AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

La fille qui vivait sous un escabeau

avatar
Guespenguel
Newbie Sadique
Zodiaque : Gémeaux
Messages : 98
Pikadollar : 95
Vos j'aimes : 1
Date d'inscription : 18/11/2016
Age : 15
Localisation : Dans un rêve utopique
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Jan - 15:32
Puisque ça part comme ça, j'y vais aussi. On avait lancé ce titre sur une convo avec Gribouille et d'autres gens, du coup, j'ai aussi un texte avec ce titre comme thème Very Happy
C'est complètement anarchique et improvisé, mais un commentaire m'intéresse toujouuuuuuuuurs :3

___________________

La fille qui vivait sous un escabeau

Il était une fois une petite fille qui vivait dans une remise. Elle habitait à cet endroit sans que personne ne le sache. C'était un lieu où l'on stockait échelles, outils de jardinage et de bricolage...
Et cette petite fille vivait là. Cette petite fille était amaigrie par la faim, frêle par le manque de mouvement.

Parfois, les propriétaires avaient l'impression de voir des mouvements sous l'escabeau. Mais jamais rien de véritable, plutôt une impression, un sentiment abstrait, qui les prenait au fond de leur cœur. Ils avaient le pressentiment qu'il y avait quelqu'un sous cet escabeau. Pourtant, ils avaient fouillé leur remise plusieurs fois, l'avaient rangée, dérangée, avaient changé les objets de place. La présence restait toujours, toujours sous leur escabeau. Parfois même, le couple qui habitait la demeure ressentait des frissons lorsqu'ils s'en approchaient. Ils en vinrent à une conclusion : cet escabeau était maudit.
Puis un jour, ils eurent vent d'une histoire qui se racontait dans le village plus bas dans la vallée :
« C'était y a quoi... 20 ans ? leur raconta le doyen. Plus haut, pas loin d'où vous habitez, vous voyez, y avait une famille. C'était un couple -pas comme vous, des hétéros- et ils ont vécu là pas mal de temps. On en entendait pas parler des masses, ils étaient du genre discret, à éviter le contact avec les autres gens. Ça doit être, j'sais pas, 24 ans après leur arrivée, il s'est passé un truc bizarre. Les policiers sont allés contrôler cette maison. Y avait pas trop de raisons, vous voyez, limite tout le monde les avaient oubliés. Mais ils y sont allés, et ils ont fouillé la maison. Rien, y avait que dalle. Puis après, ils ont fouillé la remise. Je sais pas ce qu'ils cherchaient, ni pourquoi ils avaient pensé à c'te remise, mais en tout cas, ils ont trouvé un truc. Le couple, là, en réalité, ils avaient une gamine. Et leur gamine, ils l'ont enfermée dans cette remise. Et pas qu'un peu. Genre, on dit que quand ils l'ont retrouvée, elle avait plus rien sur les os, tout ça tout ça. Hé, si vous voulez plus de détails, faut demander à Gillou. Il était dans la police à c't'époque, et j'crois qu'il l'a découverte, même, la gosse. Après, j'dis ça, j'dis rien. »
Alors les propriétaires allèrent poser des questions à Gilles, dit Gillou, le fameux policier. Alors, celui-ci éclaira encore leur lanterne.
« Ah oui, j'étais là, c'est vrai. Au moment où on a découvert la gamine. C'tait l'patron qui nous avait dit que fallait qu'on aille fouiller c'te maison. Vous voyez, limite je savais pas qu'elle existait la maison, et d'ailleurs, j'étais pas le seul, c'était un peu pareil pour tout le monde. Donc ouais, on a pas compris des masses au début. Du coup on a fouillé la maison. (Il resta silencieux un instant, histoire de faire durer un faux suspense.) Rien. Que dalle. Juste un couple basique. Rien d'alarmant. Donc, on s'apprêtait à repartir en bougonnant, mais un des types de la troupe a sorti « Eh les gars, il avait pas parlé d'une remise le patron ? On va se faire engueuler, si on y va pas, pour vérifier. » Et comme tout le monde avait peur de se faire engueuler par le patron, on est allés voir cette remise. Et elle était là, la gamine. Je sais pas quel âge elle avait, mais elle était minuscule. Toute repliée sur elle-même, les cheveux emmêlés, sale, maigre, maigre comme c'est pas possible, c'était le plus flagrant ça. Je sais pas comment elle avait pu survivre jusqu'à maintenant, vraiment. Et c'te gamine, elle était sous un escabeau. Un escabeau déplié, mangé par la rouille. Elle était en boule dessous, les bras entourant ses genoux. Et quand elle nous a entendus entrer, elle a tourné la tête vers nous, super difficilement, et elle nous a regardé avec des yeux, dedans y avait toute la souffrance du monde, et y avait de l'espoir aussi, et ça leur donnait un éclat bizarre. Y a mes collègues, ils se sont précipités pour voir dans quel état elle était, la gamine, pendant qu'un autre appelait les secours, parce qu'elle allait clairement pas bien la gamine. Après, le dernier moment où je l'ai vue, c'est quand elle était emmenée par le camion de l'hôpital. »
Les propriétaires restaient encore sur leur faim.
« Si je sais comment ils ont su que y avait un truc suspect dans cette maison ? Eh bieen... y a des rumeurs, ouais. J'étais pas là, mais il paraît qu'une enfant, toute maigre, était venue. Et qu'elle leur avait dit que là-bas, fallait fouiller, fouiller, et surtout dans la remise, qu'il fallait pas oublier la remise. Et y a autre chose, aussi. Le soldat qui avait reçu le message, après, il a était chargé de surveiller la chambre de la gamine. Et paraît qu'il a un peu discuté avec elle. Elle lui a dit qu'elle savait qu'elle allait mourir, mais qu'elle était contente d'avoir pu voir un peu le dehors, d'être sortie de cette remise qui sentait le renfermé. Que son rêve s'était réalisé, et qu'elle pouvait partir en paix, ça n'avait plus d'importance. Elle avait raison, elle est morte dans la nuit, victime de tout ce dont elle manquait, comme si sa seule volonté l'avait maintenue en vie jusque-là. Trois jours plus tard, le collègue, celui qui avait eu l'alerte de la maison et la garde de la gamine, il a eu une nuit où il a complètement déliré, et le matin, il s'est suicidé en se jetant d'un toit. Le toit de l'hôpital. Il paraît qu'il a laissé une lettre, où il dirait que le futur rejoindrait le passé, ou je ne sais quoi, où il délirerait vraiment entièrement. Enfin, je l'ai jamais vue, je peux pas juger. Tout ça, c'est surtout des rumeurs, vous savez. Enfin, vous avez tout ce que je sais sur l'affaire. J'espère que ça vous aura plu. Ou je sais pas pourquoi vous vouliez savoir ça, mais voilà. »
Les propriétaires le remercièrent chaleureusement, puis rentrèrent tranquillement chez eux. Puis, se glissant dans leur remise, ils jetèrent un regard à l'escabeau. Il était là, au milieu,l'air toujours aussi sinistre, ouverte, en train de rouiller. Ils se concertèrent d'un simple coup d'oeil, et allèrent chercher, dans leur maison, nourriture, habits et de quoi écrire. Ils retournèrent déposer cela dans la remise. Et avec un sourire, ils laissèrent grande ouverte la porte de la remise, laissant l'air froid s'introduire à l'intérieur. Ils rejoignirent le bâtiment principal, donnant aux forces occultes le temps dont elles avaient besoin.
Les propriétaires revinrent devant la remise le lendemain matin. La porte n'avait pas bougé. Ils pénétrèrent à l'intérieur, et furent soulagés en découvrant que la nourriture et les habits avaient disparu, confirmant leur hypothèse. Mais ce qui les réjouit, ce fut le mot griffonné et abandonné sur l'escabeau plus que normal :
« Merci. Je peux sortir et me permettre à nouveau de voir l'extérieur, ce bel extérieur dont vous m'avez redonné la vision. Merci pour nous permettre de réaliser nos rêves.
-La fille qui vivait sous un escabeau »

___________________________________________________

Les Chinchidous. Voilà, c'est tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1302
Pikadollar : 2152
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Jan - 18:02
Alors, j'aime bien le fait qu'avec Gribouille, vous ayez pris des directions très différentes (Ta fillette n'est pas nomade et a un abris) mais avec des similitude (la pauvreté de la fillette, la faim et sa maigreur). Vos deux fillettes sont mortes (pas très joyeux) mais la tienne l'été bien avant ? J'avoue ne pas avoir très bien compris ce que racontait Gillou. Déjà, le fait que ça soit écrit en "langage paysans" pour un aussi long paragraphe ne rend pas la lecture facile mais ses hésitations, répétitions et détails inutiles rendent le tout assez difficile à suivre je trouve.

"C'était un couple -pas comme vous, des hétéros- et ils ont vécu là pas mal de temps." avec ça, on peut aussi lancé le débat "faut-il mettre des personnage lgbt que quand ça peut être utile ou peu importe quand car il n'y a pas plus de raison que les personnages soient Hétéro par défaut ?" mais je n'ai pas trouvé la réponse et j'en met aussi, juste comme ça.

Aussi, j'aime beaucoup ta fin, avec le couple qui offre nourriture, vêtements et moyen de s'évader.

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» créer son site en local sous wordpress
» «Kenza, ma fille, ne pleure pas!»
» besoin d'aide please! blog sous wordpress
» Fille ou garçon
» La cinquieme Dame coupe/Etoile...sous le règne du 5eme President...est KABYLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos One-Shots-
Sauter vers: