AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Salut Invité ! •
•Rejoins notre serveur :Discord ^^

L'autre reflet du miroir - Chapitre 7 : Briser la glace

avatar
Sohuna
Voltali électrisant
Zodiaque : Lion
Messages : 704
Pikadollar : 393
Vos j'aimes : 30
Date d'inscription : 01/05/2015
Age : 17
Localisation : Le ch'Noooord
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Nov - 17:15
Bonjour bonjour, ici une revenante ! Je ne vais rien cacher et être directe : j'ai de moins en moins envie de continuer cette fic. Je ne suis plus autant à fond dans le fandom comme j'ai pu l'être auparavant, et ça doit beaucoup jouer. Mais j'aime la façon dont j'ai développé mes personnages, j'ai envie d'aller au bout de ma trame... Alors si vous sentez que ça baisse en qualité, tapez-moi sur les doigts, s'il vous plaît ! Je vais essayer d'être régulière. ESSAYER. À dans cinq mois uhu
Bonne lecture,
— Sohu



Le silence les entourait.
Un vide étouffant, pesant et malsain, dans lequel Jackson et Sehun étaient enlisés jusqu’à la nuque. Le jeune homme aux cheveux colorés sentait encore ses cordes vocales trembler, douloureuses et rêches tant crier n’était pas une habitude pour elles. Si on y ajoutait son regret d’avoir tout lâché, il était devenu complètement muet, de même que son interlocuteur sous le choc. Jackson avait défait son étreinte, mais Sehun n’avait reculé que d’un demi-pas, gardant la tête baissée. Ils étaient là, tous les deux, fixés tels deux plantes vertes, à attendre que l’un ou l’autre sorte de son sommeil.
Autant dire qu’ils n’étaient pas très avancés.
Mais Jackson finit tout de même par rompre le silence.
— Sehun…? Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu sais, tu pourrais m’expliquer, tu…
Non.
— J’aimerais comprendre, écoute-moi, je…
Non.
— C’est pas si compliqué, enfin…
Non.
— Sehun ?
Non.
— Tu vas arrêter de m’ignorer ?
Non.
— Sehun, bon sang !
…...
Le jeune homme, énervé, avait violemment saisi Sehun aux épaules, le secouant avec force, comme si cela aurait pu avoir un quelconque autre effet que le bloquer davantage. Sehun avait fini par relever la tête par obligation, croisant le regard de Jackson de ses yeux humides. Il ne sut jamais quelles flammes dansaient au fond de ses propres prunelles, mais elles suffirent à paralyser le brun.
— Hé, toi, lâche-le !
Cette voix avait surgi de nulle part, faisait sursauter et reculer Jackson. La main de l’homme à qui appartenait cette voix saisit Sehun et le ramena près de lui. Le jeune homme, les sens troublés, n’avait pas de suite reconnu son “sauveur”, et s’attendait donc à voir un illustre inconnu. Mais il eut un déclic juste avant de relever la tête :
C’était Chanyeol.
— Sehun, c’est qui, lui ? demanda-t-il vivement. Qu’est-ce qu’il te veut ?
— Channie, laisse tomb-
— Non ! J’en ai marre que tu ne me dises rien ! Qu’est-ce qu’il se passe ?
— Laisse-nous, c’est entre lui et moi ! ordonna Jackson.
— Je ne t’ai rien demandé !
— Je t’ai dit de nous laisser !
Sehun n’eut pas le temps de dire un mot que le poing de Chanyeol était déjà parti s’écraser sur la face de l’autre qui fila sans demander son reste. Il en resta bouche bée.
Ok. Il est vraiment, vraiment remonté.
Son meilleur ami le prit par le poignet et l’entraîna ailleurs, loin de son ex-petit ami en souffrance. Une fois au calme, il reprit :
— Sehun, parle-moi. Qui c’est ? Qu’est-ce qu’il te veut ? … Pourquoi tu ne me dis plus rien…?
Silence. Le jeune homme arc-en-ciel gardait la tête baissée.
— Répond-moi, Sehun !
Chanyeol releva de force le menton du plus jeune, et c’est à ce moment qu’il vit que ses yeux n’étaient plus seulement humides : des larmes roulaient sur ses joues. Il sembla à Sehun que quelque chose s’était soudainement brisé à l’intérieur de son ami, qui balbutia :
— Merde, je… pardon, je… v-voulais pas…bordel, j’assure pas…
Le plus jeune secoua la tête de droite à gauche.
— Non, Chan’, c’est ma faute, soupira-t-il, la gorge nouée. S’il te plaît, oublie ç-
— Non !
Chanyeol avait brusquement saisi son ami par les épaules.
— J’en ai marre ! Parle-moi, bon sang ! Je sais que je crains, que je gère vraiment pas, que je suis certainement pas un excellent ami, mais je sais aussi que c’est la grosse merde dans ta tête ! Mais quoique t’en penses, je suis là ! J’existe ! Tu n’es pas seul ! Parle-moi !
Sehun inspira profondément. Il voulait tout lui dire. Il le voulait plus que tout. Il voulait se sentir aussi proche de Chanyeol qu’il avait pu l’être auparavant. Mais, au fin fond de son être, quelque chose le bloquait toujours. Comme le mur invisible de sa raison qui bloquait ses sentiments, ces sentiments qui, las d’être refoulés depuis trop longtemps, cognaient avec férocité contre ce rempart inébranlable.
Alors, conscient qu’il fallait tout de même répondre, il éluda. Raconta que Jackson et lui s’aimaient il fut un temps, mais que Sehun n’en était pas forcément heureux, qu’ils avaient alors dû s’éloigner et que Sehun avait tout simplement arrêté de donner des nouvelles, par peur, par n’importe quoi qu’il ne savait expliquer. Et même si cette réponse ne parut pas satisfaire entièrement Chanyeol, ce dernier ne demanda rien de plus.
Il se contenta de l’attirer contre lui, murmurant :
— Plus de mensonges entre nous, promis ?
— Promis.
Sehun savait qu’il ne tiendrait pas cette promesse.

En sortant de l’établissement, Chanyeol partit rejoindre Baekhyun après s’être excusé. Sehun le regarda s’en aller avec un soupir. Oui, il était vraiment heureux de voir son ami s’épanouir et être heureux. Mais comment lui dire que c’était parce qu’il le voyait s’éloigner petit à petit qu’ils ne se parlaient plus ? Qu’en un an d’absence, Sehun l’avait à peine reconnu à son arrivée au lycée ? Il ne pouvait pas. C’était prendre le risque que tout vole en éclats, et ces éclats menaçaient déjà de le poignarder.
En sortant, il passa vivement ses mains sur ses joues et sous ses yeux. Il devait certainement ressembler à une tomate vivante après les larmes, attirant tous les regards intrigués sur lui.
Oh mon dieu, est-ce qu’il va bien ?
Regardez-le, il a des problèmes…
La tapette qui chiale.

La boule au ventre, la gorge nouée, il rabattit le col de son duffle-coat noir, la tête engoncée, les mains dans les poches, les écouteurs vissés dans les oreilles, les yeux baissés. Sehun se fondit dans la masse pour atteindre l’arrêt de bus et vit trop tard sa ligne s’en aller au loin. Évidemment, cet incident l’avait retardé, et le voici qui était condamné à prendre le prochain. Quarante-cinq minute d’attente…
—...hun ?
Une main sur son épaule le contraignit au contact social.
— Sehun ?
— Luhan ? répondit l’interpellé, ôtant ses écouteurs, acte sacré.
Celui qui avait pourtant engagé la conversation hésita soudainement. Il était évident qu’il avait remarqué l’immanquable visage rouge et bouffi de son cadet, tout comme il était logique qu’il souhaitât le rassurer. Mais il semblait ne pas vouloir se cantonner à la platitude d’un “Ça va ? Qu’est-ce qui t’arrive ?”, à cette monotonie de la fausse inquiétude, de cette norme qu’on applique par défaut sans s’en soucier le moins du monde. Un faible sourire vint étirer ses lèvres, communicatif, qui apaisa Luhan. Ce dernier se détendit, une barrière de gêne semblant se briser en lui.
— Je… Je me demandais si tu faisais quelque chose, ce soir ?
— Rien de particulier, pourquoi ?
— Euh, c’est le dernier jour de la fête foraine aujourd’hui, et c’est moitié prix, alors je me disais…
Devant cette gêne palpable, Sehun ne put que sourire.
— C’est quel bus, pour y aller ?

Le rideau de nuit vint recouvrir discrètement la ville dans une fraîcheur glaciale, laissant les couleurs multicolores des manèges et stands réchauffer les cœurs. La musique battait son plein, recouvrant les voix de ses notes parfois ringardes, la vitesse des wagons retournait les tripes, le brouhaha ambiant forçait à parler plus fort. Un petit nuage d’atmosphère douce et chatoyante flottait autour des gens, les entourait, les câlinait comme une barbe à papa géante. Sehun avançait dans cette barbe à papa aux côtés de Luhan, les mains dans les poches de son caban beige tandis que son ami parlait sans discontinuer, passait du coq à l’âne, s’émerveillait tantôt des lumières, tantôt des manèges… Sehun ne répondait que peu, absorbé par l’apaisement que lui procurait ce moment. Un vague sourire flottait sur ses lèvres, légèrement caché par l’écharpe de laine noire remontée, repoussant le froid mordant du mieux qu’elle le pouvait. Luhan cessa soudain de parler et s’immobilisa, imité par l’autre quelques instants plus tard après l’avoir remarqué.
— Ça va, Luhan ?
— Regarde ça…
Luhan pointait du doigt une immense attraction dressée devant eux. Composée d’un bras d’environ cinquante mètres attaché en son centre à un support vertical, des gens venaient s’asseoir sur deux rangées de sièges disposées aux deux extrémités de ce bras, et le manège tournait ainsi sur lui-même, emmenant les passagers du sol vers les cieux, en boucle, à une vitesse fulgurante. Vertical Limit était inscrit en lettres capitales sur l’attraction, procurant un frisson de peur à Sehun. Il déglutit.
— Hm, tu veux quand même pas...?
Luhan se retourna, vif, les yeux brillants.
— Si ?

Sehun descendit de la plateforme, essoufflé, nauséeux, et s’assit au bord. Son rythme cardiaque reprenait doucement une vitesse normale : toute sa vie était passée devant ses yeux. Luhan, malgré sa tête un peu lourde, arrivait à son tour avec un sourire éclatant.
— C’était génial ! Oh, euh…
Il s’agenouilla devant Sehun, la tête légèrement penchée, un sourire mi-amusé mi-coupable aux lèvres.
— Ça va…?
Le nauséeux lâcha un petit rire nerveux.
— Ahah, t’en fais pas pour ça…
Il attrapa volontiers la main qu’on lui tendait, avant de se relever et de se remettre en route.
— Merci de m’avoir accompagné, marmonna le blond dans une gêne satisfaite. Minseok n’a jamais voulu le faire.
Sehun se contenta de répondre dans un sourire. Si ça lui avait fait plaisir…
Ils continuèrent leur marche pendant une dizaine de minutes, et Luhan finit par s’accrocher au bras de son ami de peur de se perdre, la foule se densifiant. Un stand de tir à la carabine attira son attention et il ne sut y résister : après avoir payé, il se saisit d’un fusil et se positionna.
Sehun resta à ses côtés, les bras croisés, se préparant à devoir consoler un échec cuisant ; ses yeux s’écarquillèrent quand il vit qu’aucun ballon ne fut raté. Constater qu’un être aussi innocent que Luhan avait une maîtrise de la carabine sans pareil ne manqua pas de hérisser les poils du plus jeune. Et c’est ainsi que le blond repartit avec une peluche d’ours crème immense, prenant une place ridicule dans ses bras, si bien qu’il finit par la refourguer à son accompagnant. Cela ne lui déplaisait pas, au contraire : ça le réchauffait.
Mais bientôt, les manèges fermèrent petit à petit leurs portes, et dans la panique triste d’un instant qui se meurt, Luhan n’eut qu’une envie pour finir : monter dans la grande roue. Ils durent abandonner le temps du tour l’ours au gérant du manège, et ils s’assirent face à face à l’intérieur. Sehun, une fois de plus, l’avait suivi sans broncher. La nacelle commença sa lente ascension dans le ciel, ses lumières colorées perçant la nuit noire, et finit par atteindre son point culminant. La ville illuminée semblait si infime, insignifiante depuis leur perchoir. L’espace d’un instant, tout semblait à leur portée.
— Je suis content que tu aies accepté de venir, lâcha Luhan, fixant l’horizon.
Un sourire véritable étirait ses lèvres. Sehun le lui rendit.
— Je suis content d’avoir accepté aussi.
Les éclairages disparaissaient peu à peu ; la ville s’éteignait.

Sehun tentait encore d’assimiler les événements récents alors que Luhan essayait de déverrouiller la porte de sa maison, à la faible lueur de son téléphone. Le cadet était planté derrière lui, serrant la peluche immense, soufflant des nuages de condensation qui disparaissaient quelques mètres au-dessus de lui, s’évaporant dans la fraîcheur nocturne. N’ayant pas surveillé l’heure, il s’était retrouvé sans bus en sortant de la fête foraine, et c’est tout naturellement que son ami bien trop gentil l’avait invité, n’habitant qu’à quelques minutes. Pourquoi diable avait-il accepté ?
C’est vraiment trop bizarre.
Luhan étouffa un cri de joie, maudissant discrètement sa propre maladresse.
— Ah, enfin !
Il ouvrit la porte en bois avec la plus grande minutie, parvenant à n’en tirer aucun grincement. Sans trop lui laisser le temps de poser des questions, le maître des lieux se saisit des doigts de Sehun, non sans en faire frémir l’épiderme, et le guida à travers la demeure plongée dans l’obscurité et le plus grand silence. Sa respiration contrôlée et ses mouvements calculés au millimètre près trahissaient son stress : il y avait une ou plusieurs personnes à ne pas réveiller, à aucun prix. Sehun manqua de bousculer ce qu’il pensait être une chaise, trop encombré par l’ours qu’il maintenait tant bien que mal sous son bras.
Fort heureusement, le périple cessa bientôt et, dans un soupir de soulagement, Luhan alluma la lumière tamisée de sa chambre. Elle était à son image : douce et simple. Les murs étaient tapissés d’un papier peint gris taupe, décorés d’une guirlande de petits nuages faisant le tour de la pièce, éclairant faiblement. Un tapis carré dans les mêmes tons que les murs ornait le parquet en noyer. Un lit dans un angle, un bureau, une commode tous faits de bois peint en blanc, un synthétiseur. Luhan déposa la peluche au pied de son lit, agrémentant l’aura de douceur qui flottait dans l’air. Il piocha très rapidement un short gris et un haut blanc dans sa commode qu’il tendit à Sehun. Son hôte sourit dans un enjouement presque enfantin.
— Tiens, tu peux mettre ça pour dormir, chuchota-t-il. Fais comme chez toi, je vais t’installer le matelas.
Sehun le remercia et, après avoir posé son sac de cours dans un coin, entreprit de se changer dos au lit. La tête ailleurs, il observa les photos polaroid accrochées au-dessus de la commode, sur lesquelles le visage pétillant de Minseok souriait à chaque fois, dans toutes les circonstances. Ces deux-là avaient l’air d’être inséparables, et Sehun sourit tristement en réalisant qu’il n’avait que peu de clichés avec Chanyeol, si vieux et sûrement enfouis dans les tréfonds de son téléphone. Mais parmi toutes les têtes du meilleur ami de son hôte se cachait une photo familiale. Luhan, jeune adolescent, entouré par ses parents devant un temple japonais. Si, à première vue, elle semblait anodine, l’image dégageait un certain malaise. Une sensation de faux. Sehun avala de travers en finissant d’enfiler son haut.
Lorsqu’il se retourna, Luhan avait déjà tiré le matelas qui reposait dans le tiroir du lit, installé les draps et les oreillers et s’était lui-même allongé sous ses innombrables couvertures. L’invité se dirigea maladroitement vers son espace aménagé, visiblement peu à l’aise, mais l’air froid le pressa à aller s’enrouler rapidement dans sa couette. Plus bas que le lit de Luhan, il s’amusait de le voir se pencher pour lui parler, et après quelques minutes de discussion à voix basse, il demanda finalement, hésitant :
— Il se passe quoi si tes parents captent que je suis là ?
Le visage de Luhan se figea une seconde, comme vide, mais il se reprit rapidement.
— Oh, rien du tout, c’est juste que je préférais éviter de les réveiller. Mon père aurait été assez… grognon.
Sehun rit dans un souffle, rire qui manquait de conviction. Il appréhendait soudainement d’être vu ici, alors il demanda innocemment à son hôte de régler le réveil un peu plus tôt. Les deux garçons parlèrent encore un temps, de tout et surtout de rien, jusqu’à ce que le silence soit la seule réponse aux phrases de Sehun. Ce dernier se redressa sur ses coudes : Luhan s’était endormi, la tête au bord du lit, une main dans le vide. Son air arracha à un sourire attendri à l’autre qui s’allongea à nouveau, éteignant la lampe de chevet, s’installant confortablement. Les paupières lourdes de sommeil, à demi-conscient, Sehun saisit doucement la main tombant du lit. Dans son esprit embué revenaient quelques scènes de sa journée, aussi douce qu’atroce. Un noeud d’angoisse vint doucement enserrer sa gorge à l’idée des représailles possibles, mais lentement, la chaleur tranquille qui émanait de la paume suffit à le faire plonger dans ses rêves.
À l’aube, au-dehors, de timides bourgeons commençaient à s’ouvrir doucement, timides et gelés sous une couche épaisse de neige. Un soleil sortant de sa léthargie laissait ses rayons parcourir le ciel dégagé, on entendait les oiseaux, la vie reprenait ses droits sous la chaleur nouvelle. Lentement, le mois de février et son hiver se finissaient, faisant place au printemps.

___________________________________________________

Hour to hour, note to note

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nyal27
Noctali de l'ombre
Zodiaque : Cancer
Messages : 2664
Pikadollar : 3960
Vos j'aimes : 169
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 16
Localisation : Là où il fait beaucoup trop chaud pour une membre de la #TeamFroid. Le Sud quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Nov - 17:19
hé salut, funny seeing you here

1. Sehun est un soumis lady gaga de Luhan
2. Chanyeol est lunatique wtf bro
3. Jackson méritait de se faire péter le nez
4. SEHUN N'A AUCUNE PRESSION GENRE WOW
5. La fête foraine ofc
6. Tout ceci est weird et je sens que Sehun va encore lécher le plancher
7. CHA TO YANT


/retourne dans sa tombe

___________________________________________________



Tomber donne l'impression de voler...
...Jusqu'à ce que tu heurtes le sol.


   Va donc jeter un coup d'oeil à mes fictions ici !    




Merci d'être là Invité, toi et tous ceux qui sont sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Floraly
Modératrice - La boîte à horreur
Zodiaque : Cancer
Messages : 1129
Pikadollar : 1824
Vos j'aimes : 167
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Nov - 19:45
Bonsoir !

Serait-ce un nouveau chapitre ? Incroyable ! (Pourquoi je fais comme si j'étais pas au courant ? Aucune idée. C'est rigolo.)

Première chose que je remarque : changement dans le titre ! C'est la première fois que tu y cales un verbe et qu'il fait plus de deux mots ! Volontaire ? Involontaire ? Besoin du moment ? Mmmh.

Bon, c'est parti pour la lectuuure !

... Un grand bavard ce Jackson, bon sang...

Sohuna a écrit:
— Hé, toi, lâche-le !
... Ok, j'avoue, j'ai honteusement espéré que ce soit Luhan !

Sohuna a écrit:
Son meilleur ami le prit par le poignet et l’entraîna ailleurs, loin de son ex-petit ami en souffrance. Une fois au calme, il reprit :
— Sehun, parle-moi. Qui c’est ? Qu’est-ce qu’il te veut ? … Pourquoi tu ne me dis plus rien…?
Aaaawn, le meilleur ami protecteur. Je valide. Ce petit "Pourquoi tu ne me dis plus rien...?" M'a brisé le coeur à 100%.
Par contre, Sehun doit en avoir marre que les gens lui demandent de parler ! xD

Sohuna a écrit:
Sehun savait qu’il ne tiendrait pas cette promesse.
Gjdsiféahjdsékhdfsjl.
Sinon, big up pour ce passage. Ça pose les choses sur la relation Sehun/Chanyeol. Ce pauvre Channie me brise le cœur >.<

Sohuna a écrit:
La boule au ventre, la gorge nouée, il rabattit le col de son duffle-coat noir, la tête engoncée, les mains dans les poches, les écouteurs vissés dans les oreilles, les yeux baissés.
Ok. Je connais cette phrase, non ? Elle a fait tilt dans ma tête xD

Sohuna a écrit:
— Euh, c’est le dernier jour de la fête foraine aujourd’hui, et c’est moitié prix, alors je me disais…
Devant cette gêne palpable, Sehun ne put que sourire.
— C’est quel bus, pour y aller ?
Donc le secret pour mettre Sehun à l'aise c'est d'être encore plus gêné que lui ? ;P
... Ou bien de s'appeler Luhan, au choix, forcément...

Sohuna a écrit:
— Hm, tu veux quand même pas...?
Luhan se retourna, vif, les yeux brillants.
— Si ?
... Nyal sors de ce corps. Mon cerveau a sorti ça du contexte et j'ai... Ouais.
Sinon, ça sent la mauvaise idée, un peu...

Sohuna a écrit:
Ils continuèrent leur marche pendant une dizaine de minutes, et Luhan finit par s’accrocher au bras de son ami de peur de se perdre, la foule se densifiant.
de peur de se perdre. Hm.

Sohuna a écrit:
C’est vraiment trop bizarre.
J'avoue. Tout va vraiment très vite, d'un coup... Jenre, tes ellipses dans la fêtes foraines sont bien placées et rendent le texte très léger et agréable à lire. Par contre, ça accentue encore l'effet d'accélération soudaine de la relation Sehun/Luhan qui est un peu inattendue après la lenteur avec laquelle tout à commencé !

Sohuna a écrit:
Sehun manqua de bousculer ce qu’il pensait être une chaise, trop encombré par l’ours qu’il maintenait tant bien que mal sous son bras.
La scène est terriblement cute dans ma tête. Sehun fait grand enfant, entre Luhan qui lui tient la main et l'ours en peluche trop grand pour lui...

Sinon, on en parle de la douceur de la dernière scène ? Je...

BON !
Désolée, j'suis pas au taquet pour un énorme commentaire constructif, je t'avoue que de toute manière, je n'ai plus grand chose à redire sur ton écriture et rien ne m'a bousculée dans ma lecture, du coup c'est nickel sur ce point !

Par contre, je t'avoue que niveau histoire, on voit que tu as envie de faire avancer les choses pour en finir. Et d'un côté, c'est pas plus mal de voir les choses faire un bon pas en avant !

On sent très bien dans ton chapitre le contraste entre la relation toxique/étouffante que Sehun a/a eu avec Jackson, et tout l'apaisement que Luhan lui procure. Sur ce point, c'est très réussi.

Après, comme j'ai relu le chapitre précédent pour me remettre dans le bain, j'ai trouvé que les choses avec Luhan étaient un peu floues. Dans le chapitre d'avant, Luhan l'évite et ça inquiète Sehun. Et là, il revient comme une fleur et lui demande de venir à la fête foraine avec lui ? Alors je veux bien qu'il ait envie de changer les idées de Sehun et qu'il ose (ENFIN HALLELUJA) l'inviter, mais j'avoue qu'il commence un peu à me manquer des éléments pour comprendre ce qui se trame dans le petit cerveau de Luhan ! M'enfin, j'imagine que tu veux garder une part de mystère, et c'est tout à ton honneur ! Mais fais gaffe à ne pas tomber dans l'incohérence non plus ;D

Et sinon, big up pour la fête foraine ! C'est, on va pas se mentir, assez cliché comme truc, mais c'était si doux que je ne peux pas me résoudre à dire que tu as manqué d'originalité ~
Au diable le monde, les ours en peluche géants et les tours en grande roue VAINCRONT !

... Enfin bon ! Tout ça pour dire que j'ai hâte d'en savoir un peu plus sur ce mystérieux Luhan que tu nous fait miroiter depuis le début ! Beau chapitre, bravo et l'artiste, et vivement la suite !

Mlle Raly

___________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sohuna
Voltali électrisant
Zodiaque : Lion
Messages : 704
Pikadollar : 393
Vos j'aimes : 30
Date d'inscription : 01/05/2015
Age : 17
Localisation : Le ch'Noooord
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Nov - 13:37
Hé bonjour

Nyalouche a écrit:
1. Sehun est un soumis lady gaga de Luhan
Mépadutou

Nyaloupette a écrit:
Tout ceci est weird et je sens que Sehun va encore lécher le plancher
Quelle charmante expression !

/rebouche ta tombe

Floooo a écrit:
Première chose que je remarque : changement dans le titre ! C'est la première fois que tu y cales un verbe et qu'il fait plus de deux mots ! Volontaire ? Involontaire ? Besoin du moment ? Mmmh.
AAAAAH ELLE A REMARQUÉÉÉ oui c'est totalement volontaire, je te laisse y mettre le sens que tu veux ♪

Flo qui a une statue de Freddie Mercury pas très loin de chez elle a écrit:
... Ok, j'avoue, j'ai honteusement espéré que ce soit Luhan !
Bouuuuuuh !

Flocolat Suisse a écrit:
Ok. Je connais cette phrase, non ? Elle a fait tilt dans ma tête xD
Hé oui, remember, quand je cherchais "engoncer" ? :')

Flo-con a écrit:
Par contre, je t'avoue que niveau histoire, on voit que tu as envie de faire avancer les choses pour en finir. Et d'un côté, c'est pas plus mal de voir les choses faire un bon pas en avant !
En effet, ça vaut pour la remarque d'accélération plus haut, j'avoue avoir dégagé les boeufs de la charrue et la tirer moi-même ! (comment ça je suis bêtement contente de ma phrase ?) J'espère que ça sera pas trop désagréable par la suite, mais oui, j'essaie d'aller plus vite :')

Flo-rence a écrit:
On sent très bien dans ton chapitre le contraste entre la relation toxique/étouffante que Sehun a/a eu avec Jackson, et tout l'apaisement que Luhan lui procure. Sur ce point, c'est très réussi.
\o/

Floralys (les mouchoirs) a écrit:
Après, comme j'ai relu le chapitre précédent pour me remettre dans le bain, j'ai trouvé que les choses avec Luhan étaient un peu floues. Dans le chapitre d'avant, Luhan l'évite et ça inquiète Sehun. Et là, il revient comme une fleur et lui demande de venir à la fête foraine avec lui ? Alors je veux bien qu'il ait envie de changer les idées de Sehun et qu'il ose (ENFIN HALLELUJA) l'inviter, mais j'avoue qu'il commence un peu à me manquer des éléments pour comprendre ce qui se trame dans le petit cerveau de Luhan ! M'enfin, j'imagine que tu veux garder une part de mystère, et c'est tout à ton honneur ! Mais fais gaffe à ne pas tomber dans l'incohérence non plus ;D
Patieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeence, patieeeeeeeeeeence...

Fête FLOraine a écrit:
Et sinon, big up pour la fête foraine ! C'est, on va pas se mentir, assez cliché comme truc, mais c'était si doux que je ne peux pas me résoudre à dire que tu as manqué d'originalité ~
Au diable le monde, les ours en peluche géants et les tours en grande roue VAINCRONT !
OUI. M'en fous, le cheesy c'est cool, IL VAINCRA

Hé beh merci !

___________________________________________________

Hour to hour, note to note

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Photos d'une autre époque
» transfert de données d'une compagnie à une autre
» Où installer le miroir?
» importer l'inventaire d'une entreprise a une autre
» Transfert des données de Paies d'une compagnie a une autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheCommunautéSadique :: Petit coin des écrivains :: Vos Fan-fictions :: Nos auteurs :: Sohuna-
Sauter vers: