour lui faire de la place mais le nouvel arrivant se contenta de s'accroupir près d'eux, dans un équilibre instable.
- Qu'est-ce que tu fais là ? demanda Fukano en chuchotant, curieux.
Son ami hocha la tête.
- On voit pas le spectacle depuis les coulisses, du coup je suis venu voir un peu. Et puis c'est ... (Il se tourna vers la scène, lui portant un intérêt soudain...) le groupe de Chelxie, je pouvais pas rater ça !
Fukano pouffa et l'interrogea sur un ton plein d'ironie :
- T'as fait tout ce chemin pour l'écouter chanter My Little Pony ? T'es maso ou complètement amoureux ?
- T'imagines pas à quel point c'est long, trois heures dans les coulisses ! dit Zerator pour toute réponse, avec un sourire énigmatique.
Fukano regarda son ami, bien conscient qu'il ne lui disait pas toute la vérité, mais sans lui en demander plus. En réalité, il était heureux de le voir. Zerator se tourna vers la scène et jeta un regard plein d'incompréhension à Fukano en voyant la position d'Azenet, à moitié endormi, couché sur d'autres Patricks. Fukano ne put s'empêcher de faire une légère grimace amusée avant de hausser les épaules. Il continuèrent leur conversation silencieuse sous les regards concentrés de Thaek et Harry qui tentaient vainement de comprendre. Zerator finit par reporter son attention sur la scène. Fukano essaya de faire de même, sans pouvoir s'empêcher de remarquer l'air absent de son meilleur ami. Chelxie avait terminé sa représentation sous des applaudissements un peu mitigés tandis que le prochain groupe se mettait en place.
- Plus que cinq, annonça Zerator, à trois je vous laisse.
- Tu veux pas y aller maintenant, grogna Souls, j'en ai marre de ces trucs de minettes.
Zerator étouffa un rire.
- Je suis pas sûr que tout le monde serait d'accord !
- La légende dit que...
- Ouais, on sait Harry. Mais je suis pas sûr que ce soit une légende. La moitié de la salle est là que pour vous, dit Fukano d'un air désintéressé.
Il sentit le regard de Zerator se fixer sur lui. Il n'y fit pas attention, dans un premier temps, mais son insistance lui fit tourner les yeux. Il faillit sursauter en remarquant la lueur d'angoisse qui traînait dans les yeux de son ami. Ils communiquaient souvent avec des phrases inachevées, des gestes ou même des onomatopées, mais jamais avec le regard. C'était déroutant.
- J'ai pas intérêt à me foirer, alors.
- Effectivement, acquiesça Harry.
- Mais t'inquiète, y a pas de risque, commença Thaek.
- Tu foires jamais, termina Fukano.
Le regard de Zerator, toujours planté dans le sien, s'adoucit subitement. Il s'appuya sur l'épaule de Thaek pour se relever avant d'ajouter d'un air mystique:
- Il faut une première fois à tout !
- Pas aujourd'hui, gémit Harry.
- S'il te plaît ! On a pas attendu quatre heures pour rien !
Zerator laissa échapper un sourire un peu gêné et Fukano lui frappa la jambe.
- Tu vas gérer, Zera.

Le sourire qu'il lui adressa en retour lui réchauffa le cœur. Si Zerator avait été une ampoule, tout le monde autour aurait été aveuglé. Mais Zerator n'était pas une ampoule. N'empêche qu'il était une sacrée lumière.

Les groupes suivants s'enchaînèrent avec une lenteur quasi interminable pour Fukano. Il s'était mis à discuter avec Thaek, un peu honteux de manquer de respect aux élèves présents sur scène. Depuis que Zerator était parti, les Patricks avaient commencé un décompte et chaque nouveau groupe l'avait ennuyé plus que le précédent.
Mais cette fois-ci, ils y étaient enfin. Les quatre acolytes étaient entrés dans la salle et le public avait démarré un tonnerre d'applaudissement et de cris général. Zerator avait souri et contrairement aux interprètes des autres groupes musicaux, il n'avait pas attendu que ses musiciens soient prêts avant de commencer timidement les premières notes du morceau. Non, il s'était avancé avant de presque crier dans son microphone :
- Bonsoir Berçy ! Est-ce que vous êtes chaud !?
La clameur reprit de plus belle et le chanteur rit doucement en reculant un peu.
- Mesdemoiselles calmez vos ardeurs s'il vous plaît ... se moqua Jiraya dans son propre micro, en réponse aux cris plutôt aigus du premier rang.
Zerator fit mine de ne rien avoir entendu et se tourna vers Max et Nothing, un peu en retrait sur la scène. Max lui fit un signe de main un peu affolé et le chanteur se retourna rapidement.
- Vous voulez m'aider à réaliser un rêve ? demanda-t-il avec un sourire ravageur.
Les cris s'intensifièrent et il voulut faire un pas vers l'avant mais une voix sembla le rappeler en arrière. Il s'arrêta brusquement.
- Ah bah non. Une prochaine fois.
De nouveaux cris retentirent et Jiraya s'esclaffa dans son micro.
- Par contre, pour réaliser d'autres rêves, son numéro est le 06...
- Stooop ! le coupa Zerator en tendant son bras vers lui de manière théâtrale.
L'assemblée éclata de rire et le chanteur se releva d'un bond, un sourire vrai sur les lèvres.
- Fini de déconner. Allez les gars !

Max frappa sur sa batterie, Nothing gratta sa première corde et Zerator entama le couplet de Radioactive avec cette intensité qui lui était propre. Peu importe la chanson, le jeune homme était capable de se l'approprier à tel point qu'on aurait pu penser qu'il l'avait composée et écrite. Avec un sourire, Fukano suivit le reste des Patricks et se leva. Ils sautèrent sur place et frappèrent dans leurs mains en rythme (plus pour certains que pour d'autres). La chaleur était toujours insoutenable mais rien ne les empêcha de danser comme des fous pour compenser les heures assis sur le sol inconfortable.
Les trois morceaux passèrent lentement pour Fukano, mais pas parce qu'il s'ennuyait, non. Il se délectait de chaque seconde de la musique en faisant des mouvements très aléatoires, mais il s'en fichait car la foule était trop compacte pour qu'il soit remarqué.

Jiraya lâcha l'accord final et la foule se mit à hurler de plus belle, protestant contre la fin trop rapide de leur passage. Très vite, les applaudissements se synchronisèrent. Ils tentaient un rappel et Fukano sourit en voyant Zerator faire signe aux trois autres d'approcher. Jiraya prit son micro et lui donna sa guitare, et ils vinrent tous s'asseoir au bord de la scène. Voyant que la clameur générale ne se calmait pas, ils commencèrent à faire des signes de bras de haut en bas. Finalement, ce fut Jiraya en hurlant un "Wow, vos gueules putain !" qui réussit à faire taire le public. Les trois autres éclatèrent de rire et Fukano ne put s'empêcher d'admirer leur aise sur la scène. Pour Zerator, c'était évident, en tant que chanteur principal, il était constamment placé en avant, mais pour les musiciens habituellement cachés derrière leurs instruments, c'était plus surprenant.

Zerator commença quelques notes à la guitare et la clameur dans la salle se stoppa définitivement. Le chanteur principal lança un regard à la dérobée à son batteur et Max commença le premier couplet, à la surprise générale. Peu connaissaient le son de sa voix grave et encore moins pensaient qu'il était lui aussi capable de chanter.

If you ever find yourself stuck in the middle of the sea
I'll sail the world to find you
If you ever find yourself lost in the dark and you can't see
I'll be the light to guide you

Avec un sourire satisfait, Zerator entama la suite, d'une voix plus aiguë. Après tout, c'était bien lui qui avait la tessiture la plus proche de celle de Bruno Mars, l'interprète original de la chanson.  

We find out what we're made of
When we are called to help our friends in need

Zerator joua quelques accords à la guitare dans le vide et les quatre se regardèrent, d'un air entendu. Ils commencèrent tous en même temps, chacun à une hauteur différente, créant une harmonie inattendue mais douce à l'écoute. Fukano vit le regard de Zerator se perdre dans la foule et tomber sur lui. Il lui adressa un clin d'œil, tandis qu'il chantait :

You can count on me like 1, 2, 3
I'll be there
And I know when I need it
I can count on you like 4, 3, 2
And you'll be there
'Cause that's what friends are supposed to do, oh yeahOoooooh,
oooohhh yeah, yeah

Le deuxième couplet fut enchaîné par Nothing dont personne ne semblait réellement connaître le timbre non plus. Dans le public, tout le monde avait levé les bras en l'air et les balançait de droite à gauche aux rythmes des accords. Certains s'étaient mis à chanter mais d'autres préféraient juste écouter le mélange des voix des musiciens.

Le regard de Zerator revint de nombreuses fois à Fukano et il avait l'impression fascinante que cette chanson lui était en partie destinée. Son meilleur ami souriait, probablement fier d'avoir réussi à faire chanter ses compères et que ce soit si bien accueilli par le public. La chanson était magnifique et elle emporta toute la salle dans un autre univers le temps de quelques minutes. C'était comme si le temps s'était suspendu, la chaleur, la foule oppressante, tout. Fukano aurait pu juste regarder Zerator et s'imaginer qu'ils étaient les deux seules personnes présentes dans la salle.

You'll always have my shoulder when you cry
I'll never let go, never say goodbye
You know...

Les harmonies du dernier refrain furent différentes. Plus aiguës, plus prenantes. Fukano sentit de légers frissons lui parcourir la peau à certaines notes. Il ferma les yeux et se laissa définitivement emporter. Il n'avait jamais apprécié ce genre de musique et n'avait jamais eu d'attirance pour les harmonies vocales en soi, mais cette fois-ci, il était submergé de millier d'émotion qu'il n'avait jamais pensé pouvoir ressentir simplement en écoutant une chanson aussi... basique. Peut-être que le fait que ce soit son meilleur ami qui la chante avait une influence ? Il n'en savait rien, mais il gardait les yeux fermés.

You can count on me 'cause I can count on you...

***************************************************

Aypierre avait rentré ses mains dans ses poches pour leur épargner la confrontation avec le froid de l'hiver. Le concert était terminé depuis quelques heures maintenant. Le dernier groupe avait fait vraiment fort et pour fêter leur succès, Zerator avait quasiment obligé tous les Patricks et les génies à venir prendre un verre avec eux. Il avait même réussi à convaincre Azenet, ce qu'Aypierre avait jugé comme un exploit à part entière. Ils s'étaient tous retrouvé dans « La Ferme », un bar pas trop loin de leur lycée. Ce bar était rapidement devenu le quartier général des Patricks et des génies, puisque le tenancier n'était autre qu'Alexclick, le parrain de Bboy. Il acceptait de leur servir certaines boissons peu adaptées à leur âge, prétextant préférer qu'ils fassent des bêtises dans son bar plutôt que dans celui d'un autre. Et puis, lui, tant que leurs parents n'en savait rien, il n'en avait pas grand chose à faire. Après-tout, ils étaient des clients, et on ne dit jamais non à des clients ! Cependant, il se sentait parfois responsables et il lui arrivait de raccompagner certain des garçons pour être sûr qu'ils arrivent chez eux sans soucis.

Ils avaient donc déplacé les petites tables pour en faire une longue autour de laquelle ils puissent tous s'asseoir. Ils avaient trinqué avec leurs bières au groupe de musique de leurs amis, leur intimant avec ferveur d'enfin se trouver un nom digne d'eux. Généralement, on les appelait « le groupe de Zerator », ce qui ne plaisait pas spécialement au principal concerné. Pourtant, ils n'avaient jamais réfléchi à un vrai nom, malgré qu'ils jouent ensemble depuis plus de deux ans. Dans tous les cas, la fête avait battu son plein et Harry avait proposé à tout le monde de venir passer la soirée chez lui pour continuer sans importuner Alex' plus longtemps. À eux seuls, ils remplissaient la moitié du bar, ce qui n'était pas très pratique pour attirer d'autres clients. Presque tout le monde avait accepté, sauf quelques-uns, dont Azenet, pour changer, qui avaient prétextés d'autres occupations.

Aypierre, lui, avait accepté, mais il s'était proposé de raccompagner Bboy avant. Son ami avait prétendu un autre rendez-vous, s'attirant un regard noir de Xari. Aypierre avait soupiré. Bboy avait réussi à renouer quelques liens avec les génies en venant au concert d'aujourd'hui, et il avait tout ruiné en repartant aussi tôt. Surtout que personne ne se faisait d'illusion sur la personne qu'il allait retrouver, et c'était naturellement qu'Aypierre avait par lui-même pris la route en direction de la planque. Ces derniers temps, il y allait bien plus rarement. Il était en léger froid avec Nems, ce qui ne les empêchait pas de se voir encore tous les trois de temps en temps, mais quelque chose avait été brisé quand Aypierre s'était opposé à lui. Le ton avait rapidement monté et il avait fini par partir en claquant la porte. Bboy était resté avec Nems et Aypierre s'était juré de lui faire changer d'avis, mais depuis que les génies lui en voulaient, c'était une mission compromise.

Bboy parlait peu, probablement perdu dans ses pensées, alors qu'Aypierre réfléchissait à toute allure. Ils n'allaient se voir que très peu durant les vacances et il sentait que c'était sa dernière chance. La chance de le sauver, de le sortir des pattes de Nems. Aypierre aimait beaucoup le garçon, mais il devait bien s'avouer que son influence sur Bboy ne pouvait que lui nuire, à terme. Il avait beau le lui répéter, le génie n'écoutait pas. Forcément, il devait se sentir important avec Nems, alors qu'en réalité, il ne l'était pas du tout. Ces deux-là étaient devenus les bêtes noirs des professeurs à force de sécher tous les cours et les étudiants ne les portaient pas spécialement dans leur cœur, tout le contraire de la réputation qu'avait pu avoir Bboy. L'année précédente, il était plutôt populaire, les professeur l'appréciaient malgré son caractère un peu turbulent. Il donnait un peu de vie à la classe et avait toujours un petit mot à glisser tout haut pour faire retomber le stress avant un examen. Sauf que depuis quelques temps, les gens avaient arrêté de compter sur lui, à commencer par ses amis, puis les professeurs, et probablement sa famille aussi, même si le garçon refusait catégoriquement d'en parler avec qui que ce soit. Aypierre était assez intelligent pour se rendre compte que s'il passait le plus clair de son temps dans la planque, c'était qu'il préférait être là-bas plutôt que chez-lui. Il lui avait même avoué avoir passée quelques nuits seul dans leur cabane de fortune, en début d'année.

L'entrée de la forêt n'était plus qu'à quelques mètres et il sentit que Bboy lui jetait un regard à la dérobée. Lorsqu'ils atteignirent la lisière des arbres, son ami se stoppa et se tourna vers lui :
- Te sens pas obligé d'aller plus loin, Pierre. Les autres t'attendent.
Aypierre ouvrit la bouche et la referma, pris de cours. Il n'avait toujours pas trouvé d'argument assez impactant pour l'éloigner de Nems et l'empêcher de commettre l'irréparable.
- Le fais pas.
C'était sorti tout seul. Il devait le lui dire, il devait le convaincre, sans savoir comment.
- Quoi ?
Bboy avait froncé les sourcils et le fixait sans comprendre. Aypierre secoua la tête. Effectivement, sans mise en contexte, il y avait peut de chance qu'il sache de quoi il lui parlait.
- Le vol, enfin, le truc que vous mijoter avec Nems. Fais-le pas.
Le visage de Bboy se décontracta et il se mit à rire, mais Aypierre n'était pas dupe. Son visage gardait un étrange masque, comme une sorte de colère.
- Écoute, Pierre, tu voulais pas t'en mêler, on a fait en sorte de jamais en parler quand tu étais là pour que tu sois pas impliqué. On a respecté ton choix, à toi de respecter le nôtre.
Aypierre grimaça, dégoûté. Une phrase toute faite. Par Nems, pas par Bboy. Décidément, son ami était bien plus atteint que ce qu'il pensait.
- Bboy, on a construit une petite maison dans les bois, c'était vraiment cool. Passer du temps avec vous c'était génial. Mais un vol, sérieusement ? Vous valez tellement mieux...
- Et t'es qui pour savoir ce que je vaux, hein !? Xari, ma mère, toi ! Vous pensez tous savoir ce que je veux, ce que je dois faire. Mais t'en sais rien, Pierre ! Tu penses que t'as fait le bon choix en décidant de pas continuer avec nous ? Et non, t'es juste un lâche. Un sale faux-frérot qui nous a abandonné quand il allait perdre son rôle de gentil petit garçon.
Bboy avait craché ces mots, le visage rouge. Il toisait Aypierre, le provoquant, comme s'il était sûr d'avoir gagné. Certes, son interlocuteur avait été ébranlé, mais il n'avait également pas dit son dernier mot.
- Alors pourquoi tu es venu aujourd'hui ?
- Ça te regarde pas.
- On s'inquiète juste pour toi, Bib. Je pense pas que ce soit le cas de Nems. Si tu le suis, tu finiras en école de redressement et franchement je te déconseille d'en arriver jusque là.
- Ta gueule Pierre. On se fera pas chopper de toute manière.
- Même si je vous dénonce ?

Parfois, Aypierre était heureux qu'un regard ne puisse pas tuer, et c'était précisément le cas à ce moment-là. Bboy le regardait d'un air glacial et pendant quelques secondes, Aypierre fut effrayé de le voir dans un état pareil. Il ne s'était jamais senti haï, jamais au point auquel Bboy semblait le détester à l'heure actuelle. Il avait envie de s'excuser, de le laisser partir, de lui dire qu'il n'avait qu'à se débrouiller seul avec son Nems chéri, mais quelque chose l'en empêchait. Cette chose toute bête qu'on appelle amitié. Il n'était pas prêt à voir Bboy faire n'importe quoi de sa vie juste parce que le nouvel élève de la classe l'avait entraîné dans ses conneries.
- Si tu nous dénonces, je fais brûler ta maison, tes parents et je baise ta sœur.
Aypierre recula d'un pas, choqué. Il se retint de lui dire que Nyal lui mettrait la pâtée s'il osait la toucher. Et que lui-même lui arracherait la tête. Il sentit une énorme vague de fureur poindre en lui et eu la tenace envie de se jeter sur le génie (qui ne méritait pas vraiment ce titre après ce qu'il venait de dire). Toutefois, il s'abstint. Il se contenta de jauger du regard le jeune homme qui se tenait devant lui, comme s'il ne le connaissait pas.
- Tu dis que je suis lâche d'avoir refusé de faire ce vol avec vous.
- Exactement.
- Est-ce que si Nems te demandait de sauter d'un pont, tu le ferais ?
- Ta gueule putain, tu sais pas de quoi tu parles !
- Si, je sais très bien. T'en as marre que tes amis et ta famille te disent quoi faire, mais tu fais tout ce que Nems te dit de faire. C'est peut-être plutôt toi, le lâche, à tout le temps te cacher derrière les autres.
Il sut qu'il avait frappé juste en voyant Bboy serrer ses poings, tellement fort que ses jointures commencèrent à pâlir. Aypierre voulu faire un pas vers lui pour l'aider à se calmer, mais il en eut à peine le temps. A cours de réplique, son ami fit la seule chose qu'il lui restait à faire pour évacuer sa colère.

Il se jeta sur Aypierre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2655
Pikadollar : 3950
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 16:37
Bonjour bonjour, à mon tour de laisser ma trace ! ;D

Hm, je suis un peu désarçonnée par le début. Juste avant, on parlait d'un voyage au ski et là on passe à un concert. Wait, what ?! XD Petite incohérence du coup, ou alors c'est simplement que tu le remets à plus tard mais ça me paraissait bizarre :3
Bon. Commençons l'épluchure. >;D

Floraly a écrit:
Te laisse pas avoir, Bib, Nems ne vaudra jamais tes autres amis.
Tiens donc, serait-ce une lueur de sagesse venant de Pierrot ? :0
Floraaaaaa a écrit:

Mais Zerator n'était pas une ampoule. N'empêche qu'il était une sacrée lumière.
Mh, j'aime beaucoup l'idée, mais la formulation est mal faite à mon avis. La double négation est peut-être ce qui m'embête, mais le Mais + le N'empêche me dérangent. Tu as pensé à le lire à voix haute ? :3

Ensuite.
Je suis tombée amoureuse du passage de la chanson de Bruno Mars.
Voilà.
J'ai pas de culture, aussi tu m'as fait découvrir une belle chanson aussitôt rajoutée dans mon dossier bordel.
Voilà. Des bisous pour ce moment tout plein de tendresse.
Ralyyyyyyyyyyy a écrit:

Cependant, il se sentait parfois responsables et il lui arrivait de raccompagner certain des garçons pour être sûr qu'ils arrivent chez eux sans soucis.
Bah ! Bah aloooors ! ;P Bon, en vrai j'en ai pas trouvé tant que ça donc c'est pardonné.

Flor'orthographfnizconr,zx a écrit:
Pourtant, ils n'avaient jamais réfléchi à un vrai nom, malgré qu'ils jouent ensemble depuis plus de deux ans.
Je suis pratiquement sûre à 227% que "malgré que" ne se dit pas. XD L'erreur est normale, mais il aurait mieux valu formuler la phrase en "Malgré le fait que" ;D

Ensuite, ça part en couilles. Bboy blesse Xari. Je sens que mon jugement sur lui va se barrer en cacahuète. *toussote*
Flo' la gentille et toute mignonne et- oh wait BEJIZOGYKWGIHJWRKS a écrit:

- Si tu nous dénonces, je fais brûler ta maison, tes parents et je baise ta sœur.
Là. Par contre. IL VA TROP LOIN CET ENCULÉ DE SGIIIIIHQSRYIGBJZIQCXGPOIVNZE- *inspire, expire* Pardon. J'étais trop dedans XD

Flo' la plus si gentille que ça mais qui dit la vérité a écrit:
Il se retint de lui dire que Nyal lui mettrait la pâtée s'il osait la toucher.
MAIS TELLEMENT. Promis je lui laisserai de quoi faire des bébés à Xari <3 *pan*

Bon. 100% Jiraya et Fufu arrivent en mode powers rangers pour casser la tronche à Nems qui arrivera pas derrière, sauver Pierrot et remettre les idées en place au fake génie. CENT POURCENTS.
Voilà pour ce commentaire tout plein d'amour <3 pas du tout
Nyal.

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nothingness
Bébé Sadique
Zodiaque : Verseau
Messages : 635
Pikadollar : 1030
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 18
Localisation : Ailleurs
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 16:51
Fack, j'suis pas first ! :c

Ce chapitre est teeeeellement cool, même si tu dis qu'on s'éloigne de l'intrigue principale, c'est cool de planter le décor et développer les autres personnages ! Very Happy
Le moment du concert de Zera qui fait des clins d'oeil au p'tit Fukano, teeeellement cute éhéhéh
Et tout le monde est réuni autour d'une bonne (ou pas) bière, un vrai moment de bonheur... éphémère, comme d'hab' éhéh.

Bboy part VRAIIIIMENT en couilles. Vraiment.
Mlle Raly a écrit:
- Si tu nous dénonces, je fais brûler ta maison, tes parents et je baise ta sœur.
WHAT THE HEEEECK ?! Je crois que cette réplique va rester dans les annales. xD
Eeeet ça part en baston, alala. Comme l'a affirmé un éminent philosophe de notre époque, "Les poings sont le langage des idiots" ! (pas du tout je viens de l'inventer)

Bref, prends ton temps pour la suite, bonne chance surtout pour tes exams Very Happy
Ton admiratrice (pas si) secrète.

___________________________________________________

:kappa:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1095
Pikadollar : 1788
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 17:48
Nyaaal

Hey ! Tu m'as servi un pavé, dis-voir ! ;P

Pour la petite faute de raccord, comme on pourrait l'appeler, c'est voulu, mais c'est vrai que ça peut être déroutant. J'ai fait ça avec pas mal d'autres choses: le vol, le concert de Noël, le camp de ski ... J'introduis pas mal de choses qui n'ont pas lieu directement dans le chapitre suivant. Ça permet de teaser certaines choses qui arriveront par la suite, mais pour le bon déroulement de l'histoire, je ne les fais pas venir immédiatement, parce que je m'en servirai pour des passages précis Wink

En ce qui concerne la comparaison Zerator-Ampoule-Lumière, pour moi elle ne me gêne pas à voix haute. Mais je t'avoue que je trouve aussi ça un peu brusque et mal amené. J'ai hésité à laisser ce passage et finalement j'ai dit "Yolo". J'aime bien la lumière. Et les ampoules. Et Zerator.

Cette chanson est vraiment belle ! Moi je l'ai connue avec une reprise sur une chaîne Youtube qui s'appelle Cover garden. Ils font juste un petit passage à deux/trois voix et c'est magnifique ! Si tu veux le lien, Skype ! Wink

Désolée pour les fautes d'orthographe, mais je voulais pas embêter mes correctrices. Il faut savoir que je termine mes chapitres la veille de les poster, en général, du coup je les corrige moi-même au mieux, mais quand il s'agit de mes propres écrits, je suis une brave passeoire ~

"Malgré que" je sache que c'est une erreur, je l'utilise. Nah.
Bon, ok, je trouvais rien de mieux pour remplacer malgré que :'(

La partie où Bboy menace Aypierre est assez violente. Je crois que tu vas faire du karaté dans cette fic', survivre à cette bande de fous ! x)

Ahahah, BASTON GENERAAAAAALE !
Bon, en vrai, le chapitre suivant devait se passer quelques jours plus tard, donc pas de suite directe, mais je pense qu'il va falloir que je modifie ça, par rapport à ton commentaire et à certain autres que j'ai eu sur Wattpad ;D

Merci pour ton commentaire, je vais essayer de faire attention à ce que tu m'as dit !
Que le sadisme soit avec toi ! <3
(Fun fact : j'ai mangé entre le temps où j'ai écrit ma réponse et le moment où je la poste. Entre temps, j'ai trouvé une idée pour enchaîner le combat Aypierre/Bboy sans casser mon schéma habituel Smile)

Mlle Ness

Hey ! <3

T'es d'humeur philosophe ce soir, dis donc !
La bière, c'est pas bon, mais les gens semblent aimer en boire, alors ... :/

Oui, Bboy part en steak. Je t'avoue que j'ai grimacé en écrivant cette phrase tellement je la trouvais trash. J'ai même hésité à la laisser tellement ça me faisait bizarre x)

J'adore cette citation totalement inventée par tes soins ~
Je la prêterai peut-être à la Nothing de cette fic, si j'en ai l'occasion ;D

Merci pour ton commentaire, ma très chère, c'est toujours un plaisir d'en recevoir de ta part <3

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kanra
Lost in Insanity
Zodiaque : Lion
Messages : 1900
Pikadollar : 1664
Vos j'aimes : 229
Date d'inscription : 19/06/2014
Age : 24
Localisation : Strasbourg
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 23:54
Ok, je vais foutre deux baffes à Bboy et je reviens !
Jeff: Poses le marteau Nicky !
Mais ! C'est LE cas !
Jeff: Ouais mais non !
Maiiiiiiiiiiiiis !
Jeff: Non.
Boarf... *va ranger le marteau Nicky*

Super chapitre sinon, ne te prend pas la tête pour les délais ! Tes exams en premier èé

___________________________________________________

I hate hope... Because....

Somebody die for...
What are the three things that we can't hide?
The Sun... The Moon... The Truth
teen wolf
Mon Wattpad
Ma page Fanfiction.Net
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1095
Pikadollar : 1788
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Juin - 3:57
Kanra

Pauvre Bboy, tout le monde lui en veut ! x)
Oui, bon, j'ai rien fait pour qu'il en soit autrement, j'avoue ~

Merci pour ton commentaire et t'en fais pas pour mes exam's, normalement, je gère Wink

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fin d'année
» Bonne année de paie.
» Comment ouvrir une année fermé précédente?
» rachat des années d'études ?
» Combien coûtera votre entreprise la première année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Floraly-
Sauter vers: