AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

La petite fille au cœur à droite

avatar
Sohuna
Voltali électrisant
Zodiaque : Lion
Messages : 701
Pikadollar : 388
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 01/05/2015
Age : 16
Localisation : Le ch'Noooord
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 10:49
Bonjouuur o/
Uii je sais je suis un peu un fantôme sur ce forum mais... oihfzhnfohg. (ouais, j'avais rien de mieux à dire). Donc voilà, j'ai écris ce petit OS style conte pour enfants sur un coup de tête et j'ai décidé de le poster ici sur un coup de tête aussi x) Juste avant de vous souhaiter bonne lecture, je vous montre la couverture réalisée par les soins d'une amie irl :
Spoiler:
 
Et une petite musique d'ambiance si vous le souhaitez ici
Bonne lecture ! o/

-----------------------------------------------------------------------------------------


Loin, très loin, dans des contrées inexplorées, se trouverait le Fleuve de Cristal. Les Anciens racontaient que quiconque s'abreuvait dans le flot cristallin verrait tous ses rêves devenir réalité. Selon les enfants, c’était parce que les grandes personnes n'y étaient jamais allées qu'elles n’avaient pu vivre la vie qu'elles voulaient. Mais seulement, cet endroit n'était qu'une légende…

La petite fille au cœur à droite le savait. Elle savait que ce n'était qu'un joli et doux mensonge, inventé par les grandes personnes pour faire rêver les enfants. Elle le savait, et pourtant, elle continuait d'y croire. « Les mensonges ont toujours une part de vérité ! » répétait-elle à ses amis imaginaires.

Cette petite fille au cœur à droite était une enfant radieuse. Ses courts cheveux roses s'agitaient sous le vent, ses grands yeux de biche reflétaient l'éclat du soleil, tandis que son sourire était un soleil à lui seul. Elle portait toujours une robe blanche de lin s'arrêtant à ses genoux, surmontée d'un long gilet de laine verte. Elle alternait entre différentes paires de bottes en caoutchouc, souvent noires. Elle était unique ; et c'est ce qui faisait d'elle une personne merveilleuse.

Mais ce rayon de soleil n'était en fait qu'un amas de tristesse. Son cœur était noyé de chagrin et de désespoir, et elle tombait à chacun de ses pas, quand personne ne la voyait. Son masque de joie cachait une mélancolie profonde, et des larmes arc-en-ciel. Les grandes personnes avaient réduit son for intérieur à une tâche noire, brouillée de désespoir. Ces adultes, tristes de n'avoir pu réaliser leurs rêves, avaient refusé toute illusion à la pauvre enfant. « Ce n'est rien, se disait-elle. Ils sont juste jaloux. »

Un matin de printemps, alors que les fleurs s'ouvraient lentement et que les oiseaux chantaient, elle décida. Elle prit son baluchon rempli d'affaires et sortit par sa fenêtre, sans un bruit. Elle jeta un dernier regard vers sa petite maisonnette, puis partit. « De toute façon, ces grandes personnes ne m'aiment pas. Comment pourrais-je bien leur manquer ? »

Seulement, la petite fille au cœur à droite n'avait aucune idée d'où aller ! Le monde était si vaste, et elle si minuscule, aussi insignifiante qu'un pétale volant au gré du vent. Une première larme arc-en-ciel roula sur sa joue.
« Qu'est-ce qui m'accorde le privilège de chercher le Fleuve de Cristal ? Dit-elle tout haut. Je ne vaux pas mieux qu'une autre !
- Détrompe-toi, ma petite, lui dit un élégant perce-neige. Tu es pure, et c'est ce qui te différencie des autres. J'ai entendu parler d'une ville au Nord d'ici où tous les rêves sont réalisables, peut-être le Fleuve de Cristal s'y trouve-t-il : tu devrais t'y rendre. »
Alors, la petite fille au cœur à droite se mit en route, après avoir cueilli la jolie fleur.

La jeune enfant marcha longuement. Le perce-neige qu'elle avait emporté lui indiquait souvent le chemin, car la petite fille avait tendance à s'égarer facilement. C'est alors qu'ils arrivèrent dans une grande ville ensoleillée. Ici, tout le monde semblait si heureux ! Les adultes marchaient dans les rues, sourire aux lèvres, tenant par la main les fruits de leurs entrailles, écoutant attentivement leurs aventures imaginaires. La petite fille au cœur à droite se mit alors à interroger les passants ; tous lui répondirent « Oui, j'ai réalisé mon rêve ! »
« C'est formidable, n'est-ce pas, Perce-Neige ? Nous y sommes !
La fleur n'eut pas le temps de répondre qu'un élégant chaton noir vint à leur rencontre.
- Oui, sauf que tout ceci n'est qu'un mirage. Voyez-vous, ici, la société impose des rêves aux enfants dès leur plus jeune âge ; elle choisit le rêve en fonction des besoins de la ville.
- Mais c'est atroce ! , fit la jeune insouciante, choquée.
- Malheureusement, cela fonctionne ainsi, ici. Mais suivez-moi, j'ai entendu parler d'une cité où il est question de rêves, je peux vous y amener ! »
Alors, Perce-Neige dans sa main droite et Chat sur son épaule gauche, la petite fille au cœur à droite se mit en route.

Après plusieurs jours de marche, nos trois compagnons arrivèrent dans une nouvelle ville. Mais ici, les habitants ne semblaient pas du tout heureux ! Ils sillonnaient les allées d'un pas pressé, l'air préoccupé, regardant fréquemment par-dessus leur épaule. Ils fuyaient les autres, n'osant pas croiser leurs yeux, ni même les frôler. À chaque fois que la jeune fille tentait d'aborder un passant, celui-ci s'excusait précipitamment, bafouillant quelques mots avant de repartir aussitôt. La demoiselle sentit alors quelque chose se briser en elle. Cette ville était si angoissante, et elle se sentait si triste… Une étrange sensation sur son bras la ramena à elle : une chenille était montée sur elle. L'insecte lui dit alors :
« Que faites-vous ici, jeune enfant ?
- L'on m'a dit qu'il existait un fleuve capable de réaliser les rêves…
- Ma pauvre chose, vous n'êtes pas au bon endroit : ici, il est interdit de rêver. Si l'on vous y surprend, vous risquez de rejoindre les étoiles. Mais laissez-moi venir avec vous, j'ai entendu parler d'un endroit qui pourrait correspondre à vos attentes ! »
Alors, Perce-Neige dans sa main droite, Chat sur son épaule gauche et Chenille dans la poche de son gilet, la petite fille au cœur à droite se mit en route.

Après plusieurs semaines de marche, nos quatre compagnons arrivèrent dans une nouvelle ville. La jeune fille sentit tout de suite que quelque chose n'allait pas : une lourde atmosphère pesait dans les ruelles, une fine pluie se déversaient continuellement et un nuage de fumée flottait dans l'air. Les adultes avançaient lentement, le visage creux, les yeux cernés, les paupières lourdes de sommeil, les bras ballants, les pas traînants. C'était un joyeux défilé de morts-vivants. Notre héroïne voulut alors interroger les passants, mais ils ne lui décrochèrent pas même un regard. La demoiselle sentit alors quelque chose d'autre se briser en elle. Cette ville était si maussade, et elle se sentait si triste… Un petit point rouge et noir rampant sur son nez la fit loucher. Cette coccinelle lui demanda alors :
« Ma pauvre enfant, que viens-tu faire ici ? Ce n'est pas un endroit pour toi.
- Je cherche le Fleuve de Cristal…
- Hé bien, ce n'est pas ici que tu le trouveras. Vois-tu, cette ville est dépourvue de rêves et d'espoirs. Les personnes se contentent d'une vie terne et morose, sans jamais connaître la signification de ''rêver''.
- Mais c'est tellement triste… Comment peut-on ne pas rêver ?
- Je n'en sais rien, douce fille. Mais si tu me fais confiance, je peux t'amener à un endroit qui pourrait te plaire. »
Alors, Perce-Neige dans sa main droite, Chat sur son épaule gauche, Chenille dans la poche de son gilet et Coccinelle sur le nez, la petite fille au cœur à droite se mit en route.

Après plusieurs mois de marche, nos cinq compagnons arrivèrent dans une nouvelle ville. Enfin, si l'on avait pu appeler cela une ville. Cela avait dû l'être un jour. La jeune fille, sans voix, avançait silencieusement dans les rues désertes. Le vent balayait les cendres du sol, cendres qui se faufilaient entre les épaves des immeubles écroulés, détruits, brisés. Des barrières étaient parsemées çà et là sur le chemin, parfois un trou béant apparaissait aux pieds de l'enfant, manquant de la faire chuter. Elle voulut parler à ses amis, mais n'y parvint pas. Les sons mourraient sur le seuil de ses lèvres, tant elle ne pouvait poser de mots sur ses sentiments. Elle était perdue. La demoiselle se sentit alors entièrement brisée. Cette ville était si cauchemardesque, et elle se sentait si détruite… La petite fille s'affaissa sur ses genoux, les larmes au bord des yeux. Elle regarda autour d'elle. Perce-Neige, Chat, Chenille, Coccinelle. Tous étaient sans vie. Ses lèvres tremblotaient, ses épaules se soulevaient à un rythme irrégulier. C'est alors qu'elle vit un oisillon mourant devant elle. Elle le prit doucement dans ses mains et lui demanda :
« Oisillon, que s'est-il passé ici ?
Le volatile toussota.
- Il y a longtemps, un groupe d'amis décida de créer une ville où tous les rêves seraient réalisables. Ils dirent alors aux habitants que l'eau courante provenait du Fleuve de Cristal. Cela était faux, évidemment, mais les citoyens en étaient si persuadés qu'ils purent accomplir le moindre de leur rêve. Mais un jour, la société eut vent de cette ville. Et voilà ce qu'ils sont devenus… des cendres. »
La jeune enfant resta sans voix. L'oisillon prit alors son envol, mais il retomba doucement dans les cheveux de l'égarée. Toute âme l'avait quitté. Alors, la souffrante pleura. Elle laissa les larmes multicolores quitter ses paupières enflées, elle hurlait, elle sanglotait. Un flot arc-en-ciel se déversait de son cœur, coulant le long de sa robe de lin, la tachant, la mouillant, répandant une flaque polychrome autour d'elle. À bout de souffle, elle s'écroula dans le liquide, laissant son esprit larmoyant s'égarer à quelques rêveries, jusqu'à tomber dans un profond sommeil.

Lorsque la petite fille au cœur à droite s'éveilla, elle fut aveuglée par les puissants rayons du soleil. Elle laissa ses yeux s'habituer à la lumière, puis se redressa et analysa les alentours. Elle se trouvait dans une grande prairie verdoyante entourée d'une forêt luxuriante. À ses côtés, Chat courrait après Chenille devenu Papillon, Oisillon voletait çà et là dans le ciel avec Coccinelle, et Perce-Neige se régalait de l'éclat de l'astre chaud. Un doux bruit d'eau la fit se retourner. Derrière elle se trouvait une très large rivière, où au fond brillaient toutes les pierreries du monde. Elle en toucha la surface, provoquant une ondée de paillettes d'or. Elle comprit alors qu'il s'agissait du Fleuve de Cristal. L'enfant souffla. Elle était endormie, elle le savait. Elle nageait en plein rêve.

« C'est donc ça… Les rêves ne sont réalisables que dans les rêves. C'est pour cela qu'ils portent le même nom. »

La petite fille au cœur à droite sourit alors, heureuse, faisant le choix de ne plus jamais se réveiller.

___________________________________________________

"With my peace sign up, when I say goodbye, write the story of a hero"



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2662
Pikadollar : 3957
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 16
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 12:25
Okay. Alors, ce commentaire sera divisé en deux parties : une partie ressenti, et une partie technique.

Commençons par le ressenti.
Globalement, il y a vraiment très peu de sentiments positifs. Dès le début, alors que tu commences par une intro classique de conte qui attire tout de suite notre attention (un fleuve ? qu'est-ce qui va se passer avec ce fleuve ?), tu nous gifles immédiatement avec le point de vue pessimiste de la petite fille. (que j'ai très envie d'appeler Six parce que je regarde Little Nightmares à côté, ahdjiqfdjisf) C'est vraiment très violent. Pareil pour le tout petit instant d'espoir quand ils arrivent à la première ville, on a à peine le temps d'y croire (soit pendant environ une ligne ou deux) que le chat se ramène et éteint de ses petites pattounes l'étincelle.
Ce conte, finalement, n'est qu'une enchaînement de désastres, de déceptions sans fin, et le maigre espoir qu'on avait au début s'épuise rapidement. On a plus envie d'y croire. On espère un rebondissement, quelque chose qui change la donne, mais rien. Alors, oui, effectivement, on a plus ou moins une happy end, mais je n'avais même pas l'impression d'être heureuse, comme j'aurais peut-être dû l'être.

Voilà pour les émotions.

Maintenant, la partie technique, qui se résume finalement en une question : Pourquoi ?
Pourquoi la petite fille est partie en quête du fleuve, si elle-même n'y croyait pas ? "Il y a une part de vérité dans chaque mensonge." Oui. Effectivement. Mais quelle est la part de vérité dans ce fait : Il existe un fleuve qui accorde des voeux. (parce que concrètement, c'est ce qu'il fait hein) Si c'est un mensonge, ce dont la petite fille semble bien persuadée puisqu'elle le "répète" (je cite le texte) à ses amis imaginaires (d'ailleurs, d'où ils sortent ? Qui sont-ils ? Pourquoi est-ce qu'elle en a ? Est-ce qu'elle est au courant qu'ils sont imaginaires ?), alors quelle est la part de vérité ?
Après relecture, j'ai un peu mieux compris : elle savait que c'était un mensonge, mais elle voulait quand même y croire. Si elle est partie, c'est qu'il ne devait y avoir pas d'autres solutions, pas vrai ? Comment ça se fait ? Quelle était la situation qui l'a forcée à partir ? Tout ce qu'on sait, c'est que ses parents, les "adultes", ont tout de suite étouffé ses rêves, et que la petite fille est convaincue qu'ils ne l'aiment pas. (on n'a jamais rencontré ces adultes, on n'est donc sûr de rien, seulement du fait qu'ils emploient la règle 'si je ne peux pas l'avoir, alors personne ne l'aura')

Autre chose : les compagnons.
Ils disent tous la même chose, ou presque. Là où le perce-neige, le chat et la chenille disent "j'ai entendu parler", la coccinelle dit "je peux t'amener à un endroit qui pourrait te plaire", et emmène le groupe à la mort. Elle connaissait donc l'endroit. Et pourtant, elle l'a quand même fait. Est-ce que ça veut dire quelque chose ? Pourquoi elle a fait ça, si elle savait déjà comment ça allait se finir ?

Dernière remarque, la fin.
J'ai un gros problème avec la conclusion. Je ne sais pas si c'est parce que je suis en grand désaccord avec l'idée que tu nous présentes, ou si c'est juste que je suis déçue et que je n'ai pas l'impression d'être satisfaite (le principe d'une histoire est de satisfaire une curiosité, d'influencer le lecteur pour qu'il fasse l'effort de lire l'histoire et d'aller jusqu'à la fin pour qu'il ait une récompense).


Globalement, il y a donc un souci de développement, au niveau du contexte et des personnages. L'enchaînement des péripéties est un peu abrupte et décousu, et on a à peine le temps de dire "ouf" qu'on passe déjà à autre chose. C'est un peu dommage. Le conte reste sympa, et l'univers en lui-même est plutôt mignon (avant de tourner au Thilliez à la fin fdzqnsffdsg). Le personnage principal est... attachant ??? Ce n'est qu'une petite fille un peu naïve, finalement. (On ne peut pas tout faire en l'espace de quelques années. Quel est l'intérêt d'un rêve, s'il ne faut pas se débattre pour le réaliser ? J'ai toujours trouvé à la fois triste et belle l'idée de devoir trouver de nouveaux rêves. D'un côté, ça veut dire que tu as réussi à le réaliser, ce qui est une bonne chose puisqu'un rêve est censé t'apporter du bonheur. De l'autre, ça peut aussi sous-entendre l'idée que ce rêve était peut-être trop simple, et qu'une chose simple devienne un rêve, c'est quelque chose empreint d'une certaine tristesse. Mais je divague. VAGUE !)


PS : "C'était écrit sur un coup de tête", je sais. C'est pas une raison pour que je ne sois pas aussi honnête que d'habitude. Et j'ai actuellement beaucoup de mal à garder mon sérieux parce que j'écoute les "hidden" vocals de Baepsae. (J-Hope aura ma mort.)

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sohuna
Voltali électrisant
Zodiaque : Lion
Messages : 701
Pikadollar : 388
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 01/05/2015
Age : 16
Localisation : Le ch'Noooord
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 13:21
Un petit pavé o/

Alors alors

Chou a écrit:
Commençons par le ressenti.
Globalement, il y a vraiment très peu de sentiments positifs. Dès le début, alors que tu commences par une intro classique de conte qui attire tout de suite notre attention (un fleuve ? qu'est-ce qui va se passer avec ce fleuve ?), tu nous gifles immédiatement avec le point de vue pessimiste de la petite fille. (que j'ai très envie d'appeler Six parce que je regarde Little Nightmares à côté, ahdjiqfdjisf) C'est vraiment très violent. Pareil pour le tout petit instant d'espoir quand ils arrivent à la première ville, on a à peine le temps d'y croire (soit pendant environ une ligne ou deux) que le chat se ramène et éteint de ses petites pattounes l'étincelle.
Ce conte, finalement, n'est qu'une enchaînement de désastres, de déceptions sans fin, et le maigre espoir qu'on avait au début s'épuise rapidement. On a plus envie d'y croire. On espère un rebondissement, quelque chose qui change la donne, mais rien. Alors, oui, effectivement, on a plus ou moins une happy end, mais je n'avais même pas l'impression d'être heureuse, comme j'aurais peut-être dû l'être.

Vraiment, le but de ce conte était loin d'être joyeux et de répéter "ui la vie est belle le soleil brille les oiseaux chantent", comme tous les contes qu'on a pu me faire bouffer petite. Pour être franche, l'idée a germé quand je me sentais pas très bien, et même si ça va mieux, j'avais quand même envie de le finir en restant dans le mood de départ. Alors la façon dont tu l'as décris me sied très bien, puisque je n'avais pas envie qu'il y ait une once de joie (ou très peu). Et non, tu n'aurais pas du être joyeuse à la fin. C'est la petite qui est contente parce qu'elle a finalement trouvé ce qu'elle cherchait à sa manière, mais ça frustre le lecteur et c'est normal (ça m'a moi-même frustrée en l'écrivant pour te dire ) :3
( et ça marche pour Six kpgrknogfks )

Chouquette a écrit:
Maintenant, la partie technique, qui se résume finalement en une question : Pourquoi ?
Pourquoi la petite fille est partie en quête du fleuve, si elle-même n'y croyait pas ? "Il y a une part de vérité dans chaque mensonge." Oui. Effectivement. Mais quelle est la part de vérité dans ce fait : Il existe un fleuve qui accorde des voeux. (parce que concrètement, c'est ce qu'il fait hein) Si c'est un mensonge, ce dont la petite fille semble bien persuadée puisqu'elle le "répète" (je cite le texte) à ses amis imaginaires (d'ailleurs, d'où ils sortent ? Qui sont-ils ? Pourquoi est-ce qu'elle en a ? Est-ce qu'elle est au courant qu'ils sont imaginaires ?), alors quelle est la part de vérité ?
Après relecture, j'ai un peu mieux compris : elle savait que c'était un mensonge, mais elle voulait quand même y croire. Si elle est partie, c'est qu'il ne devait y avoir pas d'autres solutions, pas vrai ? Comment ça se fait ? Quelle était la situation qui l'a forcée à partir ? Tout ce qu'on sait, c'est que ses parents, les "adultes", ont tout de suite étouffé ses rêves, et que la petite fille est convaincue qu'ils ne l'aiment pas. (on n'a jamais rencontré ces adultes, on n'est donc sûr de rien, seulement du fait qu'ils emploient la règle 'si je ne peux pas l'avoir, alors personne ne l'aura')

En effet, tu as un peu mieux compris à ta relecture. Pour les amis imaginaires : d'où ils sortent ? Bah de son imagination. Qui sont-ils ? Mystère. Pourquoi est-ce qu'elle en a ? Est-ce que tu demandes à un gosse pourquoi il en a ? xD Est-ce qu'elle est courant qu'ils sont imaginaires ? En fait, non. Mais dans ma tête, ses amis imaginaires, ce sont ceux qu'elle rencontre sur la route. Parce que oui, des animaux ou des fleurs ça ne parle pas, même si c'est fréquent dans un conte. Je sais que c'était pas-du-tout explicite, voire impossible à deviner, mais c'était juste un petit truc que j'avais inséré pour moi.
Je voulais expliquer les raisons de son départ, mais je me suis mise dans la tête de l'enfant : à cet âge-là, on comprend pas toujours tout ce qui nous arrive alors on a du mal à l'expliquer. Certes j'étais en 3e personne, mais en pdv interne, donc je me centrais vraiment sur ce qu'elle ressentait. Et puis, petite, j'avais tendance à oublier volontairement ce qui m'avait déplu ou ce que j'avais pas aimé. Donc je me suis dis que Six le ferait aussi. Et après, j'ai complètement abandonné l'idée d'expliquer. Ça donne une part de mystère ? Je sais pas xD Et disons qu'à l'image de sa créatrice, elle est partie sur un coup de tête. :')

Choupachoups a écrit:
la coccinelle dit "je peux t'amener à un endroit qui pourrait te plaire", et emmène le groupe à la mort. Elle connaissait donc l'endroit. Et pourtant, elle l'a quand même fait. Est-ce que ça veut dire quelque chose ? Pourquoi elle a fait ça, si elle savait déjà comment ça allait se finir ?

PARCE QUE C'EST UNE PU... /ahem/ Non, qui sait. Je te laisse interpréter librement. Si j'expliquais tout, ce serait pas drôle :p (j'ai plus réfléchi qu'il n'y paraît sur cet OS)

Choucroûte a écrit:
Dernière remarque, la fin.
J'ai un gros problème avec la conclusion. Je ne sais pas si c'est parce que je suis en grand désaccord avec l'idée que tu nous présentes, ou si c'est juste que je suis déçue et que je n'ai pas l'impression d'être satisfaite.

Je pense que c'est parce que tu n'es pas d'accord avec l'idée (moi non plus au fond, enfin à moitié). Je l'ai fait lire à quelques personnes IRL, elles m'ont dit que la fin était triste, et une ou deux m'ont dit qu'elle était vraie. Et comme tu la trouves fausse, ça doit être une question de point de vue. Après, je sais pas si t'es satisfaite ou non o/


Chou-fleur a écrit:
Globalement, il y a donc un souci de développement, au niveau du contexte et des personnages. L'enchaînement des péripéties est un peu abrupte et décousu, et on a à peine le temps de dire "ouf" qu'on passe déjà à autre chose. C'est un peu dommage. Le conte reste sympa, et l'univers en lui-même est plutôt mignon (avant de tourner au Thilliez à la fin fdzqnsffdsg). Le personnage principal est... attachant ??? Ce n'est qu'une petite fille un peu naïve, finalement.
Je note note o/ ( du Thilliez ou ça du Thilliez c'est pas vrai chuuut )
True, c'est une gamine un peu conne. Eeeeh mais elle me fait penser à moi en faiiit

Nyalosophe a écrit:
(On ne peut pas tout faire en l'espace de quelques années. Quel est l'intérêt d'un rêve, s'il ne faut pas se débattre pour le réaliser ? J'ai toujours trouvé à la fois triste et belle l'idée de devoir trouver de nouveaux rêves. D'un côté, ça veut dire que tu as réussi à le réaliser, ce qui est une bonne chose puisqu'un rêve est censé t'apporter du bonheur. De l'autre, ça peut aussi sous-entendre l'idée que ce rêve était peut-être trop simple, et qu'une chose simple devienne un rêve, c'est quelque chose empreint d'une certaine tristesse. Mais je divague. VAGUE !)

Chou, j'aime ta philosophie. #Nyalosophe

Merci bien \o/

___________________________________________________

"With my peace sign up, when I say goodbye, write the story of a hero"



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1126
Pikadollar : 1821
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 15:49
Bonjour, ici Mlle Raly de chez Relecture Glass,

Wattpad m'a appelée, Twitter m'a rappelée et TCS a fini par m'achever. Me voici donc sous les commentaires de ce petit OS pour te donner mon avis !

Tu présentes ça comme un conte au départ, alors j'ai décidé de tout lire d'une traite pour bien me plonger dedans et me laisser emporter par l'histoire. Je t'avoue que ça a assez réussi, malgré l'esprit un peu répétitif de la chose, où elle arrive à chaque fois dans une ville, est déçue, rencontre une nouvelle personne et repart plus loin.
Pourtant, la situation change à chaque fois graduellement et c'est vrai que ça m'a amené à réfléchir à pas mal de chose. Pourquoi tels nouveaux intervenants à tel moment, pourquoi elle visite les villes dans cet ordre-là ? On sent que tu as dû réfléchir les choses et je t'avoue que ça m'a donné envie de percer un peu les mystères, ce qui est quelque chose de plutôt positif !

J'ai donc repris les intervenants dans l'ordre et les villes dans lesquelles la petite fille a été envoyée :
Perce-neige -> ville heureuse mais rêves imposée
Chat (NOIR !) -> ville où il est interdit de rêver
Chenille -> ville sans rêves et espoir
Coccinelle -> Ville en cendre
Oiseau -> dans un rêve
Voilà ! Du coup, j'ai noté la dualité entre le chat noir, synonyme de malheur et la coccinelle, synonyme de chance. Il y a aussi le perce-neige qui est un symbole de consolation et d'espérance, la chenille  symbolise le fait d'être sur la bonne voie de réalisation personnelle (merci Google ! xD) et l'oiseau, j'imagine que ce doit être la liberté. Wow. Je n'ai aucune idée de la façon de relier ça avec les différentes villes et le rôle que tu leur donnes xD
Bref, je continuerai peut-être mes recherches plus tard. Note bien que je suis intriguée xD

Ensuite, j'aimerais bien revenir sur le début, puisque cette chère Nyal a déjà mentionné la fin.
J'ai eu pas mal de soucis à crocher, parce que je ne savais pas où tu nous menais. Ton but est clairement de nous introduire la petite fille et son but, et pour la petite fille, c'est bien réussi, même si je t'avoue avoir un peu buté sur la partie juste avant son départ :
Sipha a écrit:

Mais ce rayon de soleil n'était en fait qu'un amas de tristesse. Son cœur était noyé de chagrin et de désespoir, et elle tombait à chacun de ses pas, quand personne ne la voyait. Son masque de joie cachait une mélancolie profonde, et des larmes arc-en-ciel. Les grandes personnes avaient réduit son for intérieur à une tâche noire, brouillée de désespoir. Ces adultes, tristes de n'avoir pu réaliser leurs rêves, avaient refusé toute illusion à la pauvre enfant. « Ce n'est rien, se disait-elle. Ils sont juste jaloux. »

Un matin de printemps, alors que les fleurs s'ouvraient lentement et que les oiseaux chantaient, elle décida. Elle prit son baluchon rempli d'affaires et sortit par sa fenêtre, sans un bruit. Elle jeta un dernier regard vers sa petite maisonnette, puis partit. « De toute façon, ces grandes personnes ne m'aiment pas. Comment pourrais-je bien leur manquer ? »
Dans ce passage, j'ai commencé à bloquer sur les "larmes arc-en-ciel". D'où elles sortent ? Est-ce que c'est une capacité spécifique à la petite fille, est ce que tout le monde pleure comme ça dans ce monde ? Pourquoi ? Je t'avoue que sur le coup, j'ai eu un peu de mal à cerner la chose, surtout qu'elle n'est pas super bien amenée dans la phrase, enfin, ta virgule porte à confusion. Ça amène à la mélancolie et aux larmes arc-en-ciel ou bien les larmes arc-en-ciel sont juste un élément rajouté à la phrase sans autre logique ? Bref, petite incompréhension pour moi là-dessus !
Pour le reste, je t'avoue que la relation avec les adultes m'a semblée un peu floue. Pourquoi est-elle aussi dégoûtée à leur propos, qu'est-ce qui a fait qu'elle soit aussi sombre ? Peut-être que ça manque un peu plus d'explications claires à ce sujet pour qu'on puisse vraiment se mettre dedans et comprendre les intentions de la petite fille !
(On notera également dans ce passage la phrase : "Son cœur était noyé de chagrin et de désespoir, et elle tombait à chacun de ses pas, quand personne ne la voyait." que j'ai trouvée vraiment géniale !)

Donc, voilà pour ça !
Une autre chose m'a un peu taraudée durant toute la lecture, c'était : Pourquoi avait-elle le cœur à droite ? J'ai cherché aussi pour voir si il existait une expression "avoir le cœur à droite", mais je n'en ai pas trouvée, donc j'imagine que s'il y a une signification, il va falloir que je la devine.
"Le cœur à droite", ça peut donc simplement désigner quelqu'un de différent, puisque les gens ont normalement le cœur à gauche, et ça conviendrait à l'idée de cette petite fille un peu étrange qui parle à des amis imaginaires et fuit les adultes. C'est la seule explication que j'ai trouvée, mais j'espère qu'il y en a une mieux, je vais t'expliquer pourquoi.

"La petite fille au cœur à droite", c'est le titre de ta fiction et une façon que tu as de désigner ton personnage principal dans ton OS. Ça fait effectivement très "conte", donc l'effet est réussi, mais d'un autre côté, le titre d'un conte est très important et il faut que ça ait une signification aussi et que le lecteur puisse la comprendre sans réfléchir à la fin. Là, on ne comprend pas trop l'utilité qu'elle ait le coeur à droite et pour moi, ça manque. Je cherchais tout au long de l'histoire pourquoi elle avait le cœur à droite et en quoi cette donnée allait affecter l'histoire, mais je ne l'ai pas trouvé, donc j'en suis ressortie un peu frustrée.
Bref, je me rends compte en l'écrivant que ce n'est pas si grave que ça et que c'est surtout par rapport à mes attentes à moi que j'ai été déçue, mais c'est vrai que faire le lien entre ton histoire et le fait qu'elle ait le cœur à droite aurait pu être un plus de mon point de vue ! ;D

Bon, je crois que je vais m'arrêter là, ma famille m'attend pour aller au resto x)
Quoiqu'il en soit, c'est un OS que j'ai apprécié lire et qui m'a fait me poser beaucoup de questions. J'aime bien la manière que tu as eu de l'écrire, très simple et à la fois poétique, c'était agréable et fluide à lire.

C'est tout pour moi !
N'hésitez pas à m'appeler pour le prochain pare-bris- OS que vous écrirez, très chère
Aurevoir !

Flo'

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sohuna
Voltali électrisant
Zodiaque : Lion
Messages : 701
Pikadollar : 388
Vos j'aimes : 29
Date d'inscription : 01/05/2015
Age : 16
Localisation : Le ch'Noooord
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 16:36
Bien le bonjour Mlle Raly o/

Hé bien, je suis au regret de vous dire que vous avez effectivement vu un impact sur mon pare-brise, mais vous ne l'avez pas réparé, vous l'avez agrandi... x) Comment dire. Tu as cherché une signification à un des rares endroits où il n'en y a pas... ? Merdouille, j'me sens mal, je suis vraiment désolée xD Je pensais pas du tout que la chenille avait une symbolique, par exemple. Je cherchais juste des animaux un peu cute et différents ? ( oui c'est mignon les chenilles. Rien que le mot est mignon. ) Franchement, je sais pas trop quoi te dire... :') Pardon ? Je peux même m'excuser à genoux si tu veux ? 200, 300 coups de fouet ? ;v;

FloGlass a écrit:
Dans ce passage, j'ai commencé à bloquer sur les "larmes arc-en-ciel".

Alors, ça vient simplement de la couverture. Un jour, une amie m'a montré ce dessin qu'elle avait fait et j'en étais vraiment tombée amoureuse. C'est lui qui m'a inspiré l'OS. J'avais relevé le fait que dessus, son sang était arc-en-ciel. Alors pour que ça paraisse plus logique, j'ai décidé que tous ses fluides seraient polychromes. Et ça a raté, apparemment xD Et c'était aussi pour accentuer son côté différent

Flopinouille a écrit:
Pour le reste, je t'avoue que la relation avec les adultes m'a semblée un peu floue.

Aiish, j'ai déjà expliqué dans la réponse à Nyal, mais ça a l'air de vous tarauder, pardooon

Floppybird a écrit:
"Son cœur était noyé de chagrin et de désespoir, et elle tombait à chacun de ses pas, quand personne ne la voyait." que j'ai trouvée vraiment géniale !

Thx o/

Flonouilles a écrit:
Une autre chose m'a un peu taraudée durant toute la lecture, c'était : Pourquoi avait-elle le cœur à droite ?

Alors. La dextrocardie. En fait, je cherchais un truc qui lui serait typique, qui la rendrait vraiment différente, comme un trait physique, caractériel, une maladie... Et là, j'ai pensé à la dextrocardie. C'est quelque chose qui me fascine depuis que je l'ai lu dans un bouquin (où c'est une petite fille qui en souffre justement), et j'avais envie de le caler. Vouaaala. Je sais pas si ça te satisfait comme explication ? J'en doute xD Donc non, ça n'était pas une expression

Flobouille a écrit:
"La petite fille au cœur à droite", c'est le titre de ta fiction et une façon que tu as de désigner ton personnage principal dans ton OS. Ça fait effectivement très "conte", donc l'effet est réussi, mais d'un autre côté, le titre d'un conte est très important et il faut que ça ait une signification aussi et que le lecteur puisse la comprendre sans réfléchir à la fin. Là, on ne comprend pas trop l'utilité qu'elle ait le coeur à droite et pour moi, ça manque. Je cherchais tout au long de l'histoire pourquoi elle avait le cœur à droite et en quoi cette donnée allait affecter l'histoire, mais je ne l'ai pas trouvé, donc j'en suis ressortie un peu frustrée.
Bref, je me rends compte en l'écrivant que ce n'est pas si grave que ça et que c'est surtout par rapport à mes attentes à moi que j'ai été déçue, mais c'est vrai que faire le lien entre ton histoire et le fait qu'elle ait le cœur à droite aurait pu être un plus de mon point de vue ! ;D

Je note chef, je note o/

Citation :
Bon, je crois que je vais m'arrêter là, ma famille m'attend pour aller au resto x)

Bon appétit ? x)

Citation :
Quoiqu'il en soit, c'est un OS que j'ai apprécié lire et qui m'a fait me poser beaucoup de questions. J'aime bien la manière que tu as eu de l'écrire, très simple et à la fois poétique, c'était agréable et fluide à lire.

Merci beaucoup ! o/

Sipha'

___________________________________________________

"With my peace sign up, when I say goodbye, write the story of a hero"



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Appel d aide à une petite fille
» Petite ecole d'anglais
» PETITE NOUVELLE
» Petite nouvelle en recherche...........
» fleur de fil : petite présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: