AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Découvrez l'event d'Halloween ici ! •
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

Nothing like us - Chapitre 7

avatar
Fantôme Raly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1072
Pikadollar : 1766
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Jan - 13:18
- Non ! Laissez mon père, je vous en prie ! supplia la jeune femme, à genoux devant le roi.
Le roi en question tenait la gorge du vieillard entre ses doigts serrés et se délectait du sentiment grisant de puissance que cela lui apportait. L’homme suffoquait sous sa poigne de fer et il aurait presque pu avoir pitié de ses balbutiements pathétiques. Presque. Mais il n’était pas d’humeur. Il avait écouté des plaignants geindre toute la matinée et il n’en pouvait plus. Il avait voulu devenir roi pour amener ce royaume à la gloire, la richesse et la puissance. Écouter les citoyens de son peuple plaider pour leurs causes futiles l’agaçait au plus haut point, surtout qu’il avait bien mieux à faire, comme par exemple discuter avec sa garde personnelle de sa protection lors de l’exécution de l’ex-souverain qui aurait lieu dans à peine quelques heures. Au lieu de cela, le conseil lui avait fortement recommandé de venir gaspiller son précieux temps dans cette salle, à regarder un défilé de clochards. Alors il passait sa rage sur ce pauvre vieillard, qui s’était plaint d’un coup bas de sa concurrence qui avait placé les prix de sa marchandise au dessous des prix autorisés. Franchement, en quoi cela regardait le roi, ces histoires ridicules de commerce ?
- Majesté, pitié, gémissait la jeune fille en tirant maladroitement un pan un peu large de son pantalon.
Il daigna baisser les yeux vers elle et apprécia la jeunesse de ses traits, ainsi que la blondeur des ses cheveux longs et légèrement brillants. Il repoussa sa victime vers l’arrière et celle-ci s’écrasa sur le sol dans un bruit sourd. Avant que la jeune femme ne puisse se retourner pour l’aider, le roi lui attrapa le poignet et la jugea de haut en bas. Elle lui jeta un regard effrayé, avant de serrer les poings et de fixer ses yeux sur le sol, en signe de soumission.
- Je l’ai relâché, ma chère. Mais sache que la prochaine fois, je ne serai pas aussi clément. Je risquerais d’être tenté de prendre une monnaie d’échange, et comme je possède déjà toutes les richesses du royaume, je lui demanderai quelque chose de plus... personnel.
La façon dont il détaillait le corps de la jeune femme était évocateur et celle-ci le sentit, car dès qu’il la relâcha, elle s’empressa de relever son père et s’enfuit avec lui le plus vite possible. Le roi soupira de soulagement. Il était au moins certain de ne plus les revoir avant longtemps.
- Ce sera tout pour aujourd’hui, cria le roi afin d’empêcher ses gardes de faire entrer le prochain plaignant.
- Mais enfin, Majesté, vous aviez promis encore une heure, le peuple ne va pas être...
- Je suis le roi, je décide. Entendu ?
- Majesté, le peuple s’insurge, lui souffla un conseiller. Votre pouvoir n’est pas encore total, si vous voulez avoir leur confiance, il faut la gagner.

Le roi lui jeta un regard noir, mais il céda et fit signe au garde de faire entrer le prochain plaignant, avant de retourner s’asseoir sur son trône, au sommet des marches. Il allait encore devoir supporter cette mascarade quelques jours, et puis, lorsqu’il aurait le pouvoir complet, il s’arrangerait pour confier la tâche de régler les problèmes de la population à un conseiller lambda. Ce serait bien plus reposant pour lui, et certainement plus agréable pour le peuple.

Perdu dans ses pensées, il fit à peine attention à la nouvelle silhouette qui s’avançait dans la grande salle. Quelques murmures naquirent sur les côtés de la salle où étaient assis quelques courtisans qui assistaient aux audiences. Le roi les comprit lorsqu’il posa enfin ses yeux sur le nouveau plaignant qui s’avançait, d’une démarche lente mais gracieuse. Son corps était camouflé sous une longue cape noire, tout comme son visage sur lequel une capuche avait été rabattue. Il était impossible de déterminer l’âge, ou même le sexe du nouvel arrivant et cela eu le dont d’intriguer le roi. Celui-ci faillit s’étouffer de surprise lorsque l’étrange personnage posa un genou à terre devant lui, sans retirer sa capuche.
- Découvre-toi devant ton roi, ordonna le souverain.
La surprise laissa place à l’agacement tandis que l’autre ne fit même pas mine d’obéir à sa demande autoritaire. Le roi s’apprêta à gronder à nouveau, mais il n’en eut pas le temps que l’inconnu avait déjà pris la parole.
- Pardonnez-moi, Majesté. J’espère que vous tolérerez mon entorse aux coutumes, mais j’ai trop peur de vous obéir.
La voix était artificielle, comme si on essayait d’en camoufler le vrai timbre. Elle était plus aiguë que ce qu’elle aurait dû être, et on sentait que son possesseur forçait sur sa gorge pour faire trembler un peu le son. Ou peut-être n’était-ce que l’effet d’un trac quelconque.
- Refuses-tu de suivre mon ordre ?
- Comprenez-moi Majesté, mon histoire n’est pas commune, et peut-être que si vous me laissez vous conter mon problème, vous serez plus à même de juger. Si vous souhaitez toujours que je me découvre ensuite, je le ferai, vous avez ma parole.
Le roi le jugea durement, mais il ne se prononça pas immédiatement. En son fort intérieur, il hésitait quant à l’attitude à adopter. L’homme qui se tenait devant lui -parce qu’il estimait que c’était un homme- l’intéressait étrangement, mais il ne voulait pas laisser passer l’affront qu’il lui faisait. Cependant, il était vrai qu’il apportait une touche de fraîcheur à ses audiences qui commençaient à être longues. Il avait réussi à captiver l’attention du roi en une fraction de secondes, et pour cela, il décida de le laisser poursuivre.
- Très bien. Mais au moment où je te demanderai de retirer ta cape, tu le feras.
- Certainement, Majesté, je vous remercie.
L’homme ajusta sa position, et le roi regretta de ne pas pouvoir apercevoir ses yeux, ou au moins son menton, pour pouvoir se faire une représentation un peu plus précise. Sa voix était définitivement trafiquée, et il se demandait pourquoi faire tant d’effort pour masquer son identité.

- Voilà plusieurs jours, un grand malheur a frappé ma maison. J’ai été forcé de m’enfuir et d’abandonner tout ce qui comptait pour moi, jusqu’à ma famille.
L’assistance s’était faite étrangement calme, d’un coup. Comme si tout le monde était suspendu aux lèvres de l’inconnu charismatique.
- Un ami m’a accompagné et alors que je pensais être perdu, il m’a trouvé un abri pour dormir, de la nourriture, et s’est occupé de moi. Je lui dois beaucoup de choses, Majesté. Je pense qu’il m’a sauvé la vie.
Le roi l’écoutait attentivement. Ce récit lui changeait agréablement des histoires des autres plaignants. Cet homme-là savait s’exprimer et malgré que son visage soit caché, ses émotions, elles, étaient bien présentes dans le ton de sa voix. Celle-ci semblait devenir de plus en plus naturelle au fil de l’histoire, comme s’il était trop sincère pour pouvoir la masquer.
- Je suis parti m’installer dans la campagne en sa compagnie, le temps de retrouver mes repères. Ce fut un choix difficile. J’ai dû rester à l’écart des miens, sans avoir de nouvelles.
Quelques courtisanes laissèrent échapper une exclamation de compassion et l’homme s’interrompit, peut-être pour chercher ses mots, ou pour évacuer son émotion. Le roi, lui, ne laissait rien paraître. Après tout, cet homme n’était qu’un sujet comme un autre, et aussitôt qu’il aurait terminé de le distraire, il n’aurait qu’à le faire sortir, comme il l’avait fait avec tous les autres.
- Quand je suis retourné les voir, Majesté, j’ai eu un peu peur de me montrer. Peut-être étais-je lâche, mais j’avais honte de m’être enfuis de la sorte. J’avais tort.
Il s’arrêta encore, et le roi attendit patiemment la suite. L’homme semblait faire traîner son récit, et cela ne lui plaisait pas du tout.
- Que s’est-il passé ?
- Lorsque j’ai voulu entrer chez moi, j’ai surpris une conversation de mon frère. Apparemment, dans ma maison, tout le monde me pensait mort, Majesté. Ils n’avaient pas l’air tristes ou affectés. C’était plutôt comme si je n’avais jamais existé...
Sans vraiment s’en rendre compte, le roi tiqua. Cette histoire lui en rappelait un peu trop une autre semblable qu’il n’avait pas très envie de devoir remettre sur le tapis.
- Je ne comprends pas, Majesté... Comment ont-il pu m’effacer si facilement ? Comment ont-ils pu me faire passer pour mort ? Qu’est-ce qui le leur prouvait ? Ils n’ont pas pu retrouver mon corps, puisque je suis toujours vivant !
- Assez, grommela le roi, pas assez fort cependant pour que quelqu’un d’autre que lui ne l’entende.
- Je ne sais pas quoi faire Majesté....
Le roi le toisa férocement. Il avait besoin d’une confirmation, rapidement, ou il allait peut-être faire une erreur de jugement qui risquait de lui être fatale, mais à ce stade, ses soupçons étaient beaucoup trop fondés pour qu’il ne puisse laisser ne serait-ce qu’une petite place au doute.
- Va les voir. Dis-leur la vérité.
L’homme se redressa immédiatement, et à nouveau, le roi pesta contre la capuche qui lui recouvrait le visage, lui cachant sa véritable identité.
- Leur dire quoi, Majesté, dit-il en se levant. Que je suis un mort revenu parmi les vivants, pour récupérer ce qui me revient de droit ?

Cette phrase sonnait beaucoup trop vrai, trop profond. Elle atteignit le roi en plein cœur et ses membres s’électrisèrent immédiatement. Il savait très bien qui se tenait devant lui. La supercherie ne marchait plus. Il était à la fois effaré et incroyablement satisfait. Il avait fait rechercher cette petite teigne par ses services secrets depuis le jour de l’attaque, mais aucun de ses hommes ne l’avait trouvé. Quelle ironie qu’il vienne se livrer maintenant à lui, plein de fougue, mais toujours aussi naïf et stupide. A quoi s’était-il attendu ? Qu’on le traite comme un héro? Qu’on l’adule et qu’on le félicite ? Non, ce n’était pas ce genre d’accueil qu’on allait lui réserver. Parce que Park Jimin était un obstacle au bon fonctionnement de ses plans.

Alors, Park Jimin allait mourir.

Dans un geste vif mais discret, le roi glissa l’une de ses mains dans son dos. Personne ne le remarqua, dans l’assistance. Tous avaient leurs yeux rivés sur l’étranger, dont la posture était toujours offensive, accusatrice. Le roi écarta son majeur et son annuaire et depuis derrière lui, la flèche partit.

Droite, solide, elle suivit une trajectoire bien définie et siffla dans les airs, comme un glas macabre annonçant la mauvaise nouvelle. La pointe du projectile, trouva sa cible et s’enfonça avec précision dans sa poitrine.
Droit dans son cœur.

Les courtisans hurlèrent, affolés.

L’homme fut projeté en arrière par la puissance du choc. Il recula d’un pas, crispant ses doigts autour de l’instrument de sa mort, et puis, avec une lenteur presque irréelle, il bascula en arrière. Le choc de sa chute laissa un bruit sourd résonner dans la pièce. La flèche, pointant vers le ciel, était impressionnante, fichée là comme si cela avait toujours été sa place, mais ce n’était pas elle que tous regardaient.

Les paires d’yeux étaient toutes accaparé par ce visage aux traits si jeunes, si purs. Par ce front à la peau lisse recouverte de mèches de cheveux brunes. Par cette bouche aux lèvres tordues dans une grimace de douleur intense. Par ses yeux brouillés par une souffrance injuste. Personne ne pouvait détacher ses yeux de ce visage adorable.

Ce visage qui n’était pas celui de Park Jimin.

- JUNGKOOK !

**

Dans la salle, plus personne n’osait bouger. Le roi était terrifié par son erreur.
- Allons bon, Ki-Hyun. C’est de cette manière que tu traites mon peuple ? Je te pensais un peu plus délicat.
La voix accusatrice et déchirée venait de la foule, et le roi l’aurait reconnue entre toutes. Il fit un autre signe et les arcs de ses gardes ciblèrent la provenance de la voix, sauf qu’ils ne voyaient personne. Parmi les courtisans, une rumeur commença à s’élever distinctement. On murmurait le nom de Jimin, presque comme un appel.
- Tu n’avais aucune légitimité à être sur ce trône, pas plus que tu n’en as maintenant. Je suis venu rendre à mon père ce qui lui appartient, que tu le veuilles, ou non !
Le roi aurait voulu répondre, mais un cri plus puissant que les autres fit sursauter l’ensemble des personnes présentes, avant qu’une vague de soldat ne déferle dans la pièce et ne se jette sur ses hommes.

Le combat était lancé.
***********************************************************************************

*fuit*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seiko
Newbie Sadique
Zodiaque : Capricorne
Messages : 67
Pikadollar : 79
Vos j'aimes : 4
Date d'inscription : 06/07/2016
Age : 14
Localisation : Euh ... attend google Map ....... JE SUIS PERDUE !!!
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Jan - 23:43
Alors non non et non hein pourquoi tu fais ça hein ? De toooout les personnages qu'il y a t'étais obliger de prendre mon Kookie ? Hein ?Pourquooooi !?*Va pleurer dans un coin* Nan plus sérieusement j'adore cette fiction et j'ai vraiment hâte de voir la suite Wink Dans laquelle tu va le faire revivre hein ?xD

___________________________________________________

                        Se sentir fort c'est accepté le destin tel qu'il est et

                          ne renoncé à la vie sous aucun prétexte


                     ( c'est plus une devise qu'une signature mais j'aime bien )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2654
Pikadollar : 3949
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Jan - 12:44
Hello hello ! La commentatrice-en-live est là ! (avec un peu de retard, mais j'suis en pleine révision, désolée)

FLOptionnel a écrit:

- Je suis le roi, je décide. Entendu ?
fdp XD

FLhOrrible a écrit:
- Voilà plusieurs jours, un grand malheur a frappé ma maison. J’ai été forcé de m’enfuir et d’abandonner tout ce qui comptait pour moi, jusqu’à ma famille.
Tiens tiens, ça me dit quelque chose ça...

FLOcéan a écrit:

- Leur dire quoi, Majesté, dit-il en se levant. Que je suis un mort revenu parmi les vivants, pour récupérer ce qui me revient de droit ?
Hummm... M'est avis que notre fine équipe n'est pas assez conne pour faire ça...

FLOignon a écrit:

Ce visage qui n’était pas celui de Park Jimin.

- JUNGKOOK !
AH ! J'LE SAVAIS (et l'armure cheatée ou la poche de sang spotted de ouf, tu peux pas faire crever un perso dans un plan out-of-nowhere)
D'ailleurs, petite remarque : qui crie le nom de Kookie ? Jimin ? Noon, il est trop occupé avec son texte.. Le fake-roi ? Oui, mais d'où est-ce qu'il le connaîtrait ? Tant de questions...

FLOcalisation a écrit:

- Allons bon, Ki-Hyun. C’est de cette manière que tu traites mon peuple ? Je te pensais un peu plus délicat.
Et LA, ça devient intéressant. Bordel, je réussis même à me représenter la scène dans ma tête, comme un film

FLOcon a écrit:
Le combat était lancé.



Voilà pour aujourd'hui, à la prochaine ! ;D
- Nyal

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fantôme Raly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1072
Pikadollar : 1766
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Jan - 21:13
Seiko :

Bonsoir madame, je ne savais pas que vous lisiez cette fic ! =D
Ahlala, je devrais faire mourir les petits chouchou des gens plus souvent, ils se manifesteraient plus ! x)
Merci beaucoup pour le compliment, j'ai aussi très hâte de vous faire lire la suite ! J'adore voir vos réactions et vos commentaires !~

Nyalouchka :

J'en peux plus de tes jeux de mot à la khuète avec mon pseudo. Même ma sœur trouve ça drôle ! xD

Nyaligator a écrit:
fdp XD
Parle comme il faut du roi, petite insolente !!

NYd d'ALouette a écrit:
AH ! J'LE SAVAIS (et l'armure cheatée ou la poche de sang spotted de ouf, tu peux pas faire crever un perso dans un plan out-of-nowhere)
Ah. Ah. Ah. AH. AH. AH. Je ne peux pas ? T'aimerais bien, hein ? ;P


Nyalnanas a écrit:
D'ailleurs, petite remarque : qui crie le nom de Kookie ? Jimin ? Noon, il est trop occupé avec son texte.. Le fake-roi ? Oui, mais d'où est-ce qu'il le connaîtrait ? Tant de questions...
Ok, ok, vous avez l'air de faire une fixation là-dessus. J'avais pas prévu de le préciser clairement, mais je crois que je vais ajouter ça au chapitre suivant pour assouvir vos interrogations ~

chute du NYALgara a écrit:
Et LA, ça devient intéressant. Bordel, je réussis même à me représenter la scène dans ma tête, comme un film
Youhou, trop bien, je fais comme dans les films ~
Je t'avoue que j'ai hésité à mettre ce passage dans ce chapitre ou dans celui d'après... Mais je crois qu'il va mieux dans celui-là, au final =D

Sur ce, à... à... Demain ?
Merci pour ton commentaire !

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Religion...Coran:Le mystère du chiffre 19
» présentation à la con : Bruno des Baumettes vous salue
» collection dcg dunod manuel et applications + corriges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Floraly-
Sauter vers: