AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

L'amour donne des roues.

avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 14:41
L'amour donne des roues.
(Oui bon, jugez pas mon titre)

Léo soupira. Il se trouvait dans une grande surface car ses parents, surprotecteurs, faisaient les courses. Sa mère, petite femme aux airs doux, tout l'inverse de son mari, chiffonna les cheveux corbeau de son fils de sa main aussi frêle et blanche que lui. Il grogna et détourna ses yeux paraissant jaune. Depuis qu'il était dans cette foutue chaise roulante pour le restant de ses jours, il était redevenu, aux yeux de ses parents, un bébé dont il fallait absolument s'occuper malgré ses dix-sept ans.

Pauvre de lui, le pire moment arriva. Des amis de la famille, des gens snobs qui s'approchaient de ses parents juste pour leur argent, arrivèrent et serrèrent la main à Léo. Ce dernier s'éloigna. Il n'avait vraiment pas envie de les entendre dire des choses du genre « Vous en avait du courage, si mon fils Jean-Charles-Pierrot du nom était handicapé, je ne saurai quoi faire... ». L'adolescent regarda l'extérieur avec envie. Il sortait rarement, passant des journées à lire, réviser et regarder des animes. Un coup d’œil en direction de ses parents complètement immergé dans leur conversation fini de le persuader de sortir. La baie vitrée coulissa et il ne restait qu'un dernier obstacle : Cette rampe « pour handicapé ». Sa pente était d'au moins soixante degrés, presque impossible à descendre ou à monter sans aide. Tant pis ! Il entama la descente en retenant ses roues le plus possible mais la pente était trop raide alors ses mains lâchèrent et il la dévala. Il voyait la route devant lui et les voitures roulant vite, trop vite, jusqu'à ce qu'une personne se mette entre Léo et ce qui aurait pu lui être fatal. Il percuta cette personne également en chaise roulante. Il y eut un gros bruit de métal, celui des chaises se percutant. À côté, la chute de Léo qui fut amortie par l'autre ne fit pas de son. 


Le brun ouvrit les yeux avant de s'excuser et de remarquer qu'il saignait. Son genou était écorché, cela faisait un peu mal malgré son handicap qui avait réduit la sensibilité de ses jambes. Il vérifia instinctivement que le jeune homme qu'il avait percuté était entier. Ce n'était pas le cas, il lui manquait les deux jambes.
Renverser un handicapé moteur est très vilain, Léo se demanda si c'était si grave si on était soi-même dans le même cas. Il préférait se poser ce genre de question car se retrouver affalé sur quelqu'un tout en étant dans l'incapacité de se relever était assez gênant. 
Seulement, l'autre avait décidé de se relever même sans l'aide d'une tierce personne. D'un bras, il saisit l'épaule maigre de Léo, délicatement pour ne pas lui faire mal, et de l'autre, il se redressa se mettant en position assise et mettant donc l'autre adolescent sur ses genoux.
-Philippin, ça va ? Fit une femme à l'air affolé. De ses origines noires, elle avait les cheveux crépus comme le dit Philippin, un adolescent blond, métis aux yeux violets. 
La femme se mit à engueuler Léo qui mourrait maintenant d'envie que ses parents arrivent. Ou au moins de retourner sur son fauteuil car assis sur le sol, incapable de pouvoir bouger, il se sentait si vulnérable.
-Maman, laisse-le ! Fit le blond. Il n'y a aucun blessé donc c'est bon.
Les paroles si douces du garçon calmèrent le brun qui avait les larmes aux yeux ainsi que la femme qui remarqua alors que Léo avait aussi un fauteuil.
C'est à ce moment que les parents du garçon arrivèrent enfin. Son père l'aida à se remettre sur son fauteuil tandis que sa mère cherchait à comprendre ce qu'il s'était passé.
Des passants mêle-tout racontèrent ce qu'ils avaient vu. Mais la mère de Philippin cria au scandale en remarquant que le fauteuil de son fils était cassé, l'une des roues n'étant même plus ronde.
Léo et ses parents promirent alors de lui en racheter un neuf pour se faire pardonner.
-Mais ce n'est pas de sa faute, intervint le blond en faisant un clin d’œil à l'autre garçon, c'est cette satanée rampe qui est trop dangereuse !
Il avait dit ces derniers mots en criant et en défiant du regard le propriétaire du magasin qui, avant d'avoir eu le temps de s'énerver, dû présenter des excuses publiques à cause des passants s'indignant.
À ce moment, seul Léo remarqua que Philippin était gêné à chaque fois que quelqu'un regardait ses moignons au niveau des cuisses.
Même si ses jambes étaient inutiles et encombrantes, elles n'attiraient pas autant la vue que le manque d'un membre.

Les deux garçons discutaient dans un coin du centre dans lequel ils allaient acheter un nouveau fauteuil. Pour aller plus vite et ne déclencher aucun scandale sur l'entreprise familiale des Trozi, les parents de Léo avaient décidé d'acheter directement une chaise roulante neuve à peu près comme celle qui avait été cassée (même si celle-ci avait été achetée il y a longtemps et d'occasion).
Les deux adolescents s'entendaient très bien. Ils avaient échangé leur numéro de téléphone.
Son nouvel ami n'en avait aucune idée mais cela soulageait grandement Léo qui avait perdu presque tous ses amis après son accident. En réalité, il ne lui en restait plus qu'une. Dès qu'ils en avaient l'occasion, les deux garçons discutaient ensemble, par message ou directement par appel.
Ils ne pouvaient pas se voir car les parents de Léo ne voulaient pas que leur fils sorte, ils ne voulaient pas non plus recevoir « n'importe qui » chez eux. Ils étaient sévères mais heureusement, les deux passions du garçon pouvaient se consacrer à la maison. Il s'agissait de l'école, avec tout le savoir et les connaissances à portée de main ainsi que les mangas, surtout le mondialement connu « Mathéo le guerrier ». Cette œuvre était également très appréciée par Philippin.

Philippin patientait en jouant sur son téléphone. Il se trouvait devant le portail d'un très beau, luxueux et grand lycée privé où allait Léo. Ce dernier fut très surpris de voir son nouvel ami mais lui demanda de partir car ses parents n'allaient pas tarder. Sa meilleure amie qui l'accompagnait se présenta. Elle se nommait Ciana Leslie et était dans la même classe que Léo depuis la maternelle. Elle semblait aussi petite que son ami et avait des airs assez masculins. En la voyant, le blond se demanda si elle était originaire de Madagascar elle aussi. Elle expliqua que comme son père était patron d'une banque internationalement connue, elle avait le droit d'aller chez Léo. Philippin expliqua que sa mère travaillait comme caissière dans un supermarché.
-Bon, pourquoi tu es venu ? Demanda Léo, un peu énervé d'être complètement ignoré. Leslie avait pris l'habitude de l'ignorer quand il faisait son rabat-joie.
-Désolé mais je devais te dire quelque chose de trop important pour être dit au téléphone, répondit le blond en prenant des airs sérieux contrastant avec ses habitudes de je-m'en-foutiste.
Sa phrase sérieuse réussit à suspendre tout le monde à ses lèvres alors il enchaîna en demandant à Léo s'il était gay, expliquant qu'il avait des airs un peu efféminé.
Le brun s'indigna de cette question crue ainsi que du stéréotype stupidement faux utilisé mais ne semblait pas vouloir répondre.
-Il est bi, dit alors l'adolescente avec un grand sourire en voyant son ami s'affoler et demander d'être discret. Il expliqua ensuite, un peu honteux, qu'il n'avait pas encore fait son Coming Out auprès de ses parents car il craignait trop leur réaction. C'est qu'un couple aussi carré pouvait ne pas être prêt à entendre que leur fils unique allait peut-être finir ses jours avec un homme.
-Je m'en fiche de ça ! Fit Philippin en croisant les bras. Tu veux sortir avec moi ?
Leslie éclata de rire, attirant quelques regards de la part des coincés fréquentant cette école privée très chère, tandis que Léo se contenta de rougir à tel point que les tomates pourraient en être jalouse.
-S'il te plaît, je ne veux pas me prendre de râteau alors ne me friendzone pas !
Cela ne fit qu'embarrasser plus le pauvre Léo qui ne pouvait pas douter de la sincérité du blond, lui aussi maintenant gêné.
La fille, en ayant marre de voir les choses stagner, intervint en attrapant le visage de son ami avant de dire « oui » à sa place tout en lui faisant bouger la mâchoire. Léo lui avait avoué plus tôt qu'il « aimait vraiment bien » Philippin. Il faisait toujours preuve de retenue à cause de l'éducation stricte qu'il avait reçue.
Le blond rapprocha son fauteuil de celui de Léo afin de pouvoir embrasser ce dernier qui l'en empêcha en saisissant son visage d'une main. Sous la moue vexée de son apparemment petit-ami, il expliqua que si des professeurs ou des élèves les voyaient, cela irait aux oreilles de ses parents.
-Donc si personne ne nous voie, on peut s'embrasser ? Fit Philippin qui déstabilisa complètement le brun qui pensa « il est sournois ! ».

Les deux adolescents continuaient de discuter par téléphone. Leur relation n'avait pas vraiment changé sauf que Philippin ponctuait ses messages par des cœurs.
Léo, assis devant son ordinateur à faire défiler, sans vraiment les lire, des tweets, soupira. Il était déjà sorti avec quelqu'un, une seule fois en fait. C'était une fille gentille et leur relation était aussi sérieuse que pouvait l'être une relation entre deux jeunes de quatorze ans. Seulement, elle avait arrêté de lui adresser la parole, comme plein de ses amis, après son accident. Il ne lui en voulait pas, il la comprenait. Il les comprenait tous.
Il soupira à nouveau. Il avait prévu de désobéir à ses parents et d'aller dehors cette après-midi. Il allait retrouver son copain à un parc à mi-chemin entre leurs habitations. Il se prépara et enfila un jean long pour cacher ses jambes si maigres à cause du manque d'exercices. Il avait tendance à négliger complètement ses séances de kinésithérapie sans que ses parents ne le sache.
Il sortit de chez lui en protégeant ses yeux du soleil printanié qui brûlait déjà sa peau pâle.
Une fois au parc, Léo s'approcha du grillage entourant le terrain de basket. Il n'avait plus l'habitude de sortir dans la rue et encore moins dans des quartiers dits « populaire ». Ses parents n'allaient jamais dans ces lieux craignant les « délinquants ».
Des jeunes jouaient au basket. Ils étaient de tout genres et origines ethnique mais aucun ne semblait très fortuné. Léo n'avait pas l'habitude de tant de diversité.
Philippin, torse nu et plutôt sexy, était dans le groupe et semblait jouer avec ses amis sans aucune difficulté malgré son handicap ce qui rendit légèrement honteux Léo qui avait tant de difficulté à être autonome.
Une fille très musclée aux allures punk pointa du doigt Léo alors tous les jeunes s'arrêtèrent et l'invitèrent à venir. Il obtempéra et les rejoignit, un sourire crispé sur son visage.
Les jeunes l'entourèrent ce qui le gêna encore plus. Ils lui posaient des tas de questions et le trouvaient mignon alors qu'ils l'appelaient « le petit-ami de Philippin » car ils ne se souvenaient plus de son prénom. Aucun d'eux ne semblait prêter attention à ses jambes, certainement habitué au handicap de leur ami jusqu'au moment où l'un d'eux lui demanda s'il n'avait pas chaud en pantalon.
-N-non, je ne sens plus grand chose... Expliqua le brun en bégayant.
-Ah ok ! Répondit le garçon naturellement, tu viens jouer avec nous ?
Léo tiqua. D'habitude, lorsqu'il disait ce genre de chose, les gens semblaient si mal à l'aise alors qu'eux ne le voyaient ni comme un déchet, ni comme un être fragile mais juste comme leur égal...
Léo les suivit même s'il n'était franchement pas emballé par l'idée. Il n'avait jamais aimé le sport mais jouer au basket en fauteuil était au-delà de ce qu'il pouvait s'imaginer capable de faire.
Seulement, comme ce n'était pas arrivé depuis bien longtemps, il s'amusa énormément, avec des personnes de son âge et son amoureux.
Le crépuscule installé, il rentra chez lui à contre cœur mais ce dernier étrangement plus léger. S'amuser était encore dans ses capacités.
Philippin le raccompagna et sur le pas de la porte, ils s'embrassèrent pour la première fois après avoir vérifié que personne ne les regardait. Ce baiser fut maladroit et assez court mais terriblement plaisant.

Les sorties de Léo s'enchaînant, les parents de ce derniers le remarquèrent et lui demandèrent donc des explications, inquiets mais heureux de voir leur fils retrouver le sourire et des couleurs grâce au soleil même s'ils savaient que ce bonheur n'allait pas durer. Cette joie enivrante allait être interrompue par deux anniversaires simultanés. Celui des dix-huit ans de Léo ainsi que les trois ans de l'accident.
Les deux années précédentes, Léo avait catégoriquement refusé une fête ou même l’énonciation de celle-ci. Il voulait oublier définitivement ce jour mais chaque moment de sa vie d'handicapé le lui rappelait. La vie normale comme l'ancien lui était morte ce jour-là.
Ces derniers temps, Philippin avait miraculeusement réussis à lui faire penser à autre chose. Quand Léo était avec son petit-ami, il vivait le moment comme si une délicieuse amnésie s'emparait de lui, comme s'il ne portait plus le fardeau de son handicap.
Alors que ses parents et les gens le lui rappelaient sans cesse. Que ce soit avec leurs paroles, leurs actions ou juste avec leurs regards. Comme s'ils ne parvenaient pas à voir Léo mais seulement une personne marquée à vie par un funeste jour sombre.
Ses géniteurs voulaient connaître les raisons de son bonheur mais Léo ne se sentait pas prêt à faire un coming out et avouer sa relation avec Philippin. Il leur cacha donc la vérité en disant simplement qu'il était devenu très ami avec l'autre garçon.
-On pourrait l'inviter à dîner à la maison pour ton anniversaire, commença sa mère sans voir le visage de son fils blêmir, qu'en penses-tu ?
C'était bientôt ce jour tant redouté ? Il avait oublié. Pour la première fois depuis ce jour, il avait oublié. Et sa mère, celle sensée le protéger venait de lui rappeler ? Une tristesse et une colère folle se mélangèrent dans le cœur du garçon mais avant qu'il n'ait pus exploser et répondre, son père cria, levé de son fauteuil :
-On dînera tous ensemble ! C'est pour ton bien !
Des vertiges s'emparèrent de Léo. Que fallait-il ne pas entendre ? Pour son bien ? Comme s'ils savaient mieux que lui ce qui était pour son bien alors qu'ils ne connaissaient même pas son orientation sexuelle ? Ils sont surprotecteurs quand il s'agit du monde extérieur mais ne se rendent même pas compte des blessures qu'ils peuvent infliger eux-mêmes !
Trop, c'était trop pour lui. Léo, sentant qu'il allait imploser se réfugia dans sa chambre où il ne pouvait même pas hurler ou pleurer car la pièce avait été déplacée au rez-de-chaussée et se trouvait collée au salon.

Philippin, assis entre le père de Léo et le frère de Leslie dont toute la famille, c'est-à-dire elle-même, son frère et ses deux parents, était présente, ne se sentait pas à sa place. Sa mère avait également était invitée mais son travail ne lui permit pas d'accepter. Le blond se sentait comme une tache sur une chemise d'un blanc parfait et le comportement des parents de son copain ne lui permettait pas de se sentir comme chez lui. En effet, ces derniers l'observaient tout le temps comme s'ils étaient certains qu'il allait voler quelque chose.
En rentrant Philippin avait été surpris par la taille de la villa. Il n'était jamais rentré dans une habitation aussi spacieuse et moderne et avait été agréablement surpris de l'aisance à laquelle il pouvait se déplacer avec sa chaise. Chez lui, sa maison été loin d'être adaptée à un handicap et l'absence d'espace entre les meubles rendait les déplacements pénibles.
La mère de Léo apporta la nourriture à tout le monde. Il s'agissait d'une entrée avec du saumon et des crevettes. Les plats préférés de Léo allaient défiler avec une attente aussi longue que l'éternité entre chaque plat. Le repas commençait à midi et finirait vers minuit.
-Alors mon garçon, quel est le métier de tes parents ? Demanda à Philippin le père de Léo après que tout le monde eut fini son entrée.
-Ma mère est caissière dans un supermarché, répondit l'intéressé, un air gêné sur le visage.
Les quatre adultes de la table avaient chacun un métier valorisant qui leur rapportait bien alors que le travail de sa mère se faisait le plus souvent dénigrer et leur permettait tout juste de vivre.
-Et où es-tu né ? Et tes parents ? Continua l'homme.
Philippin avait l'impression de subir un interrogatoire et les sourires crispés de Léo et Leslie laissaient croire que c'était le cas. S'il donnait une réponse qui ne plaisait pas, n'aurait-il plus le droit de voir Léo ?
-Je suis né en France. Ma mère est malgache et mon père était norvégien. Mes parents se sont rencontrés durant leurs études en France...
L'adolescent se sentait obliger de préciser le contexte de la rencontre de ses parents mais ne voulait pas raconter à ces gens la suite de cette histoire. Elle était trop personnelle.
Les adultes eurent la décence de ne rien demander de plus et le dîner continua dans cette ambiance malsaine et sombre. De tous, c'est Léo qui semblait supporter le plus de poids infligé par ce jour. Philippin était le seul à ignorer pourquoi.
Le dessert ne fut pas un gâteau d'anniversaire. Ce mot n'ayant été mentionné à aucun moment, comme s'il était un mot banni en ce jour. Cela énervait le blond. Les dix-huit ans de Léo ce n'était pas rien ! Qu'avait-il pu se passer de si terrible ?
Ce fut Leslie qui lui expliqua. La journée était finie, il était deux heures de matin et les deux adolescents se retrouvèrent dans le jardin, l'un pour comprendre, l'autre pour expliquer.

Il y a trois ans de cela, Léo fêtaient ses quinze ans. Il avait assez bien d'amis et ensemble, ils jouaient dans le grand jardin, Léo courrait. Ses parents avaient organisé une grande fête avec plein d'activité et de sucrerie avant de partir pour laisser les jeunes entre eux.
L'un des amis à Léo avait réussit à voler les clefs de voiture de ses parents et proposa à Léo ainsi qu'à d'autres de faire un tour. Insouciants, ils acceptèrent sauf Léo, trop peureux. Sa petite-amie l'y força en le taquinant légèrement et l'embrassa lorsqu'il accepta.
Il se mit sur la banquette arrière et attacha sa ceinture contrairement aux quatre autres.
Le conducteur fit le tour du quartier, une fois puis une deuxième fois en restant en seconde mais la montée d'adrénaline lui commanda d’accélérer. Un poids lourd arriva et prit beaucoup trop de place à cause de la manœuvre nécessaire pour tourner. L'accident arriva.
Le choc fut brutal.

Quand Léo ouvrit les yeux, un hurlement de terreur s'échappa de son être entier. Ses deux amis situés à l'avant étaient méconnaissable, totalement écrasé contre le camion tandis que les deux à côté de lui, ayant été projeté à l'avant semblaient désarticulés. Tout était rouge et noir.
Léo ne sentait plus ses jambes mais les douleurs dans le reste de son corps étaient quand même insupportable. Il eut l'impression que les secours mirent une éternité à arriver. Il avait peur, mal et était incapable de bouger. Ses jambes ne répondaient plus.
Ensuite, tout se passa extrêmement vite. La sirène assourdissante, les lumières vives, les gens qui parlent une langue incompréhensible, l'hôpital, toujours plus de gens, les ténèbres.
Lorsqu'il se réveilla, seuls ses parents étaient dans la chambre blanche et sans vie.
On lui expliqua qu'il était le seul survivant. Puis, alors qu'il était déjà assez anéanti, on lui dit qu'il ne pourrait plus jamais marcher.
La mort ou le handicap, qu'est-ce qui est le pire ?
Après cela, tous ses amis sauf Leslie lui en voulaient d'être le seul survivant. Non pas qu'ils auraient voulu qu'il meure mais ils voulaient que personne ne meure. Même son ex ne lui adressait plus la parole.

Maintenant que Leslie venait de lui expliquer toute l'histoire, Philippin comprenait mieux le mal-être de son copain. Et surtout ce tabou qu'il y avait sur son anniversaire.

Léo se réveilla en sursaut. Il venait de cauchemarder sur cette journée. Il n'avait encore rien oublier. Il secoua la tête pour chasser ces souvenirs avant qu'ils ne le hantent trop. Il venait d'avoir dix-huit ans, il était un adulte maintenant.
Il se redressa dans son lit péniblement avant d’attraper son téléphone dans des gestes lent et de constater qu'il était midi et qu'il avait reçut des SMS de Philippin qui s'inquiétait. Il invitait Léo à venir dîner chez lui pour lui rendre la pareille.
Le brun voulu refuser mais l'envie de discuter avec la mère de Philippin et découvrir l'environnement dans lequel celui-ci vivait le fit accepter.

Arrivé devant la maison de son petit-ami, Léo sonna. Ses parents avaient longuement insisté pour l'y accompagner mais il avait réussis à les rassurer et à y aller seul malgré les remarques désobligeantes qu'ils avaient fait sur le blond, le traitant de cancre infortuné.
Il n'avait pas réussis à leur faire bonne impression et ils avaient également mauvaise estime de sa mère dont la première rencontre avait créé un scandale et qui n'avait même pas pris la peine de venir. Cet homme et cette femme aisés ne pouvaient vraisemblablement pas comprendre que tous ne pouvaient se permettre de prendre un jour de congé juste pour un dîner.
La maison était comme toutes les autres du quartier sale, c'est-à-dire petite, abîmée et vieille. La seule différence notable qu'elle avait avec les autres était cette petite rampe en fer permettant à un fauteuil de monter les trois marches en pierre pour accéder à la porte.
Philippin ouvrit avec une mine ravie.
Léo pénétra l'habitation un peu gêné de s’immiscer dans la vie privée d'un foyer mais l'idée de ne pas être venue les mains vides lui donna assez d'assurance pour ne pas perdre ses moyens.
L'intérieur n'était pas très décoré mais restait chaleureux. Les meubles avaient été réduit au stricte minimum afin qu'il reste assez d'espace pour les déplacements en fauteuil mais malgré cela, Léo se cogna à plusieurs reprises. Il était, comme toujours, impressionné par l'aisance de son copain.
La mère de Philippin était très gentille avec Léo. Elle n'avait pas su quoi répondre, comment remercier et comment refuser poliment les chocolats belges de luxe offert par le brun qui ne semblait même pas se rendre compte que le cadeau qu'il avait fait valait si cher.
Ils parlèrent longuement à trois d'un peu tout et rien même si le brun tentait d'orienter la conversation vers le père de son copain car ce dernier n'avait jamais vraiment abordé le sujet. Il réussit.
-Moi aussi je me suis mise en couple à votre âge, commença la femme. Léo faillit s'étouffer avec sa tarte aux pommes. « Elle savait ? » Se demanda-t-il.
-...Je commençais à peine mes études à l'université en France. Je voulais avoir un diplôme afin d'envoyer de l'argent à ma famille à Madagascar. J'ai naïvement coupé les ponts avec eux quand ils ont tenté de me mettre en garde. J'étais jeune et je ne voyais pas à quel point ma relation avec ce norvégien allait trop vite et était nocive. Finalement, quand je suis tombée enceinte, il a fuit dans son pays. J'ai alors arrêté mes études pour élever mon fils, termina-t-elle en attrapant et caressant affectueusement la main de Philippin.
Son récit omettant volontairement toute la partie sur le handicap était court et raconté simplement, sans aucune rancœur bien qu'il soit injuste et triste.

Leur après-midi les avait satisfait. Philippin raccompagnait Léo. Ce dernier était si heureux d'avoir put en apprendre plus sur son petit-ami. Et finalement, il avait été content que la mère de celui-ci sache pour leur relation. La femme aimait beaucoup le brun. Il aimait cette ambiance rendant leur relation encore plus sérieuse. Il voulait aussi que Philippin ait l'approbation de ses parents mais pour cela, il lui fallait faire son Coming Out. Il en parla durant le trajet et le blond le soutint de tout son cœur. Pour que leur relation évolue dans le bon sens, il fallait bien qu'ils le sachent un jour ?

Léo avait attendu un moment après être rentré. Il rassemblait son courage et cherchait d'ores et déjà ses mots. Il faisait et refaisait la scène dans sa tête afin de toujours avoir quelque chose à répondre pour que tout se passe au mieux. Mais la crainte que ses parents ne comprennent pas et s'énervent voire, l'empêchent de revoir Philippin grandissait dans son ventre lui donnant des nausées.
Enfin, il s'approcha du canapé dans lequel ses parents lisaient tranquillement. Il inspira et leur dit qu'il avait quelque chose d'important à dire.
Sa mère porta toute son attention sur son fils mais son père ne fit qu'hausser un sourcil, toujours les yeux rivé sur son roman.
Tant pis, Léo s'en contentera ! Il avait leur attention, c'était déjà suffisant.
-C-c'est au sujet de qui...J'aime... Les mots avaient du mal à sortir de la gorge du brun qui gesticulait nerveusement.
Finalement, la témérité n'était pas son point fort.
-Tu sors avec une fille mon chérie. C'est Leslie ? Demanda la mère.
Ses parents voulaient vraiment qu'il sorte avec elle car ils savaient qu'elle était de bonne famille et qu'une union banque-entreprise était excellente à prendre.
-Non ! Pas du tout ! Écoutez-moi, je...
-N'hausse pas le ton avec ta mère ! S'énerva son père en lâchant son précieux livre.
Léo soupira. Est-ce que le dialogue parent-enfant est aussi dur dans toute les familles ? Même Philippin lui avait avoué qu'il n'osait pas dire certaines choses à sa mère et que, comme elle était très prise pae le travail, il lui arrivait de se sentir très seul.
-Je suis Bi ! Lâcha-t-il dans un élan de courage qu'il perdit bien vite en voyant les regards insistant de ses parents resté mués. Au moins, ils connaissaient ce mot.
-Ce n'est qu'une phase, il n'y a pas de ça chez nous, soupira calmement le père en reprenant sa lecture.
Sa femme n'osait pas lui dire qu'il avait tord et bien qu'elle voulait le croire, elle savait intimement que ça ne pouvait l'être.
Léo hésitait entre s'en aller simplement et abandonner ce vain combat ou alors insister.
-Je sors avec Philippin, dit-il ne voulant pas abandonner.
Il avait déjà fait le plus gros de l'effort et il était donc hors de question d'en rester là.
Son paternel leva les yeux avec un bruit nasal signifiant qu'il n'était pas sur d'avoir entendu bien que ce fut le cas.
-Je sors avec Philippin !
Le fils défiait le regard de son géniteur sous les yeux bouleversés de sa mère.
Monsieur Trozi se leva de son canapé et s'approcha, mauvais, de son fils qui lui devait respect et obéissance. Léo pris peur et eu un mouvement de recul mais fuir en roulant était trop lent et son père lui attrapa le bras en le tirant violemment vers lui, le soulevant. C'était la première fois depuis son accident que son père était violent avec lui. Dans cet position, il était impossible pour Léo de réagir et de toute façon, il avait bien trop peur.
-Groll ! Cria sa femme. L'homme se rendit compte de ce qu'il faisait et sa colère se calma. Il laissa son fils et le remit dans son fauteuil avant de le laisser partir dans sa chambre, ses yeux embrumés.
Ce Coming Out s'était vraiment mal passé !

Plus tard, la mère et le fils parlèrent longuement. Elle avait vu le bonheur revenir en son fils et c'était tout ce qui comptait pour elle. Elle ne parviendrait peut-être jamais à faire entendre raison à son mari mais cela importait peu en soi.
Quand sa mère sortis de sa chambre, Léo pleurait de joie. Pour la première fois depuis l'accident, ses parents l'avaient traité comme avant, comme un adolescent normal, oubliant son handicap. Il avait été traité avec violence par son père et douceur par sa mère mais comme une personne normal.
Car il l'était.

Ses sorties avec Philippin se multiplièrent. Il n'avait plus cette impression d'être normal avec lui car en réalité, il l'avait toujours été. Il a toujours été normal et plus le temps passait, plus il prenait de l'assurance et du caractère alors, plus les gens réagissaient avec lui comme avec n'importe qui.
Même s'il voyait toujours ces regards compatissant ou triste à son égards ou à celui de ses parents, Léo arrivaient à les surmonter parce qu'il n'était plus l'adolescent seul mais un adulte fier et bien accompagné.

____

J'ai mis trop de temps à l'écrire alors qu'il est si court ! J'ai du mal à me remettre dans l'écriture et cela m'attriste.
Bref, avec ce OS, je voulais un peu parler des handicapés et du fait qu'on leur lance souvent des regards de pitiés alors qu'eux ne veulent pas forcément cela. Certains ne veulent pas de pité ou de compassion mais veulent être vu comme normal car ils le sont.
Néanmoins, je ne prétend pas détenir la vérité absolue sur comment ce sentent ces personnes car je n'en fait pas partie.
Voilà donc bonne journée et n'hésitez pas à donner votre avis et m'insulter si j'ai écris de la merde.

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silen
Sadique Régulier
Zodiaque : Bélier
Messages : 1546
Pikadollar : 2877
Vos j'aimes : 154
Date d'inscription : 07/06/2015
Age : 15
Localisation : La tête dans les nuages
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Sep - 16:10
Alors déjà : J'aime énormément ce texte pour le sujet et le fond même si la forme me chiffonne un peu.

L'histoire est touchante mais mal amenée sur certains points. C'aurait été peut être plus fluide de décrire un peu plus l'évolution de leur amitié avant qu'ils soient en couple, ou alors de développement leur relation amoureuse parce qu'au début, j'ai surtout l'impression que Léo faisait ça juste pour pas ''friendzonner'' Philippin sans réel intérêt pour leur amour. Par contre, vers la fin (à partir du repas) je vois que Léo est heureux d'être avec son petit-ami mais il aurait fallu installer cette ambiance d'amour partagé avant déjà. C'est juste mon avis et malgré tout je trouve cette histoire très jolie !

Maintenant j'ai envie un peu de parler de ma vision du handicap (moteur, ici). Il faut savoir qu'il y a quelques mois à peine, je regardai encore les personnes handicapées d'un oeil attristé et plein de compassion. Mais ça, c'était avant de regarder les sketchs de Jeremy Ferrari (et à côté de ça, ceux de Guillaume Bats, directement concerné par le handicap). Sa lutte contre le misérabilisme envers le handicap m'a sensibilisé à ce sujet. Depuis, je vois les personnes handicapées d'un autre oeil. Parce que j'ai appris (grâce à Jeremy Ferrari et ses amis (Philippe Croizon, Guillaume Bats, Bruno de Stabenrath, Passe Partout, Sophie Vouzelaud, la troupe d'handibasketeurs qui l'a accompagnée pour le sketch sur la suite d'Intouchable)) que les personnes atteintes de n'importe quel handicap, qu'il soit moteur, sensoriel ou mental, reste une personne avant tout et faut pas la voir par son fauteuil, son ouïe défaillante ou son incapacité à comprendre certaines choses mais comme toute autre personne : par sa sensibilité, sa personnalité et tout ce qui pourrait faire d'elle un être humain sympathique.

Merci pour ce texte.

___________________________________________________

"La vie est courte. Riez fortement, embrassez longuement, aimez véritablement et pardonnez rapidement."

PP : ''Portrait de mademoiselle Charlotte du Val d'Ognes", Marie Denise Villers

Music is love, writing is life, art is everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Sep - 17:55
"décrire un peu plus l'évolution de leur amitié avant qu'ils soient en couple, ou alors de développement leur relation amoureuse"

Tu as complètement raison, c'est le gros point noir de mon texte je trouve. ^^'
Leur relation va trop vite et est amené maladroitement mais en fait je voulais surtout parler du thème du handicap en réalité (je suis contente car tu as l'air de penser que j'ai réussis ^^' )

En fait, je voulais surtout faire avancer Léo grâce à Philippin donc j'ai souvent laissé ce dernier de cotés pour me concentrer sur Léo et sa propre vision de lui-même et son univers.
Je voulais surtout mettre l'accent sur l'évolution de Léo qui passe de quelqu'un complètement obnubilé par son handicap et qui as l'impression de ne plus être capable de rien faire mais qui finit par enfin se voir comme il est : normal.

A la base, il devait y avoir une relation donnant-donnant avec Phil (d'où certaines parallèle entre-eux comme la fait que l'un soit handicapé depuis sa naissance, l'autre suite à un accident ; une mère peu aisé, deux parents riches ;l'un a ses jambes, l'autre n'en a pas ) et je voulais donc aborder les points de l'argent, m'encrer plus sur le regard des autres, etc...

Mais aborder autant de sujet si complexe était au-dessus de ce que je suis (pour le moment) capable de faire.
Alors je me suis bornée sur le sujet principale : Evolution de Léo pour bien montrer que les handicapés sont des gens comme les autres et qu'il faut donc qu'on les voit tous comme tel.
(En me renseignant au préalable pour éviter de dire des conneries ce que j'espère ne pas avoir fait !)

Bref, merci pour ton commentaire. Ta vision du handicap me semble pure et je vais de ce pas chercher les sketchs de Jeremy Ferrari.

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silen
Sadique Régulier
Zodiaque : Bélier
Messages : 1546
Pikadollar : 2877
Vos j'aimes : 154
Date d'inscription : 07/06/2015
Age : 15
Localisation : La tête dans les nuages
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 14:33
P't'être qu'un jour on pourrait faire une collab' pour traiter de nouveau de ce sujet ? (et ceux que tu voulais aborder parce que ça m'a l'air vachement intéressant de réunir le tout dans un seul texte)

___________________________________________________

"La vie est courte. Riez fortement, embrassez longuement, aimez véritablement et pardonnez rapidement."

PP : ''Portrait de mademoiselle Charlotte du Val d'Ognes", Marie Denise Villers

Music is love, writing is life, art is everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 19:09
Un collab ?
L'idée est très bonne malheureusement, je ne sais pas si ça sera possible car j'ai peu de temps avec la Fac. :/

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1116
Pikadollar : 1808
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 21:55
Hellow !
J'ai mis du temps à venir commenter, désolée ! Avec ma rentrée, les devoirs et mes propres projets, j'étais un peu HS niveau commentaires ! >.<

Tout d'abord, tu as beau demander de ne pas juger ton titre, je le trouve plutôt stylé ! ;D
Enfin, c'est mon avis !

Bon, bon, bon, que dire !
Déjà, tu trouves ton texte court, mais il ne l'est pas tant que ça (et puis, une bonne âme m'a dit un jour que la quantité ne fait pas la qualité !)

Enfin bref ! Je trouve très noble de ta part d'avoir abordé ce sujet qu'est l'handicap. Comme Silen l'a dit, on a tendance à toujours voir ces personnes selon leur handicap et plus comme des personnes à part entière. J'ai aussi pas mal appris de Jérémy Ferrari à ce sujet. Quoiqu'il en soit, ton texte, même s'il peut comporter des imperfections, est louable en ce point !

Au niveau de l'histoire, je te dirai que oui, ils se mettent ensemble trop vite, la construction de leur relation manque un peu, certains passages semblent peut-être un peu flou. Mais dans l'ensemble, ça reste assez cohérent et c'est une bonne chose ! Tu ne nous a pas fait le coup du miraculé qui fini par retrouver l'usage des ses jambes, c'est bien !

Ton histoire est plutôt originale, elle est bien écrite, aussi. Quelques petites erreurs d'orthographe de temps à autre et toujours ton petit côté enfantin qui se sent dans ton écriture ! Franchement, je ne saurais même pas te dire d'où ça vient, mais c'est un ressenti que j'ai généralement sur les textes que tu écris. Même si là c'est moins visible que ce que c'était dans ton texte sur la paralysie du sommeil, on le sent un peu et je trouve amusant de trouver ça comme un genre de "marque" de ton style !

Enfin bref, sinon, il y a un point que je n'ai pas abordé et que je trouve assez génial dans ton histoire, c'est son univers ! La construction de tes personnages, leurs familles, leurs origines... Tu es même allé jusqu'à les implanter dans des milieux sociaux ! Pour ça, je te donne un gros GG ! On voit que c'est tes OC et que tu les as bien travaillés avant d'écrire, ça les rend originaux et bien plus intéressants/attachants que d'autres personnages dans bien d'autres textes que j'ai lus !

Du coup, Bravo pour ce texte ! On sent que tu y as passé du temps et qu'il est abouti, même s'il comporte encore quelques faiblesses. N'hésite pas à demander à des bêta-lecteurs de te relire et de te faire des commentaires détaillés ou juste de laisser ton texte reposer quelques jours/semaines et puis le relire ! Tu verras, on remarque assez vite ses erreurs après un temps sans toucher le texte et ça permet de se perfectionner pour obtenir un résultat dont on est encore plus fier !

Mais crois-moi, tu peux déjà être vraiment fière de ce texte ! =D
Bonne nuit !
Flo'

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silen
Sadique Régulier
Zodiaque : Bélier
Messages : 1546
Pikadollar : 2877
Vos j'aimes : 154
Date d'inscription : 07/06/2015
Age : 15
Localisation : La tête dans les nuages
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 17:12
On a le temps après écoute, moi aussi j'ai pas beaucoup de temps en ce moment xD

___________________________________________________

"La vie est courte. Riez fortement, embrassez longuement, aimez véritablement et pardonnez rapidement."

PP : ''Portrait de mademoiselle Charlotte du Val d'Ognes", Marie Denise Villers

Music is love, writing is life, art is everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 18:29
Silen :
Oui ! J'aimerai bien écrire avec toi, j'aime bien ton style et tes textes sont très beau ! Puis ça peut être amusant ! Ne nous pressons pas ! Wink

Floraly :
Plus je lis mon titre, plus je l'aime ! xD

Je suis très contente qu'on me dise que j'ai bien abordé le thème ! Je trouve cela important.

"ça reste assez cohérent et c'est une bonne chose ! Tu ne nous a pas fait le coup du miraculé..." Oui, je suis consciente de mes défauts, j'ai encore à apprendre. Pour le coup du miraculé, ça ne me serait même pas venue à l'idée. Cela gâcherai toute les problématiques ! Léo doit s'accepter aussi.
J'avais passé quelques petites heures (2-3) à me renseigner sur les paraplégies pour ne pas dire de bêtise. J'ai effacé mes notes mais Léo est atteint d'une paraplégie haute (donc bassin compris) mais incomplète (il existe pleins de cas différent) donc même s'il ne peut plus bouger, il garde une sensibilité (mais c'est amoindrie).

Là, ton commentaire m'a vraiment fait plaisir (désolée pour les fautes, je me suis relue pleins de fois mais j'en laisse toujours ^^ )
Pour le côté enfantin, tout le monde me le dit et parfois ils n'arrivent pas à l'expliquer. C'est mon style et j'aime bien. C'est ma marque de fabrique comme tu dis ! Une période j'essayé de trouver mon style et je ne voulais pas de celui enfantin et honnêtement, j'avais trop de mal à formuler mes phrases et ce que j'écrivais ne me plaisait pas, il n'y avait pas mon âme. Comme si ce n'était pas mon oeuvre. Je pense qu'il ne faut pas aller contre-sois lorsque l'on écris mais y mettre son âme, son identité.
Tes textes à toi ont aussi une part de toi-même dedans. Ils ont une certainement maturité mêlé à beaucoup de douceur.

Merci beaucoup ! J'avais beaucoup de mal à donner une identité propre à mes OCs avant. Ils changeaient d'essence selon les événements. J'ai fini par apprendre à garder une certaine cohérence + vu que je fais longtemps vivre mes personnages dans plein d'univers et d'histoires, ils ont développé leur propre identité !

Merci infiniment pour ton commentaire et ces précieux conseils ! Je suis très heureuse ! xD

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Donne couche culotte
» ..L'Amour pour les Persans !!!!!
» donne petite tv
» [Donnés] DONNE POISSONS URGENT
» Donne petits plats Blédichef 18 mois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: