AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Découvrez l'event d'Halloween ici ! •
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

Stranger - S E P T

avatar
Manoblack
Ex-Administratrice - Pastel Beauty
Zodiaque : Balance
Messages : 2410
Pikadollar : 2544
Vos j'aimes : 222
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 16
Localisation : Pas là
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Déc - 18:50



Stranger
S E P T

AVANT DE COMMENCER LA LECTURE DE CE CHAPITRE

Je tiens à préciser qu'à partir de ce chapitre, je ne me retiendrais pas sur la quantité de sang qui coulera dans les rues de la ville! Du coup, je ne préviendrais plus, et cela risque de devenir de plus en plus "gore".
Bonne lecture!

Il toussa. Ses poumons semblaient être comprimés dans un étaux beaucoup trop serré. Il se sentait mal. Sa tête lui tournait. Et il avait mal à cette dernière. Ses yeux voyaient flou, et, de toute évidence, il était plongé dans le noir. Il ne comprenait pas. Quelque chose clochait. Il aurait pu se relever, tenter de se réveiller, d'aller aux toilettes ou bien de se passer de l'eau fraîche sur le visage, mais il n'y parvenait pas. Il n'arrivait juste pas à bouger, comme si tous ses membres étaient ankylosés.

Un long gémissement perça la barrière de ses lèvres, lorsqu'il ressentit une envie de vomir lui prendre les tripes. C'était tout bonnement horripilant. Son dégoût, autant que son impuissance, lui donnèrent une envie irréversible de pleurer. Il se sentait faible. Il n'en avait pas l'habitude. Il rejeta la tête en arrière, pour tenter de se calmer, mais cela ne fit qu'empirer sa situation. Et il comprit qu'il était assit sur une chaise très inconfortable ; certainement faite de métal.

Ses pieds et ses poings, lorsqu'il tenta un infime mouvement, lui firent un mal de chien. Il lui semblait qu'ils étaient liés entre eux, et attachés à cette chaise en métal. Il n'en reconnut pas la substance, mais c'était froid. Atrocement froid. Et il se rendit compte, enfin, que tout son corps était parcouru de nombreux frissons. L'atmosphère était glaciale, et plus que désagréable. Il ne savait pas si son incapacité à bouger était due à ce fait, mais, dans tous les cas, cela semblait aider.

Il tentait d'ouvrir les yeux plus largement, sa vision se résumant à une sorte d'écran noir. Il put apercevoir un trait jaune devant lui, comme une lumière lui rappelant que la vie était encore présente sur terre. Il força un peu plus, comme pour tenter d'échapper aux mains de ce rêve trop illusoire, mais les lampes s'allumèrent.

Il gémit de douleur, en s'enfonçant dans son siège, et en refermant brutalement les yeux. Un rire aiguë résonna dans toute la pièce, comme une mélodie qui aurait pu être belle, si elle avait été jouée par quelqu'un d'autre. Il ne comprenait pas. Son crâne le faisait encore plus souffrir. Son sang martelait contre ses tempes. Il avait envie de hurler, mais un semblant de sang froid le retenait. Cependant, une terreur prenait peu à peu place dans son esprit. Tapie, là, dans un coin de sa tête, après avoir réalisé correctement son état.

Il n'était plus libre de ses mouvements.

Un frisson de dégoût lui parcourut l'échine, en sentant un souffle léger se poser sur sa nuque. La personne dans son dos ne devait pas être bien lourde, pour se déplacer aussi silencieusement. Il sentit sa peur monter en flèche, lorsqu'une main vint caresser sa peau.

"Jiminie... Tu as peur?"

Le garçon se mordit l'intérieur de la joue. Oui. Il avait peur. Cette voix beaucoup trop enfantine lui donnait des sueurs froides. Il ne voulait plus ouvrir les yeux. Il ne voulait pas savoir à quelle type de créature il devrait faire face. Il ne voulait pas finir avec une horrible impression de sentir sa vie glisser entre ses doigts.

Que faisait-il ici? Attaché? Dans un endroit qu'il ne connaissait pas le moins du monde? La dernière chose dont il se souvenait, été d'avoir été collé à Hoseok lorsqu'ils dansaient. Hoseok... Où pouvait-il bien être? Il ne pouvait pas l'avoir abandonné. Pas tout seul. Pas comme ça.

"Tu te demandes qui je suis?"

Il s'agissait, à l'écoute, d'une fille. Mais, bien que sa voix soit claire, même après ce qu'elle venait de lui chuchoter à l'oreille, il ne se sentait pas bien en sa présence. Elle ne le rassurait pas. Ce qui, finalement, était plutôt normal, vu la situation.

"Je ne te le dirais pas, à moins que tu ne te décides à ouvrir les yeux?"

Elle se recula. Il ne sentait plus le souffle humide de cette inconnue se répercuter contre sa peau. Et une vague de soulagement l'assaillit. Cependant, toujours beaucoup trop sous pression, il garda les paupières strictement refermées. L'ambiance trop pesante lui offrait des milliers de frissons désagréables, qu'il ne parvenait plus à stopper. Mais il sentait que la jeune fille commençait à s'impatienter, et, pour le lui prouver, elle le gifla violemment en criant.

"Je t'ai dit d'ouvrir les yeux!"

Le coup fut si violent, que ses pupilles s'écarquillèrent. Et la lumière lui brûla la rétine. Cependant, il n'osa pas fermer les yeux, et préféra souffrir de cette façon, en subissant sans rien dire. Il ne voulait pas se prendre une seconde baffe de ce type. La fille qui venait de faire cela n'était pas une fleur fragile...

"Ah... Tu vois, quand tu veux."

Sa voix mielleuse résonna tel un marteau piqueur dans ses oreilles. Il grimaça.

Son regard commença à se déplacer dans toute la pièce. Elle était blanche, et entièrement dépourvue de meuble. Comme il se l'était imaginé, il était attaché à une chaise en métal. Mais, ce qui semblait combler cet énorme vide autour de lui, c'était cette présence qui lui faisait face.

Il s'était imaginé un tas de profils correspondant à son agresseuse, mais pas celui qui se tenait devant lui. La fille qui lui faisait face était de taille normale. Ses cheveux bruns retombaient de façon harmonieuse sur ses fines épaules, et entouraient à la perfection son visage pâle. Elle ne possédait pas beaucoup de formes, mais était tout bonnement adorable. Seulement, ce qui lui donna des sueurs froides, c'était son regard. Ces yeux dorés qui l'observaient avec malice.

"Alors, mon chaton? La vue te plait?"

Jimin ne put répondre. Sa gorge était soudainement devenue trop sèche. Ce silence ne parut, encore une fois, pas faire plaisir à la demoiselle. Mais, cette fois-ci, elle ne fit qu'afficher un visage déçu. Elle ne le toucha pas. Et, étrangement, cela lui offrit un sentiment d'angoisse encore plus profond.

"Tu n'es pas très bavard... Cela ne m'étonne pas tant que ça."

Elle claqua sa langue sur son palet, et deux hommes entrèrent dans la pièce. Le regard perdu du jeune homme se posa sur la table à roulette qu'ils transportaient avec eux. Elle était recouverte d'un drap blanc, lui empêchant de voir ou tout simplement de comprendre de quoi il s'agissait. Mais il n'avait tout simplement pas confiance.

"Tout à l'heure, nous avons eu l'occasion de scanner ton joli corps. Tu dormais comme un bébé, tu ne nous en voudras pas trop? On a fait notre possible pour ne pas trop t'amocher, mais il faut dire que pour ce qui est des blessures par balles, nous ne sommes pas très forts."

Elle rit d'un air amusé et candide. Jimin détourna le regard, stressé. Il ne trouva rien de mieux à faire que d'observer les hommes de main, qui étaient stoïques. Tous portaient des vêtements noirs, et des masques noirs.

"Le seul problème, mon chou, c'est qu'on a repéré quelque chose qui ne nous a pas plu sous ta peau..."

Le sang de Jimin ne fit qu'un tour. La puce. Ils avaient repéré la puce. Son regard apeuré se déposa sur la jeune fille, qui affichait un sourire glorieux. Une boule de stress se glissa jusque dans sa gorge.

"Et, nous, on n'aime pas trop les mystères. Alors on va t'enlever ce petit objet... Seulement, tu vois, on a un autre problème..."

Elle marqua une pause, avant qu'un sourire sadique ne s'affiche sur ses fines lèvres roses. Et puis, elle reprit dans un rire:

"Nous n'avons plus d'anesthésiant."

Les yeux du garçon s'ouvrirent en grand.

"Alors, tu vois, on va devoir faire sans... Mais bon, comme tu n'as pas été un bon garçon, cela te donnera une petite leçon.

-Non...

-Oh? C'est maintenant que tu parles? Tes cordes vocales ont l'air éteintes! elle rit. Ne t'inquiète pas, ils se chargeront de te les réveiller mon bichon."

Elle lui fit un petit signe de main, avant de disparaître derrière une porte en métal à l'aspect plutôt lourd. Et là, il sentit son estomac se serrer. À peine l'entrée fut-elle close, que les hommes de main retirèrent le drap. Et il put voir tout l'artillerie présente sur cette dernière. Une envie de vomir lui prit de nouveau, et il eut un rapide haut-le-cœur.

"Gamin, si tu veux un conseil, évite de vomir. Tu risques de le regretter."

Immédiatement, il déglutit, en levant les yeux vers le plafond d'une blancheur immaculée. Oublier tout ce qu'il avait vu. Absolument tout.

Il sentit l'un des deux hommes lui attraper le bras, et le tirer violemment sur le côté, arrachant à Jimin un gémissement de douleur. Et puis, il eut la mauvaise idée de tourner la tête sur le côté pour voir. Il put observer un couteau commencer à découper la surface de sa peau. Et il se mit à gesticuler, pour les empêcher de continuer.

"Lâchez-moi! Laissez moi!"

L'un des deux lui attrapa violemment la tête, et lui cracha brusquement:

"Arrête de chouiner bébé, sinon on fera bien pire que de charcuter ton bras."

Des larmes montèrent rapidement aux yeux du roux, avant qu'il ne hurle de douleur, en sentant la lame s'enfoncer plus profondément dans sa chair. Il commença à reculer le plus possible dans sa chaise, alors que les deux hommes le maintenaient fermement pour éviter qu'il ne bouge trop. La douleur était insoutenable, il avait l'impression d'avoir le bras en sang. Et, finalement, il se rendit compte que ce n'était pas qu'une impression : le liquide vermeil coulait le long de son membre sans interruption. Il fut pris de nausées.

Il se força à tourner la tête sur le côté, bien plus violemment que prévu. Mais la douleur engendrée n'était rien, par rapport à celle que lui procurait le couteau trifouillant dans sa chair dans un bruit désagréable et humide. Sa peau était à vif, et il ne sentit même pas le deuxième entourer son bras d'un chiffon et le serrer pour le faire perdre le moins de sang possible. Peut-être souhaitaient-ils le garder en vie?

Il sentit sa respiration et sa douleur devenir de plus en plus forte, lorsque l'homme semblait avoir fini son bain de sang. Il tourna la tête vers eux, le regard flou, et la tête qui lui tournait. Mais il se sentit tomber peu à peu dans l'inconscience, en voyant maintenant l'homme se saisir d'une pince. Il voulait mourir. Il allait mourir.

Une baffe contre sa joue le réveilla avant qu'il n'ait le temps de tomber dans un sommeil qui n'aurait de toute évidence pas été réparateur.

"Évite de sombrer, petit. Sinon elle va nous obliger à attendre que tu te réveilles pour reprendre."

Jimin sanglota à ces paroles. Il sentit les larmes commencer à rouler sur ses joues, avant que la pince ne s'introduise dans son bras. Il hurla à en cracher ses poumons, une douleur lancinante lui agrippant la peau. Serait-il seulement capable de réutiliser son bras, après cela?

"Dis moi, tes potes n'ont pas hésité à te l'enfoncer ta merde..."

Sans blague. Comme s'il ne le sentait pas assez. Il se mordit la lèvre jusqu'au sang, comme si cela changerait un peu la proportion de souffrance. Mais cela n'eut absolument aucun effet, et, lorsqu'il sentit la pince se retirer de ses entrailles, il se mit à pleurer de joie par automatisme.

Mais ce soulagement fut de courte durée :

"Te réjouit pas trop vite petit. On doit encore recoudre."

Et les sanglots redoublèrent, tout comme l'eau qui sillonnait ses joues.

~~~
Le froid lui meurtrissait les joues, mais il ne le sentait pas. Il ne sentait pas sa peau beaucoup trop sèche. Son regard était vide, et planté toujours au même endroit. Ses iris noisettes ne semblaient pas vouloir se détacher de ce point invisible qui lui faisait face. Il souffrait. Son cœur saignait. Et rien ne parviendrait à arrêter cette hémorragie invisible qui se tenait dans ses entrailles.

Hoseok ne bougeait plus. Il semblait attendre que quelqu'un ne vienne, pour lui dire que tout n'était qu'une mauvaise farce, qu'il n'y avait jamais eu d'attaque, et que Jimin ne s'était pas jeté comme un idiot dans cette foule d'hommes armés. Non. Il était encore là, à faire ces farces idiotes, et à ne pas vouloir lâcher le plus âgé, à cause de Jin qui voulait le chatouiller. Ou bien parce qu'il avait réveillé Yoongi trop tôt.

Il se retournerait, et il serait là. Souriant, comme autrefois.

Pourtant, il avait peur de le faire. Peur de poser son regard sur tous les autres, sans apercevoir la bouille d'enfant de son meilleur ami. Il ne voulait pas y croire. Alors il sanglota plus fort, se mettant à respirer par la bouche, tellement son nez était remplit de morve trop accumulée.

Il sentit une main sur son épaule, et puis, on essaya de le relever. Mais il se dégagea en voyant qu'il ne s'agissait pas de cette personne tant convoitée. Ses lèvres se mirent à trembler alors que, toujours dans cet état second, il releva les yeux vers Namjoon, qui le regardait d'un œil des plus tristes. Non. D'un œil emplit de pitié. Et il ne voulait pas de pitié, puisque, bientôt, il serait auprès de Jimin. Et personne n'aurait besoin de l'observer ainsi.

"Où est-il?"

Sa voix était brisée et faible. Elle aurait pu être inaudible, mais le scientifique l'entendit, puisqu'il détourna le regard. Il le posa sur la sortie qu'ils avaient emprunté d'un pas pressant, comme évitant de faire face à cette triste réalité. Si Jimin n'était pas mort, c'était tout comme. Il ne donnait pas cher de sa peau, s'il s'était fait capturer par les hommes de Solem. Surtout s'ils avaient visé cet endroit en sachant précisément qui ils y trouveraient.

Le silence se faisait trop long, pour l'homme qui attendait, les bras ballants le long du corps agenouillé sur le sol sale de la ville. Il voulait une réponse. Maintenant. Tout de suite. Alors il hurla:

"Où est-il bordel de merde?!"

Personne ne répondit, mais Jin réagit plus rapidement que les autres. Il s'avança vers Hoseok, en répondant sur le même ton, bien que moins fort.

"Mais baisse d'un ton! Tu veux qu'on nous remarque?"

Le regard vide du garçon se posa sur sa nouvelle cible. Il détailla le jeune homme, qui semblait s'être pris un coup violent sur la joue. Sa chemise était à moitié déchirée, tandis que ses cheveux lui collaient à la peau. Il semblait exténué.

"Toi."

Le ton menaçant de Hoseok surprit tout le monde, Juliette la première, qui observa son compagnon d'un air choqué.

"C'était toi qui devait t'occuper de lui, non?"

Jin ne répondit pas, sa gorge devenant soudainement trop sèche. Il ne pouvait de toute évidence pas donner un semblant de réponse sans énerver son ami, ou attiser sa haine la plus profonde.

"Alors pourquoi il n'est pas avec toi?"

Son ton semblait calme, mais son regard était des plus noirs. Il attendit quelques instants, avant de se relever doucement. Les yeux dans les yeux, aucun des deux hommes n'osait les détourner. Mais Jin fit un bond en arrière en voyant le jeune homme hurler une nouvelle fois.

"Pourquoi Jimin n'est-il pas avec toi?!"

Sous la non-réponse de son aîné, l'informaticien s'approcha trop rapidement, en attrapant son col, et le plaqua violemment au mur. Son regard meurtrier ne quitta plus la longue silhouette de Jin, alors qu'il se léchait les lèvres, un air fou collé au visage.

"Est-ce que tu sais combien j'ai donné pour lui?! Est-ce que tu te rends compte qu'il était la seule raison pour laquelle je vivais?! Est-ce que, bordel, tu te rends compte que Park Jimin, mon frère, la seule personne que j'aimais sur cette terre merdique où personne n'a su m'accepter, vient de crever comme un sale clébard qu'on aurait amené à l'abattoir?!"

Sa voix partit dans les aiguës à la fin de sa phrase, mais il avait desserré sa poigne au fur et à mesure que ses paroles quittaient sa bouche. Et il finit par laisser un sanglot mélangé à un gémissement sortir de sa gorge. Un sanglot de douleur. Un sanglot répugnant. Et Jin le prit dans ses bras, pendant que Hoseok hurlait sa souffrance et faisait couler ses larmes de détresse les unes après les autres.

On l'amena dans la camionnette, comme une marionnette. Il s'accrochait juste à son aîné, se faisant traîner derrière eux. Il avait le cœur en miette, et le cerveau en compote.

Ce fut la pire nuit que Jung Hoseok ait pu vivre.


~~~


Il soupira, en se laissant tomber contre ce fauteuil pas très confortable, afin que son dos puisse prendre appui sur quelque chose de mou. Il se sentait lessivé, comme si on l'avait passé une bonne centaine de fois à la machine à laver. Pourtant, c'était loin d'être le cas.

Calmer Hoseok avait été une corvée pour tout le monde, et tous s'y étaient attelés. Il avait beau être le plus dévasté par cette perte, tout leur groupe se sentait triste. C'était aussi leur ami, qui était mort ce soir. Et Namjoon avait l'impression que les choses sérieuses venaient à peine de commencer. Ils avaient été préparés à cette option. Celle de la mort d'un proche, ou celle de sa propre mort. Mais il trouvait que c'était trop tôt. Ils ne savaient même pas encore où se trouvait Solem, ni comment l'atteindre. Ils avaient une piste, mais elle était encore trop floue pour se permettre de se jeter ainsi dans la gueule du loup. Et puis, avec Jimin en moins, ce serait dur. Très dur. Toutes les mains et tous les cerveaux étaient nécessaires à l'attaque finale. Ils ne pouvaient se permettre de perdre quelqu'un d'aussi compétant.

L'homme fit basculer sa tête en arrière, son crâne rencontrant le dossier de son fauteuil rouge vermeil. Il fit cogner le glaçon de son verre de whisky contre la paroi, les yeux ouverts sur le plafond blanc. Il tentait de décompresser, car, après avoir enfin réussi à endormir l'informaticien, tous s'étaient regardés, et, sans échanger une parole, étaient partis dans des directions différentes. Et il se retrouvait seul, au moment où il aurait aimé se retrouver avec quelqu'un pour oublier, penser à autre chose. Tout simplement ne pas se dire que, ce soir, un bain de sang avait eu lieu. Des innocents avaient trouvé la mort, alors qu'ils cherchaient juste à s'amuser. Mais s'amuser n'était plus possible, maintenant.

Portant son verre à ses lèvres, il observa la porte qui lui faisait face, et sursauta presque en la voyant s'ouvrir tout doucement. Il observa alors la touffe blonde de Yoongi apparaître, alors que le jeune homme se glissait derrière la paroi, collant son dos au bois pour refermer l'ouverture qu'il avait créé. Leurs regards se rencontrèrent un instant, et aucun des deux ne pipa mot.

L'échange qui les reliait ne prit fin, que lorsque Yoongi baissa les yeux pour éviter de se prendre les pieds dans le tapis. Il s'installa ensuite dans le fauteuil jumeau à celui de Namjoon, et colla son petit corps au fond du grand siège. Il ramena ses jambes contre sa poitrine, ses yeux d'une belle couleur noisette toisant l'homme qui lui faisait face. Il semblait si fragile, et à la fois si fort.

"Tu ne crois pas que tu as assez bu, Nam?

-Je crois que je tiens mieux l'alcool que toi. Et puis, oublier ne me fera pas de mal."

Le plus petit des deux ne répondit pas. Il se contenta d'acquiescer, laissant planer un silence agréable entre eux. Il examina la table basse en verre qui lui faisait face, où reposait une orchidée blanche et rose. La salle était la mieux décorée, pour la simple et bonne raison qu'ils avaient décidé, sous la supplication de Jimin, de faire au moins un endroit chaleureux dans cette base repoussante. Elle ne servait jamais. Mais elle était là. Et, étrangement, Namjoon avait ressenti le besoin de s'y rendre.

Si elle existait, c'était grâce à cet homme souriant, jovial et blagueur. Même s'il n'avait pas vraiment un très bon humour. Il faisait toujours rire.

"Tu n'étais pas bourré, toi?

-Je crois que la perte d'un proche et l'air beaucoup trop frais m'a aidé à dé-soûler."

Leurs regards se rencontrèrent de nouveau. Ils s'exprimaient tous deux ce qu'ils pensaient de la situation, sans même échanger une parole. C'était à la fois agréable et tendu.

"Et maintenant?

-Maintenant, j'ai envie d'oublier pendant rien qu'une nuit ce qu'il vient de se passer. J'ai envie de me réveiller joyeux, sans me préoccuper de cette soirée qui a tourné au désastre. Pas toi?

-Je ne suis pas sûr d'y parvenir.

-Autant essayer."

Yoongi sourit en coin, et prit la bouteille de whisky en main, observant le liquide que contenait la bouteille d'un œil incertain. Il ne savait pas si re-goûter à l'alcool l'aiderait vraiment. Mais qui ne tente rien n'a rien.

"Je vais te chercher un verre.

-Inutile."

Le plus petit ouvrit juste le contenant, gardant le bouchon au creux de sa paume, et prit plusieurs gorgées à même le goulot de la bouteille. Il grimaça au goût de l'alcool, et éloigna un peu le récipient de sa bouche. Namjoon l'observa tout ce temps, et sourit un peu en coin en voyant le visage de bambin de son ami se déformer sous le dégoût. Il le comprenait. Lui aussi, avait, des fois, des moments comme cela. Où il voulait juste se soûler sans prendre la peine d'être classe, ou de sortir un verre. Cependant, ce qui surprit le plus grand, ce fut qu'il venait de reprendre trois gorgées à même la bouteille.

Lorsqu'il reposa le verre sur la table basse, le scientifique rit un peu. Yoongi avait les joues déjà roses, lorsqu'il était entré, mais, là, elles brillaient clairement sous les néons de la pièce.

"Tes joues ressortent encore plus que d'habitude.

-Oh, ta gueule..."

L'homme grogna, en s'enfonçant un peu plus dans son fauteuil, si seulement c'était possible. Son regard sombre ne faisait qu'observer Namjoon, comme s'il cherchait à comprendre chacune de ses actions. Plus il relevait son regard, plus Yoongi détaillait le corps de son vis-à-vis, comme le jaugeant intérieurement. Et puis, leurs pupilles se rencontrèrent de nouveau. Et aucun des deux, cette fois, ne combla le silence qui pesait sur leurs personnes. Leurs yeux parlaient à leur place, et la tension des deux hommes était presque palpable.

Yoongi n'était pas dans son état naturel. Cependant, une lueur de lucidité semblait encore danser dans ses prunelles. Infime, mais bel et bien là. Et ce constat offrit un long frisson au scientifique qui, dans un mouvement lent, laissa sa main libre s'accrocher à l'accoudoir de son fauteuil. Son autre main ne lâchant plus le verre qu'il tenait entre ses doigts. Il observa la silhouette de son ami se redresser dans son fauteuil, tout en continuant de le regarder droit dans les yeux.

Son cœur battait la chamade.

Il le vit se lever, pour se planter pile en face de lui. Sa démarche avait été lente, et il tanguait légèrement. Pourtant, il n'était pas tombé. Il avait contourné la table pour pouvoir coller ses genoux à ceux de son ami, et puis, un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Tous deux se comprenaient, rien que grâce à cet échange silencieux.

Le corps fétiche du plus âgé se glissa lentement contre celui de son cadet, grimpant lentement à califourchon sur lui, et posant ses deux mains sur les épaules du plus grand. Ce dernier le laissa faire, sentant son corps lui brûler à chaque mouvement de Yoongi. Leurs cuisses se frottèrent les unes aux autres, et Namjoon but le fond de son verre d'un seul trait.

C'est lorsque le scientifique éloigna le verre de ses lèvres qu'il se fit attaquer immédiatement par celles du blond. De sa main libre, il glissa ses doigts entre les mèches douces du jeune homme, savourant la sensation que lui offraient ces croissants de chair contre les siens. Leur échange devenant de plus en plus sensuel, le verre de Namjoon glissa d'entre ses doigts, et vint s'écraser contre le sol en plusieurs morceaux. Mais aucun des deux hommes ne réagit. Ils étaient bien trop occupés.

C'est lorsque Yoongi se détacha légèrement, et qu'il afficha un léger sourire, qu'il rouvrit les yeux.

"Alors oublions, Nam."


~~~


Jungkook se dirigea seul dans les couloirs de l'endroit abandonné. Il ressentait ce besoin d'être certain. De comprendre. Il voulait des réponses, et ne souhaitait pas rester dans cette éternelle insouciance et incertitude. Alors, ses pas le menèrent d'eux-mêmes à la salle d'informatique.

Une fois dans la grande pièce, Jungkook examina tous les écrans qui ne dormaient jamais. Ses yeux vagabondaient de gauche à droite, comme cherchant une information ou quoi que ce soit qui lui taperait à l'œil. Mais il ne trouva pas ainsi. Il se rapprocha donc lentement, se penchant sur chaque moniteur, cherchant une réponse de lui-même. Hoseok n'était pas en état.

Alors qu'il se penchait pour observer quelques lignes sur un écran, le bruit d'une porte s'ouvrant le fit sursauter. Le jeune homme se retourna brusquement vers la provenance du son, et croisa le regard sombre de Taehyung. Il soupira de soulagement. Qu'aurait-il fait s'il s'agissait de quelqu'un d'autre? Comme de Yoongi? Il aurait été mort trucidé. Personne ne touche aux machines si ce n'est Hoseok.

"Hyung? Qu'est-ce que tu fais là?

-Je cherchais Jungkookie..."

Le plus jeune sourit, attendrit par le jeune homme. Même si sa voix n'était pas des plus fluettes, elle était même grave, Jungkook aimait son timbre de voix. C'était ce type de cordes vocales qui le faisait frissonner à chaque paroles.

"Eh bien tu m'as trouvé. C'était pour quoi?

-Je n'arrivais pas à dormir, alors je voulais parler avec toi. Tu sais que l'on a pas le droit d'être ici, normalement.

-Je sais bien, Tae. Mais j'ai besoin d'avoir quelques réponses. Tu comprends?"

Le plus âgé sembla peser le pour et le contre, avant de soupirer, las de chercher à contredire son cadet. Il ne fit que hausser les épaules passivement, et observa le sourire de Jungkook se former sur ses belles lippes roses. Il se contenta de cela, avant de se rapprocher de lui quand son cadet ne se concentre de nouveau sur les écrans.

Les lignes de codes et d'autres choses encore parcouraient le tout de mots qu'il parvenait quelque peu à comprendre. Peut-être parce que, lui aussi, avait été programmé avec quelques lignes de ce type. Il regarda du coin de l'œil son ami se pencher parfois un peu plus, pour voir de quoi il s'agissait.

"Qu'est-ce que tu cherches?

-Un plan."

Taehyung fronça les sourcils, ne comprenant pas où Jungkook voulait en venir. Ils n'avaient pas besoin d'un plan. Ils connaissaient déjà toute la ville. En quoi un plan quelconque leur serait-il utile?

"Pourquoi un plan?

-Tu te souviens, quand tu es arrivé? Hoseok t'as enfoncé une puce dans le bras.

-Oui.

-Et Jimin en a aussi une."

V écarquilla soudainement les yeux, comprenant enfin où voulait en arriver le jeune homme. Son regard se posa à son tour sur les écrans, et ils cherchèrent ensemble le plan. Un petit cri de victoire alerta Taehyung, qui sursauta en se tournant vers son cadet.

"Là! Hyung, je l'ai!"

Le jeune homme vint immédiatement près de lui, et colla son torse contre le dos du jeune homme, pour regarder par-dessus son épaule. Le doigt de Jungkook était posé contre un écran.

"Jimin est là."

Taehyung plissa les yeux, attendant la suite. Et Jungkook semblait aussi fier qu'inquiet.

"Et ce n'est pas l'endroit où il est mort."
BY.MANOBLACK


___________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Manoblack-
Sauter vers: