AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

La randonnée de trois boulets !

avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Aoû - 21:23

La randonnée de trois boulets !

Jour 1 :

Je suis Fromage.
Ce matin là, je devais aller en Randonnée avec deux amies (Canard et Maman) mais il pleuvait. Nous décidons que ce n'est pas un peu d'eau qui va nous effrayer. Nous avons rendez-vous à dix heure chez Canard et j'y vais avec ma voiture en conduisant moi-même (information inutile mais je me la pète). Nous préparons toutes trois nos sacs et nous pesons jusqu'à avoir chacune treize kilos, après avoir fait enlever les espadrilles de Canard. Notre but est de passer trois jours dans les Albères en démarrant du Perthus jusqu'à Banyuls-sur-mer.

Nous sommes fin prêtes et nous prenons la voiture que je conduis afin d'aller au Perthus, notre point de départ. Seulement, comme il y a un risque de mauvais temps, il y a des embouteillages de la part des touristes se réfugiant en espagnes.
Nous commençons finalement nos premiers pas sur le GR10 vers onze heure trente. Notre but est d'atteindre le  pic du Néoulous avant de descendre jusqu'au refuge de la Tanyareda et y planter nos deux tentes.

C'est ma deuxième randonnée et la première de Maman mais elle se débrouille quand même bien mieux que moi. Dès le début, il y a beaucoup de montées. Ce premier jour sera le plus compliqué. Il est le plus long et surtout, il y a énormément de montées tout le long.

Nous avançons assez bien. Nous passons surtout dans des forêts en essayant de ne pas se perdre. Je suis à la traîne mais ça ne m'empêche pas d'admirer la nature. À un moment, nous tombons sur des barrières de fils de fer barbelés séparant la France de l'Espagne. J'étais un peu abasourdie de voir cela entre les frontières alors que nous sommes en Europe. Là où passe le chemin, il y a une coupure dans la barrière, comme une porte pour laisser passer les randonneurs comme la femme que nous croisons et saluons. Ce n'était pas la première de la journée. Comparé à notre randonnée de mai, nous rencontrons beaucoup de gens et ceux-ci sont tous polis et plus ou moins amicaux.

Notre marche continue. Pendant une pause, nous avons croisé des cavaliers. Les chevaux étaient beaux. Pourquoi dit-on cavalier et pas chevalier, qui sont autre chose, pour ceux montant à cheval ?
Le plan et le guide de Canard, que son père a acheté il y a à peine quelque jours pour assez cher, indiquent qu'on trouvera bientôt un plan d'eau. Nous nous arrêtons manger, de la nourriture préparée la veille pour Maman et moi et de la nourriture achetée pour Canard. Nous mettons fin à cette petite pause et après quelques pas, nous voyons un endroit où de l'eau est sensée passer. C'était l'endroit indiqué par le guide mais tout est sec.
Les Albères sont bien sec en cette période.

Finalement, nous arrivons au gîte d'étape du Chalet de l'Albère au Col de l'Ouillat. Nous nous y arrêtons et remplissons enfin nos bouteilles qui commençaient sérieusement à se vider en prenant gardes de ne pas déranger les vaches sauvages.
Il y a plein de personnes qui y sont mais nous n'allons pas passer la nuit ici car nous avons prévus d'aller plus loin et que le gîte n'est pas gratuit.
Je profite de notre pause bien méritée pour faire sécher mon t-shirt mouillé de ma transpiration. Je l'enlève simplement et le laisse sécher au soleil restant donc en soutient-gorge.
En arrivant au gîte, nous avions vu deux belles Harley-davidson's et leur propriétaires passent devant nous en effrayant les vaches (et riant de ma tenue). Nous nous dirigeons donc vers un banc au soleil pour s'y reposer sans avoir froid sous quelques regards. Avons-nous l'air si étrange ?

Enfin, nous reprenons notre route. Je remet donc mon t-shirt encore humide et nous entamons la montée (encore une!) mais à peine avons nous commencé que Canard se rend compte qu'elle n'a plus le guide. Elle le cherche dans son sac puis retourne aux endroits où nous nous sommes arrêté : Introuvable.
Il est perdu, nous l'abandonnons et continuons. La montée est vraiment difficile pour moi et une fois au sommet, il y a des rochers. Je monte dessus, la vue est sublime mais un peu plus haut, il y a des rochers qui vont nous montrer un panorama encore meilleur. J'y vais et au sommet, la vue était sublime. On voyait la mer et les montagnes mais également les plaines et les villes et villages. Le vent a manqué de me faire tomber dans le précipice, très haut, tellement il soufflait fort. Canard me rejoint et on admire la vue un moment avant de reprendre notre chemin qui ne sera que de la montée encore et encore.

Tout le long, les vues seront belles et nous allons longer des barrières de fils barbelés qui séparent la France et ses maisons aux toits rouge de l'Espagne aux habitations blanches.
Nous rencontrons un vieux couples qui s'arrêtent et nous parlent de leur petit-fils qui a vingt-et-un ans et qui est célibataire et qui va dormir au pic.
La montée est vraiment longue. Je suis complètement à la traîne. Maman est devant, elle continue tandis que Canard marche tranquillement s'arrêtant pour admirer la vue et reprendre comme si de rien n'était.
Les marcheurs que je croisent voient la détresse dans mon regard. Certains m'encouragent avec un « Tu y es presque ! » d'autres comprennent ma douleur en voyant mon sac.

Quand j'arrive complètement exténuée sous les encouragement de mes amies, je me dépêche d'enlever mon sac et de m’asseoir sans même regarder la vue.
Une fois un peu reposée, j'admire. Nous sommes au pic du Néoulous ( Puig Neulós ) culminant à 1256 mètres ! Nous avons autant vu sur L'Espagne que sur la France. La mer, les montagnes, le ciel, les plaines, les villages et villes ; tout est beau ! Surtout après autant d'effort !
Je me repose couchée sur le sol en sentant le vent passer sur mon corps déjà endoloris.

Nous continuons notre chemin direction un lieu où planter notre tente. C'est de la descente à partir de maintenant ! Quel joie !
Sur le chemin, nous passons à cotés d'une tente, celle du petit-fils ?
Nous trouvons là où nous allons dormir, enfin presque. Il y a une route de terre et surtout : Un point d'eau ! Nous nous hâtons de remplir nos bouteilles avant de lire sur un panneau que le refuge est à cinq minutes de là où nous sommes.
En réalité c'est plutôt dix minutes et sans parler des vaches sauvages que nous évitons et avons passé notre randonnée à éviter afin de ne pas se faire charger et encorner.

Le refuge non gardé de la Tanyareda est en vue. Il y a une femme qui lis au pied d'un arbre grand et biscornue comme tout ceux entourant ce qui ressemble plus à un vieux casot à l’abandon qu'un refuge. Le vent persistant ainsi que l'envie de dormir pour la première fois dans un refuge nous fait hésiter à planter les tentes qu'on a quand même transporter jusqu'ici.
Nous décidons de dormir à l'intérieur en rentrant, le lieux semble un peu glauque et sale mais il y a tout ce qu'il faut ; Deux sorte de surélévation en bois pour y mettre les tapis de sol, deux matelas, un feu, des étagères avec divers objets, une table et des trucs pour s’asseoir. Nous ne savons pas quels affaires appartiennent au refuge et quels affaires appartiennent à la dame avec qui nous avons vite-fait discuté. Elle venait de banyuls et avait dix jours pour aller le plus loin possible. Elle ne se donnait pas d'objectif donc pas de pression.

Canard et moi décidons d'aller prendre une douche et de remplir les bouteilles au point d'eau de source de plus tôt après avoir installé les endroits où nous allions dormir, c'est à dire au dessus comme je l'ai imposé (car c'est plus cool même s'il s'avérera que monter et descendre à chaque fois par un genre d'échelle est chiant et un peu dur).
Nous remplissons d'abord les bouteilles puis lavons nos t-shirt avant de se déshabiller en espérant un peu que personne ne passe par là. Je garde quand même mon boxer car de toute façon l'eau est trop froide pour se laver cet endroit mais Canard, plus courageuse et moins frileuse que moi prend une douche complète. Je me change en me mettant en haut de pyjama gardant mon bas normal et Canard opte pour sa salopette-sarouel bien clichée hippie et nous retournons au refuge.

Une fois là-bas, nous rencontrons un espagnol, arrivé pendant notre absence. Maman lui a parlé dans sa langue (il ne semblait pas savoir parler français au-delà de « Bonjour ») et il venait de Banyuls.
Ensuite, nous mangeons, là où nous avons la plus belle vue, le reste de ce qu'on avait mangé à midi. Notre soupé fut interrompue par deux randonneurs, un jeune et un plus vieux qui plantèrent leur tente pas loin.
Après ce repas, nous rejoignons l'intérieur du refuge plein de gens. En plus de nous trois il y avait donc la femme et l'espagnol qui dormaient ainsi que les deux hommes ayant momentanément interrompus notre repas et un autre homme occupés à manger. Nous discutons autour de la table tous ensemble, il y a une assez bonne ambiance. Tous le monde est gentil. On échange nos expériences dans la randonnée et recevons des conseils et apprenons à se connaître le tout jusqu'aux alentours de minuit. Ensuite, chacun va se coucher.
Seuls la femme, l'espagnol et nous trois dormons au chaud dans le refuge.

Jour 2 :

Canard, Maman et moi nous réveillons. Il est vers les dix heure de matin et nous sommes seules. Tout le monde était partis. Nous prenons notre petit-déjeuner et nous remarquons maintenant qu'il n'y a que nous trois, les affaires appartenant au refuge. Il y a des casseroles dont Canard se sert afin de se préparer un thé sans abîmer sa gamelle comme la dernière fois. Mais l'objet le plus important est un cahier où sont marqués des mots laissé par les différentes personnes ayant été dans le refuge avant nous. Nous les lisons et laissons des mots à la date du 07/08/2017 en signant de nos prénoms.
Avant de repartir, nous devons remplir nettoyer nos tupperwares utilisés pour notre mangé de la veille ainsi qu'aller récupérer de l'eau n'étant pas sure d'en trouver en chemin pour cette journée et la suivante. C'est Maman et moi qui nous en chargeons.

Quand nous partons enfin, il est déjà assez tard mais ce n'est pas un problème car nous avons prévus de faire en deux fois quelque chose que nous pourrions faire en une fois.

Le chemin commence bien pour moi car c'est assez plat et j'arrive donc à suivre mes amies.
Nous enchaînons des chemins avec des paysages tous plus sublimes les uns des autres. Je suis tellement amoureuse du décors en montagne dommage que mon endurance et ma force physique si faible m'empêche de profiter complètement pleinement.
Après avoir atteint un endroit de plaines où le vent jouait aisément avec nos corps et avoir admiré une énième vue de la mer méditerranée, nous nous installons sur des rochers en plein soleil afin de manger des sandwiches jambon-fromage que nous préparons. Il nous reste même encore du pain. Je bois mon eau avec inquiétude et peur du manque ce qui me fait encore plus boire contrairement à mes amies qui se rationnent.

Nous continuons à marcher et à éviter les nombreuses vaches sauvages ce qui devient lourd sauf quand on a vu des veaux boire le lait de leur mère.
Sur le chemin nous rencontrons divers randonneurs dont une femme qui nous a parlé d'un refuge dans la montagne où nous nous dirigeons.
Je commence sérieusement à manquer d'eau et la source que nous trouvons est complètement asséchée.
Sur le chemin j’aperçois un buisson qui ressemble à une tête de chien. Trouvant cela rigolo, je le dis à Maman qui confirme qu'elle y voit également un chien.
Finalement, nous arrivons sur la montagne et cherchons le refuge en question. C'est Canard qui le voit en première. Il s'agit d'un abris créé par un homme à même la roche. Le mécanisme de la porte est incroyable et ingénieux et ce refuges est fait contre un énorme rocher avec du plexiglas, des tuiles et du sable. À l'intérieur, il y a des planches de bois cachant une tant aimée réserve d'eau et servant pour dormir, des objets divers, de la nourriture et même des tapis de sol. Nous trouvons l'endroit génial et très cool et sommes touchées de voir qu'il existe encore des gens aussi gentil et surtout de voir que l'endroit ne se faisait pas voler.
Nous trouvons encore un cahier où son écrit divers chose sur l'endroit. C'est le refuge Tommy, nom du chien du propriétaire qui a taillé un buisson en forme de tête de chien. Ce n'était donc pas le fruit du hasard naturel !
Des gens ont écrit dans le cahier et nous faisons de même sans oublier de remercier pour l'eau qui nous sauve. En échange, j'y laisse des médicaments. Cela peut toujours servir au prochains.

Nous installons nos deux tentes juste en face du refuge, à l’abri des vaches. Canard et moi prenons une bouteilles chacune et continuons le chemin. Pas très loin, il devrait y avoir une source d'après le plan de Canard.
Nous descendons donc. Des randonneurs nous avait dit que cet passage ressemblait plus à de l'escalade que de la montée. Ils n’exagéraient rien.
Encastré dans la montagne, j’aperçois une crèche de noël et une boite en métal. Dedans, il y a des bloc-notes pleins de mots que je lis pendant que Canard cherche la source. J'écris dedans que nous recherchons de l'eau afin de prendre une douche puis j'y retourne et rajoute qu'on en a pas trouvé lorsque après avoir rejoint Canard, nous avons trouvé un endroit qui était la source complètement asséchée.

Nous sommes rentrées bredouilles avec difficulté de part l'escalade de la montée. Je remerciait intérieurement tous les dieux du monde que le lendemain nous allions descendre et pas monter cet endroit.

Nous soupons donc avec notre célèbre semoule carotte à l'intérieur. Nous avions trop et n'avons pas pu finir.
Ensuite, nous avons lus dehors à un endroit où voir le belle vue jusqu'à avoir trop froid.
Nous sommes vite allé nous coucher par la suite.

Jour 3 :

Nous émergeons toutes trois des tentes vers les neuf heure et demi. Il n'y a plus aucune vaches. Sont-elles allé boire ? Il ne fait pas très beau.
Nous déjeunons dans le refuge où je téléphone à un ami (Tampon) pour lui souhaiter un bon anniversaire.

Nous traînons et rangeons les tentes avec hâtes car il pleut et vente.
Nous mettons nos Kawés qui nous donnent une classe et un style incomparable.
Nous commençons à partir. Même en descente, avec des sacs aussi lourds (même s'ils le sont moins qu'au départ), c'est un passage compliqué.
Le vent nous malmène, il est tellement fort qu'il arrive à nous pousser.

Au bout d'un moment, nous arrivons à un point de vue sur Banyuls indiquant que notre randonnée prendre fin bientôt. Le vent y est tellement fort qu'on peu se laisser tomber et « flotter » quelques secondes.
Durant notre descente nous rencontrons plein de gens. Y compris lorsqu'on s'est arrêté dîner. Au menu ; Semoule carotte et concombre avec reste de saucisson et une pomme en dessert. On a eu beaucoup trop de nourriture (contrairement à la dernière fois).

Les derniers mètres se firent assez facilement. Je n'étais pas trop à la traîne vu qu'il n'y avait pas de montées.
Une fois arrivées à Banyuls nous nous sommes dirigées vers la mer. Les gens nous regardaient soit de façon hautaine soit avec intérêt pour la randonnée.
Nous avons eu quelques problèmes pour que mon père nous récupère (nous n'étions pas sur la même plage) mais la baignade fut assez agréable.

Et c'est ainsi que s'est terminé notre randonnée dans les Albères.






___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nayara
Ex-Administratrice - Princesse Modominatrice
Zodiaque : Gémeaux
Messages : 3875
Pikadollar : 5049
Vos j'aimes : 150
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 18
Localisation : BOOUUUH !! J'étais derrière toi... :3
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Aoû - 7:59
Ahah le retour des randos de la galère et de la semoule-carotte xD
ça m'a tout autant fait rire que ton récit de ta première rando x) J'espère que tu en garderas de bons souvenirs de tout ça Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Aoû - 10:33
Merci !
La dernière fois c'était la galère de bouffe ! Cette fois, on avait trop de nourriture (donc plus de poids qu'il n'en faut) mais on a presque manqué d'eau ! Surprised
Je suis contente de bien te faire rire ! xD
J'en garderai de bons souvenir jusqu'à la fin de ma vie ! Et je ferai d'autres randonnées !
Merci beaucoup pour le commentaire. Smile

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1116
Pikadollar : 1808
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Aoû - 12:35
Hey !

C'est vraiment stylé tes petits rapports de randonnée comme ça ! Les détails me font beaucoup rire et franchement, les galères me rappellent un peu mes marches avec les scouts quand j'étais plus petite, on marchait dans la campagne et on dormait la nuit dans des fermes !

Je me demandais d'où te venaient les surnoms, si c'est toi qui les invente juste pour donner des noms de codes ou bien si c'est de vrais surnoms que vous vous êtes donnés entre vous !

Et puis, est-ce que tu prends des notes pendant la marche pour te souvenir aussi bien de tous les détails ? J'étais assez impressionnée que tu arrives à donner autant d'informations ! Peut-être que tu écris tous les soirs durant la randonnée ? Je suis curieuse !

Bref, un petit texte très sympa, l'endroit a l'air vraiment joli !
Les randonnées, c'est la galère, mais une fois terminées, on en est fier !
(T'as vu ça rime et tout !)
Hihihi, bref, j'espère que tu nous partageras aussi tes prochaines randonnées !
Flo'

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Aoû - 12:45
Floraly a écrit:
Hey !

C'est vraiment stylé tes petits rapports de randonnée comme ça ! Les détails me font beaucoup rire et franchement, les galères me rappellent un peu mes marches avec les scouts quand j'étais plus petite, on marchait dans la campagne et on dormait la nuit dans des fermes !

Je me demandais d'où te venaient les surnoms, si c'est toi qui les invente juste pour donner des noms de codes ou bien si c'est de vrais surnoms que vous vous êtes donnés entre vous !

Et puis, est-ce que tu prends des notes pendant la marche pour te souvenir aussi bien de tous les détails ? J'étais assez impressionnée que tu arrives à donner autant d'informations ! Peut-être que tu écris tous les soirs durant la randonnée ? Je suis curieuse !

Bref, un petit texte très sympa, l'endroit a l'air vraiment joli !
Les randonnées, c'est la galère, mais une fois terminées, on en est fier !
(T'as vu ça rime et tout !)
Hihihi, bref, j'espère que tu nous partageras aussi tes prochaines randonnées !
Flo'

Merci beaucoup pour ton commentaire !! Very Happy
Les galères lorsqu'on marche sont souvent les mêmes xD Mais c'est amusant dans un sens.
Les surnoms sont vraiment ceux qu'on s'est donné mais on les utilise uniquement sur notre conversations Facebook ! xD
Je ne prend pas de note durant la marche (des feuilles et un crayons c'est lourd ! xD) Mais ces moments passé entre amis sont mémorable. Puis là, j'ai mis plein de détail pour le jour un car je m'en souvenais bien mais j'ai oublié plein de choses pour les autres jours ! Si tu savais tout ce que j'ai pus oublier ! (je ne le sais plus moi-même ! xD)

Je partagerai certainement les prochaines ! Je trouve que c'est un bon concept de décrire ses propres aventures. Certes, ce n'est pas aussi incroyable que certains récits mais au moins, tout est vrai et à peu près tout le monde peu le vivre !

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» RETRAITE Femme avec trois enfants
» Trois sièges enfants dans une voiture (Zafira, Meriva etc)
» Dassault-Bréguet Atlantic/Atlantique
» petites infos sur le carnet de route
» 2 ou 3 tons ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: