AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
•Les résultats du concours RP de l'été sont juste ! •
• L'event de Noël C'est juste ici ! •

Nothing like us - Chapitre 10

avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1095
Pikadollar : 1788
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Jan - 18:17
J-Hope souffla difficilement, exténué par le combat intense qu’il venait de mener et qui touchait à sa fin. Son bras droit était tendu devant lui, mais il ne tremblait pas, malgré la fatigue. Il tenait l’issue de ce combat à la pointe de son épée, les yeux plongés dans ceux de son adversaire tétanisé. Dès que ce duel avait commencé, les deux ennemis avaient immédiatement compris quelle en serait la fin mais ils s’étaient battus comme si de rien n’était, parce que J-Hope ne voulait pas que ce soit un combat facile et Ki-Hyun avait trop de fierté pour se rendre. Alors leurs épées s’étaient croisées, férocement, et J-Hope avait retenu ses coups, ne touchant son adversaire que pour lui infliger des blessures superficielles mais douloureuses. Il voulait que l’usurpateur souffre de la même manière qu’il avait fait souffrir les siens, et de la même manière qu’il avait lui-même souffert en voyant cette flèche se planter dans la poitrine de Jungkook, de la même manière que lui lorsqu’il avait vu ce poignard transpercer le ventre de Jimin, de la même manière que lui lorsqu’il aurait à consoler le désespoir de Taehyung et de ses amis.

Et voilà qu’ils étaient là, Ki-hyun à genoux devant lui, le regard défiant malgré sa défaite évidente. Son visage immonde se reflétait dans la lame de l’épée de J-Hope et celui-ci la retira pour ne plus avoir à observer cette horreur à double. Il leva son épée et avec un cri de rage, sans demander à l’autre s’il avait une dernière parole, il l’abattit sur sa gorge, le tuant d’un coup. Un autre l’aurait peut-être simplement blessé mortellement et l’aurait abandonné à son agonie, mais J-Hope avait assez joué, et il n’avait pas envie de savoir ce monstre vivant encore plus longtemps.

Le silence semblait lourd tout autour de lui et il nettoya son épée sur les vêtements de son dernier adversaire avant de la ranger dans son fourreau, sachant très bien que tout était fini, qu’il n’aurait plus à l’utiliser. Il aurait peut-être dû se sentir fier d’avoir remporté ce combat, mais il ne l’était pas. Une victoire n’était jamais joyeuse, parce qu’elle entraînait des pertes irremplaçables et des douleurs qui allaient bien au delà de ses simples égratignures physiques. Il n’eut pas de mal à retrouver ses amis dans la salle. La mêlée générale s’était dispersée, les soldats s’aidaient entre eux, se relevaient, se soignaient, se soutenaient.

Et puis il y avait eux. Yoongi, les mains désespérément accrochées au haut d’un Jimin sans connaissance, pleurait toutes les larmes de son corps, lâchant de lourds sanglots qui ne semblaient pas réussir à soulager sa peine. Jin avait entouré ses épaules d’un bras réconfortant et tentait de le soutenir au mieux, mais les grosses larmes qui roulaient sur ses joues prouvaient qu’il était tout autant affecté que l’ancien domestique. J-Hope se refusa de les regarder plus longtemps, leur laissant une intimité sans doute désirée.

S’il s’approcha de leur petit groupe, ce fut plutôt pour Taehyung qui retenait encore ses pleurs malgré ses yeux brillants qui ne trompaient pas. Ses lèvres tremblaient doucement, preuve de l’effort qu’il faisait encore pour se contenir, mais dès que J-Hope fut assez près, le jeune homme tendit les bras vers lui, réclamant du réconfort et le leader des rebelles se laissa tomber à genoux devant lui pour le prendre dans ses bras, l’étreignant de toutes ses forces. Taehyung se blottit contre lui et laissa libre cour à ses émotions, pleurant sans retenue, lâchant quelques gémissements incontrôlables par moments. J-Hope sentit ses yeux s’embuer à son tour. Il était rare que Taehyung montre sa tristesse de cette manière.

Jungkook et lui avaient toujours été très différents. Lorsqu’il pleurait, Jungkook tentait constamment de se contrôler, quelque soit la situation et l’épreuve qu’il affrontait. Le plus jeune essayait de calmer sa respiration, de crisper ses paupières, et seule une traînée translucide sillonnait ses joues lisses, preuve de sa tristesse. Mais lorsqu’il s’agissait de Taehyung, c’était beaucoup plus prenant, beaucoup plus insurmontable. Il sanglotait bruyamment, comme si chacune des larmes qu’il laissait s’échapper sans pouvoir les retenir était une petite partie de son âme qui s’en allait à tout jamais et J-Hope avait beaucoup de mal à le supporter. Il serra le jeune homme contre lui le plus fort qu’il put alors que les doigts de Taehyung touchaient ses cheveux, ses cuisses, son dos, comme pour s’assurer qu’il allait bien.
- Tae, ce n’est pas ta faute, lui souffla doucement J-Hope.
Ces paroles ne calmèrent pas le plus jeune, probablement qu’aucune parole ne pouvait le calmer, mais J-Hope les répéta, encore et encore, dans l’espoir que Taehyung les comprenne et les retienne. Le jeune homme ne devait pas s’en vouloir. Il n’y était pour rien dans la blessure de Jungkook, ni dans celle de Jimin. C’étaient les horreurs de la guerre et personne n’y pouvait rien.

Il finit par se détacher de son cadet en entendant une voix aiguë crier le nom de Jimin quelque part au loin. Il posa une main sur la mâchoire de Taehyung et lui embrassa le front pour lui prouver encore son affection, puis il se releva difficilement, pressant sa main sur l’épaule du plus jeune pour garder un contact. La reine accourait dans leur direction, les yeux fixés sur Jimin, à terre, et J-Hope sut que les choses difficiles étaient loin d’être terminées.

**

J-Hope traversa un bon nombre de couloirs, un bouquet de roses blanches serré précautionneusement contre sa poitrine, pas trop fort pour ne pas abîmer les fleurs. Sa démarche était assurée, en dépit du manque de sommeil qu’il entretenait depuis plusieurs jours. Il y avait eu tellement de choses à faire au château qu’il n’avait pas eu le temps de se reposer beaucoup, volant un peu de sommeil par-ci et par-là, entre deux missions importantes.

Le roi et la reine devaient cependant se trouver dans un état pire que lui. Déjà affaiblis, ils avaient œuvré nuit et jour depuis la mort de Ki-Hyun pour remettre de l’ordre dans le château, éliminant de la cour tous les alliés du traître et organisant les soins pour les blessés. Les membres de la résistance leur avaient bien évidemment apporté leur soutien, avec à leur tête J-Hope qui n’avait eu aucun mal à rassembler ses hommes valides pour les mettre à contribution. Même si leur combat était terminé, ils reconnaissaient toujours J-Hope comme leur chef et il ne savait pas s’il devait en être honoré ou effrayé. En réalité, il n’avait pas vraiment eu le temps d’y penser, sans cesse ballotté de problème en problème, courant dans tous les sens sous les demandes du roi qui n’arrivait pas à tout gérer tout seul et auquel il ne restait plus beaucoup d’hommes de confiance, entre ceux qui l’avaient trahis et ceux dont le combat avait pris la vie.

Mais petit à petit, le château commençait à retrouver sa stabilité d’antan et J-Hope voyait à nouveau le bout du tunnel. Il avait réussi à s’aménager une petite plage de libre cet après-midi-là pour monter dans les étages. On lui avait plutôt conseillé d’aller se reposer, mais il ressentait le besoin de faire cette visite depuis la fin des combats, et ce sentiment ne faisait que croître au fil des jours. Peut-être qu’une fois qu’il l’aurait faite, son sommeil deviendrait enfin plus réparateur, plus profond que celui qu’il avait tout juste réussi à atteindre ces derniers jours.

Il arriva enfin devant la belle porte en bois, sculptée de jolies courbes sans signification particulière, du moins, de ce que J-Hope en savait. Après un soupir, il leva sa main et frappa quatre coups à la porte avant de se saisir de la poignée massive et de l’abaisser pour entrer dans la salle. L’air embaumait un doux parfum d’épices et d’agrumes que J-Hope trouva agréable et reposant. Pour qu’elle ne s’échappe pas, il referma soigneusement la porte derrière lui, doucement, comme s’il craignait de réveiller quelqu’un.

Lorsqu’il se retourna, le tableau qui se tenait devant lui brisa son cœur, même s’il n’était plus certain que son organe vital puisse être détruit encore plus qu’il ne l’était déjà.
Jimin était là, allongé dans son lit, un air paisible sur le visage contrastant durement avec ses cheveux en bataille et les cernes sous ses yeux. Il était recouvert jusqu’aux épaules d’une couverture teintée d’un splendide bleu roi et lissée à la perfection sur son corps inerte.
À côté du grand lit à baldaquin, un fauteuil avait été tiré sur lequel reposait une silhouette recroquevillée sur elle-même. Jin avait replié ses jambes pour faire tenir ses pieds sur le rebord de son siège. Ses bras retenaient ses tibias pour maintenir la position, lui donnant un air fragile et exposant sa fatigue. Celle-ci se voyait encore dans son regard, fixé avec beaucoup d’amour et de désespoir sur le visage de l’inconscient.

J-Hope s’approcha de lui d’un pas calme et lent, avant de poser délicatement une main sur son épaule. Jin sursauta vivement et se tourna vers lui avec une mine surprise et peut-être un peu choquée, qui s’adoucit immédiatement en reconnaissait le visage du nouvel arrivant.
- Bonjour, dit-il alors, d’une voix rauque, sans doute parce qu’il n’avait pas parlé depuis longtemps. Oh, tu as amené des roses. C’est vraiment gentil, merci.
Il dénoua aussitôt ses mains et libéra ses jambes pour se relever, avec une difficulté qui attesta le temps durant lequel il était resté assis. Il tendit ses mains et J-Hope y glissa le bouquet de fleurs avec précaution. Une petite lueur s’alluma dans le regard de Jin.
- Elles sont vraiment magnifiques...
Il lança un regard en arrière, vers Jimin, comme s’il aurait aimé qu’il puisse ouvrir les yeux pour les voir, avant de secouer doucement la tête et de marcher jusqu’à la petite table sur laquelle reposait déjà plusieurs autres cadeaux que le jeune prince ne pouvait pas apprécier à leur juste valeur.

Jin s’empressa de remplir un vase pour y mettre les roses blanches. Il faillit le lâcher plusieurs fois, par faiblesse ou inattention, J-Hope n’aurait pas su dire exactement la raison, mais dans tous les cas, il paraissait évident que son ami avait besoin de repos.
Une fois que le vase fut soigneusement installé sur la table basse, à côté d’un mini cactus fleuri que J-Hope trouva original, Jin se tourna vers lui avec un petit sourire sur les lèvres. L’ancien leader des rebelles s’approcha de lui et posa ses mains sur ses épaules en le regardant dans les yeux.
- Va te reposer. Je prends le relais.
Jin secoua la tête.
- Tu as sûrement encore des choses à faire. Ça ne me dérange pas, vraiment...
- Namjoon rentre ce soir, n’est-ce pas ? demanda J-Hope d’une voix douce et ferme.
Jin hocha cette fois-ci la tête.
- Alors va te reposer, il faudra que tu sois en forme pour son retour. La reine viendra au chevet de Jimin ce soir et elle y restera sûrement le plus longtemps possible. Je vais faire la transition, d’accord ?
- D’accord, finit par concéder Jin.
J-Hope le serra dans ses bras et l’autre ne refusa pas l’étreinte, fermant les yeux et soupirant lourdement. Ils finirent par se séparer et Jin partit récupérer les quelques affaires qu’il avait laissées là, puisqu’il s’était quasiment installé pour quelques jours.
- Il s’est déjà réveillé quelques fois, informa-t-il J-Hope. Son corps lutte contre le poison et il a des montées de fièvre... Si ça arrive, humidifie-lui le front avec un linge... Et pour le bandage, je viendrai le changer ce soir ou demain, tu n’as pas besoin de t’en occuper s’il ne s’agite pas.
Il s’interrompit quelques secondes, le temps de ramasser son sac de fortune et de se diriger vers la porte, vers laquelle J-Hope le raccompagna. Jin soupira doucement, avant de murmurer.
- Parfois, j’ai l’impression qu’on le laisse souffrir pour rien... Combien de temps devra-t-on encore le regarder mourir ?
J-Hope lui frotta doucement le dos, compatissant. Il savait exactement ce qu’il ressentait, parce que c’était la même chose pour lui, même s’il n’avait pas été à côté du jeune prince depuis la fin de la bataille, contrairement à son ami qui l’avait veillé sans interruption.
- Merci, finit par souffler Jin.
Il jeta un dernier coup d’œil à Jimin et puis partit définitivement, avec une pointe de regret peut-être, mais sa fatigue semblait tellement grande que s’il avait insisté pour rester, J-Hope l’aurait renvoyé de force.

Ce dernier se retrouva enfin seul dans cette pièce chargée d’une atmosphère pour le moins étrange. On entendait à peine la respiration du prince Jimin, qui semblait régulière. J-Hope se dirigea vers le lit et prit la place qu’occupait Jin quelques minutes auparavant, sur le fauteuil. Il avança le meuble jusqu’au bord du lit, ne laissant qu’un petit espace entre les deux pour pouvoir y passer ses jambes, et puis il regarda Jimin.

Le prince était toujours aussi adorable avec ses petites joues rebondies, ses traits enfantins et sa peau si pâle et lisse. J-Hope laissa échapper un soupir, parce que même s’il était toujours aussi beau, Jimin n’était pas lui-même sans cet éclat innocent au fond de ses yeux, sans ses petites fossettes qui se dessinaient lorsqu’il souriait vraiment. Jimin ne pouvait pas être totalement lui-même s’il n’était plus vivant.

J-Hope aventura une main tremblante sous la couverture et la bougea doucement jusqu’à effleurer les doigts froids du prince autour desquels il enroula les siens. Jimin n’eut aucune réaction mais cela n’empêcha pas J-Hope de garder sa main dans la sienne, la pressant doucement, comme si quelque part, Jimin pouvait la sentir.
- Bonjour Jimin, chuchota l’homme d’une voix pleine d’émotion.
Il n’avait pas prévu que de se retrouver face à ce corps endormi le rendrait aussi triste et affligé. Il préparait cette visite depuis quelques jours, mais il n’avait pas pu prévoir ce sentiment qui lui serrait le cœur, si cruel. Il se reprit néanmoins, bien vite, parce qu’il refusait de se laisser gagner par la fatalité avant que celle-ci n’ait vraiment frappé.

Il inspira longuement avant de commencer son long monologue, parce qu’il savait qu’il ne recevrait pas de réponse.
- Je suis désolé de ne pas avoir pu venir plus tôt. Tes parents avaient besoin de moi, mais je pense que tu ne m’en voudras pas... Ils sont inquiets pour toi, tous les deux. Ta mère viendra te voir ce soir, et si elle en a la force, elle passera peut-être la nuit avec toi...
Il se redressa un peu et affermit sa prise sur la petite main qui se réchauffait doucement au contact de la sienne.
- Tu manques à tout le monde, ici. Plus personne ne sourit vraiment depuis ce qui t’es arrivé, pas même Taehyung... Tu sais, entre deux travaux que ton père me confiait, j’ai essayé de faire quelques recherches. J’avais besoin de savoir. J’ai interrogé les serviteurs proches de Ki-Hyun, sa garde personnelle, les apothicaires du coin... Personne n’a su me dire de quoi avait pu être enduite la lame de Ki-Hyun... Et peut-être... Peut-être que si on l’avait su, on aurait pu trouver un remède et te sortir de là...
J-Hope se mordit la lèvre, détournant les yeux, honteux de prononcer la phrase suivante.
- Et comme je n’ai rien trouvé, j’ai toujours... Cet espoir ridicule qu’il n’y avait rien sur cette lame... Que c’est juste ta blessure qui te rend dans cet état, mais... Je n’en ai parlé à personne, tu sais. Parce que je ne voulais pas les faire souffrir encore plus avec de faux espoirs. Pourtant, cette idée ne me sort pas de la tête. J’aimerais tellement qu’elle soit vraie...

J-Hope s’interrompit un instant, détaillant le visage de Jimin tandis que des bruits de pas se faisaient entendre dans le couloir. Ils ne s’arrêtèrent pas devant la porte et s’éloignèrent.
Jimin était tellement jeune, trop jeune. J-Hope ne pouvait pas arrêter de s’imaginer Taehyung ou Jungkook à sa place et cette idée était encore plus insupportable.
- Je ne t’ai jamais dit la raison pour laquelle j’ai décidé de me battre pour tes parents et toi. Peut-être que c’est trop tard, maintenant, ou peut-être que tu m’entends, je n’en sais rien, mais je crois que j’ai besoin d’en parler à quelqu’un et je ne vois pas de personne plus légitime que toi.
Il marqua une pause, déglutissant difficilement. Il n’avait jamais raconté cette histoire à personne. Après tout, c’était un peu l’histoire de sa vie, de son enfance. C’était son histoire et la seule personne avec qui il avait trouvé la force de la partager était cet être endormi, près de lui, qu’il rêvait tellement de voir ouvrir les yeux...
- Taehyung, Jungkook et moi, nous nous connaissions depuis longtemps, avant que l’attaque du château ne se produise. En fait, le plus juste serait de dire qu’on se connaissait depuis toujours. On n’aborde jamais le sujet, parce que les deux autres n’aiment pas ce souvenir et que j’ai l’impression que c’est une faiblesse que je dois cacher pour ne pas attirer la pitié.
> Tous les trois, Nous n’avons jamais vraiment connu nos parents. Nous avons grandi dans un dortoir de quinze enfants à la Haute-Grive. J’étais l’un des plus âgé et je prenais soin des petits, comme le voulaient les règles de l’orphelinat. La nourriture était bonne et nous en avions en quantité suffisante, les femmes qui s’occupaient de nous étaient un peu rustres mais au fond, elles s’occupaient bien de nous, même si elles savaient aussi nous punir lorsque nous n’étions pas sages, ou qu’on ne respectait pas les règles.
> Étant l’un des plus grands, je travaillais pour ramener un peu d’argent à l’orphelinat et avoir un peu de côté pour le jour où je deviendrais majeur et je pourrais partir et avoir mon propre chez moi. La taverne où je lavais la vaisselle était toujours pleine de chevalier et de voyageurs qui racontaient leurs aventures et à l’époque, j’étais très impressionnable. Je me laissais bercer par leurs récits, et c’est de là qu’est venue mon envie d’apprendre à manier une épée.
> Alors, chaque soir, après le travail, je prenais l’épée en bois que je m’étais fabriquée et je m’entraînais durant des heures, seul. Je ne progressais pas beaucoup, sans maître d’arme, mais je goûtais à l’ivresse des combats, m’inventant des partenaires invisibles et des guerres dont moi seul comprenait les enjeux.
> Un soir, sûrement après un pari stupide avec d’autres enfants de l’orphelinat, Taehyung est sorti dans les rues de la ville. Il devait ramener quelque chose qui atteste de sa sortie, je n’arrive plus à me souvenir de quel objet il s’agissait. Tout ce que je sais, c’est que Jungkook, depuis toujours très attaché à lui, l’a suivi pour le surveiller. Ces deux-là ont toujours eu des comportements très différents. Taehyung, la tête brûlée, affectueux, un vrai enfant, et Jungkook, plus sage, réfléchi, introverti...
> Quoiqu’il en soit, je les ai retrouvés dans une ruelle sombre, ce soir-là, acculés contre un mur par des hommes ivres et qui ne leur voulaient certainement pas du bien. Alors j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai effrayé ces types avec mon épée en bois. Au début, ils ne m’ont pas pris au sérieux, et puis après que j’en ai roué un de coups, ils sont partis...
> Je crois bien que Taehyung et Jungkook se souviennent encore du savon que je leur ai passé ce jour-là... Mais en me voyant avec mon épée en bois, ils ont voulu apprendre aussi, tous les deux. Je pense que tu imagines à quel point il peut être difficile de résister à la mine adorable de Taehyung, et même s’il le fait rarement, Jungkook également peut se montrer très convainquant. Alors, de temps en temps, je les emmenais avec moi en cachette, et on jouait tous les trois avec nos épées en bois.
> Un jour, ta mère est venue en visite à l’orphelinat. Je n’étais pas loin de ma dix-huitième année et j’allais bientôt devoir quitter cette place qui m’avait vu grandir. Pour fêter la venue de la reine, nos tutrices nous avaient demandé de préparer un petit spectacle pour l’amuser. C’est tout naturellement que Tae, Kookie et moi avions sorti nos épées ridicules en bois. Nous n’avions pas un bon niveau, mais il faut croire qu’il avait été suffisant pour que ta mère nous remarque. Avant de partir, elle nous a fait venir et nous a demandé nos noms, nous promettant que si un jour l’un de nous voulait essayer d’aller s’entraîner au château avec un vrai maître d’arme, elle nous ouvrirait l’accès.
> Cette invitation n’aurait pu être qu’une fierté pour une toute autre personne, mais pour trois orphelins que personne n’avait jamais envisagé d’adopter, c’était tellement plus... Le jour de mes dix-huit ans, j’ai pris Taehyung et Jungkook avec moi, et nous nous sommes rendus au château où ta mère a tenu sa promesse. Nous ne pouvions pas habiter au château, mais nous avions tous les trois un travail qui nous permettait de payer un petit appartement en ville, tout en suivant nos cours avec le maître d’arme à côté. Nous n’avions aucune reconnaissance, mais comme on était doué, le maître d’arme acceptait de continuer à nous entraîner, dans l’espoir qu’on fasse un jour sa fierté...
> J’étais au château le jour du renversement, mais je n’ai rien pu faire. Je ne connaissais que la cour extérieure dans laquelle nos entraînements avaient lieu, et j’avais peu d’espoir de pouvoir faire quoi que ce soit pour aider, seul dans ce château. Alors, je suis rentré et j’ai monté la résistance avec l’aide de Jungkook et Taehyung.
> J’ai répandu la vraie version de l’histoire dans la campagne et les villages alentours, évitant la ville pour être sûr que Ki-Hyun ne puisse se douter de rien, tandis que Taehyung et Jungkook s’occupaient de rassembler les hommes du château qui avaient fuit cette nuit-là et qui semblaient prêts à nous suivre dans notre rébellion. Et puis, un jour, j’ai entendu parler d’un certain Namjoon qui semblait me rechercher et vouloir me rencontrer... La suite, tu la connais, n’est-ce pas ?
> Nous avons débarqué chez Namjoon et Jin sans savoir ce qui nous attendait, et puis nous t’avons trouvé là, la clef pour que notre coup d’état fonctionne. Tu avais cet air si jeune, si sincère... J’ai retrouvé Jungkook et Taehyung en toi, à tel point que j’avais l’impression d’avoir trouvé un troisième petit frère. Les deux autres, je ne les avais jamais vu aussi heureux qu’avec toi, Jin, Yoongi et Namjoon. Je crois qu’au fond, même s’ils n’ont jamais vraiment voulu m’en parler, ils ont toujours rêvé d’avoir une vraie famille, avec des personnes pour s’occuper d’eux, avec qui ils pourraient rire, jouer, manger, juste se sentir aimé. Je crois qu’en à peine deux jours, vous leur avez donné tellement plus que ce que j’ai pu faire durant des années, et j’étais tellement reconnaissant de les voir aussi heureux, malgré tout le stress du combat que nous étions entrain de préparer...
J-Hope déglutit difficilement. Parler était devenu tellement difficile...
- S’il te plaît, Jimin... Réveille-toi... Il y a tellement de gens qui tiennent à toi...

Quelques larmes avaient roulé le long de ses joues durant son flot de paroles qu’il s’était forcé à continuer quoiqu’il arrive. Sa main serrait celle de Jimin tellement fort, peut-être dans l’espoir d’obtenir une réaction, mais le jeune homme ne bougeait pas, figé dans cette inconscience éternelle.
J-Hope aurait encore aimé lui dire à quel point Yoongi souffrait de ne pas pouvoir venir le voir, rendu infirme par sa blessure à la cheville. Il aurait aimé lui décrire le regard tellement triste et désolé de Jin lorsqu’il était sorti de la pièce. Il aurait voulu lui dire à quel point cela le déchirait de voir Taehyung aussi abattu, convaincu que c’était de sa faute s’il se retrouvait ainsi...
Et surtout, il aurait voulu lui dire à quel point ilavait l’impression qu’on l’avait amputé d’une partie de lui-même depuis qu’il savait qu’il n’avait pas été apte à le protéger...
Mais il était incapable de parler encore sans fondre en larmes et il ne se l’autorisait pas. Il le pleurerait lorsqu’il ne serait plus là. Lorsque sa main ne paraîtrait plus tiède sous la sienne, lorsqu’il n’entendrait plus son souffle fragile s’échapper de ses narines. Il le pleurerait lorsqu’il serait mort, et pas avant, parce qu’il ne voulait pas croire à la fatalité, et que J-Hope ne voulait pas que son nom perde sa valeur.

Il était J-Hope, et il garderait l’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2655
Pikadollar : 3950
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 15
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Jan - 11:15
Bonjouuur, je recommence mon commentaire parce qu'une fdp de panne de courant a tout supprimé, youpi
Du coup je suis désolée si je manque un peu d'entrain, mais j'avais vraiment beaucoup écrit et comme j'ai ragequit en voyant le fichier vide, je sais plus trop ce que j'en avais pensé (du coup je relis ahah)

Floraly a écrit:
Il tenait l’issue de ce combat à la pointe de son épée, les yeux plongés dans ceux de son adversaire tétanisé.
QU'ON LUI COUPE LA TÊÊÊTE

Flofloraly a écrit:
Il aurait peut-être dû se sentir fier d’avoir remporté ce combat, mais il ne l’était pas.
Hop, il vient de gagner quelques places dans mon classement de personnages préférés

Floooooraly a écrit:
Taehyung se blottit contre lui et laissa libre cour à ses émotions, pleurant sans retenue, lâchant quelques gémissements incontrôlables par moments.
VHOOOOOOPE

F-L-Olle à lier a écrit:
La reine accourait dans leur direction
Oh my, voilà d'autres problèmes qui s'annoncent

Floraaaaly a écrit:
ils reconnaissaient toujours J-Hope comme leur chef
Okay, 100% Hobie va devenir le chef de l'armée

Floralyyyy (oui, je vais tout faire) a écrit:
Jimin était là, allongé dans son lit
#LaBelleAuBoisDormant

Flooraalyy a écrit:

Jin avait replié ses jambes pour faire tenir ses pieds sur le rebord de son siège.
Eomma Jin qui culpabilise, aaaah

Par contre, je dois avouer être curieuse : pourquoi est-ce que tu as mis ces étranges retours à la ligne, au monologue de J-Hope ? C'est bien la première fois que je vois ça, à vrai dire, et ça me fait penser aux plans que j'établis quand je construis un exposé ou une histoire xD
(D'ailleurs, poce bleu parce que c'est mignon tout plein son histoire)

Flora-nyd d'oiseau a écrit:

Il était J-Hope, et il garderait l’espoir.
BOOOM, une fin nice. Un peu paradoxale, quelque part, cela dit. D'un côté, il dit qu'il gardera l'espoir, et qu'une part de lui espérait qu'il n'y ait pas vraiment de poison, et de l'autre côté, il a déjà pensé à la mort de Jimin, il s'est déjà résigné à pleurer une fois qu'il sera mort. C'est un peu contradictoire, mais c'est bien :3


*voit un autre chapitre apparaître* MON DIEU TU POSTES PLUS VITE QUE TON OMBRE, FLORA LUCK

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1095
Pikadollar : 1788
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Jan - 12:24
Yooo !
Je compatis pour la panne d'électricité ! Ça m'est jamais arrivé, mais j'ai déjà eu le droit au "Oups, j'ai appuyé sur F5 !" qui est vraiment cruel aussi xD

Nyalouche a écrit:
Okay, 100% Hobie va devenir le chef de l'armée
( ͡° ͜ʖ ͡°)

Nyalopette a écrit:
Par contre, je dois avouer être curieuse : pourquoi est-ce que tu as mis ces étranges retours à la ligne, au monologue de J-Hope ? C'est bien la première fois que je vois ça, à vrai dire, et ça me fait penser aux plans que j'établis quand je construis un exposé ou une histoire xD
(D'ailleurs, poce bleu parce que c'est mignon tout plein son histoire)
Ces "étranges retours à la ligne", comme tu les appelles, sont là pour aérer un peu le texte. J'ai déjà vu ça dans ces bouquins que j'ai lu et j'ai refait pareil, parce que sinon j'avais trop l'impression de poser un bloc énorme et pas très attrayant. xD

Nyalartichaud a écrit:
*voit un autre chapitre apparaître* MON DIEU TU POSTES PLUS VITE QUE TON OMBRE, FLORA LUCK
Je poste tous les deux jours depuis le début de cette fic, c'est juste toi qui arrives pas à suivre xD

Merci pour ton commentaire ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Religion...Coran:Le mystère du chiffre 19
» présentation à la con : Bruno des Baumettes vous salue
» collection dcg dunod manuel et applications + corriges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Floraly-
Sauter vers: