AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Envie de refaire un vieux texte ou dessin ? Venez voir par ici !
• Suivez nous sur Twitter ! •

I thought I could never fly

avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Messages : 1052
Pikadollar : 1750
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Avr - 16:01
Bonjour bonjour !
Le forum me fait un peu penser au Sahara ces temps, et je ne suis que tristesse. Mais je me suis lancé il y a quelques semaines dans l'écriture d'un OS que j'ai terminé aujourd'hui et j'avais envie de vous le partager. C'est vraiment rien de transcendant, encore un petit essai d'écriture à la première personne !

Alors, malheureusement pour les gens qui n'en sont pas très friand, c'est du yaoi et le ship principal concerne deux membres d'un groupe de K-pop... Je suis donc désolée si vous n'aimez pas ce genre. Je ne sais pas si ce texte est compréhensible lorsqu'on ne connait pas un peu l'univers de la K-pop, je suis donc désolée pour ceux qui ne s'y sont jamais intéressé...

Pour les autres, je vous souhaite une excellente lecture ! J'espère que vous aurez du plaisir à lire ! Il est tellement long que j'ai dû le couper sur deux postes, ne me jugez pas ! xD
Je ne sais plus faire des OS courts... Pardonnez-moi !

Bonne lecture !

************************************************

I thought I could never fly

PDV JIN

Un pas, puis l’autre. J’entre dans notre grand appartement après avoir déverrouillé la porte et laisse à Jimin le soin de refermer derrière nous. L’odeur familière qui me monte immédiatement au nez m’enveloppe d’une agréable satisfaction alors que je retire mes chaussures en silence. Pour une place où vivent sept hommes, cet appartement pourrait être dans un état lamentable, mais c’est loin d’être le cas et heureusement, parce que sinon, je ne serais certainement pas aussi soulagé d’être de retour dans notre petit nid confortable.

Fatigué par le début d’après-midi épuisant auquel Jimin et moi avons eu le droit, je ne m’attarde pas dans l’entrée. Mes doigts jouent négligemment avec les clefs de la voiture tandis que je prends la direction de ma chambre, mais la voix de Jimin derrière moi me retient et je suspends ma marche en plein milieu d’un pas pour me tourner vers lui, intrigué.
- L’émission était chouette, Hyung. Les présentateurs ont eu l’air de beaucoup t’aimer.
Mon esprit s’affole. C’est typique de Jimin. Je ne sais toujours pas si j’aime sa façon de faire des compliments aussi directs ou non. Bien sûr, ils me font toujours plaisir, mais d’un autre côté, je ne sais jamais comment réagir. Je ne le sais plus.

Alors je lui souris juste, avec le même air qui fait souvent qu’on me traite de maman et je hoche la tête pour un remerciement bref et pas très démonstratif.
- Ils t’ont adorés aussi. Tu deviens de plus en plus mature, je suis sûr que les autres seront fiers de toi en voyant le show à la télévision.
Je vois son visage s’illuminer à mes mots et ça me chatouille le ventre sans que je ne sois capable de dire si ça me fait du bien ou non. Je n’ai pas menti. Jimin a beaucoup évolué depuis nos débuts, passant d’un gamin un peu timide et mal dans sa peau à un jeune homme mature, attirant, adorable. Alors je suis certain que les autres membres du groupes seront ravis de le voir apparaître à la télévision sous ce jour. Ils seront fiers de lui. Je suis fier de lui.

Jimin me remercie chaleureusement avant de filer dans la chambre qu’il partage avec Hoseok. J’imagine qu’il va profiter du trou dans notre horaire pour se reposer un peu, ou si un des deux autres membres de la maknae line est là, il va sûrement lancer une petite partie de... overwatch ? avec lui. Ce jeu est un peu leur lubie en ce moment. Ils en parlent à longueur de journée, à mon grand damne, parce que je n’ai aucune envie d’y jouer. D’abord, parce que je n’y comprends rien, les jeux vidéos n’ont jamais vraiment fait partie de ma culture ou de mon éducation, alors j’ai franchement du mal à m’y mettre. Et puis, ces temps, j’aspire surtout à un peu de repos. Le groupe n’est pas dans une période très demandante en termes d’entraînement et de production, mais je ressens constamment cette envie de m’allonger et de me plonger dans mes pensées, à la recherche de quelque chose sur lequel je n’ai pas envie de mettre un nom.

Je reste planté dans le couloir quelques instants avant de me diriger vers la chambre que je partage avec Yoongi et dans laquelle je sais que je ne le trouverai pas. Mes doigts jouent habilement avec le trousseau de clef que je tiens dans mes mains. J’ai pris ma voiture pour aller jusqu’au plateau de tournage aujourd’hui. J’ai laissé Jimin conduire à l’allée et j’ai fait le trajet du retour. Les occasions de rouler un peu sont tellement rares que j’essaie de saisir chacune d’elles, et comme je sais que c’est encore pire pour mes dongsaengs qui n’ont pas de véhicule, je partage un peu avec eux.

La chambre est ouverte et je ne peux pas retenir un léger frisson de me parcourir en apercevant mon lit là, juste devant moi. Je m’enferme dans la pièce et range mes clefs dans la petite boîte prévue à cet effet dans l’entrée, puis j’ouvre mon armoire pour enfiler quelque chose de plus confortable. J’aime bien les beaux vêtements qui mettent en valeur mon corps et mon teint, mais là, dans l’intimité de ma chambre, je n’aspire qu’à être à l’aise, vraiment en accord avec moi-même. Je ne réfléchis même pas avant de passer mon ensemble de training large et rose. J’aime la couleur, même si j’avoue qu’avec la forme de ces vêtements, je ressemble plus à un petit cochon qu’autre chose. Mais je m’en fiche un peu, à vrai dire. Il n’y a que les autres membres qui m’ont déjà vu dans cette tenue, et ils ne me jugeront pas, parce que je ne suis pas le seul de la bande à avoir mes petites habitudes vestimentaires quand je suis dans cet appartement. L’image de Taehyung dans ses pulls ultra-larges et ultra-poilus me fait vaguement sourire, seul dans ma chambre. Il essaie toujours de les faire porter à tout le monde, en essayant de nous convaincre d’à quel point ils sont doux et agréables à porter. Yoongi a été le seul assez franc pour lui dire clairement qu’il ne porterait jamais une de ces horreurs.

La tête emplie de ces souvenirs, je m’allonge dans mon lit en soupirant de bonheur et j’attrape une peluche Hello Kitty qu’une Army a offert à jour à un fan meeting et que je me suis un peu appropriée. Je crois qu’elle a été donnée à Taehyung à la base, mais en général, on fait un pot commun avec tout ce qu’on a reçu et soit on redistribue, soit on partage les choses. C’est Namjoon qui a eu l’idée à nos débuts, pour que personne ne se sente lésé d’avoir moins reçu à un fansign. Parce que évidemment, la maknae line a toujours été plus chouchoutée par nos fans, mais je pense que c’est juste l’ordre des choses. La jeunesse et l’innocence plaira toujours plus que la maturité et la sagesse. Pas que je me trouve particulièrement sage, c’est plutôt que comme je suis le plus âgé, je me suis toujours occupé d’eux, surtout au début, parce qu’on était tous jeunes et j’étais simplement celui qui l’était le moins. Et maintenant, même si on a tous évolués, ils restent les éternels enfants et je reste l’éternel adulte. Il n’y a qu’à voir Jimin, au talkshow de tout à l’heure. Il n’y a même plus besoin d’être une Army pour fondre devant lui.

Comme par automatisme, mes yeux se ferment alors que ma prise se resserre autour de Hello Kitty. Je suis fatigué, tellement que je me mets à frisonner à répétition, même si c’est une réaction qui me semble un peu trop excessive juste pour un enregistrement d’à peine une heure comme celui de cet après-midi. J’ai du temps devant moi, alors autant que je me repose un peu, de toute façon, pas grand chose ne m’attend pour cette soirée. Namjoon, Yoongi et Hoseok sont sûrement encore au studio et vont y rester jusqu’à tard ce soir, quant aux trois autres, je les entends chahuter dans une chambre au loin. À en juger par leurs exclamations enthousiastes, ils s’amusent bien et ça me fait sourire doucement alors que je m’enroule dans mes couvertures, emballant Hello Kitty avec moi. J’aime peut-être un peu trop cette peluche, en réalité. Mais personne ne viendra me blâmer pour ce genre de chose, ici. De toute manière, je suis seul. Et je suis fatigué. Et j’ai froid.

Personne ne viendra me blâmer et personne ne viendra tout court. Et c’est peut-être pour cette raison que je n’ai aucun mouvement pour effacer la petite goutte salée qui fuit ma paupière pour partir à la découverte de l’une de mes joues. Soudain, je me sens mal d’avoir Hello Kitty dans les bras, mais je n’ai pas envie de m’en débarrasser non plus. J’ai un peu l’impression de me retrouver avec un objet volé entre les mains. Comme un gosse qui a emprunté le jouet de l’un de ses amis en allant chez lui et qui ne veut pas le lui rendre au moment de partir. Je renifle en mordillant ma lèvre inférieure. Un cri de victoire de Jimin dans l’appartement me fait sourire lamentablement en dépit des larmes de plus en plus nombreuses qui échouent sur ma couette. J’ai le cœur qui se serre et je retiens un petit gémissement de désespoir en serrant Hello Kitty contre moi.

Je sais que je suis pathétique, mais je savais bien que je craquerais à un moment ou à un autre. Ça fait un moment que je retiens pas mal de sentiments en moi, ce n’est que le juste retour des choses, finalement. Et parce que je sais que mes trois dongsaengs sont assez absorbés par leur partie pour ne pas m’entendre, je me laisse complètement aller à mes sanglots étouffés. Et comme à chaque fois que je lâche prise, tout me revient au galop. Les messages dans le chat lors du dernier live sur la V app, les commentaires taquins des Army à propos de mon niveau de danse sur la dernière vidéo de chorégraphie, la façon dont j’ai presque dû supplier pour avoir un peu plus de lignes dans notre dernière chanson titre et le fait que je les ai eues au détriment de Hoseok...

Puis le talkshow me revient en mémoire et je me revois, comme si j’avais été hors de mon corps, spectateur de mon propre show. Je vois mes mimiques exagérées, je vois mes gestes inutiles, mes blagues nulles, je m’entends parler fort pour ne rien dire et je me déteste.
Je me déteste tellement fort que parfois, ça me fait peur. Je me déteste alors je fais tout pour convaincre les autres que je m’aime. J’aimerais dire que je suis devenu ainsi parce que je n’ai pas eu le choix, mais ce serait mentir. J’avais le choix et j’ai décidé de me plonger dans un rôle que je n’ai plus envie d’assumer, mais qui est la seule chose qui me retient de devenir invisible. De redevenir invisible.

Être le plus âgé dans un groupe de sept, ce n’est pas simple pour la reconnaissance. Et puis, je ne peux rivaliser avec les autres dans aucun domaine. Je n’ai pas la voix d’ange de Jungkook et Taehyung, je n’ai pas les capacités surhumaines en danse de Jimin et Hoseok, je n’ai pas le talent de Namjoon et Yoongi quand il s’agit de produire et d’écrire des chansons. Je suis juste moi. J’ai été recruté pour mes beaux yeux et j’essaie, constamment, de me hisser au niveau des autres, mais quoi que je fasse, je finis toujours par me faire surpasser pas n’importe lequel d’entre eux. La seule chose pour laquelle je peux me vanter d’être meilleur qu’eux, c’est la cuisine. Mais à part eux, personne n’a jamais l’occasion de goûter mes plats, alors à quoi bon ?

En dehors de mon visage, je n’ai pas grand chose pour moi, alors je me raccroche à ça, et j’en joue. Au milieu de tout ce petit monde chouchouté par les Army, j’ai tenté de tirer mon épingle du jeu. Et en présence de caméras et de micros, je deviens ce Jin imbu de lui-même, sûr de lui et terriblement, terriblement arrogant. Et ce Jin, je le déteste, parce que ce n’est pas moi. Les autres riront en me voyant dans l’émission que Jimin et moi avons enregistrée aujourd’hui, mais moi, je me regarderai et je me demanderai comment j’en suis arrivé là. Comment j’en suis arrivé à me croire le roi du monde alors que je ne suis personne. Pourquoi je fais semblant d’être aussi extraverti et je cherche à occuper l’espace alors qu’il ne m’appartient pas.

Je crois que ce petit jeu auquel je joue amuse les autres et c’est tant mieux. Le seul qui n’est pas dupe, c’est Yoongi. Il vit avec moi, il sait que cette image que je montre de moi n’est pas le reflet de  qui je suis vraiment et je crois qu’il n’aime pas ça. Il voudrait que je sois sincère plutôt que de mentir aux autres et à moi-même, ou au delà de la question de la sincérité, je crois juste qu’il est le seul qui a compris les enjeux qui se cachent derrière ce personnage inventé. En réalité, même si désormais je suis très conscient de ce double-jeu que je mène, au départ, il n’était pas voulu. J’ai commencé sur une émission où j’étais assez à l’aise parce que la fatigue m’avait un peu désinhibé, et en voyant que cette partie-là de moi avait plu au public et aux Army’s, j’ai poussé cette partie de moi jusqu’à créer un rôle. Mais maintenant, j’ai du mal à me distancer de ce rôle et parfois je me demande si les autres membres n’ont pas du mal eux aussi. Sauf qu’à force de jouer de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps, je suis fatigué. J’aimerais être aussi doux que Jimin, aussi innocent que Taehyung, aussi talentueux que Yoongi, aussi bon en paroles que Namjoon, aussi enfantin que Hoseok, aussi jeune que Jungkook... Mais je suis moi, et si la partie de moi que les gens aiment et remarquent, c’est le Jin extraverti et un peu lourd, et bien c’est celui que je serai. Même si ce que je deviens ne me plaît pas, même si j’ai du mal à me reconnaître.

Même si j’en souffre.

Mes larmes finissent par se tarir comme à chaque fois, lentement. Avec elles, mes dernières forces s’en sont allées et j’enfouis mon visage contre Hello Kitty pour essayer de calmer ma respiration encore saccadée par mes sanglots désormais plus espacés. Je reprends le contrôle de mes pensées pour ne pas repartir dans une nouvelle crise. De toute manière, je me sens si faible qu’il y aurait de grandes chances que je m’endorme au plein milieu, mais si je peux éviter la déshydratation totale, je ne suis pas contre. Je souffle bruyamment et je laisse une main échapper des draps pour atteindre ma table de chevet dans laquelle je sais que je vais trouver un paquet de mouchoir déjà entamé. Je me mouche le plus silencieusement possible pour ne pas risquer d’attirer l’attention des trois jeunes qui s’amusent encore dans la chambre d’à-côté, bien qu’ils ont l’air de s’être calmés un peu. Ils doivent commencer à se lasser de leur jeu, sûrement. Il était temps que je me reprenne, parce que s’ils ne sont pas occupés, ils commenceront à avoir faim et généralement, les petits oisillons affamés qu’ils sont viennent voir leur maman en piaillant lorsqu’ils veulent à manger. Ils se débrouillent en cuisine, mais je me suis proposé pour être le responsable du frigo, ce qui fait de moi la personne de référence pour savoir les choses à préparer. Quelques fois, c’est pratique de pouvoir les taquiner avec ça et d’autres, comme ce soir où j’ai juste envie d’être oublié, ça l’est moins.

Mon souffle se coupe au moment où j’entends des bruits de pas lourd s’approcher de la chambre. Je m’enfonce un peu plus dans les draps, instinctivement et j’arrête de bouger, affolé. Je pensais avoir un peu plus de temps avant de me faire déranger, assez pour que mes joues et mes paupières dégonflent un peu et que mon visage ne soit plus ravagé par mes larmes récentes.

Mais la poignée de la porte s’abaisse et je reste immobile, Hello Kitty pressée fort contre moi. Je m’attends à la petite voix de l’un de mes dongsaengs ou à une attaque de gosse excité, mais à ma grande surprise, je n’ai rien de tout cela. Parce que la personne qui vient d’entrer ne me jette même pas un regard, plus concentrée sur le coin de la chambre qui appartient à Yoongi. Je l’observe se déplacer lentement dans la pièce et s’agenouiller devant le lit de mon colocataire, sans doute à la recherche de quelque chose. Je détaille son dos tranquillement. Il a l’air essoufflé, mais ça m’étonne pas. Namjoon s’essouffle toujours rapidement quand il fait de l’exercice après être resté inactif trop longtemps. Je suis un peu surpris de le trouver là, comme je m’attendais à ce que Yoongi, Hoseok et lui ne rentrent que assez tard. Mais à en juger par sa veste qu’il porte toujours, il est juste de passage. Ce qui explique sa présence dans cette chambre. Yoongi a du lui demander de venir chercher quelque chose pour lui.

Il trifouille dans le tiroir et je reste bien sage dans mes couvertures, content qu’il ne m’ait pas remarqué. Tête en l’air comme il est, je suis assez certain qu’il est tout à fait capable de sortir de cette pièce sans même avoir pris conscience que je m’y trouvais. Je l’entends marmonner tout bas en ouvrant un nouveau tiroir et me mordille la lèvre pour me retenir de glousser. Passé la surprise de sa venue, je dois dire que sa présence me fait un bien fou. Je peux me concentrer sur autre chose que ma minable petite personne et pour me remettre d’une crise de larmes, il n’y a rien de mieux qu’un Namjoon un peu maladroit qui tente désespérément de retrouver quelque chose.

Enfin, c’est mon avis, jusqu’à ce qu’il lâche un juron plus vif que les autres et que je voie la table de nuit de Yoongi s’effondrer sur le sol parce que Namjoon a trop forcé pour ouvrir un tiroir. Il n’a d’ailleurs pas le temps de se reculer assez rapidement et le coin du meuble heurte son épaule. Je l’entends couiner de douleur et mon regard se charge d’inquiétude. J’hésite à griller ma couverture pour lui venir en aide, mais il repousse rapidement la table de nuit pour la remettre en place, constatant le bazar que sa maladresse a -encore- occasionné. La lampe de chevet de Yoongi est sur le sol, ainsi que sa collection entière de petites figurines qu’il aime tant. L’un des tiroirs s’est vidé intégralement sur le parquet, étalant des tonnes de CD’s sur le sol. Je l’entends soupirer bruyamment en se frottant l’épaule avant qu’il ne commence à ramasser les CD’s, un par un, pour les ranger. Mon instinct me crie d’aller l’aider, mais je n’ai pas très envie qu’il me voit dans cet état, les joues rougies, les yeux gonflés.

Pourtant, alors qu’il commence à remettre quelques figurines sur le haut de la table et qu’elles roulent sur le sol au fur et à mesure, je ne peux pas retenir un gloussement aigu et lâche un petit :
- Besoin d’aide ?
Je le vois sursauter vivement, et pas de chance, il se cogne le bras contre le petit meuble qu’il essaie de ranger. Ses yeux se posent sur moi, alors qu’il a une main sur le cœur sans doute dans l’espoir que ça en calmera les battements affolés.
- Hyung ! Depuis quand tu es là ?! Tu m’as fait tellement p... eur ?
Je vois son air devenir grave, alors qu’il remarque mon visage qui me trahi. Je ne lui laisse pas le temps de me poser de question en me débarrassant de ma couverture, un sourire sur les lèvres autant pour le rassurer que pour laisser transparaître mon léger amusement.
- Désolé. Tu t’es fait mal ?

J’arrange un peu Hello Kitty sur mon coussin et m’avance vers lui, qui me regarde toujours avec inquiétude et étonnement. Je pense que ses nombreuses heures au studio ont dû lui retourner la tête, parce qu’il ne me répond rien, comme sonné, et je dois moi-même attraper son bras pour voir si l’impact de tout à l’heure n’a pas fait de dégâts. Je constate que non et me recule un peu pour l’aider à ramasser les CD’s. Yoongi n’aime pas trop qu’on touche à ses affaires, donc je pense que ce serait une bonne chose qu’on les range au mieux. Namjoon doit être de mon avis, parce qu’il commence à m’imiter, avec un peu plus d’attention qu’avant mon intervention. Je sens qu’il est encore contrarié, toutefois, mais je ne fais mine de rien. Comme souvent, j’ai agi sans trop réfléchir aux conséquences, mais je n’ai pas spécialement envie qu’il me pose de questions ou même qu’il s’en pose. Pourtant, je sais pertinemment qu’il va le faire.
- L’enregistrement s’est bien passé ?

Sa question me surprend mais je fais mine de rien en continuant lentement à l’aider. Pour être honnête, je ne pensais pas qu’il s’en souvenait. Je ne me rappelle même pas lui en avoir parlé un jour... Alors qu’il y ait pensé me surprend complètement. Je vérifie que le CD que je tiens dans les mains n’ait pas été rayé dans la chute et je réponds avec un petit sourire.
- Ouais. Jimin a été vraiment très bon, tu verras. J’avais l’impression d’être avec un vrai adulte, c’est effrayant de voir comme on a tous grandi !
Namjoon acquiesce pour me donner raison. J’ai choisi de parler de Jimin parce que j’espérais qu’il s’en contente. Mais visiblement, ce n’est pas sa façon de voir les choses.
- Et toi ?
Son ton est doux, un peu hésitant. Pour ne pas paraître suspect, je hausse les épaules avant de répondre.
- J’ai fait rire les gens.
Ma réponse ne le satisfait pas. Je le vois à la façon dont ses sourcils se froncent et son visage se ferme. Il cherche ce qui ne va pas, au lieu de me poser la question franchement. Je ne sais pas si je le trouve mignon ou un peu benêt, mais dans tous les cas, je sais qu’il ne veut juste pas me forcer si je n’ai pas envie de parler, même s’il a très envie de savoir.
- Ils se sont moqués de toi ?
Je lis de la révolte dans son regard que je m’empresse de faire disparaître avec un sourire rassurant, même si au fond, sa question me déplaît un peu.
- Non, Namjoonie. Ils me trouvaient juste drôle.
Je n’essaie pas de cacher le sarcasme dans ma réponse. Je sais que Namjoon est vraiment inquiet, mais je n’ai aucune envie d’être traité comme une chose fragile. Je suis assez grand pour me défendre seul, il le sait très bien. D’ailleurs, sa moue désolée et le fait qu’il n’ajoute rien me conforte dans cette idée. À vrai dire, je ne sais pas où se trouve la limite entre l’autodérision et la moquerie. Mais je ne me suis pas senti humilié cet après-midi. Je ne me sentais pas moi-même, mais pas humilié.

On termine de ranger le bazar de Namjoon en silence. Après avoir posé la dernière figurine sur le plat de la table de nuit, je me tourne vers mon collègue pour nous féliciter de notre dur labeur, mais je me heurte à sa mine toujours inquiète qui ne l’a pas quitté. Je sais que si je ne dis rien et qu’il n’ose rien me demander, il ne va pas réussir à se concentrer sur autre chose. Pire, il risque bien de finir par en parler à Yoongi et Hoseok, et c’est la toute dernière chose dont j’ai envie. Alors je prends mon courage à deux mains et je soupire bruyamment.
- C’est rien, Joonie, vraiment. Juste un peu de fatigue.
J’évite de croiser son regard pour l’empêcher d’avoir la moindre chance de le laisser deviner la supercherie, et je vais m’asseoir sur le rebord de mon lit sur lequel j’ai l’intention de me rallonger dès qu’il sera parti.
- Jin Hyung... En tant que leader, tu sais que tu peux me parler de tout ce qui te gêne, n’est-ce pas ?
Je lève les yeux au ciel avec un sourire ironique, tandis que je l’entends se rapprocher de moi.

Le fait qu’il essaie de me pousser à la confidence en me donnant l’argument du leader est à la fois rassurant et dérangeant. Parce que je sais bien que même si je suis le plus âgé, il est toujours là pour couvrir mes arrières, et prendre les décisions importantes pour le groupe. Mais d’un autre côté, c’est un sujet qui a été la source de beaucoup de conflits à une époque qui me paraît désormais lointaine, même si elle reste vive dans ma mémoire. Son autorité en tant que leader et le respect qu’il me devait parce que je suis son hyung ont souvent provoqué des étincelles entre nous. Nous avons été assez matures pour passer au-dessus de ça et je me suis calmé pour le laisser exercer sa fonction correctement. Même si j’ai grincé plusieurs fois des dents, je n’avais pas envie d’assumer le rôle bien trop pesant que Namjoon portait sur ses épaules, alors j’ai préféré marcher à ses côtés et le soutenir au mieux plutôt que de l’alourdir encore avec mes contres. Lui a toujours été doué pour régler les conflits et moi pour m’occuper des autres et prendre les devants, pour que, malgré tous les désagréments de la vie d’idole, les membres du groupe arrivent à s’en sortir dans leur vie en dehors. J’ai appris beaucoup de choses à mes dongsaengs parce que j’avais plus d’expérience qu’eux et ils ont rapidement pris l’habitude de se reposer sur moi, chose à laquelle je consens désormais naturellement et qui ne me dérange plus. Depuis quelques temps, on mène chacun notre vie de notre côté, et tout le monde est un peu plus autonome avec ses propres activités. Il n’empêche que je garde ce rôle de « maman » que les autres membres et les Armys semblent affectionner pour me désigner.

Une main timide et maladroite se glisse dans l’une des miennes, posée sur ma cuisse. Mes yeux se baissent vers nos doigts chauds qui s’enlacent et je les regarde, l’air absent. Je n’ai jamais été le plus tactile du groupe, pas plus que Namjoon, mais il se l’est toujours permis un peu plus avec moi, parce qu’il a moins peur que je le juge que les autres. Avec sa maladresse légendaire, personne n’est tellement rassuré d’entrer en contact avec lui, même si tout le monde a plutôt l’habitude de tourner les choses comme une blague. Mais là, je le laisse faire, parce que je sais qu’il cherche juste à me réconforter sans trop savoir comment s’y prendre. Et même si je préférerais éviter de devoir trop étaler ma petite sphère privée devant lui, j’apprécie le fait qu’il fasse attention à moi et qu’il ait l’air assez affecté pour insister malgré mes excuses bidons.

Sa paume s’appuie contre la mienne et je le sens jouer avec mes doigts. Il a l’air nerveux, ses sourcils sont froncés et je sais qu’il cherche des mots à me dire. J’essaie de les deviner, mais j’en suis incapable. En règle générale, c’est plutôt moi qui réconforte ou alors tous les membres sont réunis, mais là, dans l’intimité de ma chambre, seul avec Namjoon, j’ai du mal à anticiper ses paroles.
- Je déteste l’idée que tu pleures seul, Hyung. Toi tu as toujours été là quand... quand c’était pour moi.
Ses yeux rencontrent les miens et je suis surpris d’y voir une pointe de douleur, qui m’atteint à la poitrine, électrisant momentanément mes membres. Je sais que bien souvent, la tristesse ou la souffrance de l’un des membres se propage sur les autres, comme si nous étions une unité si soudée que blesser l’un de ses individus est comme s’attaquer à tous les autres en même temps. C’est pour cette raison que je déteste me montrer faible devant eux, parce que je sais qu’ils se comporteront comme des éponges face à mes émotions et les absorberont jusqu’à ce qu’elles deviennent leur. Là, je viens d’imbiber Namjoon, et je m’en veux.

Nos regards ne se sont pas quittés, mais je mets fin à cet échange en regardant nos mains liées pour les secouer un peu, dans une tentative de lui prouver la véracité de mes dires.
- C’est passé, Joonie. Ça va mieux, promis. Les autres t’attendent sûrement, tu devrais aller les retrouver.
Je vois ses épaules s’affaisser au même moment où l’air quitte ses lèvres dans un long soupir. Je sais que je ne l’ai pas convaincu. Il s’appuie sur mes cuisses pour se relever sans lâcher ma main, et je pense quelques secondes qu’il va me laisser, que je vais pouvoir retrouver mon calme dans la solitude. Mais il ne s’en va pas. Il s’assied près de moi sur le rebord de mon lit, et je regarde ses jambes, un peu troublé.
- Je ne veux pas te laisser seul.
Son bras libre vient gauchement entourer mes épaules pour un câlin de côté un peu inconfortable, mais qui me permet de déposer ma tête contre son cou, et je ne m’en prive pas, pas plus que je n’empêche mes yeux de se fermer à son contact. Je pose une main dans son dos, plus par réflexe qu’autre chose et ma peau se presse contre le cuir rêche de sa veste qu’il porte encore et dont l’odeur envahit bientôt mes narines avec force. Sa proximité me remplit d’un sentiment de réconfort tellement agréable que je me surprends à penser que, moi non plus, je ne veux pas qu’il me laisse seul. Pourtant, il se sépare de moi trop vite à mon goût et je n’ai pas le courage égoïste de le retenir encore un peu plus.
- Tu veux bien que je reste ? Les autres peuvent attendre, j’ai un peu de temps. J’enverrai à Yoongi des photos du cahier qu’il voulait.
Sa proposition me soulage et je réponds à son grand sourire un peu inquiet avec un « d’accord » soufflé qui aurait du sembler faible mais qui trouve une force étrange dans le calme habituel de cette chambre de colocation.

Il retire sa veste, sûrement pour se mettre plus à l’aise et la lance sur le sol, avant de faire une petite mimique pleine de faux regrets en voyant mon regard courroucé posé sur lui, ce qui me fait sourire bien malgré moi. Le dieu de la destruction ne s’arrêtera jamais, décidément et ses affaires ne risquent pas de s’arranger s’il fait des choses pareilles de son plein gré.

Il n’a pas l’air de s’en formaliser, toutefois, et se recule dans mon lit jusqu’à être adossé contre le mur, avant de tapoter la place près de lui pour me faire signe de le rejoindre. Docile, je ne me prive pas de le faire, mais plutôt que d’aller me retrouver côte-à-côte avec lui, je préfère m’allonger sur mon lit et poser ma tête sur le haut de ses cuisses, la tête tournée vers l’extérieur du lit. S’il est surpris, il n’en dit rien. Je m’installe donc confortablement et pose une de mes mains sur ses genoux en soupirant longuement. C’est une position étrange, de me retrouver comme ça, allongé contre lui, mais pourtant, ça a goût de familiarité dont je suis plutôt friand. J’ai besoin d’un peu d’affection et il m’en donne, c’est tout ce que je demande.
- Tu te souviens de la fois où Jimin a dit qu’on ressemblait à un couple marié ?
Je souris à l’évocation de ce souvenir puéril mais encore très clair dans mon esprit, pourtant embrumé.
- Et que j’étais la femme ?
Namjoon pouffe un peu derrière moi et je sens une main malhabile se poser sur mes cheveux, comme s’il avait l’intention de les caresser sans trop savoir comment.
- C’est la seule chose qui t’as marqué ?
Je hausse les épaules, un léger sourire toujours dessiné sur mes lèvres qu’il ne voit pas.
- Quoiqu’il en soit, Hyung... Si on ressemble vraiment à ce couple marié, alors je suis ton mari, et un mari doit veiller sur sa femme comme sur la chose la plus précieuse du monde et la rendre heureuse...

Namjoon est doué avec les mots, c’est un fait. Lors des discours après que nous ayons reçu un prix, dans les textes qu’il écrit, dans ses improvisations de rap... Mais dès qu’il s’agit d’exprimer des sentiments en direct, il perd ses moyens et c’est totalement ce qui se passe en ce moment même. Je ne veux pas le laisser s’enfoncer, alors je l’interromps, roulant un peu sur moi-même pour voir son visage, ma nuque désormais soutenue par sa jambe.
- C’était une blague, Namjoon. Est-ce que je ressemble vraiment à une femme ?
Je laisse ma dérision prendre le dessus pour l’éloigner de cette idée. Je ne veux pas être seul, mais je n’ai pas envie que l’atmosphère soit pesante et la comparaison qu’il a commencé à exposer me semble être une porte ouverte vers des quartiers sinueux que je n’ai pas envie d’explorer.
- Tu cuisines aussi bien qu’une femme, me taquine Namjoon avec son grand sourire bourré de sous-entendu.
- Le grand Rap Monster serait-il un macho ?
Son sourire s’élargit et je vois clairement des fossettes se dessiner sur ses joues lisses et bombées. Il approche ses doigts de mon front, certainement pour m’y faire une pichenette, mais je l’en empêche en attrapant sa main. Il n’essaie même pas de lutter contre moi alors que son regard s’est arrêté sur mon visage et je remarque son affection dans ses yeux, d’une intensité que je n’ai pas vue depuis longtemps, qui me rappelle un peu celle de ma mère quand j’étais un enfant. Et de me sentir à nouveau le point central de quelqu’un, sans avoir besoin d’en faire des caisses ou de jouer un rôle, ça me fait du bien.

Je relâche lentement sa main que je tiens dans la mienne et j’inspire. Je déglutis. Je réfléchis. Et dès que c’est fait, je ferme les yeux pour parler, enfin. Je ne sais pas si je cherche à me réconforter ou à réconforter Namjoon, en lui faisant comprendre que ce n’est pas si grave. Mais je sens que s’il y a un bon moment pour en parler, ce moment est maintenant, et je n’aurai peut-être plus d’autre occasion de décharger mon cœur avant longtemps. Et peut-être qu’un œil nouveau sur mon mal-être pourra me permettre de relativiser un peu.
- Je... Je crois que je suis juste un peu perdu... Enfin, tu me connais, je ne suis pas la même chose quand je suis là avec toi que quand je me retrouve devant des caméras, et c’est normal, on joue tous un peu un rôle devant les caméras, mais... Je ne suis plus sûr que l’image que je montre de moi à la télévision et dans nos émissions soit vraiment l’image que je veux que les gens retiennent de moi...
Namjoon est resté attentif à l’exposition de mon problème et en réalité, je suis presque anxieux de savoir ce qu’il en pense. J’ai peur de sa réaction. Est-ce qu’il va me trouver puéril ? Ridicule ? Ce sont des adjectifs que je m’attribuerais bien là, tout de suite.
- Tu n’aimes pas faire rire les gens ?
- Si ! Bien sûr, et ça m’amuse aussi... Mais c’est... Le Jin sûr de lui et prétentieux, que je n’aime pas. J’ai l’impression que si ma mère me regardait, elle ne serait pas fière de moi, parce que ça va contre les valeurs qu’elle m’a apprises, et je... Je crois que je n’ai pas envie que les gens retiennent ça de moi, tu vois ?
Il hoche la tête pour toute réponse. Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais à me livrant à lui de cette manière. Mais simplement parler me fait déjà du bien, même si sa mine contrariée m’affecte un peu, parce que je sais qu’il prend ce que je viens de lui dire très à cœur et qu’il va se mettre à chercher des solutions pour moi, alors que je n’en ai jamais trouvées moi-même.
- Et tu ne veux pas arrêter de jouer ce rôle ?
Je me mordille la lèvre en secouant la tête. J’y ai déjà pensé, mais les choses ne sont pas vraiment aussi simples.
- Les gens aiment le Jin extraverti qui parle fort et fait des blagues, je crois. Je ne veux pas décevoir les Armys...
Namjoon a l’air de comprendre de quoi il retourne. La lueur qui se met soudain à illuminer ses prunelles marron me fait un peu peur, mais elle laisse un sentiment d’espoir glisser jusqu’à mon cœur que je croyais complètement désenchanté à ce sujet.
- Alors tu n’as qu’à faire le contraire. Exacerbe ton attitude. Fais-mine d’être extrêmement sûr de toi jusqu’à ce que les gens comprennent que c’est de la dérision. Tu es doué pour ça. Les Armys aiment ce Jin, mais elles savent que tu n’es pas comme ça. Ou du moins, pas complètement.
Je sens la pique d’ironie qui me pince dans mon amour propre, mais je me contente de lui servir une grimace enfantine. Je sais que ce Jin prétentieux que je joue a une source quelque part en moi, mais je préfère lorsqu’on s’abstient de le mentionner. Je n’aime pas spécialement qu’on relève mes défauts, mais je crois que c’est humain.

La solution qu’il me propose est alléchante. L’idée n’est pas mauvaise, parce que si je suis assez bon, je pourrais faire comprendre aux autres que ce n’est qu’un jeu. Mais je ne suis pas certain que le jeu en vaille la chandelle, parce qu’à première vue, je resterai tout de même une idole arrogante à qui ils auront certainement envie de mettre des claques... J’étire mon dos en y pensant, avant de me remettre dans ma position initiale, ma joue contre sa cuisse, ma main sur son genou.
- Ça mérite réflexion.
Je ne perçois aucune réaction de sa part, de par ma position, mais je doute qu’il n’en ait pas eu. Génie comme il est en matière de résolution de problèmes en tout genre, je sais qu’il a très envie de résoudre le mien. J’aimerais lui dire qu’il a trouvé la solution, mais c’est un peu tôt pour me prononcer. Alors je me contente de fermer les yeux en y pensant, apaisé par le contact rêche de son jean sur ma peau et sa main malhabile qu’il a refourrée dans mes cheveux et qui reste là, immobile, chaude, constante, rassurante.

Je ne sais pas vraiment combien de temps on reste dans cette position, tous les deux. Assez pour que ma joue commence à souffrir de l’écrasement et que mes paupières deviennent douloureuses lorsque je les soulève. A ce state, j’aurais probablement dû m’endormir, mais je somnole juste et je crois que c’est tout autant agréable.
- Hyung ?
- Hmm ?
Ma conscience est toujours éveillée, mais ce n’est plus tellement le cas de ma voix qui se fait un peu rauque et enrouée. Je n’ai pas vraiment le courage de bouger tant je suis bien installé. Sauf que je me doute que si Namjoon m’a adressé la parole, c’est certainement parce qu’il doit aller rejoindre les autres, et ça me serre un peu le cœur de devoir le laisser filer. Je m’accrocherais bien à sa jambe comme n’hésiterait pas à le faire Taehyung ou Jimin, sauf que je suis le hyung ce qui présuppose que je dois inspirer une forme de respect...
- Tu aurais du papier pour moi ? Et un crayon ?
Papier, crayon. Je dois me répéter ces mots jusqu’à ce qu’ils semblent avoir un sens pour mon cerveau un peu engourdi. Je soupire et me frotte les yeux avant de rouler sur le côté pour sortir de mon lit en réduisant l’effort que je devrais faire. S’il demande du papier et de quoi écrire, c’est certainement qu’il est inspiré et qu’il a l’intention de laisser son esprit vagabonder un peu. Et le fait qu’il me demande si j’en ai signifie qu’il a encore l’intention de rester avec moi ce qui me soulage.

Je lui trouve un petit cahier rose que je tiens d’un fansign. Je prends celui-ci parce que sa reliure est solide et qu’il ne s’embêtera pas en écrivant dans mon lit. J’attrape un stylo-bille bleu et je jette le tout sur mon lit, près de Namjoon qui essaie maladroitement de tout rattraper. J’aurais préférer qu’il ne le fasse pas, parce que, le connaissant, il aurait été capable de s’ouvrir un doigt avec le coin du cahier. Mais ça n’arrive pas et je soupire en m’étirant un peu.
- Qu’est-ce que tu cherchais tout à l’heure ?
Il fronce les sourcils en me regardant. Est-ce qu’il aurait oublié ? Venant de sa part, ce n’est absolument pas impossible. D’ailleurs, à la lueur qui s’allume soudain dans son regard, je sais que j’ai deviné juste.
- Oh, oui ! Un cahier noir.
- Celui dans lequel Yoongi écrivait ces dernières semaines ?
Mon regard interrogateur en rencontre un autre, perplexe.
- Certainement, il n’a pas précisé.
J’acquiesce. C’est sûrement celui que veut Yoongi, puisqu’il y a écrit ses dernières idées. Je m’approche du lit de mon colocataire pour retirer ledit petit cahier du dessous de l’oreiller principal. Namjoon me regard bouche bée et je ne peux pas retenir un petit gloussement face à son air de poisson rouge.
- Quand il disait « tête de lit »... Il aurait pas pu dire oreiller ?
Je glousse en remontant sur mon lit pour m’installer près de lui. Forcément, s’il cherchait dans la table de chevet, il n’était pas prêt de trouver. Je tends le cahier à Namjoon qui sort son téléphone pour prendre des photos à envoyer à Yoongi.

Je profite de son occupation pour venir m’adosser au mur à côté de lui et attends patiemment qu’il termine en jouant avec mes doigts sur mes cuisses. J’entends du bruit dans l’appartement, au loin, preuve que les jeunes sont entrain de s’amuser, encore. Peut-être qu’il aurait fallu que je les sorte un peu, histoire qu’ils se défoulent. Ils sont supposés être assez grands pour se gérer seuls, mais je crois qu’ils ont encore un peu de mal avec le concept. Ils ne vont sûrement pas tarder à venir me demander des informations pour le repas, d’ailleurs. Mais je ne suis pas d’humeur à cuisiner, ce soir.

Namjoon pose le cahier de Yoongi et met son téléphone par dessus avec une prudence qui rend la chose presque comique. Je ne sais pas s’il tient plus au cahier ou à son portable, mais sur un lit, aucun des deux ne risque grand chose.
- Rose ?
Il regarde mon cahier sous toutes ses coutures avant de l’ouvrir et de prendre son stylo. Je sais qu’il aime me taquiner avec ma couleur préférée, parce que j’adore les accessoires roses et je le fais bien souvent savoir. J’ai conscience que dans le cas d’un cahier, cette couleur le fait plus ressembler à un journal intime qu’à autre chose, mais il devra s’en contenter.
- Un problème avec le rose ? je demande, taquin, même si je n’ai pas envie de me prendre trop la tête.
- Aucun, Hyung.
J’appuie l’arrière de mon crâne contre le mur et remarque qu’il sourit. Ce petit voyou se moque de moi impunément, mais je ne peux pas vraiment lui dire grand chose après qu’il ait été aussi gentil avec moi. Alors je regarde les pages blanches qu’il commence à couvrir de l’encre baveuse de mon stylo-bille. Il remarque que je regarde le cahier et il me demande de l’aide pour quelques tournures de phrases ou des mots qu’il n’arrive pas à trouver. Je suis heureux de pouvoir aider, mais je me demande si c’est franchement le cas, ou s’il essaie juste de me donner de l’importance pour que je me sente mieux. On est proche, l’un de l’autre, et je ne sais pas à quel moment exactement ma tête a basculé sur l’épaule de Namjoon, mais il n’a rien dit et j’ai fait de même. Et il écrit toujours alors que mes yeux se ferment sur ces mots qui dansent et ne veulent plus rien dire dans mon esprit fatigué.

Je crois que Namjoon a compris mon état, parce qu’il ne me pose plus vraiment de question, et le seul bruit notable de la pièce est celui de mon stylo qui parcourt le papier à une vitesse irrégulière. Puis la porte s’ouvre à la volée, et je sursaute, sortit de mon état un peu comateux avec rudesse.
- Hyung ? couine Taehyung avant de s’arrêter brusquement devant la scène qu’il a devant lui.
- Oui ?
Ma réponse est clairement fatiguée et j’espère qu’elle lui fera comprendre que je dormais presque. Je ne lui en veux pas de m’avoir tiré de mon demi-sommeil, je veux juste qu’il parle doucement et lentement pour que je n’aie pas trop à me concentrer.
- Bonjour Namjoon hyung, je ne savais pas que tu étais rentré.
Namjoon répond à sa salutation. Il a arrêté d’écrire et je peux deviner son regard interrogateur sans le voir.
- Qu’est-ce qu’on mange, ce soir ?
Sa voix est un peu timide, ce qui colle assez peu avec le Taehyung qu’on a l’habitude d’entendre babiller partout dans la maison. Mais qu’il soit calme ne me pose pas de problème dans ce contexte. Au contraire.
- Du Kimbap. Il y a tout dans le frigo.
Sous entendu : débrouillez-vous. J’aime cuisiner, mais pas ce soir.
- Hyung, je sais pas comment le faire...
Je soupire. S’il venait m’aider un peu plus souvent en cuisine, il le saurait certainement.
- Demande à Jungkook ? Je lui ai déjà montré comment faire.
Taehyung hoche la tête avec un sourire. Je ne sais pas si c’est une bonne idée de laisser ces deux-là dans la cuisine, mais j’en assumerai les conséquences demain matin.
- Vous mangez avec nous ?
- J’ai déjà mangé.
C’est un mensonge gros comme une montagne, mais je n’ai pas envie qu’il se pose de questions. Je ne rate jamais une occasion de manger, normalement, alors leur dire que je n’ai pas faim, ça risquerait trop de faire des vagues.
- Namjoon hyung ?
Namjoon sursaute. Il s’est replongé dans ses textes après avoir salué Taehyung et ce dernier doit lui répéter la question, ainsi que ma réponse. Je ne suis pas surpris du refus de Namjoon, même s’il me fait me sentir un peu mal, parce que j’ai l’impression qu’il a fait écho à ma réponse plutôt que de choisir vraiment.

Taehyung s’en va et je referme les yeux. Je pense que je vais m’endormir là, c’est vraiment très probable.
- Pas sûr d’avoir envie de manger quelque chose qu’ils ont cuisiné, marmonne Namjoon.
Ça me fait rire un peu malgré moi. Jungkook cuisine bien et il est consciencieux, je devrais dire à Namjoon qu’on peut lui faire confiance, mais j’ai la bouche pâteuse et une curieuse envie de plonger dans le monde des rêves...

**

Quand j’ouvre les yeux, il fait nuit dans la chambre. Je n’ai pas fermé les volets la veille et la lune éclaire allègrement l’intérieur de la pièce, mais je ne pense pas que ce soit ce qui m’a réveillé. J’entends des souffles profonds, un peu trop, près de mon oreille et malgré mes idées brumeuses, il me faut peu de temps pour découvrir de quoi il retourne. Namjoon est toujours là et me tient chaud. Il s’est sûrement endormi lui-aussi en posant sa tête sur la mienne, ce qui la coince en sandwich entre son épaule et son crâne, et j’ai peur de le réveiller si j’essaie de me dégager. La position est assez inconfortable, en réalité, surtout maintenant que je recouvre petit à petit tous mes sens.

L’idéal serait que je me rendorme, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Surtout que maintenant que mon cerveau est branché en mode « désagrément au niveau de la nuque », je ne vais pas pouvoir être suffisamment à l’aise pour me replonger dans le sommeil. J’essaie d’ignorer le phénomène en regardant autour de moi, mais je ne trouve pas de distraction assez intéressante. Jusqu’au moment où mes yeux se posent sur un certain cahier rose, posé ouvert sur les jambes tendues de Namjoon.

Je tends mon bras dans cette direction, veillant à ne pas trop bouger ma nuque pour ne pas risquer de réveiller mon ami. La lumière de la lune est suffisante pour me laisser distinguer les mots écrits sur la page autrefois blanche, même si je dois plisser un peu les yeux. J’aime bien l’écriture de Namjoon, je ne saurais dire pourquoi. Peut-être que c’est simplement l’atmosphère de la pièce qui me fait penser ça, parce que j’ai beau avoir penché le cahier pour qu’il soit aligné avec ma tête, les mots de Namjoon sont difficiles à déchiffrer. Mais je fais avec.

« Tu voles »

Ça a l’air d’être le titre, puisqu’il l’a souligné deux fois. Je feuilletterais bien l’ensemble du cahier, mais dans ma position actuelle, je n’ai qu’un seul bras de libre et tourner les pages avec une seule main me paraît une entreprise bien compliquée. Et puis, ce texte, bien que raturé, m’a l’air terminé. Alors je laisse mes yeux parcourir les bribes de ces paroles aux doux accents de poème.

Et puis, je ferme doucement le cahier, laissant mon pouce à l’intérieur pour marquer cette page à laquelle je n’avais jamais trouvé de valeur jusqu’à ce soir. Jusqu’à ce qu’il y pose la pointe de son stylo. Jusqu’à ce qu’il y trace des mots. Ces mots qui me touchent au plus profond de moi. Je me mords la lèvre pour résister à la puissante remontée de larmes qui me secoue le corps, d’un coup, violent, rapide, comme le tourbillon de ce que je ressens à l’intérieur de moi.
- Elle te plaît ?
Le monde s’arrête lorsque j’entends cette voix rauque, curieuse, près de mon oreille. Je me fige. Mon pouce appuie à l’intérieur du cahier, tellement fort que je dois blanchir mes phalanges, mais je m’en fiche.
- Elle est magnifique, je souffle sans trop savoir comment j’ai réussi à prononcer cette petite phrase.
Je le sens qui soulève un peu sa tête, libérant la mienne au passage, et il vient ouvrir le cahier à la page que mon pouce marque, comme s’il voulait se relire.
- Je l’ai écrite pour toi, ...
Je frissonne. De froid, de chaud, de plein d’autres choses.
- ... en pensant à toi.
Je cache mon visage dans son cou. Ma nuque me lance à cause de la position inconfortable, mais j’ai trop besoin de réconfort. Je ne sais pas s’il a conscience de la portée de ses mots. Je ne sais pas s’il se rend compte d’à quel point je suis faible, fragile. Je ne sais pas s’il sait que je me noie dans l’océan de la peur, parce que je n’ai plus l’impression de contrôler grand chose.

Il m’enlève doucement le cahier des mains et je le laisse faire, docile. Quelque chose à changé à son sujet, mais je ne sais pas si c’est vraiment lui ou si c’est juste ma façon de le percevoir.
- Je devrais aller dans ma chambre, mais je n’ai aucun courage... Tu m’en veux si je reste ?
- Non... je murmure contre lui.
Il remue un peu, pose son nez dans mes cheveux et je ne dis rien. Je crois qu’on dépasse une limite encore jamais franchie entre nous, mais j’aime découvrir ce Namjoon affectueux, sûr de lui. Il me met en confiance et ça faisait longtemps que je ne m’était pas senti aussi à l’aise en présence de quelqu’un, longtemps que je n’avais pas autant eu l’impression d’avoir le droit d’être juste moi.
- Ça te dérange si on s’allonge, par contre ? J’ai mal à la nuque.
Je me décolle de lui, un peu, et je secoue la tête. Je ne suis pas certain d’arriver à dormir au vu de mon agitation intérieure, mais s’il veut se reposer, je ne veux surtout pas aller contre ses envies. Ses besoin. Tout ce qu’il voudra.

Il se décale pour s’installer correctement et je le suis, m’allongeant devant lui, alors qu’il s’installe en face. Un bruit sourd me fait sursauter, comme un objet lourd qui s’est écrasé au sol, et je devine qu’il doit s’agir du téléphone de Namjoon. D’ailleurs, il lâche un « merde » pas très convainquant. Mais il ne fait rien pour aller vérifier l’état de l’appareil, et au lieu de ça, il passe une main sur ma hanche et se colle un peu à moi, me laissant le loisir de me blottir contre lui comme je le souhaite. Je ne m’en prive absolument pas et il ne dit rien. J’ai la tête contre son torse et les battements réguliers de son cœur me bercent, aussi bien que la chaleur qui émane de lui, aussi bien que sa main dans mon dos qui fait des petits cercles lents.

Je ne sais pas l’heure qu’il est, je ne sais pas ce qu’il se passe entre nous, je ne sais pas ce qu’il se passe en moi.

La seule certitude que j’ai, c’est que je suis bien.

Et puis, je m’endors.

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Messages : 1052
Pikadollar : 1750
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Avr - 16:02
**

Un bruit lointain me tire de mes songes. Il a résonné un moment dans mon rêve avant que je ne me rende compte qu’il venait de la réalité et que j’ouvre de petits yeux fatigués et brûlants. Mes larmes ont laissé derrière elles une sécheresse désagréable qui rend mes paupières plus lourdes que d’habitude, particulièrement lorsque ma rétine est confrontée aux quelques rayons de soleil qui illuminent la chambre. Le lit d’en face est vide, preuve que Yoongi n’a pas du rentrer pour la nuit et je remue un peu, m’étirant doucement. Une gêne au niveau de mon ventre bloque mes mouvements que je fais habituellement très amples. Mon estomac se contracte sous la légère pression qu’on y applique et j’y porte ma main, un sourire se dessinant sur mon visage tout boursouflé par le sommeil. Quelqu’un remue derrière moi et je me sens glisser un peu sous les couvertures, attiré contre un corps chaud et câlin dont la tête ne tarde pas à s’enfouir dans ma nuque.

- Namjoon-ah... je souffle, un peu gêné par la situation, mais sans envie de le repousser pour autant.
Je l’entends grogner derrière moi et mon sourire atteint mes yeux. Namjoon a toujours été une bûche à réveiller à la maison. Lorsqu’on est à l’hôtel ou en salle de préparation pour un concert, il se lève en moins de deux. Mais quand il dort vraiment comme il a du le faire cette nuit, c’est quasiment impossible de retrouver un Namjoon alerte et capable d’aligner deux pensées avant au moins une bonne trentaine de minutes.
- Encore cinq minutes, Hyung...
Mes doigts jouent avec les siens, posés sur mon ventre, et je me cale confortablement dans mon coussin. Je veux bien lui accorder encore cinq petites minutes, mais il faudra vraiment que je me lève ensuite. Je n’ai mis aucun réveil hier soir et à en juger par l’intensité la lumière extérieure, je suis certain d’être déjà en retard dans mon programme quotidien. Mes dongsaengs risquent d’être perdus si je ne vais pas les réveiller... Mince, quelle heure est-il ?

J’étire mon bras pour atteindre la table de nuit et je sens Namjoon qui me retient de toutes ses forces en s’accrochant à moi comme un gosse à sa peluche préférée, chose qui me fait inévitablement sourire et songer à la pauvre Hello Kitty qu’on a du allégrement écraser cette nuit. Je m’occuperai bien d’elle ce soir pour me faire pardonner. Elle pourra dormir seule avec mon coussin Mario.

Je regarde l’heure sur mon portable et remarque que j’ai quelques messages que je peux qualifier d’insignifiants au premier coup d’œil. Les chiffres affichés en blanc sur le haut de l’écran me laissent un peu moins indifférent toutefois et je sais qu’il faudrait que je me lève, mais bon sang, une grue ne suffirait certainement pas à déplacer Namjoon, et je ne suis même pas certain moi-même d’avoir envie que l’un de nous deux ne bouge...

Je me fige pourtant en entendant des bruits de pas dans le couloir. Ma respiration se bloque instinctivement et Namjoon doit sentir mon corps qui se tend, parce qu’il caresse doucement mon ventre et frotte ses cheveux dans ma nuque, sûrement pour m’apaiser, sauf que cette familiarité qu’il a envers moi ne fait que m’angoisser un peu plus. Et si un de nos dongsaengs nous surprenait dans cette position ? Ou pire, Yoongi ?

Mais la porte s’ouvre avant que j’aie pu faire quoique ce soit et je sens Namjoon se tasser derrière moi, comme pour se faire tout petit, chose qui pourrait marcher au vu de la largeur de mes épaules, mais qui se révèle être un échec cuisant quand les yeux écarquillés de Taehyung se posent sur moi, regardent derrière moi, regardent le sol sur lequel doit se trouver le téléphone portable de Namjoon, dans un état incertain.
- Tout va bien Hyung ?
- Qu’est-ce qu’il y a Taetae ?
Il reste dans l’encadrement de la porte, un peu hésitant sur l’attitude à adopter face à cette scène peu commune.
- On a bien aimé faire le Kimbap hier avec Kookie et Chim Chim, alors on a fait un cake pour le petit déjeuner. Mais on sait pas comment vérifier s’il est cuit...
Je sens Namjoon resserrer discrètement sa prise sur moi, sans doute pour prévenir toute fuite potentielle de ma part. Ça me fait sourire et mon humeur adoucie a l’air de mettre Taehyung plus à l’aise.
- Tu prends une aiguille à tricoter et tu la plantes au milieu du cake. Si elle ressort propre, c’est qu’il est assez cuit.
- Merci Hyung.
Il s’empresse de quitter la salle en laissant la porte entrebâillée derrière lui. Je l’entends courir avec de petits pas en direction de la cuisine avant de crier « Eomma et Appa ont dormi ensemble ! » et je me met à glousser en secouant mes épaules sans pouvoir m’en empêcher, ce qui semble gêner Namjoon derrière moi.
- Namjoon-ah, ça fait cinq minutes.
Il ne bouge pas d’un pouce lorsque je prononce ces paroles, mais n’exerce pas non plus la même pression sur moi lorsque je me secoue pour me dégager. Plutôt que de me lever, je me tourne vers lui, me la jouant serré pour ne pas tomber au bas de mon lit qui est à la base un peu étroit pour deux personnes.

Ses yeux sont entrouverts et je devine qu’il est intrigué par le remue-ménage que je viens de faire en bougeant. Son regard est captivant, de cette manière. Ses prunelles sont à peine perceptibles sous ses paupières presque closes qui lui donnent un air mystérieux. Je lui souris et il fait de même en essayant de s’approcher de moi pour profiter un peu plus longtemps de la chaleur corporelle que j’ai à lui offrir. Mais malgré mon envie irrésistible de me laisser couler encore dans ses bras, je pose une main sur son torse pour l’arrêter dans son mouvement.
- Je dois me lever...
- Pourquoi ?
Son ton est fatigué mais plus vraiment enfantin et pleurnichard comme il l’était avant. Mon rire s’échappe en un souffle qui vient doucement balayer son visage.
- Parce que c’est le matin...
Il souffle bruyamment en réaction et lève paresseusement une main pour se frotter les yeux, avant de poser un regard un peu plus alerte sur moi.
- Ne me dis pas de bêtises. Tu veux encore aller tout faire pour tout le monde. Sois un peu égoïste, Jin hyung. Ils ont fait un gâteau, ils se débrouillent bien tout seuls...
Sa réflexion me fait à la fois sourire et à la fois grimacer. J’ai un peu peur de l’état dans lequel je vais retrouver la cuisine, et c’est d’ailleurs une des raisons qui me poussent à me lever. Mais je sens aussi ce que Namjoon cache sous cette tentative peu convaincante de me transformer en larve paresseuse.
- Ce ne serait pas plutôt toi qui serait égoïste à vouloir me garder juste pour toi ?

Ma provocation a l’effet escompté, parce qu’il répond à la taquinerie par un mouvement leste qui me fait rire ouvertement de fierté. Il s’est redressé d’un coup et son visage surplombe maintenant le mien d’une vingtaine de centimètres, le reste de son corps prenant appui à moitié sur moi et à moitié sur le matelas. Je lui souris, espiègle, en enfonçant ma tête dans mon oreiller moelleux.
- Et si c’était le cas, tu resterais ?
La question me surprend un peu, tellement que je suis pris au dépourvu et ne sais que répondre.

Et pendant que je réfléchis, Namjoon attend, patiemment. Ses cheveux retombent sur son visage, complètement dévastés par l’écrasement de la nuit, et lui donnent un air à la foi ridicule et sévère. Son regard qui se cache sous les mèches blondes éparpillées est particulièrement perçant, mais il ne me fait étrangement rien ressentir de négatif. Je suis parfaitement à l’aise en sa présence, même s’il est dans mon lit, même si la situation devrait sans doute me paraître gênante. Namjoon ne dégage rien d’incommodant, c’est même plutôt l’inverse. D’ailleurs, son aura s’adoucit très vite tandis qu’il scrute chaque parcelle de mon visage avec attention, sans s’offusquer de l’absence de réponse à sa question. Je ne bronche pas lorsqu’il dégage l’une de ses mains chaudes pour la poser sur ma joue dans une caresse douce et un peu maladroite.
- Ça va mieux qu’hier, Hyung ?
Son ton est feutré, concerné et l’intensité de l’inquiétude que je peux lire dans son regard m’envoie un frisson au creux du ventre. J’ai toujours su que notre leader était du genre à vraiment s’impliquer pour aider les autres, mais je ne savais pas qu’il gardait toute cette affection bien cachée au fond de lui. Le fait qu’il la sorte juste pour moi me rend heureux, parce que j’ai l’impression de compter vraiment pour quelque chose, pour quelqu’un. Je cligne des yeux en acquiesçant, me laissant encore un peu plus fondre dans le matelas. Pas que je veuille m’éloigner de Namjoon, mais plutôt que j’ai envie de le voir mieux, avec un peu de recul, pour l’observer dans son entier.
- J’étais sérieux, hier soir. J’aimerais vraiment que tu viennes me voir quand ça ne va pas.
Son pouce s’est mis à effleurer la peau lisse de ma joue et je m’y blottis un peu, complètement charmé par le charisme qui se dégage de mon leader.
- D’accord, je murmure, trop hypnotisé pour le contredire.
Le sourire qu’il me sert en retour est rayonnant et sincère.

Il y a quelque chose. Un quelque chose sur lequel je n’arrive pas à mettre de mots, mais c’est bien là, dans l’air tout autour de nous, dans le silence qui nous enveloppe, dans mon cœur étouffé, dans son regard étouffant. Mais je sais, et il sait, et quand je me rends compte que son visage comble peu à peu la distance qui le sépare du mien, mes orteils se crispent d’appréhension et mes doigts se raccrochent à la première chose qui tombe sous leur grappin. Il est lent. Extrêmement. Presque trop. Mais ça me donne juste envie qu’il le fasse, ça me rend nerveux, à la limite du fiévreux. J’ai chaud, j’ai froid, je veux cette chair épaisse et humide contre la mienne pour m’emporter ailleurs, pour sceller des mots qui n’ont pas été dits mais qui ne tarderont pas à venir caresser mon cœur pour apaiser ses tambourinements sourds dans ma poitrine. J’en ai tellement envie...

- Hyung !
La magie se brise. Je me fige alors que Namjoon détourne sa tête et se laisse vivement tomber sur moi avec un couinement malheureux. Il cache son visage dans le creux que forment la jointure de mes épaules et de mon cou et s’immobilise, inerte. J’étouffe sous le poids qu’il applique sur ma poitrine, mais je tente de ne rien montrer au nouvel arrivant, qui a les yeux aussi ronds et aussi brillants que deux billes sombres. Je ne sais pas depuis combien de temps Jungkook est là, je ne sais pas ce qu’il a vu, je ne sais pas pourquoi il a préféré nous déranger plutôt que de passer son chemin. Mais je ne m’énerve pas. C’est un enfant, c’est courant que les enfants fassent des bêtises.
- Oui Jungkook ?
Ses joues sont rouges écrevisses alors que je l’encourage d’un regard pour le rassurer. Il met du temps à rassembler ses idées et j’en profite pour relever la main et la poser dans les cheveux rendus rêches par les teintures de Namjoon. La texture a beau être un peu rappeuse, elle n’est pas désagréable sous la pulpe de mes doigts qui courent le long de son crâne pour l’apaiser du choc.
- Yoongi hyung et Hoseok hyung sont rentrés et on a fait du gâteau et... On se demandait si vous vouliez venir le manger avec nous, pour qu’on prenne un petit déjeuner... tous ensemble ?
Il peine dans ses mots, encore un peu abasourdi. Il a l’air plus embarrassé que moi, alors que ce devrait clairement être l’inverse. Après tout, ce n’est pas lui qui s’est fait déranger alors qu’il était à deux doigts d’embrasser Namjoon. Embrasser Namjoon. Ses mots me plaisent et je me les répète inlassablement dans ma tête après avoir répondu à la positive à Jungkook.

Dès que les pas du plus jeune se sont éloignés, je sens immédiatement Namjoon qui s’agite contre moi. Il libère son visage pour prendre une bonne bouffée d’air frais et parler.
- Bordel... On était à deux doigts...
Je souris sans arrêter de lui caresser les cheveux. Je suis étrangement serein à l’extérieur, alors qu’en moi, beaucoup de choses sont en ébullition. Les questions, les réticences, les pulsions, les réflexions. Je mets tout dans un coin, parce que Namjoon est toujours allongé sur moi et que bon sang, mes lèvres me démangent encore depuis qu’elles ont été si proche des siennes, que j’ai failli les toucher. Et cette envie surpasse tout le reste.

Il se redresse péniblement et je le regarde faire avec une légère appréhension. J’ai peur qu’il se rétracte, qu’il sorte de mon lit et s’enfuie. Ce serait lâche de sa part, mais je pense qu’une part de moi comprendrait. Mais il ne le fait pas et retrouve la position qu’il avait peu avant pour me regarder dans les yeux, d’un regard qui veut dire tellement de chose et rien à la fois. De ce regard qui me porte toute la tendresse du monde, celui que je rêverais d’avoir chaque heure, chaque seconde, posé sur moi. Et cette fois-ci il se penche vite, sans me laisser le temps de réaliser ou laisser la possibilité à qui que ce soit de nous interrompre. Ses lèvres heurtent d’abord les miennes, puis il jauge la pression pour qu’elle devienne tendre, agréable. Son contact m’emmène au loin, dans un endroit où les idoles n’existeraient pas, dans un endroit où le temps pourrait se figer juste pour nous. Dans un endroit où je serais juste Kim Seokjin, lui Kim Namjoon et où on s’embrasserait à perdre haleine sur une plage sans que rien d’autre n’ait d’importance. Sa langue habile vient effleurer mes lèvres et je lui offre le total contrôle de ma bouche en frémissant de bonheur. Chacun de ses gestes à l’air mesuré, précis, fait dans le seul but de me faire du bien. Même l’instant où il s’arrête me semble avoir été choisi avec minutie, parce qu’un peu plus et j’aurais certainement commencé à manquer d’air.

Tout est fini maintenant et il me dévore du regard avant de poser ses lèvres sur mon front dégagé pour un remix beaucoup moins passionné du baiser précédent.
- Allons goûter ce fameux cake.
Il se décale sur le côté pour me libérer et je regrette déjà la chaleur de son corps contre le mien et l’ivresse de ses lèvres contres les miennes dans une danse qu’il a rondement menée. Je me redresse à mon tour pour me lever et l’aperçoit se pencher au sol pour constater les dégâts sur son téléphone. Au vu de son expression, ça ne doit rien être de trop grave. Il récupère également sous la couverture le cahier rose que je lui ai prêté, certainement pour montrer son dernier petit bijou à Yoongi. Savoir qu’il parle de moi me flatte vraiment.

Je me lève et m’étire en baillant aux corneilles. Il est temps pour nous de rejoindre le reste de notre groupe. J’avoue que ce détail me fait un petit pincement au cœur, parce que je ne sais pas trop si j’aurai l’occasion de revivre des instants d’intimité comme celui de ce matin avec Namjoon avant un moment. Et après ce qui vient de se passer, je ne sais pas si je serai capable de prendre assez de distance avec lui.

Il m’attend dans l’entrée de la chambre, avec le cahier dans les mains. Ce cahier me paraît tellement précieux, maintenant, entre ses mains que j’ai envie de prendre dans les miennes à cet instant. Alors, je lève les yeux et je cherche son regard. Quand je le trouve, il a l’air pensif. Les mots glissent hors de mes lèvres comme un pétale dans le vent, léger, simple, coloré.
- Je t’aime.
Ses yeux glissent, eux aussi. À mes lèvres, furtivement. Au cahier qu’il tient dans ses mains. Au sol. Je vois ses épaules s’affaisser, son sourire qui atteint ses lèvres en quelques secondes et ces éclats qui s’allument dans son regard lorsqu’il revient enfin vers mon visage. Il est le premier à qui je confie ce sentiment de cette manière-là. Je veux qu’il en prenne soin. J’ai confiance en lui.

J’avance de quelques pas et je m’arrête à sa hauteur. Mes lèvres se posent délicatement sur les siennes qui ne semblent attendre que ça et sa main qui s’étale au bas de mon dos me fait m’attarder un peu plus contre lui, avide. Ce baiser est moins intense que le premier, mais il est tout aussi doux et significatif. Je me sépare doucement de lui et il me regarde avec un sourire que je lui rends avec bonheur. Sa main n’a pas quitté mon dos, ses lèvres miment un « moi aussi » muet qui fait bondir mon cœur dans ma poitrine et je lui aurais sauté dessus si Hoseok n’était pas apparu dans le couloir, sans doute envoyé pour venir nous chercher.

Avec regret, je m’écarte de Namjoon. Hoseok nous prend par les manches et nous force à aller jusqu’à la cuisine où nous sommes accueillis par quelques remarques malicieuses de mes dongseangs qui ne se sont pas privés de déjà engloutir la moitié du cake. L’avantage, c’est qu’au moins on est certain qu’il n’y a rien de poison à l’intérieur.

Namjoon s’assied à côté de moi et tend le cahier à Yoongi, sans attendre. Je sens une main discrète effleurer ma cuisse, chaude, affectueuse.
- Avant que tu ne m’accuses de glander, lis le dernier texte de ce bouquin.
Mon sourire s’élargit et Yoongi doit le remarquer parce qu’il lève un sourcil en regardant dans ma direction. A peine le cahier est ouvert que la maknae line veut entendre le texte et se met à piailler pour que Yoongi le lise à voix haute.
- C’est un rap ? demande-t-il alors, à l’adresse de Namjoon.
- Ça peut, répond ce dernier en me jetant un regard en coin.
- Alors rappes.
Il lui rend le cahier et Namjoon le prend à deux mains délaissant ma cuisse. Alors, c’est moi pose mon pied près du sien sous la table pour passer inaperçu et je le frôle en guise d’encouragement.

Les conversations se taisent toutes et je sens que tous les membres sont attentifs aux paroles qui ne vont pas tarder à sortir des lèvres de notre leader. Je ne peux pas m’empêcher de sourire et lorsqu’il inspire pour commencer la première ligne, je ferme les yeux pour mieux profiter de sa voix, de cette histoire qu’il va nous raconter. De ce texte qui m’est dédié.

- Tu voles...

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Messages : 2653
Pikadollar : 3948
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Avr - 7:09
FINALLY. *court partout*


Floralyyyyyyyy a écrit:
(...) parce que sinon, je ne serais certainement pas aussi soulagé d’être de retour dans notre petit nid confortable.

> Je- Oui ? 'Fin je veux dire, oui, ça fait sens. Alors après, je sais pas si c'était vraiment utile de le dire, mais oui, effectivement c'est logique. 10/10. XD Ah, j'ai du mal à m'expliquer, mais ce que je veux dire, c'est que j'ai un peu l'impression que c'était pas forcément nécessaire. Je ne sais pas ? Après réflexion, j'en ai conclu que ça me faisait buguer à partir de "sinon". Je sais pas trop ce qui s'est passé, mais ça me paraît un peu bizarre ? Peut-être que ça aurait été mieux si tu n'avais mis que l'information de la propreté, et pas l'explication du ressenti de Jin (qui alourdit peut-être un peu le début du texte) ? Enfin, c'est probablement purement subjectif. :')

Floups a écrit:
Ils t’ont adorés aussi.

> Bah alors, il t'a échappé celui-là ? ;P

Florilège a écrit:
(...) à mon grand damne (...)

> Yesss ! Un point lexique ! Attention, l'expression que tu cherchais était probablement "à mon grand dam", et non pas damne :3 C'est une faute commune, à faire gaffe la prochaine fois ! (tant que tu ne me fais pas le coup de la raclette, ça me va)

Flonnêteté a écrit:
Yoongi a été le seul assez franc pour lui dire clairement qu’il ne porterait jamais une de ces horreurs.

> SAVAGE. XD

Flooooooo a écrit:
(...) la petite goutte salée qui fuit ma paupière pour partir à la découverte de l’une de mes joues.

> D'accord, cette expression m'a fait sourire. :')

Floraaaaaly a écrit:
Je crois que ce petit jeu auquel je joue amuse les autres et c’est tant mieux. Le seul qui n’est pas dupe, c’est Yoongi. (...)

> Pouce bleu pour ce paragraphe. Les modalisateurs appuient le point de vue interne, c'est plutôt bien fait, et ça me plaît :3

Flouf a écrit:
Je m’attends à la petite voix de l’un de mes dongsaengs ou à une attaque de gosse excité, mais à ma grande surprise, je n’ai rien de tout cela.

> *agite les bras* NAMJOON ! NAMJOON !

Fleuuuuuuh a écrit:
- Jin Hyung... En tant que leader, tu sais que tu peux me parler de tout ce qui te gêne, n’est-ce pas ?
Je lève les yeux au ciel avec un sourire ironique, tandis que je l’entends se rapprocher de moi.

> #TraductriceDesPenséesDeEomma : En tant que leader, ouais, peut-être, mais en tant qu'ami ?

Flokay a écrit:
- Tu prends une aiguille à tricoter et tu la plantes au milieu du cake. Si elle ressort propre, c’est qu’il est assez cuit.

> Une aiguille à tricoter ? XD Perso, j'utilise un couteau, ça fonctionne très bien, et je doute que ma mère soit ok pour que je pique une de ses précieuses aiguilles pour vérifier mon cake

Florrible a écrit:
Je me fige alors que Namjoon détourne sa tête et se laisse vivement tomber sur moi avec un couinement malheureux.

> La déception de cet homme XDDD

Floflooo a écrit:
C’est un enfant, c’est courant que les enfants fassent des bêtises.

> POPOPOOOOO

Floupe a écrit:
On se demandait si vous vouliez venir le manger avec nous, pour qu’on prenne un petit déjeuner... tous ensemble ?

> Jungkook, Jungkook, Jungkook. Tu viens de déranger le seul OTP sur lequel tout le monde arrive à se mettre d'accord (je renie le namgi putain), j'espère que t'es fier de toi mon enfant parce que sinon je t'embroche avec l'aiguille que ton grand-frère Tae a utilisée pour vérifier la cuisson de ton foutu cake, CAPICHE ?

Floeur a écrit:
(...) sur une plage (...)

> Une... Une plage ? o_o Bon je vais pas juger, chacun ses fantasmes hein, mais le sable, ça gratte dans le calbute et-  oui bon je la ferme >.>

Flouhhh a écrit:
- Tu voles...

> Okay c'est bien, ensuite ? *se rend compte que y'a plus rien après* Attends, QUOI ?! C'EST FINI ? JE SUIS OUTRÉE. OUTRÉE, FLOFLO, TU M'ENTENDS ?? POURQUOI N'AS-TU PAS LAISSÉ TES DONS POÉTIQUES S'EXPRIMER ?! JE SUIS CHOQUÉE ET DÉÇ- /pan/
(je plaisante bien sûr)



Bien. *joint ses doigts et y appuie son menton*
J'avoue être mitigée, par rapport à ce texte. Émotionnellement parlant, c'est très intéressant, et je crois que je ne m'attendais pas DU TOUT à ce type d'histoire. Oh, bien sûr, je m'attendais au fluff, mais pas au début du scénario que tu nous as fait, donc pouce bleu !

Par contre, Floflo, y'a un gros problème.

Techniquement parlant, tu t'es un peu foirée. Alors, je ne sais pas, je ne suis pas au courant des circonstances d'écriture, je ne sais pas non plus comment tu en es arrivée là, et tout ce que je sais, c'est que tu voulais terminer ton one-shot aujourd'hui. *tapote ses joues* Soit. Bravo, waouh, t'as réussi à remplir ton objectif, confettis, gâteau, bougies, turlututu chapeau pointu, c'est BIEN, et tu as tout à fait le droit d'être satisfaite de toi (perso j'ai jamais réussi à faire ce que je voulais, soit j'écris à fond alors que je suis pas motivée, soit je fais trois lignes alors que je suis censée finir trois paragraphes #joie). Mais tu sais ce qui aurait été encore mieux ? De la véritable post-prod. Parce que là, ma Flo, même avec la magie du Saint Esprit, tu vas pas me faire avaler que t'as relu ton texte. J'ai pas tout relevé, déjà par flemme, et ensuite parce que ça aurait été bête et méchant. Et inutile, sachant que tu connais ces fautes, et que d'ordinaire, tu les évites très bien. Mais quand même. Ça craint un peu, surtout de la part de quelqu'un de talentueux comme toi qui es capable de bien des choses.

Alors, encore une fois, je ne sais pas. Peut-être que tu as un.e bêta-lecteur/trice et qu'il/elle n'était pas présent. Peut-être que tu as eu la flemme et le manque d'envie de relire toi-même ton texte, ce que je comprends tout à fait vu que moi, je suis toujours saturée et incapable de relire mes textes sans louper les fautes (d'où ma magnifique BL, coeur sur elle). Mais tu sais, on aurait pu attendre, quitte à sacrifier un jour ou deux de plus pour avoir un texte propre. C'était pas un problème, d'attendre. Et c'est là que ça revient à toi : est-ce que tu as eu peur qu'on ait pas envie d'attendre, après le teasing bleu ? Ou est-ce que tu n'avais vraiment pas envie de relire, que ce soit aujourd'hui ou demain ?

Je ne sais pas, jolie Fleur, et tu sais, je ne veux vraiment pas que tu penses que je suis déçue ou quoi - au contraire ! attends un peu que j’aie fini mes remontrances -, simplement, c'est vraiment, vraiment dommage. Parce que la psychologie était bien foutue, parce que l'idée que tu avais choisi d'explorer était une bonne idée, parce que tu t'améliores dans le réalisme de ton histoire et que plusieurs fois, j'ai réussi à voir la scène, et parce que ça aurait pu être plus proche de la perfection que cela ne l'est là maintenant.

Voilà. Je sais, j'ai peut-être un peu beaucoup parlé pour pas grand-chose, mais c'est vraiment quelque chose qui m'a marquée tout au long de ma lecture. J'avais presque l'impression que je pouvais reconnaître les passages que tu as dû écrire alors que tu étais fatiguée et inattentive, et c'était vraiment triste. Conclusion : si tu n'arrives vraiment pas à te relire, par cause de saturation, de manque de temps ou de fatigue, n'hésites pas à me demander par exemple, ou à quelqu'un d'autre si ça te dérange de me demander à moi. Sinon, il y a aussi Scriben, un site qui permet de reconnaître les fautes logiques, et même si ça lui arrive de dire des conneries, c'est un site plutôt pratique (par contre, il faut y aller petit bout par petit bout de texte, il est un peu chiant pour ça ahah).

BIEN. J'ai finir de te remonter les bretelles, passons au plus intéressant.

AAAAAAHJFJDHSNKLGFSJGDKOSHDBJO SJDFKQSOG NAMJIN EVERYWHERE AH PUTAING C'EST GÉNYAL AH DU FLUFF PAS TROP NIAIS MAIS JUSTE ASSEZ POUR MON PETIT KOKORO C'EST PARFAIT AAAAHHH J'AIME J'AIME J'AIME MON COEUR S'EST SERRÉ DEVANT L'ÉTAT DE JIN AU DÉBUT ET J'ADORE TOUS LES PERSOS ET PUTAING C'EST VRAIMENT TROP MIGNON AHHHHH-

*tousse et se racle la gorge* Oui. Bon. Soit. J'ai vraiment beaucoup aimé, comme d'habitude, tu ne t'es pas loupée dans les dosages de cuteness et de sérieux, c'est bien foutu et ça fait du bien. Tiens, je suis aussi peut-être un peu déçue de la chute de l'histoire, que je trouve pas fantastique parce que j'ai du mal à relier le titre "Tu voles" au personnage de Jin (j'arrive pas à voir le rapport, désolée T_T), mais sinon, c'est vraiment bien.

Note : L'utilisation du présent à la place des temps du passé rend très bien et convient tout à fait à ton one-shot, pouce bleu là-dessus


Voilà, je crois que j'ai fini. Cré vindiou, je crois que ça faisait un bail que j'avais pas fait un commentaire aussi long xD Eh bien, c'était sympathique comme tout, et j'avoue que ça fait vraiment du bien un peu de chaleur, dans un one-shot tout en douceur ~ (j'ai affreusement besoin d'affection physique, et ma famille est pas très tactile, téléportez-vous les gens T-T)

C'était Nyal, votre scalpeuse de textes préférée ! *révérence*



PS : je sais même pas si ça existe, 'scalpeuse', tuezmoi

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lameufàlahache
Apprenti Sadique
Messages : 1155
Pikadollar : 1967
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 19
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Avr - 15:18
Alors, le texte était vraiment long. J'ai assez bien aimé même si je n'aime pas du tout les boys band.
C'est donc le plus gros point noir du texte selon moi. xD
Pardon.

Sinon, je ne pense pas pouvoir dire quoi que ce soit de plus que Nyal. Je n'ai pas l’œil aussi avisé qu'elle donc pour moi, je n'y vois pas autant de problème.
Et tu dis l'avoir fait en quelques semaines, je ne sais pas combien d'heure ) peu près ça fait mais je trouve qu'on voit bien le travail qu'il y a eu derrière (déjà avec la longueur et je ne comprend pas pourquoi tu t'excuse que ça soit long. C'est normal pour une nouvelle de faire plusieurs pages.) et aussi avec les phrases. On voit qu'elles sont la plupart du temps réfléchie et pas écrite juste pour être là, juste pour parler et raconter (je ne sais pas si tu comprends).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Messages : 1052
Pikadollar : 1750
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Avr - 19:41
Nyal :

PAVEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE ! 0.o
Hihihihi, j'adore tes commentaires. Le temps a semblé long, cet après-midi, parce que je voulais te répondre mais j'étais coincée dans ces saletés de cours de math...

Nyalice a écrit:
FINALLY. *court partout*

Aish, j'ai peur. Je ne savais pas que tu l'attendais autant, et je sais aussi qu'il ne sera pas à la hauteur. (OUAIS, JE FAIS COMME SI J'AVAIS PAS DEJA LU TON COMMENTAIRE, OKE ? DEUX FOIS !)

Nyella a écrit:
> Je- Oui ? 'Fin je veux dire, oui, ça fait sens. Alors après, je sais pas si c'était vraiment utile de le dire, mais oui, effectivement c'est logique. 10/10. XD Ah, j'ai du mal à m'expliquer, mais ce que je veux dire, c'est que j'ai un peu l'impression que c'était pas forcément nécessaire. Je ne sais pas ? Après réflexion, j'en ai conclu que ça me faisait buguer à partir de "sinon". Je sais pas trop ce qui s'est passé, mais ça me paraît un peu bizarre ? Peut-être que ça aurait été mieux si tu n'avais mis que l'information de la propreté, et pas l'explication du ressenti de Jin (qui alourdit peut-être un peu le début du texte) ? Enfin, c'est probablement purement subjectif. :')

Mmh... Je vois ce que tu veux dire. En ajoutant cette phrase, j'espérais donner une information sur le personnage, mais ce que tu relèves est pertinent. Je ne suis pas encore à l'aise avec l'écriture à la première personne et je pense que le truc qui bloque, c'est que j'en dis trop. Quand on arrive chez soi, on est soulagé et on le ressent, mais on se dit pas, "je suis soulagé, ma maison est propre et c'est pour ça que je m'y sens bien !" Bref. Je pense que c'est peut-être à retravailler sous cet angle-là. Transmettre les infos implicitement, Flo. IM-PLI-CITE !

Nyalalie a écrit:
> Bah alors, il t'a échappé celui-là ? ;P

Ui... Oups >.<

Nyalcob a écrit:
> Yesss ! Un point lexique ! Attention, l'expression que tu cherchais était probablement "à mon grand dam", et non pas damne :3 C'est une faute commune, à faire gaffe la prochaine fois !

Ow... Merci pour l'info, je ne le savais pas du tout... Du coup, je me demande d'où vient l'expression !

Nyaldward a écrit:
> Pouce bleu pour ce paragraphe. Les modalisateurs appuient le point de vue interne, c'est plutôt bien fait, et ça me plaît :3

Merci ~

Nyalesmée a écrit:
> Une aiguille à tricoter ? XD Perso, j'utilise un couteau, ça fonctionne très bien, et je doute que ma mère soit ok pour que je pique une de ses précieuses aiguilles pour vérifier mon cake

Euuuh... J'avoue, j'ai été débile. C'est ce qu'on utilise chez moi, mais je pense qu'un couteau suffit xD
On dira que maman Jin avait peur que ses enfants se blessent ;P

Nyalsper a écrit:
Florrible a écrit:
Je me fige alors que Namjoon détourne sa tête et se laisse vivement tomber sur moi avec un couinement malheureux.

> La déception de cet homme XDDD

J'adore cette scène xD

Nyalisle a écrit:
> Jungkook, Jungkook, Jungkook. Tu viens de déranger le seul OTP sur lequel tout le monde arrive à se mettre d'accord (je renie le namgi putain), j'espère que t'es fier de toi mon enfant parce que sinon je t'embroche avec l'aiguille que ton grand-frère Tae a utilisée pour vérifier la cuisson de ton foutu cake, CAPICHE ?

Que de violence en cette femme 0.o
(Je renie aussi le Namgi)

Nyalemett a écrit:
> Une... Une plage ? o_o Bon je vais pas juger, chacun ses fantasmes hein, mais le sable, ça gratte dans le calbute et-  oui bon je la ferme >.>

Ouaaah, le romantisme, Nyal, le romantisme ! xD
Laisse Jin aimer le sable fin et les bisous de Namjoon !

Nyal-y-a-plus-de-personnages-dans-ce-foutu-bouquin a écrit:
> Okay c'est bien, ensuite ? *se rend compte que y'a plus rien après* Attends, QUOI ?! C'EST FINI ? JE SUIS OUTRÉE. OUTRÉE, FLOFLO, TU M'ENTENDS ?? POURQUOI N'AS-TU PAS LAISSÉ TES DONS POÉTIQUES S'EXPRIMER ?! JE SUIS CHOQUÉE ET DÉÇ- /pan/
(je plaisante bien sûr)

Hihihi. J'ai vraiment eu l'intention de l'écrire, ce texte pour Jin, mais je ne l'ai pas fait pour deux raisons. La première, il faut que je sois VRAIMENT très inspirée pour réussir à pondre un truc correct, et rien ne me venait qui convienne à mon idée. Secondement, je n'ai pas la prétention d'écrire aussi bien que ce cher Namjoon, et ça aurait de toute façon été nul...

Nyaleth a écrit:
Mais tu sais ce qui aurait été encore mieux ? De la véritable post-prod. Parce que là, ma Flo, même avec la magie du Saint Esprit, tu vas pas me faire avaler que t'as relu ton texte. J'ai pas tout relevé, déjà par flemme, et ensuite parce que ça aurait été bête et méchant. Et inutile, sachant que tu connais ces fautes, et que d'ordinaire, tu les évites très bien. Mais quand même. Ça craint un peu, surtout de la part de quelqu'un de talentueux comme toi qui es capable de bien des choses.

Hmm... La post-prod, c'est pas pour les films ?
OKE, D'ACCORD, C'EST PAS LA QUESTION ! Bon, d'abord il faut que tu saches que j'ai relu ce texte. Plusieurs fois. Comme je te l'ai dit sur twitter, je l'ai fait en entier et à voix haute. MAIS, je me rends bien compte maintenant que ce n'était pas suffisant. A l'oral, ça allait, parce que je savais ce que je voulais dire, mais Holy Khuète, j'ai relu un petit passage et mes phrases étaient trop longues, chose qui est difficile à repérer en relisant à l'oral, parce que quand tu parles, tu fais des pauses au virgules. Bref, je me comprends, ça n'excuse rien.
Note à moi-même : Relire une fois pour avoir une vue d'ensemble sur le texte, c'est bien, revoir petit passage par petit passage pour être sûre que ça ait un sens, c'est mieux.

Nyaleah a écrit:
Alors, encore une fois, je ne sais pas. Peut-être que tu as un.e bêta-lecteur/trice et qu'il/elle n'était pas présent. Peut-être que tu as eu la flemme et le manque d'envie de relire toi-même ton texte, ce que je comprends tout à fait vu que moi, je suis toujours saturée et incapable de relire mes textes sans louper les fautes (d'où ma magnifique BL, coeur sur elle). Mais tu sais, on aurait pu attendre, quitte à sacrifier un jour ou deux de plus pour avoir un texte propre. C'était pas un problème, d'attendre. Et c'est là que ça revient à toi : est-ce que tu as eu peur qu'on ait pas envie d'attendre, après le teasing bleu ? Ou est-ce que tu n'avais vraiment pas envie de relire, que ce soit aujourd'hui ou demain ?

Alors, je n'ai pas sollicité ma bêta-lectrice pour ce texte. Je l'aime fort, mais je ne voulais pas l'ennuyer avec un texte aussi long et qui ne l'intéresserait pas, et puis, je ne sais plus trop ce qu'elle devient, depuis le temps xD
Quoiqu'il en soit, ça n'a rien à voir avec le teasing. Je voulais finir ce projet parce que j'aimerais beaucoup pouvoir ENFIN me concentrer sur mon histoire avec Chris et Jim mais malheureusement, je me lance constamment dans des projets entre deux pour passer le temps et je me rends compte qu'en faisant ça, je ne me concentre plus du tout sur l'essentiel. Donc j'avais envie de balayer ça vite fait bien fait. Je me suis relue. J'aurais peut-être fait mieux en le faisant aujourd'hui ou demain, ou en ayant vraiment envie de faire de ce texte quelque chose d'important, mais ce n'était pas le cas. C'est vraiment un texte pour lequel je me suis dit "Je veux écrire un Namjin, lançons-nous dans un truc pour entraîner les textes au "je"" et voilà. Le fait est que je me suis retrouvée à plus faire attention à la forme qu'au fond, ce qui est un peu débile >.<
Voilà, je n'ai jamais eu l'intention de faire un chef-d'oeuvre de ce texte, c'est pour ça que je n'ai pas mis toute ma personne pour le relire, le corriger, le retravailler... Mais j'entends bien ce que tu me dis et je ferai gaffe pour les prochaines fois. Je devrais laisser ce genre de texte reposer sagement dans une armoire et les reprendre pour les corriger quand j'ai du temps à perdre...

Nyalenée a écrit:
Je ne sais pas, jolie Fleur, et tu sais, je ne veux vraiment pas que tu penses que je suis déçue ou quoi - au contraire ! attends un peu que j’aie fini mes remontrances -, simplement, c'est vraiment, vraiment dommage. Parce que la psychologie était bien foutue, parce que l'idée que tu avais choisi d'explorer était une bonne idée, parce que tu t'améliores dans le réalisme de ton histoire et que plusieurs fois, j'ai réussi à voir la scène, et parce que ça aurait pu être plus proche de la perfection que cela ne l'est là maintenant.

Mmmh... En gros, ce que ça veut dire c'est que je m'améliore et que j'ai merdé ? Bah, d'accord. Je prends. Peut-être que j'essaierai de rebosser ce texte, un peu, et de voir si j'arrive à en faire vraiment un truc bien, autant du point de vue de la forme que du contenu. Je crois que le gros problème se situe surtout au niveau de la forme.

Nyalec a écrit:
Conclusion : si tu n'arrives vraiment pas à te relire, par cause de saturation, de manque de temps ou de fatigue, n'hésites pas à me demander par exemple, ou à quelqu'un d'autre si ça te dérange de me demander à moi.

Ouf ! Heureusement que tu me donnes une alternative, parce que j'aurais pas supporté de te faire relire un de mes textes ! Pff !
Nan mais sérieusement, pourquoi ça me dérangerait ? xD
La seule raison que j'y vois, c'est que tu es une des seule à commenter mes textes quand ils sortent... COMMENT JE FAIS SI TU LES AS DEJA LUS ? xD
Bref. Je vais essayer de me trouver un nouveau bêta-lecteur.

Nyalate a écrit:
AAAAAAHJFJDHSNKLGFSJGDKOSHDBJO SJDFKQSOG NAMJIN EVERYWHERE AH PUTAING C'EST GÉNYAL AH DU FLUFF PAS TROP NIAIS MAIS JUSTE ASSEZ POUR MON PETIT KOKORO C'EST PARFAIT AAAAHHH J'AIME J'AIME J'AIME MON COEUR S'EST SERRÉ DEVANT L'ÉTAT DE JIN AU DÉBUT ET J'ADORE TOUS LES PERSOS ET PUTAING C'EST VRAIMENT TROP MIGNON AHHHHH-

... BBBH ? :3

Nyal-j'ai-vraiment-plus-d'idées a écrit:
Tiens, je suis aussi peut-être un peu déçue de la chute de l'histoire, que je trouve pas fantastique parce que j'ai du mal à relier le titre "Tu voles" au personnage de Jin (j'arrive pas à voir le rapport, désolée T_T), mais sinon, c'est vraiment bien.

Mmmmh... Je vois. Là, ça en revient à l'origine de l'histoire. J'ai regardé une émission dans laquelle se trouvaient Jimin et Jin, et à chaque fois que Jimin faisait un truc, tout le monde était là "OMG IL EST TROP CHOU" et pour Jin c'était "Il est chelou mais il est marrant". Il y a ça et puis pas mal de choses que je mentionne dans le texte à propos de lui et je me suis un peu servie de mon imagination pour retranscrire ce qu'il pouvait ressentir.
"I thougt I could never fly" et "Tu voles" sont des références et réponses à la chanson "Awake" qui est le solo de Jin et où on sent transparaître ce mal-être au travers des paroles, avec le "Maybe I can never fly" ou un moment où il dit qu'il a l'impression de ne devoir son succès qu'aux autres membres du groupes...
Bref, cet OS est étroitement lié à cette chanson, d'où le "tu voles" de Namjoon, qui essaie de lui dire "Non, tu voles bel et bien, et de tes propres ailes" Et peut-être que ce serait mieux passé si j'avais écrit la chanson en entier, mais je n'ai pas trouvé les mots...

Nyalappareil à raclette a écrit:
Note : L'utilisation du présent à la place des temps du passé rend très bien et convient tout à fait à ton one-shot, pouce bleu là-dessus

C'est une convention chez moi xD
"Je" = présent / "Il" = passé

Nyalananas a écrit:
Voilà, je crois que j'ai fini. Cré vindiou, je crois que ça faisait un bail que j'avais pas fait un commentaire aussi long xD Eh bien, c'était sympathique comme tout, et j'avoue que ça fait vraiment du bien un peu de chaleur, dans un one-shot tout en douceur ~

Fichtre, ce fut également long de répondre ! Merci beaucoup, Nyal, tes commentaires me sont vraiment précieux à chaque fois. Merci de prendre le temps de lire mes textes, de penser à des remarques, de me les écrire... Alors en remerciement, je ne peux que te donner mes maigres talents pour faire battre ton petit cœur au gré DE L'ABSOLUE DIVINITE du Namjin ~

Nyal a écrit:
(j'ai affreusement besoin d'affection physique, et ma famille est pas très tactile, téléportez-vous les gens T-T)

Ooooow.... *HUG*
Moi j'ai un chien. Pratique pour les câlins ~

Hache :

Oui, désolée pour le thème très ancré du texte, mais c'était mon inspiration du moment ! C'est vrai que d'habitude je fais gaffe dans mes fanfics à ce qu'on puisse le lire sans connaître la situation et les personnages, mais là j'ai pas fait d'effort >.<

Merci pour tes compliments ! Je ne sais pas exactement le temps que j'ai passé dessus, parce que ça a été très réparti sur les quelques semaines. J'ai effectivement galéré sur certains passages pour que ça marche dans l'histoire. Je suis contente que tu y sentes mon travail !

Pour la longueur, je ne sais pas trop pourquoi je m'excuse... C'est juste que souvent, des textes aussi longs découragent les lecteurs xD

Je vois ce que tu veux dire et c'est vrai que c'est quelque chose que j'essaie de faire, mais je pense que j'ai encore des progrès à faire là-dedans. C'est pas facile de rayer l'inutile ou de ne pas rajouter de choses superflues !

Merci beaucoup d'avoir lu et d'avoir pris le temps de me laisser un commentaire ! =D

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seiko
Newbie Sadique
Messages : 67
Pikadollar : 79
Vos j'aimes : 4
Date d'inscription : 06/07/2016
Age : 14
Localisation : Euh ... attend google Map ....... JE SUIS PERDUE !!!
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 18:30
Et un commentaire très en retard un x) Mon dieu j'ai l'impression que ça fais des lustres que j'ai plus commenter (ce qui est d'ailleurs un peu vrai),breeeef, je sais pas trop quoi dire en faites x) Commentaire utile bonjour, nan sérieux je ship de la mort qui tue sur ces 2 là ! Je trouve d'ailleurs que c'est original à toi d'avoir parler d'eux, ça change du Vkook,Yoonmin etc.... Ton histoire est vraiment immersive si le terme est juste x) On se mets rapidement à la place de Jin et les sentiments sont bien restranscrit, l'emploie de la 1ère personne renforce encore plus dans cette optique là. Je t'avoue que j'ai été légèrement triste pour Jin car j'avais comme une impression de...hm... On va dire crise de la quarantaine x) Grosso modo j'ai ressenti son besoin de se démarquer de part son excentricité par ce qu'il a peur d'être oublier si il n'en vient pas à cette extrémité ne pouvant pas jouer de sa jeunesse ou de son talent,et franchement j'en ai eu la larme Wink Voilà, et juste petit mot de fin..... Mignoneté level 100000 !!

___________________________________________________

                        Se sentir fort c'est accepté le destin tel qu'il est et

                          ne renoncé à la vie sous aucun prétexte


                     ( c'est plus une devise qu'une signature mais j'aime bien )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Messages : 1052
Pikadollar : 1750
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 19:22
Hey !
Tant pis pour le retard, on dit toujours : "Mieux vaut tard que jamais !" =D
Merci beaucoup pour ton commentaire ! J'aime énormément ce ship moi aussi, c'est même mon préféré des BTS, je pense, parce qu'ils sont vraiment chou l'un avec l'autre. Comme il y a peu de fanfic sur eux à ce jour et que je n'en ai jamais trouvée de vraiment bien, je me suis lancée pour ce texte !

Bref, merci beaucoup pour tes jolis compliments, c'est toujours un plaisir de lire tes commentaires !
A une prochaine !
Flo'

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nayara
Administratrice - Princesse Modominatrice
Messages : 3868
Pikadollar : 5041
Vos j'aimes : 150
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 18
Localisation : BOOUUUH !! J'étais derrière toi... :3
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Mai - 20:01
B'jour toi ! Je me suis rendue compte que maintenant que j'avais sombré dans la K-pop, je pouvais lire ce genre de textes en comprenant enfin de qui il s'agit x) Même si j'ai de plus en plus de mal en vieillissant avec les ships concernant des personnes réelles, ahah xD

J'ai pas trop trop le temps de faire quelque chose de super constructif, tu m'excuseras mon bébé, mais en tout cas j'ai beaucoup aimé !! '*w* C'est pas le ship auquel j'aurais pensé immédiatement je t'avoue, mais j'aime beaucoup comment c'était développé, et comment l'action, qui était concentrée sur une durée assez courte, réussissait pourtant à être détaillée comme il le faut avec une trame logique. J'aime beaucoup beaucoup les différentes phases de sentiments qu'a traversé Jin, c'était très bien décrit :3

Vuala vuala, bisous <3

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boite à idées
Messages : 1052
Pikadollar : 1750
Vos j'aimes : 166
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 19:07
Hey !
Bienvenue dans ce monde fascinant qu'est celui de la K-pop !
Ravie que tu sois venue faire un tour sur mes textes, du coup ! Bon, tu n'as de loin pas choisi le meilleur >.<
(Et je comprends pour les ships à personnes réelles, ça me fait plus ou moins la même, même si j'arrive pas à m'en empêcher !)

T'inquiète pas pour la constructivité, je comprends ! Merci d'avoir pris le temps de me laisser ce joli commentaire ! Bonne chance pour tes révisions ! <3

Flo'

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: