AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Halloween c'est fini Résultats ici ! •
• Découvrez la nouvelle formule des Coups de coeur ! •

Forget-me-not • Prologue

avatar
CitrouillePommePoire
Apprenti Sadique
Messages : 1280
Pikadollar : 2111
Vos j'aimes : 64
Date d'inscription : 05/07/2015
Localisation : Je sais pas... je peux peut-être vous faire une description ? Il y a des moutons, et... en fait, je crois que je vais pas faire de description O.O
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Nov - 18:23
Maux, et ça résonnait.
Maux, et ça le faisait souffrir.
Un mot accroché à sa peau, à son esprit.
Il voulait s'en débarrasser.
Se débarrasser de ces maux.

Il était des maux tenaces, maladies incurables.
Il était des maux que rien ne pourraient déloger.
Qu'ils étaient bien installés dans son cœur, ces maux.
Il les haïssait, il les haïssait tellement.
Ça pourrissait, ça se propageait.
Qu'il était débile de parler de maux de cœur.
Il avait toujours trouvé cette commune métaphore débile.
C'était parce qu'il souffrait qu'il pensait de telles idioties, qu'ils disaient des choses qu'il détestait ?
Mais il y avait ces maux, agissant comme une grippe sardonique.
Son propre démon.

C'était parce qu'il était humain.
Il était stupidement humain.
Il avait découvert quelque chose, et ça le faisait souffrir.
Il y avait un nid de maux.
Il ne savait juste pas où.
C'était comme...
Magique.

Magique.
Combien de fois avait-il répété ce mot ?
Combien de fois avait-il grimacé à l'entendre ?
Combien de fois avait-il été dégoûté comme si c'était ça le coupable ?
Mais il ne connaissait pas le coupable.
Il ne s'en rappelait pas.

Et c'était peut-être ça, au final.
L'oubli.
Le coupable.
Il la perdra.
Il perdra l'information la plus fondamentale.
Et il l'avait perdu.

Dire qu'il pensait se souvenir.
On ne pouvait pas oublier.
Surtout pas quand on y tenait.
Mais il avait oublié.
Ça lui manquait.
Il y avait ce vide.
Quelle erreur !
Erreur que l'humain perpétuellement fera.
L'humain oubliera.
Il savait qu'il n'aurait pu s'y accrocher, au final.
Cruelle mémoire.

Il en souffrait tellement.
Il pleurait même.
Il criait.
Il ne savait pas pour qui.
Pourquoi.
Mais il haïssait ce vide.
Quelque chose était parti.
Il criait pour qu'elle revienne devant son tombeau.
Si magnifique tombeau.

L'harmonie des lumières comme un concert de couleurs.
L'euphonie des odeurs comme un spectacle d'arômes.
Les fleurs dont les pétales applaudissaient la nature pour cette sérénade.
Le lierre coulant dont les feuilles tissaient un voile léger de vénusté.
Tout était si parfait qu'il ne pouvait plus s'arrêter de souffrir.
Ça aussi, c'était douloureux.
Eux aussi, ils étaient coupables, pas vrai ?

Je suis désolé.

Ou alors, c'était juste lui le coupable.
Il se sentait si horrible.
Il n'était pas coupable, parce qu'il rejetait la faute sur autre chose.
Il se doutait inconsciemment que c'était juste du déni.
Mais il continuait de feindre.
Parce que c'était plus facile comme ça.
C'était plus facile de scotomiser ce genre de pensés, de blâmer autre chose.
Comme ce n'était pas de sa faute, ça allait.
Il pensait que ça allait.

La vérité était qu'il souffrait rien qu'à la simple vue d'un chrysanthème.
Qu'il haïssait l'ignorance.
Qu'il haïssait l'oubli.
Il avait même oublié ce qu'il faisait ici.
Mais il le fallait.
Revenir.
Près de lui.
Cette ombre.
Cette chose.
Il y avait un vide qu'il suppliait qu'on vienne combler.

Donc il attendait.
Devant un magnifique spectacle.
Si magnifique, mais il perdait de la couleur.
Un long et triste décès.
Après tout, la beauté est éphémère.
Après tout, la vie est éphémère.
Doucement, les fleurs fanaient, laissant place à l'hiver.
Les feuilles fatiguaient, se retiraient l'espace d'un instant.
Il savait que les plantes reviendraient.
Et il savait que même en printemps, il ferait froid comme en hiver.
Peut-être qu'au final, il était le seul qui fanait.
Et pourtant.

Au fil des saisons, la seule chose immortelle, c'était lui.
Au fil des saisons, la seule chose vraiment morte, c'était lui.
Car si les plantes revivaient au printemps, lui restait immuable, comme un cadavre qui ne se décomposait pas.

Mais il n'était pas mort.
Il était peut-être vide.
Vide d'esprit, de pensées, d'émotions.
Mais il lui restait l'espoir.
Une étincelle d'espoir.
Parce qu'il attendait.
Il ne savait pas qui, mais il l'attendait.
Même avec sa mémoire défaillante, il savait qu'il devait l'attendre.

Ce nom insignifiant, il l'avait encore en tête.
Peut-être était-ce lui le coupable.

Je suis si désolé...
Désolé, Jimin.




----

Alors oui c'est sur les BTS mais Flo m'a autorisé à le préciser en bas de la page en tout petit alors si vous voulez vous plaindre plaignez vous à elle.

___________________________________________________

( ͡° ͜ʖ ͡°)


Signa trop longue '-':
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Florent-Jacques Koenig - Louis Forget le crime du Champ de Mars - 1886

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: cerisepommepoire-
Sauter vers: