AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

L'enchanteur - 1/09/1811 ( Chapitre 1 )

avatar
Lameufàlahache
Le Roi des Haches
Zodiaque : Verseau
Messages : 1281
Pikadollar : 2119
Vos j'aimes : 57
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 20
Localisation : Dans un monde formidable se situant dans mes rêves juste à côté du monde de psychopathe se trouvant dans ma tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Juil - 11:59
1/09/1811

-Vous êtes maintenant dans votre nouvelle école et maison mais il y a tout de même des règle : pour commencer quand un personnel du corps enseignant parle ou/et le directeur vous êtes priez de vous taire et de l’écouter. Il est interdit de se battre, de courir, d’abimer l’établissement et les objets intérieurs et exté…

Nous étions dans le hall d’entrée de l’établissement réservé aux premières et deuxièmes années, les décorations étaient vieillottes, y compris le bâtiment lui-même. Dans ce hall il y avait la grande porte d’entrée menant dans un jardin de devant avec un chemin vers le parking et la gare d’où nous somme arrivé. En face de moi, il y avait une porte menant à un petit jardin carré avec sur les côtés un préau tout autour du jardin permettant d’aller d’emprunter l’une des trois porte sur les trois coté du jardin sans se mouiller en cas de pluie. Les trois portes menée l’une sur le self avec la cantine et les tables, celle de gauche sur les classes de première et celle de droite sur celle de deuxième. Sur les deux côtés de la porte, deux escaliers menaient tous les deux a un premier étage menant sur une grande porte double interdite aux élèves et ensuite ils se séparaient menant l’un aux dortoirs des premières l’autre aux dortoirs des deuxièmes. Pour chaque dortoir il y a quatre étages dans l’ordre : Magicien, Magicienne, Enchanteresse, Enchanteur.

Maximus me donna un coup de coude et me dit discrètement :
-écoute l’éducateur, il va parler des dortoirs et certainement nous dire d’y aller.
-…Il est interdit d’aller dans les dortoirs réservé au sexe opposé au votre, les magiciens et enchanteurs peuvent aller « s’entre rendre visite » s’ils le veulent. Mais extinction des feux à vingt-et-une heure ! Bon montez vos valises et allez voire vos chambres !


Je montais les escaliers lentement au bout de la moitié du quatrième, j’étais épuiser, il y avait trop de marche et ma valise était lourde. Une fois en haut je cherchais ma nouvelle chambre que je devais partageais.

-Ah ! Bonjour. Tu t’appelles comment ? Moi c’est Nyon ! s’exclama fièrement mon colocataire quand j’ouvris enfin la porte de ma chambre tout au bout du couloir à gauche. Il était un peu plus grand que moi et avait des yeux noisette banale et des cheveux à ras noirs.
-Euh… Antoine… Répondis-je gêné à cause de ma timidité.
-Antoine ? C’est un nom bizarre, ça vient d’où ?
-Ben… C’est humain. J’entendis un rire étouffé.
-Euh… Pourquoi tes parents t’ont donné un nom pareil ?
-Mon papa… Non laisse tomber.
-OK. Comme tu veux !
Mes amis qui avaient déjà rangé leurs affaires rentrèrent dans ma chambre et mon colocataire poussa un cri dans un sursaut avant de s’énervé plus de peur que de colère.
-Hey, les magiciens que faite vous la ? Partez ! J’ai pas peur, On n’a pas encore appris de sort t’façon !
- Calme-toi ! Pourquoi on vous ferez du mal ? On est juste ici pour voir notre ami. Dit Maximus sur un ton d’évidence tout en me désignant.
-Il aurait un couteau, il nous poignarderait. Rigola Lucius
-Ok ! Moi j’me casse ! Nyon parti très vite, je ne compris pas vraiment ce qu’il avait.
- Oui, ben on n’est pas comme tout le monde… Mais j’le comprends. Dit Lucius. Il comprenait tout là où moi je ne comprenais pas.
-Bref ! On t’aide ? Dit Maximus

Ils m’aidèrent à défère ma valise et ranger mes vêtements dans le coffre au pied de mon lit qui jonchait le mur. Mon bureau faisait face directement à mon lit, le côté de mon colocataire était exactement le même. En rentrant par la porte situer exactement au milieu de la chambre faisant face l’unique fenêtre.
-Dommage que l’on ne soit pas sur le même étage ! Mon colocataire me fait flipper ! Plus que le tien qui est tout de même étrange. Dit Lucius
-Ah oui ? Il fait quoi ton coloc ? Demandais-je
-Il joue avec des animaux qu’il à tuer et empaillé lui-même !
Rien qu’à cette idée j’avais eu un frisson, des pauvres animaux, c’était juste horrible.
-Oui ! Et puis il a dit qu’il le ferait à tous les Ench… Essaya de dire Conan avant que Maximus ne lui en empêche en mettant sa main devant la bouche de son ami.
-Les Ench ? Dis-je en insistant fort sur la continuité.
Conan reçut un coup de coude de Maximus avant de dire
-Enchanteur !
Maximus fit un regard noir à Conan, il ne devait certainement pas m’en parler, mais Conan ne sait pas garder un secret.
-Quoi ? Mais… Mais, il est fou ton colocataire Lucius, faut le faire mettre dans un hôpital pour les fous ! Dis-je apeuré et énervé.
-Ben en fait… Pas vraiment…Dans un sens c’est normal…Sauf la partie de l’empaillage. Bien sûr. Lucius avait dit ces phrases sur un ton lent et faible, presque inaudible.
Je regardais mes amis attendant la moindre trace de mensonge, que l’un d’eux se mettent à rire en me disant « On t’a bien eu, ce n’est qu’une blague » mais ils semblaient si sérieux, ils l’étaient. Je commençais à avoir les larmes aux yeux qui montaient pour redescendre ensuite mais avant que cela n’arrive, Nyon arriva et me cria :
-Sa y es ? Tu comprends pourquoi je n’aime pas tes futurs nouveaux ennemis ? Les magiciens sont tous pareil, ils veulent notre mort ! Tu n’étais pas au courant ?
-Je…Je…Euh…J’en avais entendu parler et ma maman me l’avait expliqué mais je n’y croyais pas…Ou je refuser d’y croire…Je croyais que ce n’était pas aussi grave. Et vous vous le saviez et vous ne me disiez rien ? Je regardais mes amis droit dans les yeux et je vis Conan avoir les larmes aux yeux, Lucius baissé honteusement la tête la cachant grâce à sa mèche blonde et Maximus me regardé d’un air désolé en passant sa main dans ses long cheveux.
-En réalité,  j’étais comme toi et là, je l’ai appris en même tant que toi…Moi aussi sa me choque, certainement moins que toi mais… quand même. Dit faiblement Conan en baissant la tête pour cacher ses larmes.
-Nous on est pas ainsi ! Dit Maximus avec détermination tout en levant le point droit.
-Oui ! Qui nous apporterait notre goûter sinon? Sourit Lucius
Je ris, mes amis, je les aimais qu’importe que les autres n’était pas content, en me voyant sourire Connan me sauta dessus pour me faire un câlin. Avec sa petite taille il arrivait à mètre sa tête dans mon cou. Et Maximus et Lucius nous rejoignirent. Mon colocataire nous regardait avec interrogation. Notre câlin fut interrompu par les paroles du haut-parleur qui disait « extinction des feux dans une demi-heure, préparez-vous ».

Quelque minute plus tard, j’étais déjà en pyjamas dans la chambre de Maximus et Connan où l’on était réuni tous les quatre pour bavarder et manger  des petits biscuits fait la veille par la mère de Lucius. Quand le haut-parleur nous annonça qu’il était l’heure d’aller se coucher.
-Bon, Bonne nuit Maximus !Et Conan, ne pleure pas trop ! Et Lucius fait de beau rêve avec ton voisin de chambre mais ne dort pas trop profondément. Dis-je en rigolant.
-T’es méchant Antoine, maman et papa me manque trop. Dit Conan
-Si demain je suis pas là… C’est l’autre fou qui aura eu raison de moi.
En sortant en même temps que Lucius j’étais tombé sur son colocataire qui m’attrapa le t-shirt avant de me soulever car il était plus grand que moi, il devait certainement avoir doublé. Ses petits yeux noirs me terrifiaient. Il dit aux autres enfants dans le couloir :
-Regardé tous, un Enchanteur… Le pauvre, que va-t-on lui faire ? Il disait ça avec une voix vraiment effrayante mais heureusement Lucius le poussa et il me lâcha.
-Touche pas à mon ami !dit-il en le regardant méchamment avec ses yeux bleu foncé.
-Ton ami ? Mais c’est un Enchanteur ! Rejoint-nous pour le tuer ! De toute façon, ils ne méritent pas de vivre.
D’autres Magiciens m’attrapèrent, ils étaient beaucoup, Mes trois amis essayaient de m’aider en les poussant  mais il y avait presque tout le dortoir sur moi et les Magiciens sont plus nombreux que les Enchanteurs, c’est pour dire qu’il y en avait beaucoup, quatre contre beaucoup trop, c’était peine perdue. Quand je vis l’un d’entre eux sortir un couteau de sa poche et s’approcher lentement de moi je ne pus m’empêcher de crier et de me mettre à pleurer ce qui alerta un pion qui vint à mon secours en utilisant un sort qui nous à tous stopper, on ne pouvait plus bouger, même pas cligné des yeux. Il nous laissa « redémarrer » et tous les Magiciens fuirent sauf mes amis.
-Aller au lit ! Et que ça saute ! Cria-t-il
-Mer…merci monsieur… avais-je dit timidement en essuyant mes larmes. Mais l’homme ne répondit pas, je suis donc parti me coucher en courant, je voulais juste oublier cette rentrée mouvementé, si c’était comme ça le premier jour ou il n'y avait même pas cours à quoi aller ressembler les autres ?
Je n’arrivais pas à dormir et je me retournais sans cesse ce qui ne semblait pas perturber le sommeil de Nyon. Il faisait vraiment noir dans notre chambre, il n’y avait pas de lampe à l’extérieur pouvant éclairer, les ombre peuplé la pièce et je ne voyais que des particules mais heureusement je sent le sommeil arriver en écrivant ces quelques lignes grâce à ma lampe de poche. Je crois que ce journal va bien m’aider.


Voilât j’espère que la longueur vous convient. Comme vous avez pu le constater c'est sous forme de journal intime et un jour correspond à peu prés à un chapitre. :coeurfleur:

___________________________________________________


[center][i]One Shot : http://communautesadique.forumactif.fr/t6770-l-amour-donne-des-roues
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Religion...Coran:Le mystère du chiffre 19
» présentation à la con : Bruno des Baumettes vous salue
» collection dcg dunod manuel et applications + corriges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Histoires :: Nos auteurs :: lameufàlahache-
Sauter vers: